Sylah 3 Mai 2017

Je suis Sylah
Bonjour, ce jour, vous me demandez de parler des « vies antérieures » et de leurs impacts Karmiques sur votre vie.

Il va me falloir choisir une illusion pour décrire une illusion. Votre existence n’est qu’une histoire. Il est important de voir ce monde que vous vivez comme une illusion projetée de votre conscience.
Ne croyant pas vraiment, depuis ce monde, à votre plein pouvoir, vous avez imaginé la séparation pour rendre les choses plus simples à un mental qui ne devait, à l’origine, n’être qu’un « sous-programme » permettant de maintenir la forme dense de votre corps en vie pendant vos départs vers d’autres dimensions.

Dès lors, et encore une fois par « facilité divine » dirons nous, vous avez créé l’illusion du temps et de l’espace. Dans ces conditions, il est effectif que vous avez des vies antérieures et des vies postérieures à votre existence dans le temps et l’espace que vous définissez comme étant « vous » ou « moi ».

La réalité est que vous êtes dans un plan « supérieur » et que la vie que vous jouez à présent n’est qu’une de vos vies. Elles sont toutes jouées en même « temps ». Imaginez que vous ayez un jeu vidéo dans lequel vous pouvez contrôler plusieurs personnages. Dans ce jeu, vous ne pouvez intervenir que sur un personnage à la fois alors, vous laissez ce personnage à son mental et son ego pendant que vous vous occupez d’un autre personnage.

Chaque personnage dans le temps et l’espace de la partie peut faire quelque chose pour aider un autre personnage à avancer dans le jeu. Alors, cet autre personnage ayant la même connexion divine va bénéficier des bienfaits d’un autre « lui même » finalement.

En vérité, vos vies sont jouées en même temps dans une intrication où vous n’êtes qu’UN. Vous n’êtes pas vraiment séparé parce que le « maître du jeu » , le divin des divins, s’occupe de tous ses enfants.

Alors, ou est le karma là dedans ? Dans la nécessité d’équilibrer un « score » en appliquant les règles du libre arbitre, de l’équilibre, de l’équité…. il s’agira donc pour un personnage de prendre sur lui la charge d’un autre personnage pour l’alléger. Il pensera alors avoir été ce personnage alors qu’en vérité, il est chaque personnage. Parfois, dans cette partie à échelle cosmique dont le seul but est l’Amour, l’union des joueurs, certains personnages se « sacrifient » pour purifier des karmas de grandes échelles. Cela fut fait plusieurs fois et récemment encore.

Vous êtes à ce point du jeu d’amour en vous où vous pouvez communiquer plus consciemment avec votre conscience supérieure, avec un aspect de vous même dans un autre champ dimensionnel ayant la mémoire du but de cette existence, qui doit être mené en joie et amour. Il est temps de passer au niveau 2, de lâcher les règles qui prévalaient dans l’ancien niveau de jeu et de cesser de ne prêter pouvoir qu’au mental et à l’ego qui vous servent mais ne sont pas votre réalité première.

Je comprends que ce message puisse troubler vos esprits mais nous sommes là pour vous aider dans ce niveau déjà atteint, il s’agit de vous révéler.

Soyez bénis en cela.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner
copie aux conditions suivantes:
-qu’il ne soit pas coupé
-qu’il n’y ait aucune modification de contenu
-que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com/
-conférences: http://sylvaindidelot.com/conferences/

Aucun texte alternatif disponible.

Archange Gabriel 27 Avril 2017

Bonjour,

J’ai eu l’occasion hier de canaliser un message de l’Archange Gabriel avec une cliente et j’utilise ici un processus de recanalisation pour recevoir à nouveau l’essence d’une partie de ce message.

« Je l’archange Gabriel

Vous connaissez la loi du libre arbitre, la loi karmique, la loi d’équilibre et d’autres lois de l’univers, j’aimerai commencer à évoquer avec vous la loi d’équité, elle décrit ce qui vous est du de droit divin quand vous vous connectez en conscience avec votre véritable nature divine.

Cette loi est importante car elle révèle l’essence de ce nouveau monde dans lequel vous êtes.

Il s’agit ici de comprendre qu’une goutte d’essence divine en vous peut faire autant de travail que 1 000 gouttes d’essence humaine.

Je m’explique. Lorsque vous méditez, comme évoqué avec mon canal et d’autres, sur votre partie divine. Lorsque vous laissez votre essence divine vous infuser de l’énergie or de la Paix, cette énergie infuse votre expérience.

Les « gouttes humaines » sont les moyens humains que vous avez utilisé jusque là pour trouver votre énergie. Il s’agissait de prendre ou donner de l’énergie en fonction de jeux de personnages de jeux de l’ego humain mais ces jeux restent une sorte de « bataille pour la survie » face à la puissance simple de l’Esprit qui vous compose.

Lorsque vous contacterez en conscience votre âme divine (et je ne parle pas d’un contact par des mots mais de la simple observation de sa présence, vous serez infusé de cette énergie qui peut transformer votre expérience.

D’abord, cette énergie viendra « remplacer » l’énergie humaine utilisée dans le passé pour la remplacer de son énergie, vous vivrez alors de grandes guérisons et compréhensions du pourquoi de vos expériences. Puis, une fois quelques semaines ou mois, vous serez infusé de cette énergie dans le présent continuel et dès lors, votre vie sera la vie divine, vous verrez et serez le miracle que vous voulez voir, tout sera simplifié, préparé et plein d’une joie simple dans l’amour de la VIE.

La loi d’équité est cette « proportion » énergie divine / énergie humaine (mentalisée).

Toutes les indications vous seront données au rythme de nos rencontres et échanges.

Vous êtes déjà sur le chemin de votre propre lumière, vous êtes même déjà arrivé en quelque sorte.

Notre présence à vos côtés est forte et nous sommes heureux de vous partager tout cela.

—-
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner
copie aux conditions suivantes:
-qu’il ne soit pas coupé
-qu’il n’y ait aucune modification de contenu
-que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com/
-conférences: http://sylvaindidelot.com/conferences/

L’image contient peut-être : 2 personnes
216214_16794537_1309441021

St Germain 11 avril 2017

Channeling du 11 Avril 2017

 

Bonsoir, je suis Maître Saint-Germain.

 

J’étais présent aussi durant cette expérience, l’expérience que vous venez de vivre et qui était voulue ce soir. Elle était voulue ce soir pour vous parler d’alignement, parce que vous êtes dans ces énergies actuellement ce mois-ci, dans l’alignement de vos actions, et comme nous venons de le préciser, dans l’alignement de vos mots. Essayez d’avoir la parole juste et en tout cas, comme l’a fait le dernier Maître que tu n’as pas prononcé, mais qui était Sananda lui-même, d’ essayer d’avoir envers l’autre la parole que l’on aimerait qu’on nous porte à nous-même, dans notre expérience et dans notre champ d’existence.

 

C’est important de considérer l’espace des mots, l’espace des mots,  parce que cet espace peut être purifié lui aussi, purifié parce que souvent cet espace, dans l’esprit humain, contient ce que vous appelez encore des sous-entendus, des non-dits, des choses interprétables. Alors ici, vous pouvez vous imaginer que je vends la flamme violette cela me fait rire, mais vraiment, vraiment je vais vous parler de ma flamme bien-sûr. Pour purifier vos mots, pour purifier votre langage, vous pouvez employer ma propre flamme, la flamme elle-même elle est vivante et vibrante, pour introduire la parole juste en vous disant :

je désire que la flamme violette soit présente dans chacune des expressions que je vais évoquer, qu’elle purifie ma parole, qu’elle purifie mes mots.

En agissant ainsi, quelques soient vos mots, si une énergie est trop, j’allais dire, trop lourde, trop dense, elle viendra sans doute se purifier dans la flamme et éviter des impacts trop violents. Mais en même temps, si vous étiez capables de prendre un petit temps de recul et sans doute, j’allais dire, avant d’aller  dans un champ de parole où vous savez que vous allez, comment dire, être énervés, être angoissés, être stressés par l’expérience même, prendre ce petit temps de dire : flamme violette consume-moi.

 

Vous n’allez pas partir en cendres mes amis, la flamme violette va, en vous, prendre toute cette information qui en fait, ne sert pas les plus hauts plans de cette existence. La colère n’a jamais servi aucun plan les plus hauts de l’existence, elle a permis de révéler certes quelques informations et parfois donc elle est utile, mais elle n’est pas utile quand elle est dans le jugement de l’autre. La flamme violette purifie le vide dans l’expérience, le vide entre chaque atome. Cela signifie que lorsque vous émettez une parole qui n’est pas juste et qui n’est pas alignée avec ce que vous êtes et que vous le ressentez , à postériori, sans pouvoir corriger ce qui s’est passé, je vous invite vraiment à consciemment utiliser la flamme de cette manière :

je demande à la flamme  violette de purifier mes actions de ce jour, de purifier mes mots. Lorsque vous faites cela, vous n’aurez rien créé, ni dans un sens ni dans l’autre sens.

 

C’est un petit peu comme si vous demandiez à la flamme de balayer cette journée. Lorsque la flamme purifie, elle ne peut pas forcément sélectionner uniquement l’information positive ou négative. La purification ramène votre existence à un état de paix, un état d’alignement simple à la vérité de qui vous êtes et de ce que vous êtes, voilà ce que nous entendons sans doute par paix, et en ramenant cela dans ce plan-là, rien n’est juste ou injuste, tout est parfait.

Mais en même temps, la flamme violette viendra effacer votre création, votre in-création parfois, devrais-je dire. J’entends des questionnements parmi vous sur ce que je viens d’évoquer : si j’utilise la flamme violette et que j’ai prié toute la journée alors l’intégralité de mes prières va s’envoler ?

Oui, c’est exact. C’est tout à fait exact. Mais sur une journée où vous avez ressenti des gros chocs et où vous n’avez été que 15,30 minutes ou 45 minutes, dans un état, que j’allais dire, globalement bon pour vous, mieux vaut repartir à 0, mieux vaut vous offrir un nouveau départ que de laisser des énergies du passé, de votre passé, continuer à se perpétuer dans le futur. Prenons un exemple assez simple et connu de vous : ce que vous appelez le stress au travail. Le stress au travail c’est un stress quotidien, demain vous repartez  avec la même idée sur vos collègues, sur votre famille sur ce qui est employé, sur ce qui se passe, et vous perpétuez la roue des paroles, la roue et l’enchainement des actions aussi.

