Sylah « Le temps des miracles est venue »

Bonjour

Je suis Sylah

« Le temps des miracles est venue »
Ici est la promesse du divin pour ces enfants.
A ce jour, vous êtes, dans les personnalités, le seul obstacle aux miracles. Vos croyances bloquent votre capacité à agir sur ce monde et à créer la matière et l’énergie. Alors, vos enfants aurons moins de blocages et vos petits enfants plus aucun mais pouvez être les premiers à exercer la science des miracles sur ce monde.

Faites vous confiance mais laissez aussi vos guides agir en sagesse AVEC vous car devenir créateur conscient, celà est un apprentissage et l’homme créé souvent son propre malheur à choisir ce qui lui semble bon pour lui même.

Vos oeuvres seront grandes mais dans un premier temps, elle ne se feront pas depuis le monde de la matière mais depuis l’espace de paix en vous. Ainsi, l’espace créateur conscient est en vous, rejoignez le vide sans définition, un endroit ou vous sentirez que vous n’êtes pas le corps ou les émotions ou les pensées. Dans cet espace, vous êtes plus vaste et large que les limites de la physicalité, alors, en paix et aligné et à l’appel de votre conscience supérieur, vos demandes serons entendus et réalisées plus vite même que vos croyances .

Ce lieu de création en vous, dans l’union des âmes sera décris par bien des canaux dans les mois et années qui viennent mais certains qui liront ce message savent déjà de quoi je parle et ils peuvent se plonger dès à présent dans la création consciente unis avec leurs présence divine.

Ainsi va l’oeuvre du divin, vous amenant à comprendre votre place dans l’univers matérialisé des consciences unies.

A bientôt…. dans ces espaces 
Ne vous posez pas trop de questions, vous aurez bientôt les réponses.

L’image contient peut-être : une personne ou plus et texte
216214_16794537_1309441021

St Germain le 10 Octobre 2017

Channeling 10 Octobre 2017, retranscris par Michèle Grébois

 

Voici sans doute un moment essentiel dans votre histoire, je suis Saint Germain.

Le sens de l’existence, ces mots eux-mêmes peuvent hérisser tous les poils de votre corps, par une première question qui est loin d’être inutile et qui souvent est posée dans l’énergie : votre existence a-t-elle un sens ? Bien sûr la vie elle-même ne peut pas s’exercer sans ce sens, sans cette énergie qui se déploie à travers elle-même. Alors le sens de votre vie ce n’est pas la mission, c’est le sens de l’existence même que je vais évoquer ce soir, ce sens, il est de retourner à la Source. Alors retourner à la Source c’est un processus qui prend bien plus que des milliards d’années, je ne vais donc pas évoquer pendant des milliards d’années ce processus, je vais rester très simple et vous donner les prochaines étapes de ce processus en ce qui vous concerne, chers êtres humains, chers êtres de la densité.

Le sens de votre existence c’est de révéler l’amour dans un monde duel, de révéler l’union, l’aide, l’entraide, dans un monde séparé. Donc je dirais de manière très simplificatrice que le sens de votre existence est le partage, le partage de ce que vous êtes, le partage de ce que vous faites, voici le sens profond, profond (je sens la fatigue en ce corps), le sens profond de votre existence : le partage. Ces mots semblent assez anodins ou assez futiles, ou semblent planer dans votre conscience… oui Saint Germain, d’accord, nous sommes là pour le partage, mais j’ai déjà donné pour telle œuvre ou pour telle œuvre. Imaginez un monde, en cours, où chacun d’entre vous ferait exactement ce qu’il veut, avec une seule et même consigne : quoique tu fasses, cela doit être utile à la communauté. Cela veut dire qu’à chaque instant vous pouvez changer votre décision de ce que vous êtes et de ce que vous faites, mais cela doit être utile à la communauté. Voici quelle serait la société idéale, dans un partage idéal, et un partage d’amour, un partage d’union, chacun pourrait y exercer ce qu’il désire. Non pas une simple mission, fonction, qui durerait très longtemps, mais bien suivre le flot de la vie et de l’existence. Alors vous pensez que si cela arrivait, l’ordre naturel j’allais dire, la fainéantise naturelle de l’homme l’amènerait à ne vouloir rien faire. Certains oui, mais pas tous en même temps, car en vérité lorsque l’ordre naturel des choses est rétabli chacun trouve sa place, et chacun se laisse traverser par l’envie d’œuvrer ou de ne pas œuvrer, d’être ou de ne pas être, pour reprendre mes mots. Mais dans cette œuvre de partage et d’amour qui est le sens de votre existence, il est important de dire que ce partage doit  être Divin. Je vais vous expliquer ce que j’entends par Divin. Ce partage Divin il signifie que vous ne devez pas vous sacrifier, vous n’avez pas à vous sacrifier, ce que vous donnez, ce que vous donnez doit vous donner à vous aussi. Ce que je veux dire par là, j’ai bien parlé d’échanges et non de dons. Ainsi beaucoup d’entre vous ont décidé de se sacrifier, pour leurs enfants, pour leur couple, pour leur patron, pour leur maison, pour la nature, et peu importe qu’ils soient fatigués, stressés, épuisés. Ils le feront encore et encore. Cela n’est pas demandé du tout par la Source et cela n’est pas de l’amour. En aucun cas le sacrifice ne peut être considéré comme de l’amour. En aucun cas. Jésus lui-même, ne s’est pas sacrifié. Il s’est donné, mais pas dans le sens du don, je devrais dire : il s’est partagé. Il a partagé son énergie de vie, avec chaque être sur cette planète, en conscience de ce partage. Jésus ne s’est pas sacrifié, car même pour lui, le libre arbitre existait, s’il avait voulu échapper à un destin, ou si un Maître d’ascension veut échapper à une sorte de destinée, il le peut bien sûr. Nous avons suffisamment de capacité pour avoir la précognition des évènements et y échapper, si nous le désirons.

Alors il existe certaines exceptions à cette notion de sacrifice mais elles sont très rares. Retenez donc que la mission terrestre, que votre essence de vie, que la fonction de l’être, le but de l’existence, est le partage. Je dois avouer que, parfois certains m’ont, comment dire, m’ont demandé qu’elle serait la société idéale, je leur ai exposé alors que la société idéale serait une société de trocs, d’échanges de services, une société où l’argent n’aurait plus court, imaginez la perte de pouvoir de vos gouvernements cependant, imaginez le bouleversement que cela serait, je comprends que cela ait bouleversé quelques pensées et je pense que cette société n’est pas pour maintenant, n’est pas prête, mais parfois je me dit : imaginez mes chers frères et sœurs ce que donnerait une rayonnement solaire si puissant qu’aucun ordinateur ne pourrait retenir le chiffre qui reste sur votre compte en banque. Que deviendrait alors une société basée uniquement sur cette valeur-là ? Une société du plus fort ? Non vous avez tort, l’Univers veille, vos frères galactiques veillent sur cela, une société qui se replacerait. Nous sommes  dans les prémices de cette existence, nous sommes dans les prémices de cette conscience du partage, voyez comme les sites, vous appelez cela comme cela, d’échanges de services, voyez comme les sites de donner prêter à quelqu’un ce qu’il n’a pas, commence à prendre de l’ampleur, voyez comme finalement votre société commence à se tourner du côté de l’échange et du partage. Bientôt ce ne sera plus des échanges monétaires mais des partages de connaissances, des partages de savoir. Vous allez revenir petit à petit à  une civilisation de, comment dites-vous déjà, communauté. Une communauté où chacun connaitrait parfaitement son métier, pourrait partager son art avec d’autres, qui pourraient partager avec d’autres. Ce modèle de société bien sûr je l’ai bien connu dans mes vies antérieures et vous vous imaginez qu’aujourd’hui il est impossible évidemment, il vous a été en partie rendu impossible, de par tous ceux qui voulaient contrôler, et qui voulaient votre sacrifice en fait. Je ne vous demande aucune révolution, jamais. Je vous dis, je vous informe, que votre société se tourne naturellement vers cela, vers le partage, vers l’amour le plus grand qui soit, et cet amour qui se déploie de plus en plus, et bien cet amour-là, vous le verrez, vous en aurez conscience, vous le vivrez, dans cette existence de lumière.

