MARIE, porte-parole d’un ensemble de guides – La souveraineté, vous êtes le roi de votre royaume.

5 septembre 2020 5 Par sylvaindidelot

Channeling public du 1er septembre 2020 –Canalisation par Sylvain Didelot, retranscrite par Marie-Claire.

Chers enfants de la Terre, chers enfants de la Lumière, je suis Marie. Mais bien sûr et comme souvent, je ne fais que représenter un ensemble de guides – comme vous nous appelez encore – qui vous accompagnent ce soir sur votre chemin, car nous vous avons promis notre accompagnement et nous sommes là, bien présents, pour accompagner et gérer le processus actuel dans l’émergence de la Lumière, car c’est bien ce processus qui est en route : l’émergence de la Lumière.

Mes amis, mes enfants, nous vous l’avons dit, nous ne pouvons empêcher un évènement mais nous pouvons en atténuer les conséquences. C’est ce que nous avons fait et c’est ce que nous faisons encore concernant votre épidémie actuelle, nous en avons atténué les conséquences.

 

Nous avons modifié l’énergie avec vous, avec les plus élevés d’entre vous, l’énergie de vos corps, l’énergie de cette Terre. Et cette élévation empêche toute attaque virale de manière simple, car votre corps sait se défendre physiquement et énergétiquement, mais il vous faut garder cet état d’énergie très haut.

 

Alors que certains parleraient d’un rebond, d’une nouvelle arrivée de cette même énergie, je voudrais vous dire : vous ne serez attaqué par le même phénomène que si vous continuez à vivre et à être dans la peur.

Si vous êtes, si vous vivez dans la peur ou si vous acceptez les peurs qui vous sont imposées, alors oui, c’est comme si vous réactiviez un vieux programme, comme si vous réactiviez un virus désactivé.

 

Nous allons parler de bien d’autres choses que cela, mais je voulais commencer mon discours en vous disant que vous et nous avons atténué cette énergie, avons affaibli cette attaque, dont le but était tout de même de vous amener à réfléchir sur ce qui est important dans la vie.

 

Alors oui, être avec vos proches, vivre en santé est important mais, vivre en santé prisonnier n’est pas une bonne solution. Ne vous emprisonnez pas dans l’idée de la santé. Ne vous emprisonnez pas dans l’idée de posséder de l’argent ou des avoirs ou quelqu’un, car tout ce que vous croyez posséder, un jour ou l’autre vous sera retiré.

On vous retirera dans l’autre monde votre argent, on vous retirera, j’allais dire votre existence en tant qu’incarnation. Vos amis vous rejoindront mais vous ne les verrez plus, vous les perdrez tôt ou tard. Vous allez tout perdre tôt ou tard.

Pourquoi ? Parce que ce que vous allez emporter en vérité est l’important : votre état d’être, votre conscience, l’amour que vous aurez partagé et diffusé. Les expériences que vous aurez générées, elles, sont importantes.

 

Bien sûr la santé d’un corps est importante mais vous l’avez vu, la suite de ces épreuves qui vont se poursuivre, vous a appris que même si la santé a un prix, la liberté en a un autre. Cela signifie qu’être libre est exactement l’épreuve que vous êtes en train de vivre cette année, l’année prochaine aussi.

 

Cette liberté qui s’étend partout sur la planète ! Oh mes enfants, vous vivez une ère fantastique, une ère simple où toutes les vérités sont montrées, visibles, vous pouvez les voir, où tous les mensonges sont montrés, visibles, vous pouvez et pourrez les voir !

Tout est accessible, tout devient accessible. Les vérités qui sont en train d’être éclairées sont des vérités individuelles, des vérités collectives, des vérités nationales, des vérités internationales, des vérités planétaires, des vérités intergalactiques.

Mais il en est de même pour les mensonges. Vos mensonges individuels seront vus, collectifs seront vus, nationaux seront vus, internationaux seront vus, galactiques seront vus car, il y a des évènements galactiques en jeu dans ce qu’il se passe actuellement. La bataille n’est pas que de l’ordre du visible, elle est aussi de l’ordre de l’invisible.

J’ai bien parlé de bataille, pas de guerre, pour vous dire qu’il semble y avoir des oppositions mais, c’est cela aussi grandir.

 

J’aimerais un petit peu si vous le souhaitez, si vous le voulez bien, parler de l’évolution de l’âge humain, de l’âme humaine en général. Il y a des cas particuliers, mais je vais parler de manière générale.

 

Une âme humaine est ainsi faite, qu’au départ elle vit des cycles d’enfermement, d’obéissance. Et puis, reprenant à nouveau conscience qu’elle est cet être divin dansant dans l’argile d’un corps, cet être divin incarné dans la matière, petit à petit cet être des plus obéissants commence à devenir un peu rebelle, commence à voir que ce qu’on lui a dit ou ce qu’on fait pour le protéger, le préserver, n’est pas forcément bon mais sert finalement à un peu plus le contrôler. C’est l’étape suivante.

 

Ce n’est pas la meilleure étape, car elle vient remplacer la peur de subir un évènement de celui qui dirige, par la peur même de celui qui dirige.

