Lady Mirian 12 juillet 2016

19 juillet 2016 0 Par sylvaindidelot

 

Channeling du 12 juillet 2016

Je suis Lady Theresa Mirian

J’ai connu, comme vous, bien des incarnations sur ce plan et sur ce monde.

Je suis issue, comme vous, de la Source, de l’Etre dans lequel se fond tout Etre et je suis venue ce soir, une première fois à travers ce canal, parler de l’amour, de l’amour dans la relation, dans les relations.

D’autres viendront après moi évoquer d’autres sujets.
Vous savez lorsque vous êtes venus sur ce plan, lorsque vous êtes venus sur ce vaisseau Terre, vous ne l’avez pas fait seuls, vous l’avez fait avec la présence d’autres êtres, merveilleux, d’autres âmes merveilleuses, qui sont vos amis, vos frères, ou vos ennemis-mêmes.

Vous avez décidé de vous incarner encore, encore dans un corps, encore dans un cycle d’incarnation, dans cette densité. Ce cycle se répète, parce que vous ne pouviez, jusqu’à présent, accéder aux plans supérieurs qu’en adaptant votre corps, en le travaillant si profondément chaque jour, pour qu’il devienne le pont, et le vaisseau-même qui vous fasse ascensionner, qui vous amène sur un autre plan de lumière, un autre plan de conscience. Cela a demandé, m’a demandé, a demandé à d’autres Maîtres ascensionnés, sans doute la moitié de notre vie, voire plus pour certains d’entre eux.

Vous êtes chanceux, vous êtes chanceux parce que la planète toute entière évolue aujourd’hui dans un champ dimensionnel et dans une énergie qui est parfaitement propice à ce que, quelques mois ou quelques années de travail de l’énergie en vous, de travail de l’énergie dans le corps, de laisser faire de l’énergie, de laisser transparaître l’énergie à l’intérieur de vous, on peut appeler cela d’ailleurs : énergie, lumière ou amour… quelques années ou quelques mois de cela, suffisent aujourd’hui à faire de vous des Maîtres d’ascension.

Alors, ne vous laissez pas avoir par ce mot « Maître », ne vous laissez pas avoir par ses significations.

Le mot « Maître » signifie simplement qu’on sait avoir toujours été le Maître de l’illusion, le Maître de sa propre illusion, et nous avons créé, pour cela, notre propre jeu de conscience, notre propre jeu d’évolution, notre propre jeu consistant à voir l’amour partout, car le secret de l’ascension est l’amour, car le secret de l’ascension c’est d’aimer chaque chose, chaque instant et chaque personne.

C’est un secret qui peut vous paraître simple, vous paraître même “stupide” pour employer un de vos mots, ou enfantin, mais cette clé est essentielle, parce que lorsque vous aimez, vraiment, ce que vous êtes, le moment que vous vivez, la situation qui est la vôtre, lorsque vous êtes vraiment plongés en cela, alors vous pouvez comprendre et intégrer à quel point vous êtes les Maîtres de l’expérience qui est la vôtre, à quel point vous avez tout créé.
Alors souvent, avec vos frères et sœurs, vous avez eu des relations d’âmes, que vous appelez conflictuelles.

Alors dans votre relation, dans vos relations, il existe deux types de conflits. Le conflit que j’appellerais éloigné, vous vous sentez éloignés d’une culture, vous vous sentez éloignés d’un lieu vers lequel vous n’iriez pas, vous vous sentez éloignés d’une situation vers laquelle vous n’iriez pas. Ces éloignements lointains, si je puis m’exprimer ainsi, en fait, sont l’évocation de l’acceptation de l’inconnu, l’acceptation de quelque chose qui n’est pas votre culture, qui n’est pas votre savoir. Cette partie-là de l’incarnation, ceux qui ont accepté de jouer ce rôle-là avec vous, sont venus vous montrer que la création peut être multiple, que la création peut être grande et peut dépasser un simple corps, une simple pensée, ou de simples croyances. Ils sont venus vous montrer que tout est possible sur cette terre, ils sont venus vous montrer que tout est une question parfois de naissance. Mais peut-on renier le statut d’homme ou femme de la Terre, à celui qui est né ? Peut-on renier ce statut d’être humain, la transcendance, l’esprit-même de Dieu dans l’argile d’un corps incarné ?