Alors bien sûr cette civilisation, cette existence d’amour existe dans les plans de lumière, dans les plans hors du corps, sur d’autres planètes, dans l’au-delà aussi comme vous l’appelez, mais l’intervention dimensionnelle actuelle sur votre plan, fait que cela, dans vos voyages, dans vos nuits, vous amène à contacter ces plans de partage, ces plans de conscience, ces plans d’amour. Cela vous donne des idées, des élans de partage, des élans d’amour. Nous avançons vers ce monde, il n’est pas si impossible que cela, il n’est pas si loin que cela. Le temps n’est pas connu, l’espace n’est pas connu, la date n’est pas connue, mais nous savons qu’une bascule planétaire se fera. Elle se fera vers cela. Alors heureux seront ceux qui se seront déjà tournés vers l’esprit de partage, vers l’idée d’être en capacité d’offrir leur bras, leur conscience, leur amour, leur sagesse, leur savoir, à d’autres frères et sœurs, parce que vous serez déjà dans l’union et dans l’esprit de ce partage Divin, de ce partage humain… quel monde merveilleux. Pourquoi est-ce que je vous en parle ce soir, pourquoi est-ce que je n’ai jamais évoqué cela auparavant, pourquoi Sylvain est en train de me dire : es-tu en train d’engendrer une révolution ? Non. Encore une fois, aucun mouvement violent ne doit être mis en place. Je suis en train de vous dire en quoi l’énergie est en train de se transformer, dans ce temps- là, dans cette période-là. Vous verrez des peuples chercher à devenir plus autonomes, vous verrez encore des emplacements sur cette terre qui vont commencer à créer de nouvelles utopies, de nouvelles cités faites de partage. Vous verrez des nouvelles monnaies apparaître, toutes aussi virtuelles que celles que vous connaissez actuellement. Vous êtes en train de reprendre votre pouvoir personnel, doucement, tranquillement, cela se fera avec sagesse encore une fois, avec sagesse et compréhension. Il s’agit d’ancrer cette réalité dans votre cœur, de la vibrer et de la partager dans votre corps et dans l’énergie autour de vous pour que cela prenne de l’ampleur, pour que cela devienne votre réalité.

Je vous propose ce partage dans l’amour, je vous propose cet échange lumineux. Dans cet échange lumineux des énergies se transforment. Ma propre flamme violette devient violette et or, elle condense l’énergie d’autres flammes, pour purifier encore plus certains aspects qui en vous vous empêchent de croire en votre idéal, j’allais dire, de vous libérer de votre idéal, de libérer la pensée, de libérer les croyances, de purifier les énergies densifiées si nécessaire, de la matière, en vous. Alors je suis heureux de voir cette énergie se transformer, je suis très honoré de voir ma propre flamme en évolution. Ce cycle est régulier, de transformation des flammes, et vous verrez, là aussi, dans le corps et dans les effets à quel point cette flamme violette et or viendra purifier votre cœur.

C’était sans doute une période particulière que celle que nous traversons, je dis c’était parce que pour nous elle est passée. Cette époque où il vous a été expliqué que vous êtes au bon moment au bon endroit, que votre mission est d’être certes joyeux, mais qu’il n’est pas de fonction meilleure qu’une autre, d’instant meilleur qu’un autre, et de vous dire que le sens de votre existence est le partage pour  donner un nouveau nom peut-être à l’amour, à ce qu’est l’amour, comment as-tu aimé ton prochain ? Qu’as-tu partagé avec lui ? Qu’a-t-il partagé avec toi ? As-tu partagé pour toi ? Ou as-tu partagé pour vous ? Pour la multitude ? Voici ce questionnement, voici ce moment, cette question qui se pose.

Alors j’entends aussi ceux qui souffrent et qui me disent : oui mais moi j’ai vécu toute une vie de souffrance, quel était le but ? N’ai-je à partager que cette douleur avec le monde ? Non. La souffrance vécue par certaines personnes a été un moyen pour eux de consumer, de convertir une énergie planétaire, de la laisser les traverser. Certes ils n’ont pas l’impression de l’avoir demandé, certes ils demandent à être guéris, mais leur propre âme a demandé à le vivre. Cependant vous êtes à l’ère des miracles, vous allez voir des miracles, vous allez voir à quel point les forces de l’esprit sont puissantes, fortes. Vous allez voir à quel point il existe des méthodes internes, qui vont générer des miracles dans votre monde, dans le futur de votre monde. Revenez à votre essence Divine, ne doutez pas de qui vous êtes, de ce que vous êtes, de votre existence en tant que purs êtres Divins, revenez à cela, vous ne l’avez jamais quitté, mais revenez en conscience à cela.

Vous êtes au bon moment, vous êtes au bon endroit, la planète évolue pour que les partages se mettent en place. Vous devez partager ce que vous connaissez, savez ou êtes, pour commencer à préparer ce monde, si vous le désirez, si vous le voulez bien. Nous, êtres de lumière et d’amour nous attendons vos appels, les maîtres d’ascension, les anges, les guides, les ancêtres, les déités, les élémentaux, tous, nous attendons l’appel de l’homme, pour revenir avec lui dans son propre règne, lui montrer ce que nous pouvons faire avec lui, ce que nous pouvons être avec lui. Continuez à nous appeler, continuez à avoir confiance. Et encore une fois sans que je puisse donner de date, comprenez combien moi-même je le regrette parfois, sachez que de notre côté ce n’est pas si long, sachez que tout est prêt et quand nous disons tout est prêt cela veut dire que vous pouvez déjà, en conscience, en confiance, vous connecter à ces nouvelles perspectives de vie et d’existence.

Merci de votre écoute, merci de ce moment de sagesse.

 

samuel10

Archange Samuel 10 octobre 2017 , notre « mission »

Channeling du  10 Octobre  2017 retranscris par Michèle

Bonsoir à vous, je suis l’Archange SAMUEL / Chamuel

J’interviens sans doute pour une des premières fois, ici, dans ce corps, dans cet espace, dans ce temps. Il était important pour moi de poser quelques énergies, quelques points et quelques définitions auprès de vous, sur le travail que nous exécutons actuellement avec vous, et en vous, chères âmes de lumière.

J’aimerais éclaircir un mot souvent prononcé, mal compris, mal étudié. Je considère chaque personne qui m’appelle comme un étudiant, non que je sois Maître de tout mais parce que vous êtes dans cette phase d’étude de vous-mêmes, dans cette écoute de vous-mêmes, tranquillement, doucement, dans l’énergie.

Alors le mot qui n’est pas compris, c’est le mot mission, et elle est courante cette question : quelle est ma mission ? Vais-je accomplir ma mission ? Ai-je réussi ma mission ? Je crains que ce mot ne soit un comportement humain. Alors il est des gens qui vont vous donner des définitions de mission, qui vont vous donner des fonctions, qui vont en fait travailler avec vous pour comprendre ce qui vous apporte le meilleur en vous, ce qui est déjà là, ce qui se révèle en vous, parce que cela pourrait être ce que vous appelez mission. Mais je voudrais vous dire quelque chose : lorsque nous disons le plan Divin est parfait, ce que nous voulons signifier, c’est que dans ce Plan tout est prévu, et que si jamais quelqu’un ne fait pas ce qui est prévu dans le plan, quelqu’un d’autre le fait. Cela veut dire que ce que vous appelez vos missions, votre place, votre espace, c’est quelque chose d’interchangeable. Ce n’est pas quelque chose de définit à tout jamais. Ce n’est pas quelque chose de définit dans toutes mémoires. « Oui mais si je ne fais pas vraiment ce qui était prévu dans le plan de départ est-ce qu’il va m’arriver quelque chose ? »

J’entends cette question.  Il n’est rien prévu au départ. En fait votre rôle arrive au fur et à mesure. Vous avez prévu certes quelques grandes étapes de votre existence, et nous pourrons, ou je laisserai quelqu’un d’autre  parler de ce que vous appelez le destin, la destinée, avec vous. Mais moi je viens parler de mission. Alors une mission d’âme, ce serait quand même, avouez-le, et j’essaye de vous convaincre du fait que ce soit bien une expression humaine que ce sens de mission, mais cela serait quand même très particulier que chacun ait exactement une place cent pour cent et totalement définie dans ce plan, et surtout, encore plus particulier, si cela était si parfait, qu’il puisse y échapper. Alors qu’il puisse y échapper, vous appelez cela le libre arbitre, et vous vous dites : oh mais j’ai pris des mauvaises décisions, donc j’échappe à ma mission… Non. Il n’est pas un mot, pas une phrase, pas une construction intellectuelle en vous, qui ne soit presque pratiquement défini par la Source. J’ai bien dit par la Source. Même ce qui semble être l’opposé de la Source est issu de la Source, parce que c’est votre monde qui génère l’ombre et la lumière, pas la Source. La Source elle est émet une information et il faut des juges pour déterminer ce qu’est l’ombre et ce qu’est la lumière.