En fait dans cette étape-là, vous allez chercher des coupables et des responsables et vous en trouverez mais, vous les trouverez où ils ne sont pas, c’est-à-dire vous allez les chercher et les trouver en dehors de vous, alors que tout est fait pour vous éveiller à votre souveraineté, au fait que vous êtes votre propre roi dans votre propre royaume. Vous avez créé et décidé de chaque instant, de chaque évènement.

 

Dans les étapes qui suivent, il sera important, si c’est votre libre arbitre, si cela est votre choix, de faire attention à ne pas laisser entrer dans votre corps des substances qui n’ont pas à y être, car dans cette période où vous vous mettez à résonner, à vibrer, à très hautes fréquences, tout est fait pour casser ces très hautes fréquences.

Vous l’aurez compris, je vous ai dit toutes les vérités et tous les mensonges seront visibles, donc toutes les lumières seront accessibles et toutes les ombres aussi. Tous les plans de bien, tous les plans de mal, tout cet équilibre peut vous être montré.

Vous êtes grand maintenant, conscient de ce qu’il se passe. Respectez la nature, votre nature. Respecter l’intégrité de votre corps est important pour conserver votre santé.

 

C’est dans cette étape où vous grandissez mais, encore une fois, quand vous cherchez des camps, quand vous créez des conflits, vous vous égarez encore un peu. Cela fait partie du chemin et certains parmi vous vont ressentir de faire cela. Et c’est très bien si ceci est leur ressenti intérieur, si c’est une volonté du cœur, si c’est une poussée et une émergence de l’énergie dans le cœur. Je vais en parler car c’est cela la souveraineté.

 

L’étape qui poursuit un monde rebelle, c’est un monde de Joie. C’est un monde où vous comprenez, où vous prenez votre responsabilité, où vous savez que vous avez votre part.

Alors, dans cette partie-là de l’expérience – ce sera par la suite très évolutif et peut-être vivrez-vous une ou deux autres crises pour comprendre cela sans doute, car ces crises sont des crises d’évolution, des crises évolutives, des crises d’adolescence pour entrer dans le monde adulte – quand vous prendrez conscience que vous avez votre part, que vous êtes le responsable dans le positif, dans le négatif, dans tout ce qui vous entoure, vous aurez alors cette possibilité d’entrer dans votre souveraineté personnelle par la joie, par le fait de prendre une décision. Vous ne serez plus dans la réaction, vous serez dans l’action juste.

 

Parlons de cette action juste. L’action juste est celle qui provient de votre cœur, de votre énergie interne pas de votre mental et qui dit : « Je sens de faire ceci », « je sens de faire cela », « je sens de manger ceci », « je sens de manger cela ». C’est un ressenti, une vibration, un état d’association avec votre être divin, avec ce que vous êtes vraiment dans votre énergie la plus haute.

 

Quand vous serez dans cet état, vous serez en joie, en joie en restant chez vous ou en ne restant pas chez vous, en manifestant ou en ne manifestant pas, en mangeant ou en ne mangeant pas, peu importe. C’est la joie qui va vous traverser car vous saurez que vous êtes des êtres alignés avec votre cœur.

 

Vous ne pouvez plus, mes enfants, aujourd’hui vous contenter de dire : « Si je pouvais, je ferais » car si vous le pouvez, faites-le mais ne vous trouvez plus d’excuse, ne cherchez pas à rester dans cette rébellion et dans cette réaction, soyez dans l’action juste. J’insiste sur l’action juste, si vous ne sentez pas de le faire, ne le faites pas, soyez complètement en accord.

 

Certains d’entre vous vont se dire : « Je sens cette crise évolutive en moi mais je ne suis pas encore prêt », alors restez un peu en retrait, restez calme, restez en paix, laissez rentrer la paix en vous, laissez-la infuser chaque particule de votre corps sans cesser d’appeler la Divinité, d’appeler le Père à vos côtés. A chaque instant, Il est cet appel profond que vous ressentez à l’Amour, cet appel à l’Amour, car il faut être rempli d’amour pour être dans l’action juste.

 

Dans l’action juste encore une fois, certains bougeront, certains manifesteront, certains ne bougeront pas et, vous allez le voir mes amis, dans beaucoup de vos pays certains seront très réactifs, d’autres beaucoup moins, d’autres se préparent et seront prêts mais, je vous en supplie, ne perdez pas votre temps à essayer de réveiller ceux que vous pensez endormis. Et je ris, car sachez que s’ils sont endormis c’est que leur âme a fait ce choix de se réveiller plus tard.

80 % de votre planète va s’éveiller au fait que la vérité lui a été cachée, a été masquée, en tout cas la vérité de qui il est vraiment, la vérité de sa nature divine et profondément souveraine sur cette planète, mais ces gens s’éveilleront quand leur âme l’aura décidé, au moment le plus opportun.

Si je riais c’est parce que, vous le savez, ces êtres actuellement sont dans leur temps mais ils sont un peu comme des somnambules. On ne réveille pas un somnambule trop vite, n’importe où, cela peut le déstabiliser, laissez-le se réveiller naturellement. Chacun se réveillera en son temps, en son heure.