Nous savons, à quel point, cela a pu être difficile pour vous de traverser encore et encore les couches dimensionnelles, pour revenir encore et encore s’incarner, pour apprendre cet amour qui est si simple une fois que vous avez quitté votre corps.
En vérité, c’est ici, dans un corps, que la Source, que Dieu, s’est retrouvé lui-même. Non qu’il se soit perdu, mais qu’il ait désiré se connaître, à travers quelque chose qu’il pensait différent, qu’il pensait ne pas être lui-même.

Un jour la Source a désiré s’étendre, devenir plus.

Quand la Source désire cela, vous imaginez bien et vous comprenez bien que la Source est déjà ce qu’elle évoque, au moment-même où elle le prononce, qu’elle est déjà la toute Puissance. Mais elle a désiré que chaque espace, chaque dimension, retrouve sa place, retrouve son espace. Que chaque espace, que chaque dimension, que chaque corps, que chaque planète, que chaque esprit puisse faire le même chemin que Dieu lui-même.

J’entends la complexité de ce discours, la vérité est que vous ne pouvez échouer, que nous ne pouvons échouer, parce que le trajet que nous faisons nous l’avons déjà fait.

C’est un cycle perpétuel qui vous semblerait immensément long si je devais l’exprimer dans le cadre de vos années.
Cela vous paraîtrait quasiment infini, pour se répéter sans cesse, c’est un cycle de respiration Divin, un cycle d’expansion, puis un cycle de contraction.

Vous êtes une partie dans l’hologramme, vous êtes une partie dans l’image Divine, vous êtes de retour à cela, étape par étape, dimension par dimension, compréhension par compréhension, prise de conscience par prise de conscience.

Vous êtes dans un corps, ceux qui ont la possibilité de comprendre la puissance incarnée de l’amour. Lorsque vous n’êtes plus dans un corps, vous vous sentez instantanément reliés au Tout. Tous ceux qui ont quitté leur corps le savent. Tous ceux qui ont voyagé, ne serait-ce qu’un instant à l’extérieur de leur corps, savent cela, savent très bien à quel point vous êtes reliés.
Mais, vous avez décidez de vous incarner dans ce corps pour connaître toutes les expériences, pour connaître toutes ces croyances, pour connaître tous ces espaces, tous ces temps, car en vérité votre temps n’est pas linéaire et votre prochaine vie sera peut-être dans ce que vous appelez le passé.

La croyance même dans le temps, est une croyance. Le temps n’est pas ce que vous pensez, le temps est ce qui permet à la pensée de s’exprimer.

Alors quand vous voulez apprendre la compassion, vous vivez une vie compassionnelle dans un temps où la compassion était importante, quand vous voulez apprendre la guerre, parce que certains ont voulu apprendre pourquoi se défendre, pourquoi se battre, alors vous vivez dans un temps de guerre.

Tout cela coexiste à l’intérieur de vous, vous avez vécu tellement de choses, avec toujours le même plan, la même guidance, le même espace, cette envie de connaître l’amour.

Chacun d’entre vous, chacune d’entre vous, n’a qu’un seul rêve : aimer et être aimé, tous, du maximum de personnes. Pourquoi ? Parce que vous savez que vous êtes déjà Tout. Vous trouveriez cela parfaitement naturel si vous pouviez comprendre, dans ce mental, dans cet aspect de vous-mêmes qui vous divise et vous forme, que vous êtes déjà l’unité que vous recherchez.

Alors pour vivre cela, vous avez décidé d’incarner l’énergie, d’incarner d’intégrer un corps, parce que ce corps semble séparé du reste. Alors vous ne pouvez plus avoir la pensée reliée à toutes les autres pensées, directement, puisque une des premières pensées qui vous vient c’est la séparation, l’idée d’être un corps, l’idée d’être séparé de votre prochain, mais petit à petit vous comprenez que ce n’est pas vrai, petit à petit vous comprenez le défi de la vie, petit à petit vous comprenez qu’il vous a été demandé de comprendre qui vous étiez au-delà de la forme, au-delà de l’expérience.

Quand je disais qu’il fallait auparavant une vie entière pour ascensionner, pour amener son corps à un tel niveau de vibration et d’énergie, que l’expérience-même de l’amour pouvait être vécue à l’intérieur de celui-ci entièrement, sans exploser, sans brûler, cela vous est rendu possible aujourd’hui dans le plan d’énergie où vous êtes.