Alors dans vos existences, certaines ombres, personnelles, dans le personnage, dans les rencontres, dans l’existence, ont été placées, mais pour faire un contraste, pour vous amener à révéler ce que vous avez décidé humainement ou divinement d’appeler la lumière, dans un jugement qui n’est pas un jugement Divin mais un jugement humain, de ce qui est bien ou mal, de ce qui est correct ou incorrect. La mission de vie idéale serait que chacun d’entre vous vive dans la joie, l’amour, ce qu’il se sait être, ce qu’il se sait faire. Alors, certains d’entre vous disent souvent : oui mais moi je ne sais pas du tout ce que je sais être, je ne sais pas du tout ce que je sais faire, mais vous savez accueillir des gens, vous savez servir des repas, vous savez servir d’autres personnes Mais voilà aussi que dans le mot mission vous avez oublié le mot service, alors, à chaque fois que quelqu’un vous énoncerait une mission qui soit d’être au service de, quelqu’un, ou de quelque chose, cela ne vous convient pas. Donc personne n’a la mission d’être employé sur cette terre, personne, c’est particulier n’est-ce pas ?

Je vous amène vraiment à observer ce soir, volontairement, le comportement humain, compréhensible, vécu, entendu par nous, mais à vous dire qu’il n’existe pas de basse ou de haute mission, c’est faux. Là encore, c’est le jugement à l’intérieur de vous, le positionnement à l’intérieur de vous, qui ont décidé de ce qui serait une mission acceptable ou une mission inacceptable. Mais à ce moment-là cela veut dire que vous laissez l’égo, le personnage, décider de ce que serait votre mission, décider de ce que serait votre fonction. Voulez-vous vraiment laisser le personnage décider ? En vérité l’exercice du libre arbitre à travers la décision de l’égo vous amène souvent à un jeu de séparation de l’amour, donc à la souffrance, à un jeu de séparation même de la douleur donc à la souffrance. Ce que je veux dire par là c’est que lorsqu’on ressent une douleur quelconque et que l’on s’y associe, on l’accepte, on la traverse, elle sera moins douloureuse, que le fait de la refuser en bloc.

C’est pareil pour certaines missions, c’est pareil pour certaines fonctions. Ainsi ceux qui veulent entendre leur mission, je vais transformer ce mot et vous dire qu’il n’y a pas de mission. Vous ne pouvez pas rater votre vie, c’est cela que j’essaye de vous dire, et c’est une très bonne nouvelle. Vous ne pouvez pas rater votre vie. Mais j’ai échoué jusque-là, cela a été difficile pour moi, je n’ai jamais rien réussi à faire, j’ai ouvert des entreprises et elles ont fermé, j’ai été dans des entreprises j’ai été viré, j’ai essayé de faire des études je n’ai pas réussi. Pensez-vous que votre mission c’est d’arriver avec un diplôme une fonction, un ordre ou un titre du côté lumineux on va dire du miroir, pour utiliser encore un peu votre vocabulaire.

Avez-vous déjà entendu parler de quelqu’un qui passe de l’autre côté et à qui on demande un diplôme, un certificat de travail ? Non. Ce qui lui est demandé c’est comment as-tu aimé ? Avec force, avec puissance. Comment as-tu aimé ? Ton prochain ? Toi-même ? Alors c’est donc l’exercice de l’amour de l’union à l’autre, le sentiment, j’allais dire, de se sentir utile qui crée la mission, et vous l’êtes utiles. Alors certains vont dire : je suis sous un handicap, ou je ne trouve pas de travail, je ne sais pas quoi faire à la maison, je suis utile à personne, je ne sais pas quoi faire, je veux ma mission, dites-moi, dites-moi, je ferai tout ce que vous demandez… , mais savez-vous que prier pour ceux qui souffrent, savez-vous que prier pour la planète c’est déjà exercer la force de l’amour, c’est déjà devenir missionnaire de lumière, un émissaire de lumière.

Savez-vous que rayonner, sourire, chanter et danser est une fonction, une mission, un accomplissement. Savez-vous que n’importe quel ouvrier qui travaille à rire et à sourire pendant  son travail, et qui essaie de mettre dans son œuvre son esprit, son amour, sa probité, son honnêté, tout cela est une œuvre d’amour, une mission, et nous préférons – il n’y a pas de jugement dans ce que je suis en train de dire, quand je dis nous préférons je suis déjà en train d’imaginer ce à quoi vous pensez, plus que de l’imaginez je le vois, et je vous explique – la qualité de lumière émise par quelqu’un, qui est seul à faire son travail et que personne ne voit, et qui le fait avec amour, nous est pour nous plus important, que quelqu’un qui peut être sur scène, avec dix mille, vingt mille, trente mille personnes et faire semblant de les aimer, en se détournant d’eux à la première occasion. Cela n’est pas l’amour, donc l’amour la mission cela n’est pas d’être vu, cela n’est pas de prêcher, vous n’êtes plus dans une nécessité de mission de prêche, de conversion de qui que ce soit, vous êtes dans une mission de rayonnance, rayonnez votre lumière, rayonnez ce en quoi vous croyez, peu importe ce en quoi vous croyez,  rayonnez-le, ne le rayonnez pas dans l’extrême, laissez à l’autre sa place, toute place est juste.

Alors nous avons placé sur votre chemin des êtres et des personnes capables de définir avec vous quelle peut être la suite du chemin, quelle peut être ce que vous appelez la mission, mais que font-ils réellement ? Ils nous demandent à nous, ou à vous, ce qui vous apporterait le plus de joie, ce avec quoi vous rayonnez, vous vibrez. Cette vibration laissez-la vous emplir, pendant des mois pendant des années si nécessaire, mais la joie entre en vous, la joie d’accomplir quelque chose. Si vous nous priez une fois par jour, qui que ce soit, qui vous voulez, mais si vous émettez une prière une fois par jour vers votre propre lumière, vous recevrez vos réponses. Mais retenez ceci, la mission c’est de rayonner ce que vous êtes, c’est de rayonner l’amour, c’est de faire ce que vous aimez, même si c’est quelques heures par semaine, voire quelques minutes par semaine, de le faire avec amour et d’être en capacité de le partager. Il ne vous est pas toujours demandé de faire un métier de ce que vous aimez. Bien sûr dans un environnement et une planète juste, cela arrivera, mais pour le moment votre planète subit des forces et des influences qui vous empêchent votre totale liberté, et ces influences ne sont pas extérieures. Je vous invite à rentrer à l’intérieur de vous, à rentrer dans la profondeur de l’être et à comprendre que ce que vous devez rayonner est déjà là. Et quand vous vous dites je ne sais pas, enfoncez-vous dans ce je ne sais pas, transformez-le en quelque chose qui vous fait du bien : je ne sais pas et cela m’ouvre à tout ! Vivez la joie sans même savoir pourquoi vous allez être heureux, ressentez la joie en vous, respectez cette joie, soyez en gratitude pour elle.