 

Bien sûr et honnêtement, je dois vous dire que plus le réveil est tardif et plus il est compliqué à vivre, parce qu’il vous fait passer par cette phase de rébellion dont je vous ai parlé, très rapidement, de manière féroce.

Quelqu’un qui, à titre individuel, collectif, national ou planétaire, sait qu’on lui a menti depuis des années, ne peut que réagir au début, tant qu’il n’a pas compris qu’il l’avait créé, qu’il s’était créé cette expérience pour redevenir souverain, pour repasser dans son choix, dans son droit, dans sa liberté, dans cette liberté individuelle, collective si importante.

 

Vous l’aurez compris, la vie est importante mais plus importante que la vie, est l’Amour.

J’aimerais que vous preniez conscience de cela, si vous le souhaitez, si vous le voulez. Comprenez bien que, à cette heure-ci, si à certains d’entre vous on disait : « Mes amis, partons à la guerre, car si nous n’y allons pas vos enfants pourraient mourir », à ce moment-là, chacun d’entre vous probablement irait dans cette guerre, dans cette bataille, en ne se souciant pas de sa vie. Il irait parce qu’il aime, il irait parce qu’il aime tellement ses enfants ou sa famille qu’il veut agir par le cœur, et ce n’est pas sa vie à ce moment-là qui serait importante, ce serait la vie de ceux qu’il aime et cela est le véritable amour.

C’est ainsi que vous êtes en train d’avancer. Mais comprenez que par cet exemple, ce que je veux mettre en avant est qu’avant tout, c’est l’amour qui compte en premier, avant même la vie. Certains ont offert leur vie par amour, pour ceux qu’ils aimaient, pour ce monde, pour la Vie, parfois pour leur pays, en tout cas en ce qu’ils croyaient.

Et c’est cela l’important, que votre vie soit une œuvre d’amour, pas la vie du corps, la vie, tout court.

 

Mais qu’est-ce que la vie, tout court ? C’est comprendre instinctivement, profondément ou réellement, selon votre état de conscience actuel, que vous n’êtes pas que votre corps, que vos pensées, que vos croyances mais que vous êtes l’ensemble des circonstances qui vous entourent, que vous êtes le monde dans lequel vous vivez, que vous ne pouvez vous exclure de rien de ce que vous voyez, entendez, percevez.

Vous ne pouvez vous exclure de rien de tout cela, vous êtes cela et c’est votre état d’être qui va faire résonner et rayonner ce monde.

 

Regardez, finalement le monde que vous percevez aujourd’hui mes enfants, il est comme vous pensez qu’il est. Si à cette heure-ci vous dites : « Quelles sont mes idées sur ce monde ? » et si vous dites : « le monde est fou, le monde part à vau-l’eau, le monde devient cruel, méchant, séparatiste », alors vous allez vivre dans un monde cruel, méchant, séparatiste. Tout sera fait pour vous dire que vous avez raison.

Et puis certains d’entre vous se disent : « oh mais c’est formidable, le monde est en pleine transformations, en pleine accélération, en pleine modification de son système de pensées ». Alors, tout leur donnera raison aussi.

Vous vivez dans le monde de votre énergie et votre énergie a raison.

Dans quelle énergie voulez-vous vous placer pour ce monde ? Car c’est ce que votre monde va devenir.

Si vous voulez que votre monde devienne paisible, soyez vous-même en paix. Alors ne soyez pas en colère. « Je suis en paix avec cela, j’agis pour cela » mais « je cesse de lutter contre cela ».

Comprenez, le mouvement du cœur est toujours un mouvement positif, un mouvement qui vous amène vers quelque chose, pour et pas contre.

 

Si vous créez un camp, si vous continuez à créer des camps, vous continuerez à voir la séparation. Car s’il y a une bataille contre un camp, vous créez le camp.

Si vous considérez que vous agissez par le cœur, pacifiquement, gentiment, calmement, que vous considérez qu’une lumière ou dix lumières peuvent en allumer une onzième et qu’ainsi, vous parcourez votre chemin, c’est parfait. C’est parfait.

 

Vous n’avez pas à écraser ou laminer ce que vous ne supportez pas, vous avez juste à l’éclairer. Vous avez juste à positionner votre conscience dans l’Amour et dire : « OK, je ne comprends pas cela, je ne comprends pas cette position, je ne comprends pas cette relation » – je  ne parle pas que de la crise actuelle, ce que je vous dis est valable pour un peu tout dans votre vie – vous pouvez vous dire « je ne la comprends pas mais je l’ai créée, et si je l’ai créée avec Dieu » car vous créez toujours avec Dieu, « alors je peux l’aimer, je peux aimer ce frère ou cette sœur qui n’a pas fait le même choix que moi, je peux aimer cette situation dans laquelle je n’aimerais pas être, je peux même aimer cette émission que je n’aime pas, je peux aimer cette personne que je ne comprends pas. Dans une grande fraternité, dans une grande ouverture d’amour, je peux l’aimer, car si je l’aime, j’autorise autre chose. »

 

Vous voyez, un père ou une mère qui n’aime pas ses enfants ne leur accorde que très peu d’autorisations. « Fais ceci, fais cela, va ici, va par-là » et s’il désobéit, instantanément il y a bataille, il y a querelle, il y a séparation. Alors que des parents aimants vont laisser toute latitude à cet enfant de s’épanouir tranquillement, à son rythme et le laisseront s’épanouir, le laisseront faire ses choix, le laisseront même faire ses erreurs mais ce seront les siennes.