Quelles en sont les implications ? Arrêtez le jugement, pas tous les jugements, je vais m’expliquer en cela.

Vous, dans l’humanité, je dirais nous, dans l’humanité, avons créé l’état positif, l’état négatif, le bien et le mal et vous l’avez vu, par génération, par culture et par lieu ce bien et ce mal peuvent avoir des limites bien étranges et bien différentes, et pour séparer le bien du mal vous avez décidé d’établir des lois qui ne sont pas les lois Divines mais qui sont des lois de l’homme. En faisant cela vous avez brisé, et nous avons brisé la première loi de l’univers : celle du libre arbitre.

Alors aimer Divinement son prochain ne signifie pas vouloir absolument être avec lui, alors aimer Divinement son prochain ne signifie pas tout accepter. Cela signifie simplement ne pas vouloir le moindre mal, la moindre parcelle de mal, de malheur, d’expérience négative à qui que ce soit. Ne pas émettre dans l’univers une pensée de jugement, une pensée de raison face à quelqu’un qui aurait tort, une pensée de puissance face à quelqu’un qui serait faible ou même une pensée de faiblesse envers quelqu’un qui serait fort.

L’implication est donc, ici, d’aimer Divinement chacun, d’aimer Divinement chaque personne.
N’oubliez pas ceci, chacune des personnes que vous rencontrez est venue vous apporter l’expérience que vous vous êtes écrit à vous-mêmes.

Le grand livre de votre vie, vous l’écrivez à chaque instant, vous en avez écrit les grandes lignes dans ce que vous appelez l’Au-delà, et vous écrivez aujourd’hui, chaque jour, une page de ce livre. Il n’est pas immuable. Rien n’est immuable. Il n’est pas fixé, rien n’est fixé. Ce qui est fixé c’est votre arrivée vers le plus haut point d’énergie qui soit, vers la plus haute énergie qui soit, cela vous l’avez écrit, et c’est pour cela que je vous dis : vous avez déjà gagné.

Dans les relations qui vous pèsent, souvent vous vous dites : si je suis dans l’amour Divin et inconditionnel alors je dois tout accepter, je ne dois quitter personne, je dois rester avec chacun, parce qu’il est mon frère, parce qu’il est ma sœur.

Sachez ceci : oui il est votre frère, oui elle est votre sœur, mais vous vivez dans des personnages, ce sont ces personnages qui vivent avec leurs propres règles et leurs propres lois, et pour ascensionner, pour vivre cet état de paix que vous recherchez, il est important de quitter l’aspect du personnage, d’incarner en même temps que le personnage, au début, puis de moins en moins, d’incarner votre état Divin, d’incarner l’énergie Divine, d’incarner l’énergie qui dans l’autre plan sait ce qui vous arrive, sait ce que vous êtes, sait ce que vous faites.

Jésus a appelé cette énergie le Père, vous l’appelleriez la Divinité en vous ou le Christ en vous, il n’y a pas d’erreur quand je dis en vous, car il est bel et bien en vous. Arrêtez d’imaginer que cette énergie est à l’extérieur de vous, parce qu’alors tout sera fait pour que vous en ayez vraiment l’impression, pour que vous ayez vraiment l’impression que tout cela n’est pas possible, que c’est vraiment à l’extérieur de vous.

Tout est déjà là. Bénissez chacun de vos frères et sœurs dans l’expérience qu’ils vous montrent. Vous serez jugés pour des choses que vous n’avez pas faites, vous serez condamnés pour des choses que vous n’avez pas dites, mais c’est le lot de tous les Saints, de tous les Saints de ce monde.

C’est l’impression que se donne parfois la raison. Vous connaissez cette raison, cette part de vous-même qui justement voudrait avoir raison.

Que signifie avoir raison ? Cela signifierait que votre expérience serait plus grande qu’une autre ? Cela signifierait qu’il n’existe qu’une vérité, alors que sur votre terre il en existe 7 milliards de vérité. Il n’est pas question d’avoir raison mais d’accepter ce qui vous arrive en comprenant que vous avez créé l’expérience, que vous êtes le prisme de votre propre victoire et qu’en laissant la lumière Divine traverser ce prisme, alors tout sera éclairé, alors vous aurez compris que tout cela est fait pour vous amener vers le plus merveilleux chemin qui soit.