 

Il faut être en capacité, vous ne pouvez pas accélérer et freiner en même temps votre existence, ce que je veux dire par là c’est qu’il faut passer par un point 0, il faut s’arrêter. Arrêter de perpétuer la roue d’in-création, ce que je veux dire par là, c’est d’arrêter de créer quelque chose qui finalement vous dé-crée, c’est-à-dire vous fait reculer de ce que vous êtes vraiment, d’un état de paix, de joie et d’amour. Alors la flamme violette employée jour après jour, va permettre petit à petit de dissoudre chacun des schémas entre vous et votre collègue, entre vous et votre ordinateur, entre vous et votre propre pensée, de dissoudre petit à petit chaque schéma limitant, tout ce qui vous fait croire que vous n’êtes pas au bon endroit, pas au bon moment, pas dans la bonne existence, pas dans la bonne expérience.

 

Tout cela va disparaître et laisser en vous un espace, et c’est le terme juste, un nouvel espace pour créer une nouvelle expérience, pour diriger votre conscience vers ce qu’elle veut réellement vivre, et pour que l’énergie de l’Univers vous envoie, par l’intermédiaire de vos collègues, par l’intermédiaire  de tout ce que vous allez vivre ou voir, vous envoie de nouvelles possibilités d’expériences. Parfois, le vide de votre corps par exemple, le vide entre les atomes  de votre corps est parfois très très très rempli de choses que vous avez engrammées, accumulées depuis des dizaines d’années. Employez quotidiennement la flamme violette, non sur toute la journée pour cette fois-là, mais simplement de dire : voilà, je me place, là, ici et maintenant dans la flamme violette,  et non pas je purifie toute cette journée.

 

Voyez quand vous dites à la flamme violette : je purifie toute cette journée, elle va purifier toute cette journée, mais vous pouvez lui demander de purifier votre corps, c’est tout, et allais-je dire, sans rien mettre derrière. Je vais m’expliquer sur cette technique, mais vraiment laissez l’énergie de la flamme violette purifier chaque atome de votre corps, chacun des corps, chaque énergie densifiée, l’information en vous perturbante va densifier quelque chose dans le corps. Alors certains d’entre vous, je les entends, je vous entends, vraiment, ce sont dit : mais dans ce cas-là, je pourrais très bien décider d’employer la flamme violette pour purifier une partie de ma journée et pas une autre, mais tout à l’heure souvenez-vous je vous ai dit, mieux vaut tout purifier que de ne purifier que ce qui va mal, allais-je dire. Pourquoi ?

 

Parce qu’il existe une autre loi souvent peu connue de vous : la loi d’équilibre, et cette loi elle est si parfaite, si profonde, si holographique, que chacune de vos journée en fait est équilibrée entre quelque chose que vous pourriez appeler le bien, et quelque chose que vous pourriez appeler le mal. Partout dans votre journée, chacune de vos journées est équilibrée ainsi, chacune de vos journées est équilibrée comme cela. Alors quand vous êtes dans un état, j’allais dire serein, vous n’aurez plus ces pics d’expérience haute et pics d’expérience basse, quelque chose va venir équilibrer l’expérience, elle va juste être juste dans le moment présent.

 

Si vous voulez ne garder que des pics de joie et retirer des pics de peine, la loi d’équilibre, fait que cette énergie trop forte devra être compensée à un moment ou à un autre. C’est un petit peu comme imaginer ce que vous avez appelé le karma, mais sur une seule journée. L’équilibre doit-être présent, pour que vous puissiez recréer, reprendre la main sur votre existence. Donc purifier une relation dans le moment présent, de manière sporadique, bien-sûr c’est utilisé et utilisable, mais demander à la flamme violette de purifier seulement les moments négatifs de votre journée peut créer et souvent crée un déséquilibre, et vous vous dites : c’est drôle j’ai tout effacé, je me sentais mieux, mais le lendemain c’était encore pire, parce que il faut tout équilibrer.

 

C’est comme si vous aviez une balance de bien et de mal, comprenez cela, cette balance, quand vous êtes équilibrés, vous recevez toutes les informations pertinentes de votre existence, toutes les informations pertinentes vous permettant d’avancer vers votre plus grande dimensionnalité, vers votre plus grande expérience, vers, je dirais, les valeurs les plus élevées à l’intérieur de vous, et en tout cas, tous les états vous permettant de ressentir qui vous êtes en permanence.

 

Si cette balance est déséquilibrée, même vers le bien, pour revenir sur le plateau de la balance, évidemment il faudra équilibrer les forces. Alors, plus vous jugez l’expérience bonne ou mauvaise, plus vous jugez l’expérience, et plus vous aurez des pics hauts ou des pics bas, moins vous jugez et plus ces pics, allais-je dire, vont s’aligner, et vous ressentirez juste un état de joie, pas extrême, mais un état de joie permanent, un état de paix permanent, et un état d’amour permanent. Les extrêmes sont ici inutiles. L’équilibre est une des clefs, une des lois de l’Univers. On vous a beaucoup parlé de loi d’attraction, de loi de manifestation, loi de karma, mais il existe aussi cette loi qui n’est pas, j’allais dire inter vie, mais une loi de l’équilibre qui soit plus globale et plus juste, j‘allais dire, dans chaque moment et chacune de vos journées, dans chacune de vos créations, parce que chaque journée et votre création, et chaque journée est équilibrée.

 

Alors souvent, je ris parce que encore une fois j’entends en vous, et vous dites : oui mais aujourd’hui j’ai passé une journée pourrie, rien n’a été, rien n’a été. Voilà le jugement humain. Dans le jugement non humain, dans le jugement hors de la forme, voici ce qui est dit : les contacts pour cette personne ont été mauvais aujourd’hui et chaque personnage qu’il a croisé, cela n’allait pas, mais son corps a fonctionné parfaitement, sa vue a fonctionné parfaitement, sa voiture a fonctionné parfaitement, la relation avec sa femme a fonctionné parfaitement. Voyez ce que je veux dire par là ?

 

C’est que vous avez été effectivement focalisé sur l’expérience négative, et vous n’avez donc pas pu, j’allais dire, observer le positif qui était venu compenser cela. Oh ils m’ont particulièrement énervé… mais ce que vous n’avez pas senti c’est que, pendant que vous étiez particulièrement énervés, vous vous êtes sentis particulièrement en forme, pour exprimer votre énervement, plus en forme que d’habitude. Parfois certains d’entre vous, qui se sentent mal le moment, au moment où ils sont énervés, au moment où ils s’angoissent, au moment où ils passent leur mauvaise journée, sont plus dans l’énergie que le matin au réveil.

C’est dû aussi à cette loi d’’équilibre, à cette force de vie en vous, mais c’est à vous de voir comment vous voulez utiliser l’énergie de vie, l’énergie de conscience en vous, cette énergie vivante. Vous pouvez l’utiliser, j’allais dire, pour votre version du bien, ou pour votre version du mal, mais cela restera équilibré. C’est pourquoi je vous invite à équilibrer votre journée, à demander la flamme violette sur l’intégralité de votre journée.

Ne vous jugez pas vous-mêmes, c’est sans doute par-là que je voudrais terminer mon discours ce soir. Je ne suis pas sur le bon chemin, je n’avance pas, je ne sais pas où je vais, je ne sais pas qui je suis, je ne sais pas ce que je vais devenir, ça c’est des jugements envers vous-mêmes. Ça c’est des jugements envers vous-mêmes. Le Sage Blanc, l’énergie qui a été déployée toute à l’heure autour de vous, a été fantastique dans un enseignement simple, qui est : montre-moi qui JE SUIS. Ce n’est pas un jugement, quand vous dites à l’Univers : montre-moi qui TU ES, sachant que vous êtes l’Univers, vous montrez à vous-mêmes le plus haut plan de votre existence.

 

Vous demandez à voir le plus haut plan de votre existence, alors vous allez vivre des expériences peut-être un peu intenses après, mais quelque chose, encore une fois, qui viendra modifier l’énergie autour de vous. Mais restez bien calés sur le fait que vous décidez de votre expérience, que vous décidez la manière dont cette énergie, j’allais dire, est comprise à l’intérieur de vous. Vous décidez ce que vous faites des mots, vous décidez ce que vous faites de ce que vous mangez même, c’est vous qui décidez, de ce que vous cuisinez par vos mots, allais-je dire. Si les ingrédients sont mal mélangés, le plat ne sera pas bon, mais c’est vous qui avez fait la recette.

 

Trouvez la recette qui fait que votre journée sera savoureuse, trouvez une recette qui fait que dans votre journée vous vous donnez 3 fois par exemple, ce sont des clefs chiffrées, 3 fois l’occasion de féliciter quelqu’un, 7 fois l’occasion de dire merci, et avant de vous endormir 3 fois l’occasion de vous montrer quelque chose qui, dans votre journée, s’est très bien passé. Ces clefs chiffrées : 3, 7, 3, vous permettent d’emmagasiner en vous ce qu’est la parole impeccable, ce qu’est le verbe juste. En ce mois et dans votre énergie c’est important, parce que beaucoup de déséquilibres sont ressentis dans votre corps, sont ressentis dans l’expérience. Alors ayez conscience que vous êtes générateurs de tout cela. Si vous ne savez comment le rectifier, essayez au moins d’introduire le maximum de silence en vous. Essayez de ne pas répondre trop vite, de prendre du temps, de prendre cet espace vide, de comprendre que dans cet espace vide, entre le moment où on vous parle et le moment où vous répondez, dans cet espace se crée un choix : que vas-tu choisir… la réponse automatique ou une réponse un peu plus Divinisée ? Offrez-vous ce choix, ne laissez pas les automatismes de la parole générer sans cesse l’existence, le plan d’existence, et le plan de croyance qui est le vôtre aujourd’hui et dont vous vous plaignez chaque jour, en disant : c’est comme partout, c’est comme tout le monde, c’est toujours pareil. Vous avez continué à perpétuer les mêmes paroles, toujours les mêmes paroles.

Merci en tout cas de votre écoute, de nos paroles. Merci de votre expérience. Prenez soin de vos mots et soyez bénis de la Source.