L’apprentissage passe par là, passe par cette étape.

 

Alors en vérité, ici tout est dit. De l’être totalement obéissant, vous évoluez vers ce qui semble être une sorte de mini révolte intérieure ou extérieure. Certains d’entre vous ont déjà cette révolte à titre personnel, cette recherche de sens à l’intérieur et ceci est la deuxième étape, ce petit côté rebelle.

 

La troisième étape, qui est la force de se souvenir de qui vous êtes, cette souveraineté, va vous mener à une grande transformation mais une transformation par la joie, pas une transformation par le combat.

Vous serez joyeux de signer des pétitions, vous serez joyeux de manifester, vous serez joyeux de dire que vous êtes d’accord ou pas d’accord, vous serez joyeux d’acheter ce qui vous fait cœur et pas les autres choses.

 

Vous savez, la vie est comme un magasin. Quand vous allez dans un de vos magasins ou de vos marchandises, vous prenez ce que vous désirez. Certains produits ne vous plaisent pas ou semblent même ignobles, n’ont pas à être dans ces rayons, peu importe à quoi vous pensez mais vous les laissez dans ce rayon, parce qu’une part de vous se dit : « il y a encore des gens qui achètent cela, ce n’est pas bien », mais vous laissez faire.

Vous voyez, vous ne jetez pas ce que vous n’aimez pas par terre, sauvagement. Alors ne faites pas pareil avec un de vos frères ou une de vos sœurs qui aurait fait d’autres choix. C’est comme dans le magasin, cette vie laisse aux gens choisir exactement tout ce qui est en rayon, et le jour où en rayon il n’y a que des produits « positifs », alors tout le monde prendra les produits positifs.

Et c’est cela la transformation dans laquelle vous êtes, cet état de souveraineté internationale et planétaire, car encore une fois, ne doutez pas qu’il y ait aussi une bataille d’un ordre plus grand que ce que vous voyez.

 

La souveraineté personnelle est une attitude de joie, c’est une attitude de paix, c’est une attitude de non-jugement.

 

Un choix n’est pas un jugement. Vous avez reçu des enseignements dans ce sens, vous pouvez les lire, relire, apprendre, comprendre ou pas, l’idée est de vous dire : « Choisir n’est pas juger, c’est choisir ».

Je vous l’ai dit, c’est comme dans ce magasin, juger serait par exemple, si vous détestez l’alcool, jeter toutes les bouteilles d’alcool à terre en disant que, non vous n’avez pas à acheter cela, ceci est juger.

Choisir, c’est aller dans le magasin, dans ce même magasin, prendre des jus de fruits et aller les payer. Mais si tout le monde prend des jus de fruits, il n’y aura plus personne pour commander même de l’alcool, si c’est le cas dans mon allégorie.

 

Montrer l’exemple, c’est montrer la paix pas montrer la bataille, pas dire « vous avez tort », mais affirmer par contre, « moi c’est ce que j’ai choisi, voilà ce que j’ai choisi » et renoncer, petit à petit, à laisser d’autres choisir à votre place.

 

Bien sûr, vous l’avez entendue et vous connaissez cette maxime : « Ne faites pas aux autres ce que vous ne voudriez pas que l’on vous fasse », car cette loi-là existe tout de même dans l’Univers, cette loi du libre arbitre.

 

Quand on vous dit d’être souverain, cela ne signifie pas de faire du mal à votre prochain, car vous n’aimeriez pas que l’on vous fasse du mal. Donc réfléchissez toujours avec cette règle simple.

 

Pourquoi ne peut-on pas agir dès le début d’une crise ? Pourquoi nous, guides, ne pouvons-nous pas agir dès le début d’une crise ? Parce que vous l’avez provoquée et acceptée par des états de conscience successifs, même si aujourd’hui vous n’en avez pas la totale révélation ou la totale conscience. Alors nous vous laissons vivre cette expérience, et nous la modulons quand vous comprenez qu’elle ne vous sert pas. De même que dans un choc traumatique, le traumatisme est très très grand mais que très peu de temps après, ce traumatisme descend et s’affaiblit. Il ne garde pas la même dimension à l’intérieur de vous, il y a un travail qui se fait, un travail de l’âme, un travail de l’esprit, un travail du cœur.

Nous vous accompagnerons.

 

Vous savez, faisons tout de même une petite parenthèse, je vous l’ai dit, il n’y a pas qu’une bataille terrestre, il y a une bataille galactique en cours en ce moment – peu comprise par vous, que nous n’avons pas à évoquer dans les détails – mais, lorsque nous vous avons dit que nous allions agir si le libre arbitre des gens était contrarié, nous le ferons en cas d’intégrité physique non conservée pour votre corps.