Une autre question qui est souvent évoquée avec nous, c’est cette question du blocage, cette impression que vous avez souvent d’être bloqué. Alors cette sensation dans le corps, dans l’énergie, dans la forme, elle est multiple, elle peut être due à beaucoup de chose. Elle peut être due à un changement d’énergie en vous et autour de vous, et ou autour de vous, quelque chose qui se place, un changement qui se place à l’intérieur de vous mais que vous refusez la plupart du temps, un déni de ce changement qui intervient à l’intérieur. Ce blocage peut être dû à l’impermanence, au fait que vos méthodes employées précédemment ne fonctionnent plus, vous devez vous devriez en employer d’autres, à nouveau, d’autres méthodes, d’autres techniques, d’autres comment comme vous dites. Vous n’êtes pas bloqués réellement, vous vivez une phase de transition, et pour profiter de cette phase de transition c’est toujours encore une fois, dans votre profond intérieur que nous vous invitons, dans une sorte de méditation, de médiation, de réception intérieure, de réception d’une nouvelle parole. Les vibrations de ce mois sont fortes, très fortes, mais elles sont là pour vous inviter, pour vous inviter vous-mêmes à vous recevoir, à recevoir votre plus grande énergie, à recevoir votre plus grand potentiel et à l’accepter. Dans ces histoires de missions et de blocages, vous avez souvent décidé de ce que signifierait la mission juste, ou le déblocage juste.

Vous ne savez pas ce que cela signifie réellement. Laissez être l’énergie, laissez-vous traverser par votre propre fluctuation, acceptez  vos états, pas pendant des mois, mais pendant des semaines peut-être si c’est nécessaire. Acceptez-le comme étant votre phase de transformation. Peut-être en vous disant je ne sais pas en quoi ou en qui je me transforme, mais je sais que quelque chose en moi se transforme car vous recevez des informations du Grand Soleil Central, des Grands Soleils de l’Univers, vous recevez des rayons et des énergies cosmiques telluriques, profondément, puissantes, et qui viennent en vous nourrir la conscience de la nouvelle vibration qui se prépare, qui est déjà là, mais votre corps a besoin de s’adapter. Alors votre corps il aura toujours besoin de s’adapter, vous savez que vous êtes dans une période d’une dizaine d’années, entre cet axe de 2012 et 2022, où vraiment il vous faut 10 ans pour transformer le corps, 10 ans pour recevoir ces énergies au fil de l’eau, les voir, les accepter. Observez les flux actuels d’énergie, observez combien aujourd’hui le monde semble plus ouvert à notre discours qu’auparavant, observez combien aujourd’hui cela semble plus simple, de comprendre nos mots, d’être en la présence et en énergie, parce que pendant que je vous parle, chacun des êtres de lumière présents à vos côtés exerce sur vous sa bénédiction.

Il vous demande de le recevoir, de l’entendre, de le percevoir, juste de le ressentir peut-être, peut-être juste de le ressentir, car plus vous entrez en contact avec les plans de lumière plus vous serez prêts à comprendre le pourquoi de ce changement du corps, à comprendre le pourquoi de ce changement d’environnement autour de vous, à comprendre pourquoi vos peuples se préparent à une certaine révolte. Vous la sentez en vous cette énergie-là, vous sentez aussi souvent une certaine tristesse, vous sentez bien qu’il y a quelque chose à abandonner, mais vous ne voulez pas abandonner l’ancien manteau de lumière, que vous croyez en fait un manteau de lumière, vous ne voulez pas abandonner l’ancienne tenue pour revêtir votre nouveau vaisseau,  votre nouvelle cape, votre nouvelle épée j’allais dire, votre nouvelle tenue, dans la liberté, en dehors de toute peur, parce qu’il est là le poison qu’on vous distille régulièrement, cette peur, cette anti- liberté devrais-je dire. Sentez-vous libres, devenez-le, exigez-le si cela est nécessaire mais posez votre liberté.

Sur le sens de votre vie, je vais laissez quelqu’un d’autre parler, mais sur ce qui est de la mission je voudrais terminer en vous disant que, chacun d’entre vous à effectivement dans sa vie une dizaine de personnes, à minima, qu’il devra aider par bien des moyens, mais je voudrais vous dire que vous ne pouvez échapper à ces rencontres, à ces destinées, à ces croisements. Donc votre mission est accomplie et si vous cherchez une mission qui vous apporte plus de joie, plus de paix et plus d’amour, alors nous placerons sur votre chemin les émissaires nécessaires pour cela, les personnes nécessaires pour cela, pour vous aider en cela.

 

Merci de votre écoute, je pourrais parler très longuement de cela, de cette notion de mission, mais retenez ceci : vous êtes au bon moment, au bon endroit, tout va bien.

 

Sylah 17 10 2017

Je suis SYlah

L’accueil

Ce mot j’aimerai que justement vous l’accueilliez en vous car en fait il est une clef de ce que tant de personnes appellent « l’éveil » . Un être éveillé ne vit pas différemment, il est juste plus en conscience du processus …. du fait que tout ce qui est vécu n’est qu’une expérience d’un être immortel.

Alors mon canal n’a pas encore contacté complètement cette conscience et c’est le cas majoritaire sur votre vaisseau Terre mais je vous informe que les progrès dans ce que l’on pourrait appeler le plan divin font qu’il va y avoir de plus en plus de personnes qui vont comprendre en leur âme que vous êtes déjà éveillés. … en enlevant des couches …. en l’acceptant…. en l’accueillant….

L’accueil deviendra ensuite votre mode de vie.
…. une envie….une joie… une souffrance.. une peur…. « j’accueille » voilà tout ce que vous ressentirez … vous ne vous arrêterez plus à la forme ou à la surface.

J’aime voir le temps du primptemps céleste arrivé (et je sais que pour vous c’est l’automne) mais chaque jour… de nouvelles lumières éclairent votre monde de votre grandeur.

Soyez bénis
—-
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner
copie aux conditions suivantes:
-qu’il ne soit pas coupé
-qu’il n’y ait aucune modification de contenu
-que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com/
-conférences: http://sylvaindidelot.com/conferences/

L’image contient peut-être : nuit
c9710w

Maitreya 12 septembre 2017

Channeling du 12 Septembre 2017 (retranscris par Michèle Grébois)

Je suis Maitreya, depuis le Grand Soleil, le Grand Soleil.

Actuellement, maintenant, votre corps reçoit des informations en permanence, votre corps il est bombardé d’informations, votre corps physique est bombardé d’informations. Certains d’entre vous peuvent avoir des maux de tête inexpliqués, des tremblements, des secousses, des peurs qui viennent qui passent, tout un tas de choses dans votre corps qui résonnent comme vous disant : ce n’est quand même pas normal, il se passe quelque chose… je ne sais pas quoi… une certaine angoisse, une certaine appréhension, ou une certaine joie même inexpliquée, peu importe. Tout cela est dû au flot d’informations qui vous traverse, qui vous traverse et vous informe en même temps. Chacune de vos cellules est un petit peu informée de ce qui est, de ce qui est en cours, de ce qui a été, de ce qui sera.

Tout en vous sait tout.

 

Tout en vous sait tout. Tout en vous est préparé, préparé, toujours, de toutes vies, à toutes existences. Ce que je veux expliquer ici c’est que, la connaissance que vous souhaitez de l’information, votre corps l’a déjà. Il peut vous rediffuser, lui, cette information sous la forme qu’il désire aussi. Mais pour que votre corps reçoive, un peu plus d’informations j’allais dire, lumineuses, il pourrait être intéressant que vous libériez de l’espace dans ce corps, que vous libériez des énergies dans ce corps, pour que vous soyez infusés de la plus grande lumière, et ne retenez pas le processus d’évolution qui est en cours. Par quoi est-ce que votre corps peut être entre guillemets bouché ?

 

Par la sensation d’impuissance : on ne peut rien faire, ce n’est pas possible, le monde ne bougera plus, c’est de pire en pire… Des idées  de ce type-là peuvent empêcher votre corps de recevoir une énergie lumineuse, une énergie même supra lumineuse, une énergie dimensionnelle de lumière. D’autres pensées d’indignité qui disent : je dois terminer ceci, je dois terminer cela… est-ce que j’ai accès à ces capacités, est-ce que je dois me nettoyer avant ?

 

Il y a toujours une part de vous qui a accès à toutes les capacités, à tout moment, quoiqu’elle fasse, peu importe de quoi elle se nourrit, peu importe ce qu’elle est, peu importe la lourdeur dans laquelle elle se sent, il y a toujours une part de vous qui peut tout faire. C’est quand vous accordez du pouvoir, j’allais dire, au mauvais corps, à la mauvaise énergie, que là vous pouvez vous sentir bloqués. Mais lorsque vous laissez effectivement une partie de l’expérience Divine vous intégrer, lorsque vous laissez les mots couler en vous, l’énergie couler en vous, tout devient possible. Quand vous essayez de faire les choses vous-mêmes évidemment vous pouvez vous sentir limités, mais c’est qui ce vous-même ? C’est la somme des expériences, c’est la somme des croyances. On l’a répété cela, on ne cesse de vous le répéter. Vous vous limitez, et c’est compréhensible.