Alors vous pourrez retourner voir votre sœur, voir votre frère en lui disant que finalement tout était parfait dans ces histoires, que tout était parfait dans ce cheminement, dans cette volonté qui vous a traversé, mais, car il y a un mais, tout ceci demande en vous une grande dose d’amour et d’humilité, une grande dose d’amour, de simplicité, de comprendre celui qui vous a aimé, d’aimer celui qui vous a aimé, car celui-là doit rester.

Celui qui ne vous aime pas ou que vous n’aimez pas, je parle d’un amour, je dirais terrien, pas de cet amour Divin dont je vous ai dit toute à l’heure qu’il pouvait être donné à tout le monde, mais si vous sentez que l’énergie de votre corps, de votre mental, de tout ce qui fait votre expérience terrestre, n’est pas compatible avec quelqu’un ou avec une situation, arrêtez de vous entêter, laissez cette énergie être et aller là où elle le désire.

Chacun d’entre vous est comme une petite flamme, une petite flamme vivante et vibrante dans l’énergie de ce monde. On ne peut contenir une flamme très longtemps sans qu’elle s’étouffe.
N’oubliez pas la première loi, celle du libre arbitre. Laissez chacun d’entre vous connaître et croire en sa propre vérité, guidez-le, aidez-le, mais ne le soutenez pas trop longtemps car si vous voulez que votre frère grandisse, que votre sœur grandisse, alors vous devrez laisser l’expérience de la vie couler à travers elle.
Chaque instant de votre vie vous amène à votre propre victoire, à votre victoire personnelle.

Lorsque j’ai déjà donné ces mots, souvent on m’a dit : « mais je vis des expériences traumatisantes chaque jour, tu es en train de me dire que je crée ces expériences, tu es en train de me dire que je devrais aimer mon bourreau, que je ne devrais pas me sentir victime…

Ce que je suis en train de dire c’est qu’il est compris par la Source elle-même qui vous prend dans ses bras, par le Père, par votre état Christique, que cette expérience est douloureuse pour vous, qu’elle n’est pas facile, que tout cela est difficile bien-sûr.
Mais le Père observe cette douleur, et comprend que si cette douleur est présente en vous c’est parce que vous résistez au changement, c’est parce que vous résistez à l’évolution, c’est parce que vous voudriez résoudre quelque chose, plutôt que de le laisser passer, de le laisser couler.

C’est la grande différence entre l’être humain et un esprit de la nature, un esprit naturel. L’être humain veut tout résoudre, tout comprendre, faire cheminer l’autre vers son propre raisonnement. Chacun d’entre vous à son rôle, chacun d’entre vous peut aider son frère et sa sœur, mais personne ne peut convertir qui que ce soit à sa propre raison, à sa propre vérité comme je l’ai dit toute à l’heure, car convertir à sa raison signifie mettre en œuvre le processus du jugement. Ce processus du jugement va vous amener à la peur d’être jugé, à la peur de ne pas avoir raison. La peur sera toujours l’opposé de l’amour, et donc l’opposé de votre propre élévation.
Ne résistez pas à ce qui Est.

A celui qui est persécuté au travail, je dis ceci : embrasse l’énergie, embrasse l’énergie, accepte à l’intérieur de toi cette expérience, observe, observe les pensées qui en toi ouvrent les portes du mental pour te donner ta propre solution, car tu la connais déjà. Tu as peur de l’assumer ? Très bien, très bien, parce que la peur ne t’aidera jamais, la peur ne t’avancera pas, alors n’obéis pas à ta peur, obéi s à ton cœur.
S’il laisse traverser l’épisode, l’épisode peut cesser, s’il quitte la situation l’épisode peut cesser, mais qu’as-tu senti en toi profondément qu’il était juste de faire ? Qu’as-tu senti en toi profondément, dans la connaissance que vous êtes un, que nous sommes un, qu’as-tu senti en toi, qui t’a aidé à avancer et à progresser, à faire ce pas dans l’environnement qui te paraissait si compliqué, qu’est ce que t’apprend cette situation sur toi-même, sur ta partie Divine, pas sur ton personnage, pas sur ta personnalité qui aimerait se sentir victime de quelque chose, mais sur toi, sur toi être Divin dansant dans l’argile de ce corps, qu’est ce que tu apprends…

Lorsque tu as compris l’enseignement, lorsque tu as conscientisé, amené en toi l’enseignement de l’expérience, alors il n’est plus nécessaire de la vivre. Laisse le bourreau à ses victimes et change, car la vie aura deux moyens de vous faire évoluer, si vous changez vous-mêmes, toutes réactions en face de vous va changer, et va évoluer aussi, c’est la règle d’équilibre de mutualité entre vous. Si vous changez, votre monde change. Mais cette histoire de la vie, de cette évolution que vous vivez, elle n’est là que pour vous raconter cette expérience.