Nous le ferons et nous avons déjà commencé à le faire, mais nous le ferons aussi si des êtres d’un autre plan, matériel, non matériel, stellaire ou non stellaire, essaient d’impacter votre existence. Là nous agirons et nous agissons déjà, et vous êtes bien plus préservés que vous ne l’imaginez.

 

Votre pire ennemi est la peur. Ou la peur vous laissera dans la soumission, ou dans la colère, dans la rébellion. C’est l’état dans lequel vous laisse la peur.

L’amour va vous mettre dans le choix, la joie, la reconnaissance de qui vous êtes, la souveraineté. Vous êtes le roi de votre royaume mais soyez un roi juste, ne condamnez pas chacun de vos sujets, il n’aura fait que ce que le roi aura décidé à un moment ou à un autre, même s’il l’a oublié, même si c’est inconscient.

 

Vous le savez, dans beaucoup de religions – religion signifiant relier – les êtres éclairés ont cherché à relier les hommes et les frères en disant : « vous êtes tous frères et sœurs – mon frère – ma sœur – mes enfants ». Un discours peut-être que vous avez du mal à entendre aujourd’hui, parce que cela crée des rébellions aussi en vous un petit peu encore.

Mais si vous voyez chacun d’entre vous comme un frère et une sœur, vous serez moins véhément, vous serez moins méchant parfois entre vous, car aucun adulte ne souhaite de mal à son frère, aucun adulte ne souhaite de mal à sa sœur, seuls les enfants, dans une attitude enfantine, se jouent encore de ce genre de phénomène, mais vous entrez dans cet âge adulte.

 

La Lumière éclaire chacun d’entre vous. Ne doutez pas que le réveil global est en cours, il continuera bien sûr.

Encore une fois, tout est fait pour vous montrer que ce qui est important, c’est la vie pour l’amour partagé. Toute autre raison de vivre trouvera sa crise.

Vivre pour vivre, c’est-à-dire vivre pour rester dans ce corps le plus longtemps possible, trouvera tout un tas de crises pour vous rappeler que vous ne savez pas quand vous allez partir, vous ne savez pas quand le Père vous rappellera à ses côtés.

Vivre uniquement pour l’argent, vous vivrez des crises pour vous rappeler que cela n’est pas le plus important, que cela aide et nous ne renions pas l’argent, nous renions ce qui en est fait, nous renions que cette énergie ne soit pas distribuée, partagée, égalitaire.

 

La force humaine est celle des plus faibles d’entre vous, pas celle des plus forts, celle des plus faibles d’entre vous. L’état de conscience de la planète est l’état de conscience des plus faibles d’entre vous. Alors il faut prendre soin de chacun d’entre eux, qu’ils soient dans le monde humain, minéral, végétal ou animal.

Prenez soin des êtres fragiles. Plus ils sont forts, plus vous le serez. Plus ils sont affaiblis, plus vous serez affaibli, car vous ne faites qu’un avec cette expérience, vous êtes cette expérience.

 

Finalement, je me parle à moi-même puisque je suis une émanation de vous-même, ou vous vous parlez à vous-même.

 

Je ne sais si beaucoup d’entre vous reçoivent mon amour dans le moment présent, mais je le souhaite car j’embrasse chacun d’entre vous de ma présence, pour signifier à quel point vous n’êtes pas abandonné, à quel point ce qu’il se passe actuellement fait partie de ce processus de liberté, de souveraineté.

 

Alors j’ai entendu et compris que le moment que vous passez demande du courage, beaucoup de courage.

Être courageux, c’est ne plus avoir peur, ne plus avoir peur pour sa vie, ne plus avoir peur pour ses possessions, et vivre pleinement, grandement de ce qui est suffisant. Et ce qui est suffisant, c’est le partage entre vous et l’amour.

 

Nous vous l’avons dit, les plans d’Ombres vont prendre beaucoup de puissance, mais les plans de Lumière vont prendre beaucoup de puissance aussi.

Ainsi, à un moment où tout est fait pour vous séparer, pour vous éloigner les uns des autres, pour vous empêcher de vous réunir, c’est donc l’amour qui est empêché, pas simplement l’aspect dans l’apparence, c’est bien l’amour qui est empêché.

 

Mais un amour plus grand fleurit en chacun et quand ils se réunissent à nouveau, c’est par milliers ou par millions, car l’Amour est plus rapide et plus fort que ceux qui cherchent à séparer, à éloigner pour une quelconque raison, que ce soit l’argent, la santé ou d’autres raisons purement matérielles, de castes, de religions.

Toutes ces raisons sont inutiles, elles n’ont mené à rien qu’à cette étape de rébellion, dont il est temps de sortir et dont l’éveil planétaire est prononcé déjà.

 

Vous entrez petit à petit dans un nouveau monde. Cela vous a été tellement de fois annoncé et finalement, votre âme a tellement attendu cela, vous y êtes mes enfants, vous êtes dans ce moment-là.