 

Vous vous limitez parce que le monde a tout fait pour que vous soyez limités, le monde que vous avez créé vous-mêmes a créé un contexte de limitation, pour vous libérer. Vous vous êtes enfermés pour devenir libre, vous vous êtes enfermés pour devenir conscients de la prison dans laquelle vous êtes enfermés. Donc en fait vous vous êtes créés l’expérience de peur vous-mêmes, c’est-à-dire vous vous êtes créés l’expérience de ressentir ce que vous n’êtes pas, vous vous êtes créés l’expérience limitative du corps. Alors d’autres corps ont pris le pouvoir, d’autres consciences ont pris le pouvoir, jusqu’à ce que la pression soit suffisamment forte parfois dans l’existence, dans les vies, dans la forme, pour que ce pouvoir ressorte de vous et reprenne sa place, à égalité avec chacun de vos frères et sœurs, dans une part égale de justice, d’amour, de paix, d’échange, dans une part ou chacun exerce le meilleur pour lui et pour l’autre. Voilà le monde qui est en train de se créer, de se dessiner dans des êtres conscients, dans des êtres d’énergie, dans des êtres qui se libèrent de la charge de peur, d’émotion forte qui traine en eux, quasiment en permanence. Des énergies soutiennent ce processus, donc quand vous commencez ce type de travail de libération, ne le faites pas seuls, appelez-nous, appelez votre être de lumière :

j’appelle en moi l’énergie Divine, je demande aux être de lumière, je demande à l’amour même, de m’aider à libérer la connaissance lumineuse en moi.

 

Alors, lorsque vous faites cette demande, encore une fois, faut libérer des espaces en vous, donc libérer des croyances, libérer des peurs, libérer des angoisses, libérer le corps. C’est pour cela que la plupart du temps nous vous informons la nuit, c’est là que vous libérez un petit peu plus d’espace, souvent pas beaucoup plus pour certains. Lâchez… lâchez… Ne vous endormez pas avec vos problèmes, donnez-les nous.

 

Confiez-les à l’extérieur, ne rentrez pas à l’intérieur en disant : je vais m’endormir dessus, je trouverai la solution demain matin. Bien sûr une part de vous peut aller chercher cette solution pendant la nuit, mais en ce moment, là, actuellement il se passe tellement de choses la nuit comme le jour que, c’est un petit peu bloqué, et qu’on peut revenir sans beaucoup de solutions, si on n’est pas un être habitué à recevoir l’énergie.

 

Certains bien sûr peuvent tout faire en même temps, mais ils sont assez rares. Il s’agit vraiment de trouver de la circulation en vous, de trouver de l’espace, de choisir ce qui est important pour vous, ce qui vous fait vibrer ou ce qui vous fera vibrer. En tout cas évitez de vous endormir avec la peur. Si vous avez un problème ou une difficulté à surmonter dites : voilà je confie à l’Univers, à une part Divine de moi-même ce souci-là.

 

Mais endormez-vous convaincus à 100 % que vous avez donné ce problème à quelqu’un d’autre, pas en vous disant : je vais essayé, après tout cela peut marcher.

Il y a beaucoup d’exercices de foi en ce moment,  beaucoup d’exercices d’abandon à cette foi, d’abandon à cette exigence de l’espace, en vous. C’est difficile de recevoir autant d’énergie, certains ne dorment plus depuis quelques temps, ont des difficultés, parce qu’il y a énormément d’énergie qui entre. Laissez-la sortir, laissez-la sortir, plantez bien vos pieds sur terre, je veux dire laissez sortir cette énergie, laissez-la circuler. La terre-mère vous informe d’un décodage des énergies cosmiques qu’elle a reçues, vous êtes à la fois informés par le haut, et à la fois informés par le bas. Tout circule dans les deux sens dans votre corps. Un double tore d’énergie est présent, une double spirale énergétique est présente en vous, vous informant de tous côtés. Mais il n’y a pas une information qui est plus pure ou plus honnête qu’une autre. Ici laissez les informations du ciel, laissez les informations de la terre vous pénétrer, mais vous allez voir que, quand on est dans cet état-là, qu’on laisse le haut et le bas vous pénétrer – les énergies de la nature en ce moment sont très fortes, les énergies du ciel sont très fortes – on peut se retrouver vite comme ayant l’impression d’être débordés. On ne sait pas où est la soupape de secours.

 

Mais la soupape de secours elle est dans l’intériorisation, dans le vaisseau, dans le fait de créer son propre vaisseau énergétique et de se dire carrément que toute cette information elle est multidimensionnelle, ne pas la garder dans cette dimension. Alors comment on fait pour ne pas garder une énergie, une information dans la même dimension ? Et bien encore une fois, on fait appel à quelqu’un qui n’est pas dans cette dimension. Appelez vos Guides, appelez vos Anges et demandez-leur : libérez-moi, libérez-moi de ces informations, libérez-moi de cette énergie, je ne veux garder que ce que je peux gérer, encore un peu en conscience, encore un peu à travers le corps. Parfois c’est fort et c’est dur de recevoir tout cela. Et encore une fois, vos frères et sœurs, de lumière, de galaxies, d’énergies, même vos corps, sont là pour vous aider. On vous demande d’effectuer une partie du travail, effectivement le travail passe par vous, vous êtes dans ce système d’évolution.

 

Ne vous imaginez pas être les seuls êtres de la galaxie en train de vivre cette évolution, de la traverser. Ce n’est pas vrai. Beaucoup de galaxies vivent cela, vivent cette énergie-là, cette énergie de regroupement. Ce serait, j’allais dire, impossible en tout cas, si ce corps me laisse en parler, en tout cas difficile oui, d’exprimer à votre échelle ce qu’est l’échelle de l’Univers et des dimensions parce que vous vous sentiriez extrêmement petits, pourtant vous êtes extrêmement grands. Mais vous êtes à l’intérieur de la volonté de Dieu. Ne vous sentez pas petits, vous êtes l’Univers, au grand complet.

Je suis venu renforcer l’idée que vous recevez beaucoup d’informations, renforcer l’idée qu’il est nécessaire de reposer vos corps en ce moment, de les laisser se détendre, vraiment, avant de vous endormir. L’amour que vous allez recevoir est immense aussi. Laissez-nous vous aimer. C’est sans doute là le dernier message que je voudrais laisser dans ce discours : laissez-vous nous aimer, vous aimer, nous aimer, tous ensemble. Comprenez la liaison qui nous unit à vous, comprenez la liaison qui unit les êtres de lumière à ce que vous êtes.

 

Nous sommes un petit peu ceux-là qui avons connu votre chemin, et qui justement, comprenant l’exercice, comprenant la douleur, comprenant la difficulté que cela peut être de s’apercevoir, j’allais dire, de qui on est vraiment, la difficulté de ramasser ces personnages individuels en vous et d’en faire un collectif aimant et vibrant, cette difficulté-là nous l’avons déjà traversée, donc on peut vous donner un coup de main. Plus vous lâcherez prise, plus on pourra vous aider. Si vous n’arrivez pas vraiment à lâcher prise, alors demandez quand même : fais cela pour moi Seigneur, je te laisse, j’allais presque dire, mon libre arbitre. Je sais que quand on dit : laissez-nous votre libre arbitre, il y a quelque chose en vous qui résonne et qui dit : non, pas question ! Je ne suis pas en train de dire qu’on va décider à votre place. Je suis en train de dire : abandonnez un petit peu de cela. On peut faire certaines choses effectivement à votre place, mais cela va peut-être vous secouer un petit peu plus que vous ne le pensez ? Mais cette notion de libre arbitre quand elle est exercée par l’égo, elle vous est souvent néfaste. Le libre arbitre, exercé par des esprits en conscience, c’est j’allais dire plus intéressant dans votre système d’évolution. Donc essayons de collaborer. C’est peut-être cela la notion de libre arbitre : accordez-nous votre confiance. Voilà des milliers d’années que les mots confiance et conscience ont été associés, c’est là aussi une clef, en confiance et en conscience nous sommes l’amour que vous êtes, et nous pouvons vous aider, autant que possible. Mais n’oubliez pas, vous avez des pas à faire aussi. Vous avez des pas à faire. Mais quand vous en ferez un, alors nous essaierons d’en faire deux.