En clair, mes frères, mes sœurs, il ne vous est pas demandé de gagner, il vous est demandé de comprendre.

Il vous est demandé de conscientiser ce que l’énergie Divine vous amène, ce que vous vous êtes amené à vous-mêmes, alors remerciez votre bourreau et quittez-le, c’est une solution, ou observez-le avec amour, et si vous le voyez changer, alors comprenez que vous avez compris, que vous avez Tout compris.
Chaque personne vous amène sur un plateau l’expérience-même, qui est nécessaire au prochain pas, à votre prochain pas, à votre prochaine évolution, une évolution dimensionnelle, je l’explique encore.

Et n’oubliez jamais cette clé, la clé reste l’amour.
Que ferait l’amour à ma place ? J’entends cette phrase souvent chez beaucoup d’êtres spirituellement avancés, j’allais dire, l’amour ne se jette pas dans le feu. L’amour aime, embrasse, mais pour ne pas être dans le jugement, pour ne pas être jugé, l’amour sait parfois s’éloigner de situation compliquée, tout en comprenant qu’il ne s’agit là que d’une couleur.

Dans le personnage , il y aura toujours des gens qui vous aimeront, il y aura toujours des gens qui vous détesteront pour utiliser vos mots, dans le personnage, mais au-delà du personnage, si vous les observez avec amour, de dos, de face, ou en mémoire, vous verrez que c’est avec amour qu’ils vous répondront, vous verrez que c’est l’amour que vous verrez en face de vous, en chaque homme et en chaque femme vous verrez un enfant tremblant venu apprendre l’expérience de la vie en ne sachant pas la maîtriser, quelque soit l’âge qu’il pense avoir.

Elle est là la réalité, vous ne maîtrisez pas tout, puisqu’il s’agit du flot continu de la rivière de la vie coulant à travers vous.
Etre un Maître en amour, être un Maître d’ascension c’est être capable de comprendre que vous êtes tous reliés, parce qu’à ce moment-là le stade suivant c’est de comprendre que vous n’êtes pas seulement reliés à tous, mais à Tout, à tout ce qui vous entoure, que chaque expérience, chaque chose que vous voyez n’existe que par votre propre volonté, que par votre propre concentration et volonté à vouloir voir.

Puis l’étape suivante ce sera de comprendre que même les expériences obéissent à la volonté de ce que vous voulez voir, alors arrive l’étape ou vous comprendrez que vous n’êtes pas un corps, alors arrive une étape ou vous pourrez voyager même, en dehors de ce corps.

Le cycle d’incarnation vers l’ascension, vers les dimensions supérieures, pour employer encore une fois vos termes, j’insiste sur le fait de dire qu’il s’agit de vos termes, ce phénomène impliquait d’emporter une partie du corps, une partie des énergies du corps qui aurait été magnifiée.

Dans la majorité de vos dogmes, de vos religions, il vous est dit de conserver le corps quelques temps, puis selon le rituel de le faire brûler ou de le faire disparaître, parce que les énergies subtiles auront quitté votre corps et auront rejoint l’esprit.

Vous vivez ce temps, vous vivez cette époque bénie où quelques mois quelques années suffiront, mais je suis bien en train de vous dire que vous devez, si vous désirez ascensionner, aimer, aimer. C’est la première question qui vous sera posée quand vous arriverez, quand vous viendrez vers nous il vous sera demandé : comment vous avez aimé…

Il vous sera demandé la dose d’amour que vous aurez donnée à votre prochain, chaque jugement vous en aura éloigné.
N’ayez crainte, encore une fois je vous l’ai dit au début de cette conversation, vous avez gagné, vous avez réussi et nous y sommes, vous y êtes déjà arrivés et nous y arriverons encore.

Merci de votre écoute
Je vous laisse à présent avec un ami, je vous laisse avec l’Ange Zadkiel.

Photo de Sylvain Didelot.
Commentaires