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner
copie aux conditions suivantes:
-qu’il ne soit pas coupé
-qu’il n’y ait aucune modification de contenu
-que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com/
-conférences: http://sylvaindidelot.com/conferences/

téléchargement

Le guide blanc (collectif) 11 avril 2017

Channeling du 11 Avril 2017

Je suis le Guide Blanc,

On m’a donné tellement de nom que j’aimerais ne pas en avoir ce soir. J’aimerais vraiment vous demander de ne pas nommer certaines énergies parfois, de ne pas nommer toutes les énergies que vous recevez. Ce que j’essaye d’exprimer, c’est qu’en nommant les énergies que vous recevez, parfois vous les restreignez à un nom, à une image, à quelque chose qui n’est pas vraiment la réalité, j’allais dire, la réalité réelle de ce qu’est cette énergie. Alors quand des Guides se présentent à vous ils se nomment, et c’est souvent très efficace, utile, surtout au début quand vous envisagez une communication, sans doute directe avec nous, totalement. Mais parfois plusieurs personnes vous parlent en même temps et c’est ce que nous expérimentons ce soir avec Sylvain.

 

Alors nous avons décidé de nommer nos énergies communes  « Guide Blanc », dans cette idée sans doute, probablement, de la Fraternité Blanche. Mais c’est un terme bien ancien maintenant.

 

Nous aimerions vous parler de la puissance du verbe, de la puissance des mots. En nommant quelque chose vous nommez l’idée, vous créez l’idée dans la matière, vous amenez cette idée profondément dans l’énergie de la matière. Alors, lorsque par exemple vous nommez le mot Dieu, beaucoup se posent cette question : qu’est-ce que ce mot Dieu ? Le mot Dieu signifie-t-il un personnage, signifie-t-il quelque chose, qui vous en comme cela, s’introduit, une énergie ? Est-ce que cela certains d’entre vous peut-être le perçoivent comme un vieillard blanc, une vieille personne âgée observant le monde, avec une certaine justesse et justice ?  Mais voyez déjà qu’en nommant l’énergie vous lui prêtez un masque. C’est ici que je vais nommer que souvent les mots restreignent l’énergie, mais les mots sont aussi porteurs d’une énergie, porteurs d’une vibration et d’un espace. Alors, voyez que parfois certains mots sont utiles, d’autres sont inutiles. Comment reconnaître les mots utiles, quand l’énergie qu’ils apportent en vous, dans leurs plus hauts degrés d’énergie. Alors,  il est des mots que nous vous avons appris à prononcer et que vous appelez des mantras. Ces mantras, s’ils sont énergétiques dont le plus connu est sans doute  OM, OM, très proche d’un autre mantra, donné par Maître Saint- Germain avec moi ce soir et en même temps, c’est I AM. I AM et OM ont une signification, dans l’énergie très proche. Alors cette énergie en vous elle infuse une connaissance en un seul mot, en une seule syllabe. Parfois, une seule de vos lettres suffit à faire quelque chose en vous. Ainsi le

A… A… , A est la voyelle, le son qui permet la création, A… et c’est sans doute de là que vous tirez ce texte de l’alpha et de l’oméga, du début et de la fin. Tout comme commence par un A… chacune de vos compréhensions dans l’existence, dans votre mental, commence par un Ah… Ah…, pas un Oh… Oh…, le Oh… Oh… étant en fait un étonnement mais pas la création de quelque chose. Voyez comme votre corps est habitué finalement à utiliser ces syllabes. Ainsi quand une joie est créée pour la première fois, souvent vous sentirez un Ah… Ah… Ah…,  une sorte de rire en vous, et quand c’est généré pour une autre fois c’est Eh… Eh…, autre chose viendra s’ajouter à la joie. Chacune de ces voyelles peut être utilisée, mais voyons  quelques-unes d’entre elles : le A comme créateur, le I… comme un verticalisateur, I… comme quelque chose qui est capable de verticaliser les plans de conscience, il est évidemment écrit dans la majorité des langues, ce I…AM, ce I, cette lettre, peu importe, en vérité sa prononciation dépend de l’espace où vous êtes, mais sa symbolique est bien celle de la verticalisation. Je me verticalise.

 

Et OM… une sorte de je suis le créateur l’expérience, je ne sais pas comment vous expliquer ce qu’est le OM à part vous dire que ce OM englobe tout ce qui est. Voyez donc désormais : I…, A…, M…, I AM, comme un OM complet. I… je me verticalise, j’amène à moi l’énergie de tous les plans, de tous mes plans, A… je crée, M… et j’englobe, j’accepte d’être le créateur de tout ce qui est. Ainsi I AM, ou OM… où vous prolongez sans doute le M de ce mot pour vraiment dire – voyez « j’aime » comme dans votre langue – mais vraiment, j’englobe, OM… j’englobe, voyez comme cela apporte en vous une énergie, cela vous permet d’être dans un nouvel espace.

 

I AM, ou OM, sont donc des mots d’une grande puissance, alors ils ne sont qu’un mot et souvent vous expérimentez l’expérience de la flamme, j’allais dire, l’expérience de la flamme des mots, chaque mot est comme plein d’une grande intention de votre part, sans doute mentalisée. Le plus grand pouvoir d’une phrase c’est celui des silences entre chaque  mot. Voici quelque chose, nous aimons et nous sourions à l’idée que ce soit difficile à comprendre pour vous, que l’espace entre chaque mot contient parfois plus d’énergie que l’ensemble des mots prononcés. Parce que dans cet espace l’énergie se déploie. Parce que lorsque vous parlez, lorsque vous émettez votre pensée à l’extérieur, parce que c’est souvent pour cela que vous désirez parler : évoquer à l’extérieur, alors il est important que cette parole reflète votre pensée, toujours. C’est pour cela que nous avons introduit des concepts importants, des concepts très importants comme « que votre parole soit juste, que votre parole soit impeccable, que votre parole soit alignée avec ce que vous êtes », peu importe comment nous avons diffusé cet enseignement. L’idée ici c’est de dire, s’il y a une dissonance entre ce que vous dites, ce que vous êtes, et ce que vous faites, le seul écart de vibration sera celui de votre corps. Votre corps devra alors absorber la dissonance, il devra effectuer une correction de la dissonance.

 

Parfois vous pouvez être malade non d’une création de votre corps pour vous parler, mais d’une réparation de votre corps par rapport à votre propre dissonance. Voici quelque chose que je voudrais introduire à l’intérieur de vous, comme peut-être expérience ou pensée, de vous demander : est-ce que le corps me parle ou est-ce qu’il corrige, déjà, quelque chose en moi ? Si vous retenez votre parole, vous avez l’habitude d’avoir des problèmes de déglutition, des problèmes de gorge, mais si votre parole n’est pas juste voici ce que vous allez sentir : le corps va devoir se contracter, il va devoir se resserrer sur lui-même, générer des contractures, parfois à un endroit, parfois à dix endroits, parfois dans tout le corps, pour compenser l’énergie. Parce que vous avez une telle perte d’énergie en effectuant ce que vous n’êtes pas, parfois involontairement, que, votre corps va se contracter, condenser l’énergie, j’allais presque dire rétrécir. En tout cas dans l’énergie c’est juste.

 

Alors, sans doute est-il inutile de vouloir réfléchir à chaque mot prononcé, mais sans doute est-il utile de reconnaitre quand sa parole est juste ou non.  Et bien quand elle est juste vous ressentez une énergie qui emporte le corps une sorte de joie, d’engouement, lorsque vous parlez.  Lorsqu’elle est  fausse entre guillemets , qu’elle ne résonne pas avec ce que vous êtes, quelque chose se met autour de vous, une sorte de tourbillon qui viendra fort probablement vous dire que cela ne va pas, vous allez être dans une sorte de vague, vous ne ressentirez pas vraiment de joie, vous aurez l’impression de faire une sorte de réponse machinale,  une sorte d’engrenage qui se met en route dans une conversation, quelque chose qui ressemblerait à une réponse obligatoire.

 

Donc lorsque nous émettons que votre parole doit être juste, nous émettons que plus elle est juste, plus elle est alignée avec ce que vous êtes, avec ce que vous pensez, avec l’endroit où vous voulez aller, non là où vous ne voulez pas aller, alors plus cette parole sera créatrice et emportera l’énergie de votre corps très loin dans l’univers qui vous restituera cette énergie dans une grande matrice de création pour vous.

 

Ici il est important aussi, de ne pas forcément s’occuper des mots, je vais vous expliquer. La langue de lumière, cette langue d ‘énergie qui est souvent reçue par vous sous forme de pensées, de formes, d’odeurs, de couleurs, de sensations, de mouvements, voyez comme cette langue est plus riche que celle de vos mots, et bien cette langue d’énergie, cette langue de lumière comme nous aimons à l’appeler, elle est plus globale que vos mots, elle est plus générique. Ainsi l’introduction de ce channeling nous plaît lorsque Sylvain a évoqué que parfois l’énergie est plus importante que les mots.

Oui, car à l’inverse, si lorsque vous écoutez une conversation, vous vous fiez à chaque mot, à chaque point comme une valeur absolue, vous perdez l’essence du message, vous perdez l’énergie du message. Si lorsque vous écoutez une conversation vous n’écoutez que les mots, alors vous êtes perdus dans les mots, parce que vous êtes perdus dans l’interprétation de ces mots. Et souvent quelqu’un vous parle dans une autre langue, et vous dites : je n’ai pas compris les mots mais j’ai compris le sens, parce que vous écoutiez avec autre chose, parce que vous avez su repérer les micros mouvements, les micros expressions, la sensation, l’énergie qui était déployée par le corps pendant que les mots étaient prononcés, et donc parfois vous êtes plus aptes à comprendre ce qui passe par les mots dits dans une autre langue que dans la vôtre. C’est assez paradoxal n’est-ce pas ?