 

Venez vers nous, filles, fils des étoiles, venez vers nous, enfants de la lumière, venez vers la conscience de qui vous êtes vraiment, venez vers la conscience d’être le créateur, l’acteur de ce monde. Vivez cela avec joie, avec amour, ne vous demandez pas ce qui est possible ou impossible, tout est possible si vous êtes dans la conscience de qui vous êtes vraiment, et non dans la recherche de comment supprimer les limites, mais de comprendre que vous avez créé aussi les limites. Devenez l’être illimité que vous êtes déjà. Le moment est propice, l’instant est fort. D’autres leçons de vie seront données sur les liaisons, sur l’apprentissage, sur les méthodes pour apprendre désormais, mais ce n’est pas ce soir, ce n’est pas maintenant. On est juste venu vous dire : ce que vous vivez en ce moment, ces perturbations, ces secousses, ces énergies en vortex qui traversent le monde, tout le monde entier : laissez passer. Laissez tout cela être.

 

Merci.

Archange Michael le 12 septembre 2017

Channeling du 12 Septembre 2017

Retranscris par Michele Grebois

L’Archange Michael

 

Bonsoir à tous,

Nous sommes très heureux d’être ce soir avec vous, encore une fois, et toujours en fait, heureux d’être présents à vos côtés, d’être aidants, protecteurs, protecteurs de ces âmes pures que vous êtes tous, parce qu’il n’y a pas d’exception à ces mots-là, protecteurs des énergies en ascension, des vecteurs d’ascension même que vous êtes pour certains, et c’est aussi sans doute de cela dont je vais parler ce soir, en même temps qu’effectivement, Sylvain, des aspects planétaires, de cette époque, de ce temps, de ce mois, de cet instant, c’est difficile de définir en mois, pour nous, on peut définir en instants.

Le mot qui vous a été révélé est le mot éveil. Ce mot, chez beaucoup d’entre  vous,  a une consonance vraiment,  et c’est heureux, positive, de révélation, d’une conscience qui s’améliore, d’une conscience qui accède à de nouvelles données, d’une conscience qui accède à des, j’allais dire, des métadonnées, mais quand je dis métadonnées moi je parle plutôt de Métatron-données, je parle un petit peu de tout ce qui est en train de se mettre en place en terme d’énergies métatroniques, parce que c’est cela que nous sommes en train de mettre en place, des énergies profondément ancrées dans la conscience de l’être qui s’appelle Métatron, c’est-à-dire des énergies qui permettent à vos corps de dépasser le corps, à vos esprits de dépasser l’esprit, à la conscience de dépasser la conscience. Vraiment, vous êtes dans une é-passe… une étape et une impasse, mais c’est une impasse pour l’égo vous aller voir, une étape de transition importante. Elles sont toutes importantes, je ne vois pas pourquoi j’en renierais une d’ailleurs.

Alors, quand je dis que c’est une impasse pour l’égo, ce que je veux signifier c’est que, vous allez voir que vous avez été, ou vous allez, cela dépend vraiment des périodes temporelles pour beaucoup d’entre vous, être mis à l’épreuve. Etre mis à l’épreuve de quoi ?  Etre mis à l’épreuve d’une difficulté à traverser, être mis à l’épreuve de quelque chose qui pourrait vous traverser, vous bouleverser, vous obliger à changer. Cela peut être très simple ou très compliqué, cela dépend de chacun, de chaque vibration, et ce n’est pas obligatoire et systématique, mais c’est souvent quand vous serez dans l’énergie de la planète, parce qu’il y a quelque chose qui doit vous révéler.

Alors pour révéler il faut, entre guillemets, souvent mettre beaucoup de contraste entre ce que vous êtes vraiment, ce que vous pensez être, et puis l’espèce d’état intermédiaire que vous appelez l’existence entre tout cela. Ce n’est pas facile de se dire qu’actuellement vous êtes vraiment dans une phase, pas courte, une phase qui dure 200 ans, elle a déjà commencé vous êtes presque au bout, mais une phase qui dure très longtemps et qui est une phase de transition entre deux espèces, dans l’évolution. Entre une espèce qui serait soumise, soumise à un conditionnement, soumise à des croyances, qui serait toute puissante, qui détiendrait effectivement un total libre arbitre, et une nouvelle espèce capable de prendre ce système de croyance, de le modifier en moins d’une vie, en moins d’un instant parfois. Jusque-là vous viviez une certaine inertie dans le corps, l’impossibilité, en moins de quelques vies, de résoudre certaines problématiques. Mais aujourd’hui tout cela est en train de s’effacer. Le plan akashique qui correspondait aux données mémorielles de votre espace est passé d’une dimension à l’autre,  a augmenté d’une dimension. Résultat l’ancienne, j’allais dire, salle des mémoires akashiques se dissout petit à petit. Pourquoi avoir avancé ces annales d’une dimension ? Pourquoi avoir avancé cet espace intermédiaire dimensionnel entre, je vous donne des chiffres, entre cette dimension est la 15ème, 7 ou 8 voilà, pourquoi avoir déplacé ce champ-là ? Pour permettre à la vibration de ne plus être immuable,  c’est-à-dire à la vibration de vos vies passées de vos vies futures, j’allais presque dire, mais en tout cas de toutes vos vies, de ne pas laisser de trace de freins, j’allais dire, de vous empêcher d’avancer. Il n’est pas question aujourd’hui qu’il y ait un obstacle entre l’évolution et j’allais dire une conscience qui serait freinée par un obstacle qui serait purement humain, purement un obstacle d’expériences, purement  un obstacle lié à des traumatismes, j’allais dire.

Alors beaucoup de thérapeutes connaissent déjà des techniques qui permettent de libérer ces traumatismes de vies antérieures, beaucoup de thérapeutes, de traumatologistes j’allais dire, en tout cas ces personnes qui s’occupent de vos traumatismes, vous les appelez je crois psychiatres, psychologues, vous leur donnez tellement de noms, peu importe, ces médecins, ces thérapeutes vont découvrir des traces dans le corps et des traces dans les existences, comme ils l’avaient fait auparavant, mais ils vont pouvoir les libérer beaucoup plus facilement, maintenant que ces annales ont changé de place. Cela s’est produit début Août, pour vous. Cela a changé de place pour permettre à l’humain de révéler le Divin,  et au Divin de se révéler dans l’humain.

Alors tout de suite quand on dit éveil, vous pensez qu’il existe un processus, une méthode, quelque chose qui va vous permettre de vous éveiller, un programme quelconque à suivre, qui vous promettrait l’éveil au bout. Ce n’est pas vrai cela. On ne peut pas s’éveiller avec ce qui vous a endormi, vous ne pouvez pas vous éveiller, en conscience, avec la conscience, j’allais dire pensante, qui vous a endormi jusque-là. Il vous faut travailler un autre espace en vous, un espace qui reçoit l’information mais ne l’analyse pas forcément, un espace qui reçoit l’information, un espace qui dépasse simplement l’espace de paix, qui dépasse simplement un état, mais qui est l’espace du cœur qui est un espace où une autre conscience s’exerce, une conscience qui est prête à écouter, une conscience qui est prête à entendre, une conscience qui est prête à recevoir, sans analyser juger disséquer et en faire, j’allais dire, un autre enseignement.