Oh bien sûr, en tant que Mère Divine je ne peux pas dire que je suis heureuse de tout ce que je vois, de tout ce que j’entends. Je peux juste dire que je suis présente, compatissante, agissante envers chacun d’entre vous, quels que soient les choix qu’il ou elle a fait, ou fera même. Je n’aime pas mes enfants de manière conditionnelle, s’ils respectent une loi ou une autre. J’aime mes enfants parce qu’ils traversent ce temps et cet espace qui est le vôtre de dualité, et que je sais que cette dualité est difficile. Mais elle est choisie, j’insiste, vous avez choisi.

Si j’insiste c’est parce que tant que vous vous dites : « Ce n’est pas possible. Je n’ai pas pu me choisir cela. Je n’ai pas pu. Je n’ai pas pu vouloir cela », tant que vous direz cela, vous n’évoluerez pas, vous n’avancerez pas vers vous-même. Il vous faudra une prochaine vie ou un prochain évènement. Ce n’est pas très grave vous avez le temps mes enfants, mais cette responsabilisation de dire : « Même si je ne vois pas trop comment j’ai fait cela, j’y ai sans doute participé. Alors, je cesse de le regarder, je cesse de ne regarder que cela. Je cesse de ne regarder que l’Ombre, parce qu’en ne regardant que l’Ombre, je ne vais générer que l’Ombre. Je suis ce que je regarde. Je suis ce que j’entends ».

Voilà ce que vous êtes : ce que vous regardez, ce que vous entendez, ce que vous touchez, ce que vous mangez. Ce qui passe à travers vos sens finit par vous définir, alors, choisissez une nourriture saine autant dans ce que vous voyez, dans ce que vous mangez et dans ce que vous entendez. Ne cherchez pas ce qui vous emmène encore plus dans la bataille.

 

L’écoute du cœur est quelque chose de profond. C’est ce sentiment qui ne se contente pas de dire « fais ceci » non, non, non. C’est un sentiment plus profond qui dit : « Je sens de manière juste que ma place est là. Je sens de manière juste que le Père, ou Dieu, veut m’utiliser là-dedans pour m’aider à grandir, pour aider mes frères et sœurs dans l’humanité à évoluer. » Même le pire criminel d’entre vous est là pour aider l’humanité à évoluer. Choisir le rôle du méchant n’est pas le rôle le plus facile, car c’est un rôle qui va sans doute vous obliger à revenir dans une incarnation projeter autre chose autour de vous, non pour équilibrer mais pour montrer réellement à ce monde, dans tous les temps, qui vous êtes vraiment.

 

Vous savez, beaucoup d’entre vous ont eu des incarnations peu glorieuses en termes de bonté, telle que vous la définissez aujourd’hui. Mais aujourd’hui, vous êtes venu montrer cette compassion, montrer cet amour, montrer cela, montrer et démontrer cela, montrer que vous vous aimez les uns les autres, montrer que la séparation, la non-liberté est sans doute ce qu’il y a de pire pour un être souverain et que cela ne peut que vous remettre dans la rébellion ou l’obéissance. Les deux états qui, finalement, n’amènent pas de joie mais amènent beaucoup de peurs.

Oh votre peur finira tôt ou tard. Vous savez toute peur termine au moment de la mort sans doute et tout finit. Mais pourquoi mourir de peur ? Mourez de joie ! De la joie de savoir que votre vie aura été portée par ce que vous sentez, ce que vous ressentez dans le partage et dans l’amour.

 

La première question qui vous sera posée à votre arrivée parmi nous sera : « Comment as-tu aimé ? Quel a été l’amour que tu as donné ? »

Aucun d’entre vous j’allais dire, très peu d’entre vous arrivent dans le monde intermédiaire en bonne santé. Vous imaginez bien que quelqu’un qui est malade à son arrivée dans le monde des désincarnés comme vous dites, ou dans l’au-delà, la première question qui lui est posée n’est pas : « Est-ce cette tuberculose était sympathique ? » non, c’est « comment as-tu aimé ? » « Qu’est-ce qu’il s’est passé ? » parce que c’est cela qui est important.

 

Ce qui est important c’est de vous aimer aussi vous, de vous respecter, vous, parce que beaucoup d’entre vous vivent des chocs d’intégrité actuellement et sont là à dire : « je ne suis pas d’accord mais je le fais quand même ». Alors posez cet acte-là en vous, je ne suis pas d’accord mais je le fais quand même et posez-vous cette question : « Où est l’amour là-dedans ? Qu’est-ce qui m’empêche, en faisant cet acte que je ne ressens pas, d’envoyer de l’amour, ou d’émettre de l’amour ou d’en recevoir ? » – d’émettre, et, ou, d’en recevoir, mais c’est mieux dans les deux sens. Rien ne vous empêche de regarder quelqu’un qui n’a pas l’attitude que vous voulez, de l’aimer et rien ne l’empêche, lui ou elle, de vous aimer.

 

L’intégrité doit être dans l’amour, pas dans la forme pure et dure qui n’est qu’une forme temporaire, car plus vous allez vous illuminer, plus vous allez être dans le ressenti, plus vous allez profiter des occasions qui vous seront données d’exprimer qui vous êtes ou ce que vous faites, plus vous vous sentirez aligné.