 

Lorsque nous disons que le verbe est créateur, nous voulons aussi vous inviter à prendre conscience que tout ce qui est dit derrière ces mots I AM, JE SUIS, devient ce que vous allez être, ou ce que vous êtes dans le moment présent, dans l’énergie du corps. Alors nous vous invitons, vraiment, à faire très attention à ces expressions comme : je suis bête, je suis stupide, je suis vraiment un imbécile j’aurais dû tellement faire autrement, dans cette sensation et dans cette énergie-là vous perdez votre propre valeur, vous dispersez votre propre énergie. Le verbe créateur, la création par le verbe, JE SUIS…, voyez ne nécessite pas de poursuite dans l’expression.  Souvent un simple JE SUIS, permet de recevoir beaucoup d’informations. Quand vous ne comprenez pas tellement l’utilisation ou l’usage d’un tel processus, d’un tel enseignement qu’est celui, puissant, de Maître Saint-Germain dans l’évocation du I AM, du JE SUIS, vous pouvez l’utiliser à la manière dont une des incarnations présentes ici dans notre discours l’évoquait, en disant : montre-moi qui JE SUIS, montre-moi qui JE SUIS, voici des mots qui vont générer, dans le monde externe, toutes coïncidences, toutes expériences.

 

Prenons un exemple, dans une des existences vécues ici, un jour je vis un homme qui venait vers moi avec la réelle intention de me tuer. Il est venu vers moi avec un couteau et ne cessait de répéter « je vais te tuer, je vais te tuer ». Je fus alors dans un premier temps assez surpris, j’avais déjà sans doute atteint un certain niveau de conscience qui me disait que si cela devait être maintenant ce serait maintenant. Alors j’ai demandé à ma plus grande lumière intérieure, parce que c’est à elle qu’il faut vous adresser à cette lumière intérieure, la vérité est que la voir à l’intérieur, à l’extérieur tant qu’il s’agit de votre corps lumineux, tant qu’il s’agit de votre espace le plus lumineux qui soit, peu importe, en tout cas moi je la voyais à l’intérieur et j’ai exprimé ceci : montre-moi qui JE SUIS, parce que je savais qu’en disant cela, si j’étais pur esprit et qu’il me tuait, je serais pur esprit et je savais que j’étais cela, et en même temps je savais qu’une révélation devait se faire. Je connais cet exercice du montre-moi qui JE SUIS. Voici ce qui s’est passé : la personne a essayé de me planter ce couteau vraiment, mais mon corps a eu une réaction très puissante, très puissante de rejet, et alors, c’est comme si la lame avait touché de la pierre, la lame s’est brisée, la lame s’est brisée sur mon épaule droite. Alors la personne qui était devant moi a dit : Maître, je vous reconnais en Maître, et ma réponse a été de lui dire : je ne suis pas le Maître, je suis simplement qui JE SUIS, et tu es aussi cela. Cet être est devenu un de mes disciples, sans doute un des plus grands, et il a reconnu que sa folie était l’illusion due à une pensée d’indignité si forte qu’il pensait être persuadé de devoir tuer ce qui pour lui était une illusion, tuer ce qu’il ne pouvait pas être. La vérité ici de cette expérience, c’est qu’en demandant montre-moi qui JE SUIS à ma propre entité lumineuse, c’est la révélation de qui il était lui, qui s’est montrée, c’est sa propre puissance Divine qui a coupé la lame, qui a brisé cette lame et non mon corps. Vous voyez comme le point de vue ici est différent selon qu’on imagine que le corps se densifie, ce que j’ai ressenti dans mon corps tout de même, et ce que lui a ressenti. Car quand j’ai discuté avec cet homme, lui m’a dit qu’il sentait que la lame devenait élastique et qu’à un moment elle s’est brisée. Il a senti à quel point, pourtant le geste fut rapide, mais à quel point ce geste fut lent dans son esprit, et à quel point cela a pris un autre temps, un temps complètement différent, complètement immensément long m’a-t-il dit.

 

Voici la puissance donc de ce montre-moi qui JE SUIS, mais ce n’est pas un exercice anodin que de savoir qui l’on est, mes frères, mes sœurs. Parce que, lorsque vous comprenez qui vous êtes, lorsque la conscience de qui vous êtes, introduit, introduira ou a déjà introduit votre corps, elle passe par tout votre plan vertical cette énergie, dans les deux sens de cette énergie, et alors on comprend que rien n’est important. Voici donc sans doute un autre enseignement.  Ce que je veux signifier par là c’est que la puissance créatrice du verbe m’amène à savoir que je suis le créateur de mon expérience, m’amène à savoir qui je suis dans cette expérience, qu’est-ce que  je représente, et parfois  montre-moi qui JE SUIS est la phrase à prononcer pour savoir le prochain pas à faire, parce que quand vous aurez dit montre-moi qui JE SUIS à l’expérience, l’expérience que vous aurez créée vous montrera qui vous êtes, où vers quoi vous devez ou voulez aller, quelque  part. Elle va vous montrer, elle va faire résonner, avec ce qui est en vous et le plus important pour vous, mais elle va aussi vous montrer à quel point une expérience ne prévaut pas sur une autre.

 

J’avais cette telle volonté dans l’expérience que je vous ai relatée, une telle volonté profonde de reconnaître à nouveau cette lumière que je vivais relativement souvent, que je savais que la mort ici n’était pas un obstacle à la vie, allais-je dire, que la mort ici était peut-être l’étape voulue, au moment voulu, il n’y a pas une once de moi qui était persuadée qu’il allait m’arriver quelque chose. Tout en moi me disait qu’il allait me révéler qui j’étais. Mais il ne s’est rien passé, et il ne se serait rien passé, parce que cela se serait passé sur un plan qui n’existe pas, un plan qui est très illusoire, un plan où votre vision est limitée aux fréquences qui sont acceptées par vous. Ce que je veux signifier par-là, c’est que l’expérience dans le montre-moi qui JE SUIS, cette expérience-là vous amène à la fois à développer votre supra conscience, appelez-la comme vous voulez, à développer une grande énergie autour de vous, et en même temps à sentir à quel point tout cela est très ténu, et à quel point la physicalité, ce que ce point de vue de l’existence, allais-je dire, est minime, exceptionnellement minime par rapport à toute l’expérience.

Je me sus, pendant cette expérience, être l’intégralité de ce que je vivais. J’étais à la fois le décor, j’allais dire, l’assassin et la victime, j’étais tout cela. Dire que je suis la victime dans cette scène, c’est renier qui je suis, et quand j’ai demandé à reconnaître qui je suis, montre-moi qui JE SUIS, j’ai compris, j’ai lu le regard de celui que j’appelais encore l’autre, pendant un court instant, pour comprendre qu’il s’agissait de moi. Pendant un court instant j’ai compris que j’étais tout cela, que tout avait créé cette expérience, non pour me révéler à moi-même, c’était déjà fait, mais pour révéler à une part de moi-même qui j’étais, qui nous sommes vraiment. Je sais, ici se complique sans doute un enseignement que vous avez très bien résumé en disant nous sommes UN, vous êtes UN, nous sommes une unité, il n’y a qu’une expérience. La puissance cependant est ici, ce que je voulais évoquer, la puissance simple de ces mots : montre-moi qui JE SUIS.

 

Aujourd’hui, dans cet enseignement, je voulais vous signifier que A… était aussi l’espace créateur. Ainsi, quand vous voulez créer quelque chose, au début de l’expérience de création, de manifestation, je vous invite à visualiser, si vous le pouvez, autant que vous le pouvez, dans n’importe lequel de vos sens, et je vais employer le terme visualiser malgré le fait d’utiliser un autre sens peut-être que la vue, en tout cas : visualisez ce que vous désirez…  et prononcez juste  A,  A. Ce A prononcé, c’ est un petit peu comme une touche de ces claviers que vous utilisez, un petit peu comme la touche « entrée » d’un clavier, un petit peu comme si vous programmiez l’expérience en disant A, entrée, voici ce que je demande, A.

C’est intéressant de voir que lorsque vous faites cela, c’est un petit peu comme préparer avec l’Univers, votre propre création, enregistrer votre création. Le verbe est créateur, l’énergie est créatrice. Ici comprenez que, quand des mots sont prononcés, ils seront toujours plus puissants que votre pensée. C’est pourquoi souvent il vous faut 10, 15 pensées, pour j’allais dire, compenser un seul mot prononcé. C’est pourquoi les mots que vous prononcez doivent être justes et utiles, et c’est pourquoi on vous dira souvent que celui qui sait, se tait. Il se tait parce qu’il sait à quel point, il peut en parlant générer, j’allais dire, des erreurs de création. C’est pourquoi souvent il vous a été demandé, pour travailler l’ésotérisme, les expériences, les champs morphiques, vous appelez cela comme vous voulez  – nous avons tellement d’expressions autour de tout ce qui permet d’étendre la conscience – il vous est souvent dit : entre dans ton espace de silence, dans un espace de silence, parce que dans cet espace de silence votre pensée bien sûr va continuer souvent à travailler, mais sa puissance est faible par rapport au verbe.

 

Mais dans cet espace de silence, dans cet espace entre les mots, allais-je dire, vous recevez aussi des informations, et vous pouvez travailler j’allais dire de manière beaucoup plus profonde à l’intérieur de vous, dans un espace de silence  que dans un espace de parole. Voilà pourquoi le silence est requis, en tout cas dans votre parole.

Parfois, encore une fois, on vous a demandé aussi de ne pas être dans le silence mais de prononcer des mots, comme toute à l’heure :  I AM, montre moi qui JE SUIS, OM, ces mots-là vont vous permettre d’englober une expérience. Le silence vous permet d’englober toutes les expériences, d’être dans la compréhension de tout. Voici pourquoi, quand vous quittez votre corps, pour ceux qui ont déjà fait cette expérience, vous comprenez que vous êtes enseignés dans le silence. Vous avez l’impression de recevoir l’intégralité de la connaissance dans le silence.

Ce n’est pas une impression, c’est la réalité, dans cet espace vous plongez dans l’espace de l’information. Cette information se trouve dans les espaces vides, dans les espaces de silence, tout est déjà là et vous pouvez y accéder ainsi. Vous pouvez accéder à des morceaux d’information, ces morceaux d’information qui me disent : montre-moi cette expérience d’être Dieu quelque part, cela se fait par exemple dans la prononciation successive d’un OM… , ou de l’expérience de demander la paix en vous qui peut être introduite soit par le silence, soit par un autre mantra du type OM… Shanti…. Ces mots prononcés ont un impact vibratoire, encore une fois, sur le corps, en lui demandant j’allais dire d’éviter de compenser, de s’élargir, d’élargir sa capacité à recevoir dans un grand A… créateur, ce qui est.