Vous le savez, il y a peu, un vote planétaire a eu lieu à propos de votre ascension, de l’ascension de la planète, de la venue de vos frères galactiques. Le résultat est assez clair pour la planète, elle ascensionne, elle a d’ailleurs commencé à provoquer des mouvements d’ascension. Ce sont des mouvements en spirales, pas seulement des tornades, vous allez voir, beaucoup de mouvement en spirales, beaucoup de mouvement dans l’énergie ramenant de l’énergie au sol, elle a besoin aussi de supprimer, j’allais dire, quelques énergies néfastes en elle, de refaire des circuit énergétiques un petit peu différent, cela peut jouer temporairement sur votre climat, cela peut jouer temporairement sur beaucoup de choses, et je ne suis pas en train d’annoncer des catastrophes car elle peut très bien le faire doucement, ou rapidement d’ailleurs. Mais en tout cas ce que j’essaye de vous dire, c’est la manière dont cela se passe. C’est la planète qui va décider, ce n’est pas nous, ce n’est pas vous, mais c’est une part de vous aussi. Ce que je veux dire par là, c’est que ce que la planète vit vous le vivez, et ce que vous vivez la planète le vit. Vous êtes liés à la terre mère, exactement de la même manière que votre divine conscience est liée à vous, par un fil âmique, un fil d’âme très fort, très puissant, très important, donc l’amour que vous vous portez c’est l’amour que la planète vous porte . Ce lien-là il est important, parce que, ce lien d’amour à vous-mêmes, ce lien d’amour aussi à la planète, peut j’allais dire aider dans le mouvement spiralé d’évolution, de cette planète. La planète donc elle va évoluer en énergie, en fréquence mais elle ne fait que révéler sa fréquence naturelle, puisque beaucoup de fréquences, beaucoup de ces nouvelles fréquences que vous recevez viennent du ciel, non de la terre maintenant, mais du ciel. Et cette fréquence qui vient du ciel elle vient pour entrer en résonnance avec les fréquences du sol. Sauf qu’entre le ciel et la terre il y a l’être humain, il y a tous les règnes. Alors tous les règnes reçoivent évidemment ces fréquences  et vivent ces fréquences, j’allais dire, mieux que vous, mieux que vous parce qu’en vous il y a des choses qui résistent, il y a beaucoup de choses qui résistent à ces nouvelles fréquences. Pourquoi ? Parce que ces nouvelles fréquences elles vous amènent une autre information. Ces fréquences elles vous amènent à comprendre à quel point on vous a soumis, on vous a soumis à plein de choses, à quel point on ne vous a pas laissé la place, j’allais dire, que vous méritez, et en même temps vous avez décidé de vivre cette place. Tout cela pour dire : vous vivez une expérience voulue par la Source et par vous-même, il n’y a rien qui vous arrive qui ne soit pas exactement ce que la Source souhaite pour vous, et par vous parfois, avec votre autorisation. Mais voilà que le temps, j’allais dire, pas s’inverse, mais vous propose de devenir des êtres conscients, conscients de cette liaison à la Divinité, conscients de faire partie du Créateur, de vivre des choix avec le Créateur, de vivre cette existence avec le Créateur, d’être le créateur et la créature en même temps. Alors la créature par elle-même ne peut pas grand-chose, elle ne peut que dire oui ou non aux évènements qui arrivent, qui tombent, mais au lieu de se contenter j’allais dire de dire oui ou non, c’est-à dire finalement de se dire : ce qui m’arrive c’est bien, ou ce qui m’arrive c’est mal, et d’être dans ce jugement-là et puis finalement de s’apercevoir que quand elle résiste le problème persiste toujours. Aujourd’hui cette humanité, elle est en capacité de prendre un pas de plus, une conscience de plus et de se dire : ok, je suis lié à quelque chose qui fait cela à travers  moi, je suis lié à quelque chose, quelqu’un, qui fait cela à travers moi, l’âme supérieure, cette âme supérieure fait quelque chose à travers moi. Alors quand on est comme cela et quand on est dans cette expérience-là on s’aperçoit que plus on essaye d’avoir cette vision de se dire : ok ça c’est l’âme qui veut cela pour moi, plus on est dans une espèce de, je vais employer des mots qui sont mal compris : lâcher-prise, abandon, non résistance pour être plus exact, parce qu’abandonner ici n’est pas la question. Quand vous cessez de résister un petit peu à ce que l’énergie vous fait traverser, vous arrivez à un état modifié de conscience qui vous permet d’accéder à un autre type d’information, quelque chose qui va vous traverser et dire : ok c’est bon, tu fais ce que tu veux. Parce qu’en fait ce qu’il est en train de faire l’inconscient, c’est qu’il est en train de modifier votre corps. Elle est en train de modifier le pont d’énergie que vous êtes entre le ciel et la terre, cette conscience, elle est en train de vous faire évoluer pour vous aider à comprendre que vous n’êtes pas simplement créateur entre guillemets, et créature en même temps, mais que vous êtes une unité complète. Comment dire cela différemment pour vous : un faiseur de miracles,  un être tout puissant sur ce monde.

Alors encore une fois, vous avez massivement voté pour l’évolution de cette planète, donc pour votre évolution aussi. Concernant l’ascension personnelle, beaucoup ont compris que l’ascension c’était un processus de mort. Ce n’est pas vrai. L’ascension ce n’est pas un processus de mort, systématique, cela peut arriver, mais c’est très très loin d’être systématique. L’ascension c’est un processus qui permet à votre âme supérieure de venir en vous, de plus en plus souvent, de plus en plus fréquemment, d’intervenir à l’intérieur de vous, de modifier parfois des organes, parfois des énergies, parfois des émotions. Et puis ce faisant, elle propose au corps de devenir quelqu’un d’autre, à tous ces corps d’énergies de changer un petit peu le personnage, j’allais dire, c’est une occasion formidable pour changer, de modifier un peu tout cela. Le processus d’ascension consiste à dire, à un moment : bon ben finalement moi je ne sais rien, je sais à peu près interagir avec ce monde, mais je me propose d’interagir avec quelque chose qui crée ce monde, qui a conscience de son existence, conscience du plan, conscience de la beauté de cette existence, quoiqu’il arrive, de la beauté de cette existence. S’associer à sa Divinité c’est avant tout prendre conscience qu’il existe un état intermédiaire entre votre état Divin et votre état physique, une manière de voir la vie qui est plus active, plus vivante, plus vibrante. L’ascension c’est s’apercevoir que toute votre expérience n’est que temporaire. En la rendant temporaire vous la rendez plus intense, en fait, plus intense dans l’énergie, plus intense dans l’envie de la vivre. C’était j’allais dire l’idée de la mort à une époque, de vous donner un aspect temporaire pour que vous ayez cette envie de vivre, mais voyez combien sur votre monde aujourd’hui, le fait d’être vivant n’est pas suffisant pour être dans l’envie et la joie de vivre. Beaucoup se sont placés justement, par perte de pouvoir, dans un mode de survie. Revenir au fait que tout cela fait partie  d’un plan Divin laissant l’énergie vous traverser, revenir dans l’esprit que cela vous apporte la joie d’être traversés par cette énergie, parce que la joie d’être conscients de faire partie d’un plan parfait, vraiment conscients de faire partie d’un plan parfait, quoiqu’il arrive, c’est cela un processus ascensionnel. C’est un processus qui permet de révéler l’expérience humaine, j’allais dire, de manière complètement différente. Vous n’êtes plus victimes, vous devenez responsables. Alors quand vous devenez responsables, évidemment au début vous avez en vous des phases de jugement, des phases de, j’allais presque dire de ras le bol, de vous dire : mais comment est-ce que j’ai pu agir ainsi pendant des millénaires, inconscient, inconscient de ma propre Divinité ? Mais n’oubliez pas : c’est vous aussi, votre présence, qui a souhaité que vous soyez inconscients. Pourquoi ? Pour encore une fois travailler ce goût à la vie, cette joie à la vie. Où serait la joie si vous aviez le souvenir de tout avoir fait, de tout avoir vu, d’avoir déjà des multitudes de vie, et même cette vie-là que vous êtes en train de vivre, d’en avoir de multiples versions quelque part disponibles en vous. Vous finiriez par avoir une conscience qui partirait en éclat, à vous dire que tout cela c’est donc complètement inutile, non ce n’est pas le sujet. Pour que cela ne vous paraisse pas inutile, on vous a un petit peu effectivement supprimé cette idée d’immortalité et supprimé cette idée de parallélisme de votre vie, de vos consciences, qui se touchent l’une l’autre. Mais aujourd’hui ce voile, cette maya, cette illusion, et bien elle s’efface. Elle s’efface et elle laisse au corps une impression d’inertie.