 

Mais le choc d’intégrité ne doit pas être un choc d’ego, pas « je vais faire cela parce que je vais montrer que j’ai raison. » Le véritable choc d’intégrité est : « je vais montrer que, même dans ces circonstances, j’aime. Je suis vivant et j’aime, et je vais prononcer mon amour ! »

Arrêtez-vous d’aimer quand vous êtes malade ? Arrêtez-vous d’aimer quand vous êtes au chômage ? Arrêtez-vous d’aimer quand une guerre ou une bataille a lieu ? Est-ce que ça vous empêche d’aimer ? Non. Vous le savez, non, bien sûr que non, cela ne vous empêche pas d’aimer.

Or c’est la raison principale de votre existence et les crises successives que vous vivez, ne sont là que pour vous rappeler à quel point l’amour est la clef, ce qui vous aura été répété pendant des siècles et des siècles, mais que vous allez comprendre dans le cœur, dans le corps, dans l’esprit, dans l’intellect, dans toutes les dimensions de votre être.

Et c’est en cela que cette période est fantastique, vous allez le comprendre dans toutes les dimensions de votre être et, finalement, accepter de comprendre que vous êtes nourri de l’amour à chaque seconde, et que vous pouvez diffuser cet amour quel que soit le lieu, quelles que soient les circonstances, dans n’importe quel moment, dans n’importe quel temps, dans n’importe quelle dimension.

 

Ceci est l’esprit planétaire. Ce qu’il se passe à titre galactique est aussi une quête de l’amour et du respect de l’intégrité de chacun et des choix de chacun. Il y a eu des atteintes à bien des égards, des moments où vous aurez été mis de côté pour éviter pire. Comprenez que tout avait du sens, que vous avez été protégés et préservés bien plus que vous ne l’imaginez.

 

Acceptez l’augure des mots que je prononce. Comprenez-les ou ne les comprenez pas, ce n’est pas très grave. Ce que je suis en train de vous dire, c’est que tout ce qu’il s’est passé jusqu’à présent vous a protégé et vous a amené à une crise évolutive intérieure aussi, à comprendre qu’être enfermé n’est pas la solution mais vous permet de prolonger et de mettre en avant certaines valeurs, à comprendre qu’être pour la vie à tout prix, ce n’est pas être pour l’amour à tout prix, à comprendre qu’être pour l’argent à tout prix, ce n’est pas être pour l’amour à tout prix, à comprendre qu’être dans la possession absolue n’est pas dans l’amour. C’est tout cela que vous apportent ces moments.

Ce n’est pas la première fois, ce n’est tellement pas la première fois que votre énergie, votre vie, votre conscience incarnée vit cela, vous l’avez déjà vécu.

 

Ceux qui en ce moment se positionnent dans la joie, sont capables de faire entrer la paix en eux, sont capables de rayonner l’amour. Ceux-là vont être très actifs, très en action dans ce monde, qu’ils aillent au cœur d’une bataille ou qu’ils restent chez eux, ce n’est pas le plus important. Comprenez encore une fois, la forme n’est pas l’amour.

 

La méta-forme, c’est-à-dire votre conscience, ce que vous reflétez à l’intérieur va projeter un monde à l’extérieur de vous. Je vous l’ai dit, vous êtes votre monde, vous êtes votre roi et vous êtes votre royaume. Si le roi est heureux, le royaume est heureux et être souverain, c’est être dans un monde joyeux.

Ramenez la joie dans ce monde, ramenez la joie du partage, ramenez la joie des échanges. Ne pas décider de qui est votre sujet ou qui ne l’est pas, mais que chacun soit frère et sœur de cœur, d’âme, de vie.

 

Oh le mot fraternité parait encore désuet pour certains d’entre vous, obsolète. Il ne l’est pas.

Si votre jeune génération appelle tout le monde « frérot » ou « sister » – peu importe – c’est qu’une part d’elle est déjà en train d’enregistrer ce message de fraternité, de famille.

Alors c’est une nouvelle famille qui se crée, une famille qui se dispute parce qu’elle est dans cette étape 2 de l’évolution, une sorte de rébellion, d’agacement.

L’étape 3 encore une fois, c’est la paix, le calme.

 

Le positif dans tout cela : le fait que l’amour gagne et gagnera toujours mais souvenez-vous, vous êtes dans cette crise où toutes les vérités vous sont montrées, vous ne pouvez plus les ignorer et où tous les mensonges vous sont montrés, vous ne pouvez plus les ignorer.

Si vous les ignorez, c’est donc volontaire, c’est donc que vous vous cachez. Vous êtes dans un déni de la vérité et dans un déni du mensonge mais, intérieurement, vos pendules sont à l’heure et vous savez déjà ce qu’il en est. Vous sentez, vous pressentez ce qu’il en est, vous retrouvez votre nature véritable.

 

Cette nature véritable est joyeuse. Elle va vous emmener dans un monde de partage, dans un monde de communion, dans un monde de respect de la nature, de votre nature, de respect de la vie aussi, mais pas de la vie en tant que corps, mais de la Vie en tant qu’entité globale, de tous les règnes.

 

Quelle belle ouverture d’âme et de cœur vous êtes en train de vivre !