 

Donc vous voyez, aujourd’hui, que nous vous avons montré à quel point le silence est porteur de toutes les informations, à quel point, quelques mots, quelques syllabes peuvent aussi être très puissants, et à quel point surtout, lorsque vous parlez l’émission de vos paroles et bien ne vous aide pas. Ce que je veux dire par là, c’est que l’émission de vos paroles porte le jugement, porte le jugement. C’est ainsi que je vous invite à prononcer des paroles qui ne jugent pas, qui ne blessent pas, qui n’offensent pas, parce que tout ce que vous émettez comme paroles vous le recevez, à nouveau. Tout ce que vous créerez par vos paroles, vous le recevrez à nouveau.

 

Ainsi, prenons une expérience très simple, lorsque vous dites à quelqu’un « tu es beau », vous parlez de vous, vous parlez uniquement de vous. Alors que si vous lui dites « oh, je n’aime pas ta tête aujourd’hui » par exemple, vous émettez une négation de ce que vous êtes, une négation de l’acceptation de qui vous êtes. Ce n’est sans doute pas ici la bonne action, c’est sans aucun doute pas ici la bonne expérience à vivre et à revivre. Donc considérez qu’en fait vous vous parlez toujours à vous-mêmes. Est-ce que vous vous parleriez à vous-mêmes, comme vous parlez à autrui, est-ce que vous accepteriez ces doutes, ces jugements, sans être dans une flatterie globale et totale, sans doute inutile, sans doute inutile.

 

Soyez en tout cas bons, soyez en tout cas ouverts, exprimez ce que vous ressentez sans émettre de jugement absolu, parce que rien n’est absolu, encore une fois. Chaque expérience humaine est relative, non à un niveau de conscience systématiquement, mais en tout cas à l’expérience qui est voulue par cette personne. Ce que je veux dire par là c’est que les mêmes mots n’auront pas les mêmes conséquences non plus, chez tout le monde par exemple, que pour certains la paix veut dire une chose, chez une autre personne la paix veut dire autre chose, chez certains, par exemple, ce concept de paix s’oppose à un concept de guerre, que chez d’autres personnes, la paix c’est quelque chose qui accepterait tout, donc qui n’a pas d’opposé. Voyez à quel point tous ces concepts, font que des mots prononcés par un, n’auront pas les mêmes impacts que sur l’autre. Voyez donc, à quel point, parfois, ce que vous mettez après l’expérience de JE SUIS, peut avoir une valeur pour une personne et une autre valeur pour quelqu’un d’autre.

 

Sans doute et pour cette expérience des mots, ce soir, je vais arrêter l’expérience ici. Réécoutez, comprenez, acceptez votre propre puissance par les mots.

Merci.

 

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner
copie aux conditions suivantes:
-qu’il ne soit pas coupé
-qu’il n’y ait aucune modification de contenu
-que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com/
-conférences: http://sylvaindidelot.com/conferences/

LA force de Vie

Inspiration …

je suis la force de Vie

Vous pensez à moi quant vous ne me ressentez plus.
Vous pensez à moi quant vous croyez que je vous abandonne
Vous priez pour moi mais ne bénissez pas ma présence
Vous voulez me respecter mais vous ne respecter pas ma présence en l’autre.

L’absence de ma présence n’est pas la Mort car je ne peux être absente.
Tout ce qui unit requière ma présence.
Mais l’absence de lumière vous empêche de me voir.

Sans liberté, je ne peux m’étendre
Sans votre Présence au Présent, je ne peux me libérer en vous
Sans une vision qui vous nourrit, je ne peux me libérer en vous

Ne me priez pas, ne m’en voulez pas, ne me jugez pas
J’ai Toujours été là, en vous, pour vous…. par vous.
Je vous traverse sans jugement, validant chacun de vos mots comme une volonté divine.

Je suis la force de Vie, mais, on m’a aussi nommé… Amour

L’image contient peut-être : une personne ou plus

El Morya 7 Mars 2017

Bonjour,

Voici la retranscription de Michèle Grebois avec un dessin de Marianne Lemarchand d’une canalisation live de El Morya le 7 mars 2017.

Channeling du 7 Mars 2017

Je suis El Morya venu vous parler ce soir, de la constance.

Je suis venu vous parler de constance, pourquoi ? Mais parce que vous ne le demeurez point. Vous allez me dire que la nuance est faible, mais elle est importante.

Et bien pour comprendre ceci, lorsque vous émettez une pensée vers l’Univers non matériel, parce que c’est ce que vous faites, lorsque vous émettez une pensée, cette pensée rejoint un Univers moins dense que le vôtre, un Univers astral, puis d’autres plans encore plus subtiles, de plus en plus subtiles, face à vous.

Ce qui est créé dans votre pensée, ce qui est créé par votre pensée est créé instantanément dans certains plans de consciences supérieurs, et alors ces plans supérieurs sont beaucoup moins denses que dans votre monde. Si vous pensez à un chat, un chat apparaît dans le plan supérieur, mais ce chat vous ne le voyez pas dans le monde visible. Pour qu’il vienne dans le monde visible votre création mentale doit être la plus constante et la plus stable possible. Parce que sinon c’est comme si elle bougeait au niveau de l’incréé, au niveau finalement de ces Univers parallèles aux vôtres, elle va fluctuer dans sa forme, et vous savez votre monde non fluctuant dans la forme, du moins vous croyez votre monde non fluctuant dans la forme. Maintenez assez vos créations mentales et vous les verrez se matérialiser, c’est ce qui se passe avec vos croyances.

Vos croyances, vous arrivez à les répéter régulièrement, à régulièrement émettre à l’Univers : « je n’y arriverai jamais, ce n’est pas possible, il m’en faut plus, il m’en faut moins, je veux ceci, je veux cela », et vous provoquez l’expérience parce que la somme de vos croyances, elle, elle est fixe, elle est stable, elle est fiable, j’allais dire, pour l’Univers, et finalement vous finissez pas densifier dans votre forme et dans votre existence ses pensées qui n’étaient que pensées, mais répétées et constantes. Le processus créatif de la constance c’est celui qui consiste à garder dans la forme, pensée, la même forme justement, la même structure.

Donc je vous invite à peut-être répéter ce que vous appelez les mêmes visualisations, les mêmes méditations, les mêmes phrases, les mêmes mots, pour que ces mots déjà s’imprègnent en vous dans l’énergie du bas, dans l’énergie de votre corps, dans l’énergie dense de votre corps, mais aussi d’en haut, dans l’énergie de la pensée, dans l’énergie de l’amour, dans l’énergie des plans subtiles, car ce qui est en haut est comme ce qui est en bas et devient la réalité. Quand vous densifiez dans l’énergie du corps la joie de recevoir ce que vous avez demandé, et quand vos pensées sont assez constantes pour garder la même forme, la même énergie, ces deux énergies des plans Terrestres-Divins, se rejoignent et forment la forme.

Si vous acceptiez cela et si vous en accroissiez le processus, vous seriez tout-à-fait capables de matérialiser, ici et maintenant, n’importe quel objet dans la forme, juste par votre croyance de le toucher, de l’observer, de le voir, parce que cela resterait stable en votre esprit, cela deviendrait alors possible.

On me dit : « ce que tu dis ici n’est pas concret ». C’est très concret, mais qui l’a fait ? Très peu. Vous les avez appelés « faiseurs de miracles », ils n’accomplissaient pas de miracles. Ils n’avaient aucun doute sur le fait que tout ce qui est pensé, en dehors de la réalité matérielle, est produit dans une réalité non-matérielle, et qu’il suffit d’attirer à vous cette énergie-là pour la voir se densifier dans la forme, par un aspect qui sera la forme de votre croyance, quelqu’un vous l’apportera parce que vous n’êtes pas encore capables de manifester en conscience dans la forme, cela viendra.
Cette possibilité est présente, cette possibilité vous est offerte dans ce nouveau monde que vous traversez, que vous vivez, mais il est temps d’apprivoiser le processus conscient de manifestation de ce monde.
Je vous invite, à être conscients de vos pensées celles que vous recevez, qui viennent de votre âme, de votre esprit, de nous parfois, et celles que vous émettez, parce que celles que émettez ce sont elles qui valident la création.
En fait vos pensées ne sont que des suggestions, que des propositions venant rechercher en vous, dans la forme, une validation par le corps, une validation effectivement vous pourriez dire par l’esprit ou par l’intellect, en tout cas une acceptation, mais une acceptation constante, une acceptation fiable, une acceptation intègre, parce que ce manque en vous génère énormément de frustrations, génère énormément de non-évènements, de non-possibilités.

Alors vous pouvez vous plaindre, vous pourriez vous plaindre de ne pas recevoir ce que vous avez demandé, mais la vérité c’est que vous recevez toujours ce que vous avez demandé avec constance, avec application, en y ajoutant, et en y saupoudrant régulièrement un ingrédient qui s’appelle simplement l’action. « J’agis dans le sens de ma pensée, mon action ne s’oppose pas à ma pensée ». C’est là que je prononce et que je répète ce mot d’intégrité, mon action ne s’oppose pas à ma pensée, mon action ne s’oppose pas à ce que je veux pour moi. C’est bien là souvent que réside l’écart en vous, et c’est bien là que souvent réside un système de guérison automatique, j’allais dire non automatique en vous, quelque chose de différent qui vient s’installer, quelque chose peut-être de moins fiable, de moins rapide mais auquel vous voudrez bien adhérer.