Alors soyez courageux, c’est-à-dire : ne donnez pas toute votre attention à ce qui vous fait peur. Faites attention de quoi vous nourrissez votre esprit.

Ne donnez pas toute votre attention à ce qui fait peur, donnez aussi de l’attention à ce qui vient s’opposer à cette peur. Au début ce sera une autre peur et puis après, quelque chose qui vous mettra en joie, en disant : « mais oui, mais c’est cela qu’il faut faire, oui c’est ça, je sens que c’est cela qu’il faut faire ! » et vous le verrez, en vous cela va créer une joie : « Mon Dieu, on me propose ceci, oui c’est cela que je veux faire, oui, c’est cela dont j’ai envie ».

 

« Ce dont j’ai envie c’est cela », alors allez-y ! Allez-y doucement, tranquillement, à votre rythme, mais allez-y. Agissez, ne réagissez plus. Agissez dans la joie parce que vous sentez que c’est ce qu’il faut faire. Ce n’est pas ce qu’il faut absolument faire, ceci est encore de la rébellion. « Il faut absolument faire ceci » est encore de la rébellion, « sinon ça ne bougera pas » non, non, non.

 

« Je sens de faire ceci », allez-y sans savoir même le résultat, mais allez-y parce que vous sentez de faire cette action pour votre frère, pour votre sœur, pour votre famille, pour vous-même, pour la multitude en fait, pour créer un monde en paix à l’intérieur de vous, pour le respect de l’intégrité à l’intérieur de vous.

Eh oui, vous l’avez pressenti, après le mot « courage » c’est peut-être le mot « intégrité » qui va prendre la place, se sentir enfin aligné avec votre nature véritable et profonde.

 

C’est une époque formidable, je ne cesserai de le répéter, car elle engendre l’amour à chaque minute, à chaque seconde. A chaque instant une petite lumière s’allume partout dans le monde pour vous éveiller à votre divinité, à votre conscience divine.

Mais cette conscience ou ces esprits ne cessent de vous dire : « N’ayez pas peur ». Arrêtez d’avoir peur. Rien de ce que vous êtes vraiment ne peut mourir ou mentir.

 

La vérité vous libère et cette vérité est que vous êtes immortels et pur amour, et vous êtes venus expérimenter la possibilité du pur amour dans un plan qui ne l’est pas en apparence, parce qu’il faut l’irradier, parce qu’il faut l’arroser d’amour pour qu’il le devienne, pas attendre que « ça tombe du ciel ».

 

Vous êtes ceux qui arrosent le monde d’amour. Les végétaux le font, les animaux le font, les minéraux le font.

Mais le règne humain est en train d’évoluer pour inonder d’amour toute cette planète, et comprendre qu’il fait partie de cet ensemble, qu’il n’en est ni le chef – la nature vous le rappellera – ni le chef, ni l’esclave. C’est un tout, unique et harmonieux. C’est la nature, c’est votre nature et votre nature c’est l’amour.

 

Prenez dans ce message ce qui vous appartient, ce qui résonne et ce qui vibre.

 

Ne suivez personne car, vous le savez, je vous l’ai dit, vous vivez dans un monde avec autant de vérités que de mensonges. Alors vous verrez autant de vérités et de mensonges dans votre famille, dans les hommes politiques ou même dans le monde spirituel.

Aucun de ces mondes, aucune des dimensions de cette planète n’est totalement éclairée ou totalement sombre. Suivez ce que vous sentez depuis votre cœur, depuis votre joie, depuis votre alignement, suivez cela.

La souveraineté n’est pas une souveraineté collective, c’est une souveraineté individuelle. Car des gens qui ressentent la joie vont trouver d’autres personnes avec les mêmes joies, et d’autres avec d’autres joies mais tout le monde sera joyeux.

 

Alors je termine ce discours en disant : ne suivez personne que votre cœur, que ce que vous sentez bon pour vous, que ce que vous pensez vrai pour vous pour le moment.

Autorisez vous de nouvelles vérités. Soyez ouvert. Quelqu’un qui reste bloqué sur sa vérité ne pourra pas évoluer. Soyez ouvert au fait que peut-être vous vous trompez. Restez ouvert à la possibilité de changement et d’évolution car, passer d’un stade à l’autre demande forcément des ajustements, des découvertes de mensonges anciens, des découvertes de vérités anciennes aussi, et puis des vérités récentes ou des mensonges récents, mais tout cela va forger le nouveau personnage, le nouvel être d’amour dans lequel vous entrez maintenant, dans la Lumière qui est la vôtre.

 

Soyez bénis mes enfants et n’oubliez pas qu’il n’est pas un instant, pas une seconde et pas un temps où nous n’accompagnerons pas. Nous ne ferons pas à votre place, nous ferons avec vous et nous sommes là.

La video enregistrement original est toujours disponible à cette adresse :

https://legrandchangement.com/viewproduit.asp?i_forfait=75446&i_catego=56249

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :

  • qu’il ne soit pas coupé
  • qu’il n’y ait aucune modification de contenu
  • que vous fassiez référence à  ce site  https://sylvaindidelot.com
  • que vous mentionniez le nom de Sylvain Didelot

 

Commentaires