Soyez intègre entre vos pensées et l’arrivée de ces pensées. Lorsque vous commandez une voiture, un repas ou quoique ce soit, il est rare que vous changiez votre commande en cours de route, et vous ne pouvez que attendre, dans une certaine joie et dans une certaine impatience, que ce repas, cette voiture ou cet événement, dans le cas d’une création extérieure, vous soient livrés. Mais pouvez-vous douter qu’ils vous soient livrés, pouvez-vous douter que votre commande ait été enregistrée ?
Vous me direz non, car vous avez signé un papier, mais vous signez vos pensées avec le cœur, avec le corps, chacune de ces pensées est signée et reçue de nous, et chacune de ces pensées est une commande à l’Univers.
Alors, calmez le jeu des pensées, calmez ces angoisses, calmez ces craintes, calmez ces croyances. Voilà qui résonne comme une clef d’attractivité dans votre vie de ce que vous désirez réellement, de ce que peut vous offrir l’Univers. Ne le restreignez pas dans une possibilité, soyez simples dans vos demandes, mais comprenez ceci, vos vœux sont exaucés. On m’a souvent pris pour un grand génie, un génie de la lampe, ce n’est pas ce que je suis.
Je suis celui qui porte à la conscience ce que vous portez en votre cœur, et ici j’emploierai le mot cœur pour synthétiser ce que peut être l’esprit et le corps : le cœur, et le cœur c’est l’émetteur des champs créateurs de conscience autour de vous. C’est bien lui qui diffuse toute cette information de conscience vibratoire, toute cette information de densification vibratoire autour de vous. Alors qu’en ce moment beaucoup d’entre vous se posent la question du : « Pourquoi est-ce qu’on me presse de plus en plus ? Pourquoi est-ce qu’on me demande de faire des choix de plus en plus rapidement ? Pourquoi est-ce qu’on me demande de changer ceci ou cela en moi ? ».

Comprenez que vous êtes l’émetteur de cette demande, que vous êtes l’émetteur de ce changement rapide. On vous le montre à l’extérieur, on vous le fait vivre dans vos métiers, on vous le fait vivre dans vos relations, pour que vous compreniez à quel point cette urgence à changer elle est en vous.

Mais soyez constants là-dedans, observez ce qui change autour de vous, non pas en vous plaignant mais en riant, en disant : « tiens voilà que c’est en train de valider ma pensée de changer, voilà que c’est en train de valider cela en moi », parce que quand vous aurez validé cette « commande » quelque part, cette énergie en vous, alors elle apparaîtra sous une autre forme, une forme plus proche de vous, pas une forme projetée comme l’expérience l’est, mais bien une forme à intégrer en vous et apparaissant devant vous. Rien de ce qui est à l’extérieur n’existe pas déjà à l’intérieur de vous-mêmes.

Cette leçon vaut bien une création sans doute 😉

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner
copie aux conditions suivantes:
-qu’il ne soit pas coupé
-qu’il n’y ait aucune modification de contenu
-que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com/
-conférences: http://sylvaindidelot.com/conferences/

Aucun texte alternatif disponible.

Marie sur la canalisation, le 7 Mars 2017

Canalisation du 7 Mars 2017
Maitre Marie nous parle du processus de canalisation.
Retranscription de Michèle, image de Marianne Lemarchand
(le texte est un peu long mais nous en apprend beaucoup)

Channeling du 7 Mars 2017

Je positionne l’énergie en vous et en ce corps, je positionne la nature vibrante et aimante, je positionne l’amour en vous, je suis Maître Marie.

Vous savez, on va peut-être un peu parler, ce soir, de la manière dont nous interagissons avec vous, notamment par ce processus de canalisation, ce processus d’écoute.

Lorsque nous pénétrons un corps, c’est à titre exceptionnel. Nous devons préparer ce corps et vous le voyez parfois il ne l’est pas, alors vous pourrez nous entendre, avec les qualités et les défauts de ce corps, vous parler tout de même. Parce que nous n’avons pas forcément à rectifier une croyance complètement, alors nous l’utilisons (cette croyance). La manière dont certains canaux s’expriment avec vous par la voix, cela s’appelle un adombrement.
C’est une capacité à recevoir l’énergie, et j’allais dire, à ne pas la traduire, plutôt à parler directement sans passer par le processus de traduction habituel de vos croyances, de vos pensées, de vos actions, de ce qui vous semble juste ou de ce qui vous semble faux. C’est juste une canalisation, juste une réception d’un message, juste la traduction de la langue de lumière en langue de mots et rien d’autre.
Nous n’entrons que très rarement dans un corps entier, et si nous le faisons, nous risquons ici d’amplifier le problème de traduction alors nous aidons, comme Sylvain qui doit nous recevoir de plus en plus, comme d’autres, comme vous. Beaucoup d’entre vous, ce soir, aimeraient nous recevoir, et beaucoup d’entre vous nous reçoivent déjà, mais pas sous la forme qui leur semble adéquate.
La pensée, ce fil de lumière en vous, ce fil d’énergie en vous, la pensée est un outil de canalisation. Et si vous étiez en train de vous dire que en pensant vous vous canalisez, vous entendez, vous vous souvenez de cette voix dans votre tête, vous percevez cette voix. Elle est claire pour vous n’est-ce pas, vous l’avez toujours appelée « moi », vous l’avez toujours appelée « vous », mais est-ce que vous êtes capables d’imaginer que parfois cette voix c’était moi ?

En vérité souvent vous avez cru ou voulu voir une autre intonation, un autre espace, une autre vibration que votre propre pensée, et c’est vrai que nous avons une tonalité et vibration particulière. Mais n’oubliez pas, nous passons à travers le filtre de vos croyances, et nous respectons vos croyances, même celle que Sylvain a d’être parfois malade, et la vôtre aussi.
Nous passons à travers ce filtre, alors si vous ne croyez pas pouvoir agir, nous faisons cela pour vous, et nous travaillons même, en vous. Nous travaillons à laisser passer des énergies en vous. Nous travaillons à laisser cette vibration passer à travers vous, nous travaillons à laisser cet espace discuter en vous. Alors c’est difficile parfois, c’est difficile de se laisser aller, c’est difficile de se laisser être. Recalons ici l’espace et le temps, un peu, pour discuter avec vous. Se laisser être, se laisser traverser par un message, c’est quelque chose de particulier. C’est une expérience dont vous n’avez pas, j’allais dire, pas la moindre idée, parce que vous vous imaginez souvent que cette expérience doit vous mener à une connaissance, que cette expérience va vous mener à autre chose que ce que vous êtes déjà. Cette expérience, elle va vous révéler qui vous êtes déjà. Cette expérience de réception de messages va vous révéler dans quel espace et dans quel temps vous vous situez, cette expérience va vous révéler qui vous êtes, qui vous êtes vraiment.

Bien sûr, tout ce que j’ai évoqué avant n’était pas fait pour être en vous une source de conflit, mais juste une source pour vous montrer à quel point vous n’êtes pas indignes de notre présence, et à quel point nous sommes présents, très souvent à vos côtés, et cette présence à vos côtés m’amène à vous dire ceci : vous êtes toujours, toujours, en communication avec nous. Alors quel est cet écart temporel, qu’est-ce qui vous fait croire que vous n’êtes pas en communication avec nous ? Oublions, dans un premier temps, la pensée d’indignité, celle qui fait que vous pensez qu’il serait nécessaire et juste, pour nous parler, d’être plus ceci, ou moins cela, un peu plus ceci ou un peu moins cela. Laissons ça de côté, c’est un bon facteur certes, mais laissons ça de côté parce que petit à petit vous allez comprendre le processus simple.

Entrons dans une autre croyance : « si j’entends quelqu’un je suis fou », vous la connaissez cette croyance, « si je perçois quelqu’un dans ma tête qui n’est pas moi alors je vais être catégorisé de schizophrène, de malade, de névrotique, à très haut niveau », et si je viens vous dire que c’est déjà cette croyance-là que vous devez travailler. Ce n’est pas parce que vous entendez quelqu’un, quelque chose dans votre tête, une pensée un peu différente, que cela signifie que vous êtes fous. Cela signifie que vous êtes un poste émetteur-récepteur qui reçoit une fréquence. Alors bien sûr vous êtes habitués à ce que ce décodage de fréquences soit effectué par des appareils et pas par votre corps. Vous êtes habitués à ce que ce décalage de fréquence génère des sons, des images, mais vous n’êtes pas tellement habitués au fait que ce décalage génère en fait et généralement de l’énergie, juste de l’énergie, juste de l’énergie en vous. Cette énergie qui circule en vous, c’est un message complet, c’est un message complet sous la forme d’une bulle, sous la forme d’une bulle de pensée, sous la forme d’une onde de pensée, d’une vague de pensée. Cette vague de pensée, cette vague d’informations traverse votre corps et vous la traduisez à travers votre vocabulaire, à travers le filtre de vos croyances, à travers vos possibilités d’incarnation, à travers votre acceptation.

Donc ce premier palier de « j’entends des voix, c’est pas normal », et bien vous ne pouvez pas à la fois avoir cette croyance et à la fois vouloir nous entendre. Donc encore une fois, pour limiter tout cela, nous vous parlons à travers votre pensée, et vous pensez avoir l’idée, vous pensez avoir réfléchi pour obtenir la réponse de notre part. Nous plaçons aussi la réponse en votre corps, nous plaçons la réponse dans cet espace du corps, et dans cet espace du corps il dit oui ou il dit non. En vérité votre corps il est très basique, il est très simple. Schématiquement il observe lui aussi ce qui vous traverse, et il est en capacité comme un vote de chacune de vos cellules en fait, d’accepter ou de refuser l’information, en fonction de ce que pense la majorité de ses cellules j’allais dire. Alors vous avez l’habitude effectivement de localiser, cela a été évoqué déjà aujourd’hui, mais de localiser votre cerveau comme la plus belle chose qui soit dans votre corps, comme cet acte d’énergie, cet acte pensant, j’allais dire, quand je dis cet acte, ce n’est pas cet acte pour penser, pour parler voyez vous , de pensées densifiées. Une pensée densifiée devient un acte, une somme d’actes devient une réalité, un acte posé comme un écrit, voilà ce qu’est une pensée envers ce qui est traduit encore une fois, alors en ce cas-là oui, acceptez le cerveau comme un traducteur. Acceptez votre cerveau comme ce poste émetteur-récepteur qu’il est, mais sachez comprendre qui vous êtes vraiment, aussi.

Deuxième croyance, importante : vous voudriez recevoir des êtres en particulier, des énergies en particulier, et vous refusez de recevoir votre ange gardien souvent, de recevoir la présence de l’ange. Je vais vous expliquer. Vous vous dites souvent que tant qu’à canaliser quelqu’un, autant que ce « quelqu’un » soit très haut placé, et là je vous invite à considérer que les Archanges ne sont que le deuxième degré d’un système qui en vaut 12 à 24. C’est pour vous donner une image ces chiffres, c’est bien plus fort que cela, plus grand que cela. Nous, Maîtres d’ascension représentons un palier, un palier intéressant pour vous, parce que nous avons déjà vécu, mais votre présence Divine, vous savez celle par laquelle vous êtes reliés, celle qui est reliée par l’âme – l’âme c’est ce fil conducteur entre les diverses énergies subtiles que vous êtes, entre ces différents corps d’énergie que vous êtes – l’âme devient alors comme le fil reliant tout cela. Donc quand on dit que vous ne pouvez vivre sans âme, ce n’est pas un simple point de lumière, parce que cela en fait c’est ce que vous êtes et c’est sans doute la seule chose immortelle en vous, mais bien le fil généré, j’allais dire, par ce point de lumière qui voyage de dimension en dimension. Ce fil-là on peut l’appeler l’âme, on peut l’appeler l’Esprit, vous l’appellerez comme vous voulez peu importe, et bien cette âme aussi vous parle, cette énergie aussi vous parle. Votre propre plan supérieur vous parle en permanence, il vous infuse d’idées, il vous infuse de force, il vous infuse de joie, il vous infuse d’amour et de paix. Alors vous ne l’acceptez pas, souvent.

Là aussi, nouvelle croyance : « si je m’arrête, je n’avance pas. Il faut que je fasse énormément d’efforts ». Maître El Morya qui me suivra, viendra vous expliquer quelques mots, viendra vous donner son essence sur ce qu’est la constance. Mais pour ma part, je ne peux vous inviter, comme je l’ai toujours fait, qu’à l’amour, c’est-à-dire au fait de se dire que vous êtes comme vous êtes, que vous n’avez pas à être parfaits, mais, par amour que nous n’avons pas à être parfaits. Voici ce que je veux exprimer aussi, votre souci de perfection du message extérieur vous empêche de le traduire au début, j’allais dire, en faisant des erreurs de traduction, en étant, vous diriez, de mauvais canal. Mais parfois il vaut mieux recevoir une énergie consciente, faible, de nous, si c’est ce qui vous plaît. Nous pouvons envoyer 100 % de ce que nous sommes dans l’énergie de votre corps, n’importe quand, mais votre goût, encore une fois, à vouloir nous contacter par la voix nous le comprenons, nous l’acceptons et nous diffusons très largement cette possibilité en vous.

Mais je vous invite à ne pas avoir peur de l’erreur, à ne pas voir peur, j’allais dire, d’être qui vous êtes, c’est-à-dire imparfaits, dans le corps, dans l’esprit, dans la forme, dans les pensées, dans les croyances. Cette « imperfection » en fait c’est votre forme, c’est votre manière de capter les choses. Mon discours du début disait à quel point nous utilisons vos croyances. Votre croyance en l’imperfection génère aussi, parfois, des erreurs de traduction. Nous sommes là, nous parlons, nous discutons ensemble, dans l’énergie, dans la forme, sans le savoir, même sans le vouloir, et vous voilà en train de vouloir que tout ait un sens, que tout soit juste, que tout soit parfait, et vous comprendrez à peine parfois que dans notre discours nous plaçons certains mots avant d’autres, non pour que vous ayez à justifier de chaque écart entre ces mots, ou de chaque interprétation entre ces mots , mais parce qu’ils représentent une sorte de mantra énergétique, une sorte de manière de diffuser, là-aussi, l’énergie à travers vous. Alors n’ayez pas peur que ce que vous entendez, ce que vous percevez, ait un sens ou n’en ait pas.

Comprenez juste l’énergie. Ne diffusez pas forcément vos messages, sauf aux canaux à qui cela est dit très clairement, mais laissez ces messages, laissez ce que nous sommes infuser, j’allais dire, régulièrement, avec constance en vous. Les capacités que vous demandez elles s’éveilleront, tranquillement, doucement, et j’allais presque dire impeccablement, impeccablement. Cela veut dire dans une certaine pureté, parce que, à chaque écart entre deux moments, vous allez apprendre à nous recevoir, eh bien vous allez purifier quelque chose en vous, vous allez nous permettre de libérer quelque chose en nous, et en vous. Nous libérons le message et nous libérons chez vous des croyances, des informations encore une fois, une sorte de grand échange d’informations.

Si je voulais être juste je vous dirais qu’il s’agit d’un grand échange de lumière et certainement pas d’un échange d’informations, mais de quelque chose de supérieur à la lumière, supérieur encore à ce que peut être la lumière. Mais dans votre dimension, j’aimerais vraiment que vous gardiez le mot, peut-être « information », parce qu’il vous parle encore, parce qu’il est en capacité de faire avancer votre cheminement, votre conscience consciente, j’allais dire, votre intellect dans la forme.

Voici le résumé de mes paroles, nous vous parlons en permanence, lâchez prise de la croyance qu’entendre des voix vous nuira. Si vous appelez Michael à votre côté, vous ne risquez rien, parce que j’entends ces questions de : « et si je pouvais canaliser quelque chose de négatif ? ». C’est vrai, si vous n’êtes pas protégés, il existe une possibilité, mais déjà nous veillons et sachez nous appeler dans le cœur. Quand vous appelez l’un d’entre nous, qui que ce soit, et peu importe la hiérarchie, dans votre cœur, nous protègerons systématiquement vos communications, nous protègerons systématiquement votre conscience, votre corps, votre esprit, votre âme, votre atman, appelez cela comme vous voulez, peu importe, vous serez dans votre espace juste, vous serez dans l’endroit idéal pour vous, et tout ira bien.

Merci à vous, à bientôt. »

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner
copie aux conditions suivantes:
-qu’il ne soit pas coupé
-qu’il n’y ait aucune modification de contenu
-que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com/
-conférences: http://sylvaindidelot.com/conferences/

L’image contient peut-être : ciel et plein air

Maitre Marie 15 février 2017

Transcription d’un message oral de Maitre Marie 15 Février 2017′

Bonsoir à tous, à toutes,

J’intègre ce corps doucement, je suis Marie, d’aucun m’appelle encore Maître Marie aussi,

Je suis venue ce soir vous parler de ce que sans doute vous appelez les liaisons, l’amour, mais je ne vais pas évoquer ces liaisons entre humains, qui ont déjà été évoquées quelquefois, qui le seront sans doute à d’autres moments. Je vais vous parler d’une liaison un peu spéciale, je vais vous parler de votre propre liaison à vous-mêmes, de la difficulté peut-être que vous pouvez éprouver à concentrer toutes les parties de votre corps, de votre cœur, de votre mental, de votre émotionnel, à connecter tout cela ensemble, et à comprendre, peut-être, le sens de cette existence dans ces multi dimensionnalités que vous vivez.

Alors bien sûr nous allons, en quelque sorte, nourrir le mental, mais j’aimerais nourrir le cœur aussi ce soir avec vous, si vous le voulez bien.

Pendant longtemps l’être humain, vous le savez maintenant, a été un pont d’énergie entre le ciel et la terre, a été constitué en son corps et en son âme d’une énergie forte. Petit à petit dans cette histoire vous avez fini par vous attacher au corps que vous traversiez, vous attacher à cette existence à laquelle vous avez donné goût, à laquelle vous avez donné foi, et à laquelle vous tenez tant à donner un sens à travers ce que vous appelez une mission, plutôt qu’une mission générale d’amour qui en fait est la vôtre. Et alors s’est constitué autour de vous des barrières, des obstacles, qui vous semblaient parfois surmontables, parfois insurmontables.

Quels sont-t-ils ? La barrière de l’intellect. Alors, sans parler de cet égo qui protège le corps, quand je parle de mental ou d’intellect, vous allez voir un petit peu une petite différenciation dans mon discours. Sachez que je voudrais évoquer l’intellect comme étant ce qui permet de connecter l’idée à l’existence, ce qui permet peut-être parfois de connecter l’intuition à l’existence, je dis à l’existence pour ne pas dire « le mental ».

J’aimerais, ce soir si vous le voulez bien, remplacer ce mot mental par le mot « dans votre existence », parce que le mot mental il implique encore tellement de pouvoir, tellement de connaissance, qui ne sont pas réellement la connaissance Divine et l’intrusion Divine de l’information dans votre corps, dans l’existence, c’est pour cela que je parle d’intellect.

Alors l’intellect, est une faculté de votre corps à décoder, à décoder une information, à la rendre logique comme vous aimez à le dire et à le vivre aussi. Cette logique que vous connaissez sous le nom de logique mathématique, sous le nom de logique arithmétique, de logique des forces, de logique de ces lois que vous semblez si bien connaître, les êtres humains adorent les lois, quelque part, pour mieux comprendre qu’ils peuvent les dépasser parfois.
L’intellect, en fait, est utilisé par la Divinité pour vous aider à comprendre qui vous êtes, à vous rappeler qui vous êtes. Non pas à savoir qui vous êtes, même si le mental peut faire ce jeu avec l’intellect, mais vraiment à l’intégrer dans votre existence ce qui vous êtes, pour qu’à un moment il y ait une sorte de descente sur vous, une sorte de … je n’aime pas utiliser ce mot « éveil », mais une sorte de descente du supra-mental pour utiliser ce vocabulaire que Sylvain connait, donc une descente de l’être Divin à l’intérieur de vous, une descente de la connaissance supérieure de vos êtres Divins à l’intérieur de vous.
Cela se produit par l’intellect, et l’intellect en fait traduit, traduit toutes ces idées, tous ces concepts, toute cette énergie que nous envoyons vers vous, et l’intellect traduit cela en phrases, en phrases qui pour vous encore une fois ont une logique. Alors cette logique c’est celle des mots, les mots vous limitent toujours, souvent, mais ils vous permettent cette compréhension, cette intégration dans l’existence.

C ‘est un premier obstacle que l’intellect, parce que il est limité à vos mots justement, et limité à votre perception de la pensée. Voici ce que je vous propose maintenant pour lever cette première limite, lorsque vous visualisez, lorsque vous mentalisez, lorsque vous prenez en compte tous ces schémas de pensées qui tombent sur vous, n’essayez pas de les traduire en mots, n’essayez pas de comprendre ce qui vous est dit, parce que souvent vous sentez notre vibration à vos côtés, vous sentez que nous sommes là et vous voudriez traduire cela en mots. Cessez quelques temps la traduction, prenez simplement l’énergie de ce qui est dit, prenez l’information pure, la boule de lumière que nous émettons vers vous, pour mieux vous aider à comprendre, à intégrer, et à savoir si vous voulez vraiment utiliser ce mot, mais vraiment à amener cela sur le plan de l’existence, et l’existence ce soir c’est la capacité qu’a votre corps à intégrer les informations dans sa vie perçue, dans sa vie réelle. Voici ce premier obstacle qu’était l’intellect.

Le deuxième obstacle, plus fort et plus violent parfois, tourne autour de vos croyances. En fait c’est l’idée de l’acceptation du message que nous vous envoyons. Souvent il ne correspondra pas forcément à ce que vous attendiez, à ce que vous perceviez. Et pourtant c’est cette information qui vous est utile parce que notre vision supérieure nous permet de voir quel est le pas, le pas suivant pour chacun d’entre vous.

Alors nous avons perçu les demandes ce soir de gens qui se demandaient s’ils étaient sur le bon chemin, sur le mauvais chemin, s’ils étaient avec la bonne personne ou la mauvaise personne. Et là je dis encore une fois : croyance. « Je crois que je pourrais être sur un mauvais chemin, je crois que je pourrais être avec la mauvaise personne ». Et c’est cette croyance que vous exprimez à travers vos questions. La réalité de votre existence est assez simple, vous ne pouvez pas être au mauvais moment, au mauvais endroit, avec la mauvaise personne.

Alors cela met fin à l’illusion de l’égo que cela sera mieux ailleurs, que cela sera mieux avec quelqu’un d’autre et que cela sera mieux dans une autre situation. J’entends cela, nous percevons cela, nous ne nions pas cela, mais, nous tenons à intégrer que le changement, toujours passe par l’acceptation de ce qui est comme étant le meilleur moment pour soi, le meilleur espace pour soi, la meilleure cadence pour soi. Alors voyez l’autre que peut-être vous supportez un peu moins qu’auparavant, comme finalement celui qui vous apporte le plus dans le moment présent. Voyez ce métier comme celui qui vous apporte le plus dans le moment présent. Voyez cette épreuve comme celle qui vous apporte le plus en ce moment, et soyez dans le minimum de gratitude dont vous êtes capables parfois dans ces situations.
Et puis voilà, posez-vous ce pas : que dit mon corps ?
Parce que le corps a toujours la réponse à cette histoire. Vous aimeriez l’entendre de l’extérieur, l’égo encore une fois aimerait encore poser un jugement plutôt qu’un choix. Il aimerait poser quelque chose qui va diviser, plutôt que quelque chose qui va unir ce que vous savez à ce que vous êtes. L’union de la connaissance et de l’être : cela s’appelle l’intégrité, et c’est quelque chose qui est très profond et très simple en votre corps, qui est naturel. Alors vous vous opposez aux vérités qui vous traversent et vous espérez que quelqu’un d’autre va agir sur vous en sauveur, continuant ainsi à jouer le rôle de l’égo, à jouer le rôle de celui qui veut encore contrôler l’esprit plutôt que de, comme sa mission l’y invite, empêcher le corps d’être mal ou de commettre certaines erreurs par méconnaissance ou une ignorance.
Donc ces croyances viennent encore vous faire croire justement qu’il y a un choix positif et qu’il y a un choix négatif. L’acceptation de tout ce qui arrive, et puis l’écoute attentive de son corps, juste derrière cela, vous permettra encore une fois, d’intégrer l’existence, lorsque vous serez capables de dire :
« Seigneur je sais que tout ce qui vient de toi est parfait pour moi, montre-moi en mon corps ce qui est bon pour moi, offre-moi en mon cœur ce qui est bon pour moi, offre-moi ta foi ta puissance et ton amour pour me permettre de voir en conscience ce que je refuse de voir, ce que je refuse de croire. Permet-moi cette existence à travers toi, permet-moi cette existence à travers moi ».

Cette prière profonde à l’Univers, à ce que vous êtes et à votre Divinité, vous aidera à traverser le champ des possibles, vous aidera à intégrer l’information. Alors bien sûr, parfois vous allez vous mettre à pleurer parce que vous allez déclencher les peurs, ces peurs des conséquences, des conséquences liées à des croyances qu’il va falloir lâcher pour continuer, qu’il va falloir lâcher pour vous alléger. Quand vous comprendrez que Dieu vous fournit, pas à pas, exactement ce dont vous avez besoin, vous cesserez peut-être de porter des bagages si lourds, au cas où, pour porter des bagages juste nécessaires et vous dire : « ok, je sais que je ne suis pas seul(e), je sais que tu es avec moi et Seigneur si tu es avec moi, personne ne peut être contre moi, car l’unité est ainsi faite, que ta vision passe à travers la mienne, que tes mots sont les miens, que ta volonté finalement est la mienne ».

La troisième chose qui vous empêche d’être totalement dans l’existence, totalement dans l’intégration de l’existence, s’appelle le confort. Alors je ne suis pas en train de vous dire de vous débarrasser de vos meubles, de vos doux canapés, ou de votre argent, ici n’est pas la question. La question ici c’est de dire : qu’est-ce que vous êtes prêts à abandonner de confortable pour vivre dans une situation qui nécessiterait finalement de ne pas être totalement dans la maîtrise, mais d’être seulement, pour une partie de vous-mêmes, dans cette maîtrise de l’existence, dans cette maîtrise de la vie, dans le respect de vos choix et de votre volonté. Car pour celui qui veut tout maîtriser, pour celui qui se sent fatigué à avoir l’impression qu’il doit tout faire, qu’il doit tout dire, qu’il doit tout voir, qu’il doit tout savoir, alors à celui-là je dis :
« Mon fils, je pleure chacun de tes pas, je pleure chacun de tes mots car j’en comprends la peine, j’en comprends la douleur à te voir parmi nous et à ne pas comprendre que tu es notre fils bien aimé, et que nous sommes là toujours présents, prêts à t’aider ».

Alors l’égo est fort souvent, chez vous, chez beaucoup d’entre vous, à vouloir absolument contrôler l’existence, à ne pas comprendre le sens des épreuves ou à vouloir comprendre encore une fois ce sens des épreuves même. La vision changera. Les énergies actuelles vont vous montrer tout ce qui se passe sous un nouveau champ, sous une nouvelle perception. Alors je vois certains d’entre vous se poser des questions sur des accords internationaux sans comprendre qu’ils vont vous aider, alors je vois certains d’entre vous blâmer certains chefs d’état, certaines situations, certains de vos politiciens, sans comprendre que tout cela fait partie du Plan Divin aussi, en voulant absolument s’opposer à ce qui est, à leur petite échelle.
Votre intégrité bien sûr va vous mener dans certains combats, dans certains plans de combats j’allais dire, mais des combats loyaux, des combats profonds, des combats positifs, des combats d’opinions, le fait de poser vos choix sans les imposer, poser son choix n’est pas imposer son choix. Poser, imposer, poser au Un, vous ne pouvez pas poser sur l’Unité tout ce que vous êtes et tout ce que vous faites en considérant clairement, comme vous le faites souvent, que chacun d’entre vous est le modèle idéal de l’existence. « Oh non Marie je reconnais n’être pas complètement un modèle pour cette existence mais je sais que si les gens étaient comme moi cela irait mieux ». Sans aucun doute. Mais ce que tu ne sais pas mon ami, ce que vous ne savez pas mes amis, c’est qu’en vérité les autres sont comme vous. Tous ceux que vous percevez sont vous, vous-mêmes, vous-mêmes dans une facette que vous refusez de voir, et qui donc doit être perçue de l’extérieur. A celui qui a étudié toutes les facettes du personnage qui le compose, chaque rencontre devient un moment magique et lumineux qui lui apporte beaucoup, beaucoup de rayons de lumière, beaucoup d’amour, beaucoup de pas vers lui-même, vers elle-même.

Alors à ceux qui sont thérapeutes et qui actuellement ne semblent plus arriver à grand-chose, je dis aussi ne vous inquiétez pas. La vraie question ici c’est de comprendre quelle facette de vous-mêmes vous cherchez encore à guérir, et pourquoi vous voulez absolument considérer qu’elle est à guérir, plutôt qu’à démontrer. Ce que je veux dire par là, c’est que j’invite tous ces thérapeutes à travailler, puisqu’ils aiment ce mot, sur un seul mot : présent. Je suis là, vraiment là, ici maintenant dans le moment présent. C’est une clé qui est toujours opportune que ce moment, pour vous permettre d’intégrer l’existence au-delà des croyances, d’intégrer l’existence au-delà de l’intellect, d’être là, parce que quand vous êtes présents au présent, quand vous êtes dans votre corps, dans l’existence présente de ce corps, alors flottera en vous notre énergie, flottera en nous l’énergie de guérison, l’énergie d’amour, l’énergie de paix. C’est une énergie simple qui nécessite juste d’être canalisée dans le moment présent.

L’existence… je me souviens moi aussi de ma propre existence, je me souviens avoir pleuré, tellement pleuré, tellement pleuré sur tellement de choses. J’ai confondu la compassion avec ces pleurs. La compassion, la vraie, m’a amenée à sourire, à bénir, à être heureuse, à comprendre que mes frères et sœurs qui souffraient rejoignaient leur plan le plus lumineux qui soit, à les accompagner en cela, à les aimer en cela, car en leur offrant mon amour, en leur offrant ma présence, je les guérissais juste de leur propre conscience, dans l’amour, et dans le respect de cet amour qui est dû à chacun d’entre nous.

« Comment as-tu aimé ?» bien sûr, cette question revient souvent, mais elle ne concerne pas que les humains, elle concerne aussi vos pensées, vos schémas limitants, vos structures personnelles.
Laissez maintenant le passé à son existence, revenez ici et maintenant dans le moment présent et permettez-moi de bénir vos corps de mon huile, de ma présence Divine à vos côtés, ici et maintenant, au moment où vous m’entendez.

Merci

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner
copie aux conditions suivantes:
-qu’il ne soit pas coupé
-qu’il n’y ait aucune modification de contenu
-que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com/
-conférences: http://sylvaindidelot.com/conferences/

L’image contient peut-être : ciel et plein air