Alors l’impression d’inertie dans le corps c’est quoi ? L’impression d’inertie c’est : vous pouvez travailler votre espace-temps, vous pouvez travailler, je vous ai expliqué que les annales akashiques avaient changé de plan, vous pouvez supprimer des vies, modifier des vies antérieures. Quand je dis supprimer des vies antérieures cela veut dire simplement les effacer comme traces dans l’univers ou comme karma, et dès lors reprendre possession de votre plein pouvoir, libérer des espaces créatifs évolutifs en vous, et vivre l’expérience des expériences, j’allais dire. L’inertie, c’est tout simplement que le corps lui ne va pas comprendre, tout de suite, que l’énergie qui crée des traumatismes, qui crée des expériences traumatisantes, cette énergie-là qui souvent pourrait venir d’ailleurs, cette énergie-là elle est libérée maintenant.

Alors après cela bien sûr il faut libérer le corps physique. Libérer le corps physique bien sûr demande une libération par le corps, une libération, j’allais dire, par le sport, par une épuration, par une technique quelconque, vous en connaissez tellement qui permettent d’épurer le corps un peu, de ses énergies, de ses émotions, de ses tremblements, et c’est cela le processus d’évolution, c’est cela le processus d’ascension. Vivre une vie pleine et entière dans la joie, dans la conscience et la connaissance de qui vous êtes vraiment. Pas dans la croyance de qui vous êtes vraiment, dans la connaissance de qui vous êtes vraiment, et de jouer le rôle, après, en conscience, avec moins de jugement, avec plus de pardon dans le regard, dans l’énergie, dans la source même de vos messages, messages qui seront reçus de tellement de manières différentes, de manière vibratoire, de manière intuitive, sous forme d’idées, de manière plus simple.

Donc je disais, les humains ont, à peu près, pour un tiers d’entre eux, accepté l’ascension. Deux tiers l’ont refusée croyant mourir, ne voulant pas mourir,  dans l’expression, vraiment limitante d’avoir peur de la mort. Si vous vous reconnaissez dans ceux qui ont voté cela, n’ayez pas peur, nous ne sommes pas sur terre. Aucun mode n’est définitif, vous pouvez à tout moment prendre conscience avec vous-même, avec votre part Divine et lui dire : ok je suis prêt pour cette ascension, je suis prêt à avancer, je suis prêt à continuer le chemin, dans le corps, dans l’esprit, dans la source, et à évoluer vers toi. Je serai encore un peu aveugle, il y a des choses que je ne comprendrai pas, mais je te laisserai un peu plus la main. Pourquoi je vous disais, toute à l’heure que le lâcher-prise était important ? C’est parce que ce  lâcher-prise il permet de libérer des forces, mais en même temps lâcher-prise, c’est aussi peut-être libérer un peu de votre libre arbitre vers des êtres de lumière, libérer un peu de votre libre arbitre vers des consciences dites supérieures, par vous, parce que vous êtes un être déjà supérieur, et c’est vous qui provoquez des limites ou des états, ou des niveaux, mais nous sommes ici, présents dans l’énergie, à vos côtés, pour agir presque en tant que sage-femme à l’accouchement de votre propre être Divin, par son arrivée dans l’énergie, par son arrivée en vous dans ce corps, à votre propre Divinité, dans ce propre état.

Le vote planétaire a aussi décidé de l’arrivée de vos frères galactiques, cela c’est autre chose, cela ne dépend pas que de vous, cela dépend d’un tas d’autres facteurs, mais vous avez majoritairement décidé que c’était ok, que c’était bon. Je ris parce que, vous avez tous, majoritairement, voté que c’était bon pour vos frères galactiques, sans vous apercevoir que l’arrivée de frères galactiques serait sans doute, encore plus perturbante pour votre monde que l’ascension, parce que les impacts d’une civilisation qui change, peuvent être un peu difficiles pour certains corps d’énergie. Il n’y avait pas de bon, il n’y avait pas de mauvais choix dans ces histoires de vote, dans ces histoires de conscience qui vous ont été proposés. Ce n’est pas cela l’idée, l’idée c’est un petit peu de voir comment la terre réagit, comment les habitants de la terre réagissent à ces énergies qui leur arrivent dessus et d’être un petit peu, vous savez comme ces médecins, qui font un petit peu une piqure pour que vous alliez mieux, et qui en plein milieu de la piqure vous disent : ça va ? ça va ? qui vérifient sans cesse que votre état est correct, que tout va bien, que tout se passe bien. C’est dur de devenir une nouvelle espèce quelque part, cela bouge, cela grince, cela coince, il y a des douleurs qui s’en vont, qui reviennent. Ce n’est pas évident de vous voir, j’allais dire, souffrir dans la forme, en résistant à cette souffrance, en vous voyant courir vers ce qui vous a asservi parfois, pour être délivrés le plus rapidement possible. Laissez un peu de temps à l’énergie nouvelle dans votre corps de faire sa place, de prendre sa place, de prendre un peu plus possession, j’allais dire, de ce corps, dans cette nouvelle énergie, qui est en train de descendre, et qui est une énergie de joie et d’amour. Voilà ce qu’est ce moment d’éveil ce moment de prise de conscience, ce moment qui vous permet de dire : ok maintenant je change ou je meurs à ce monde, j’allais presque dire, ce n’est pas la mort physique dont je parle mais vraiment c’est une nécessité de s’inscrire dans le mouvement planétaire, de s’inscrire dans l’énergie planétaire, de s’inscrire dans le mouvement, j’allais presque dire, extra planétaire, dans l’énergie que vous recevez. Dans cette énergie-là beaucoup de grilles sont en train d’être reconstituées, beaucoup d’espaces sont en train d’être refaits, refabriqués. Des ponts arc-en-ciel sont en train d’être créés, les ponts arc-en-ciel ce sont des ponts entre notre dimension et la vôtre, ce sont des ponts qui vous incitent à révéler votre propre vaisseau d’énergie, votre propre capacité à voyager en conscience, par l’âme. Là est une limite que je vous invite à relativement rapidement dépasser, c’est une invitation, c’est celle de prendre le temps de rentrer dans vos espaces intérieurs, de prendre le temps de méditer diraient certains. Entrez en vous, faites un petit chemin en vous, laissez l’eau de votre corps purifier votre corps, laissez-vous faire, l’énergie vous veut le plus grand bien.

Alors, souvent, quand on comprend que les énergies galactiques et les énergies de la terre mère sont utiles, on nous dit : je ne suis pas très apte aux énergies de la terre mère parce que je ne suis pas ancré. Voilà un mot qui revient souvent. Ou : je ne suis pas digne, qui revient souvent aussi, mais je les associe ces mots. Ce qui pense ne pas être digne et ne pas être ancré est quand même une partie de vous qui a pris le contrôle de vous depuis fort longtemps. Il existe des processus d’ancrage, des méthodes pour que le corps se sente plus ancré, vous en trouverez, mais en vérité votre âme, elle, sait très bien ce qu’il faut faire. Faire le pas vers elle, c’est faire un pas de paix et d’amour, c’est faire un pas dans une entrée en vous, dans une entrée d’espace du cœur, dans une entrée en conscience vers une partie de vous-mêmes qui est stable. Si mon discours est confus aujourd’hui, vous comprendrez que d’ici quelques temps il ne le sera plus du tout, il sera même très simple. La phase que vous vivez est une phase qui vous permet de reprendre le pouvoir sur votre vie, non par la loi d’attraction, non par la loi d’attraction, forcément, mais par une simple loi de connexion à ce que vous êtes vraiment. Connectez-vous à l’énergie pure que vous êtes. Quand on se connecte à l’énergie pure on ne reçoit pas forcément des messages, on ne reçoit pas forcément de la lumière, des visions, des champs, de la conscience, on reçoit un espace libre. On peut recevoir un espace puissant de non-être, un moment où l’on se sait, j’allais dire, être tout et rien à la fois. Cela, c’est la connexion, cela, représente les énergies qui vous traversent actuellement. Dans ce travail je vous protège. Vous avez remarquez aujourd’hui je ne vous ai pas parlé d’épée de flamme bleue, je ne vous ai pas parlé d’ombre, tout simplement parce que, il existe encore des énergies sombres sur votre monde, c’est vrai, mais elles sont rares, et qu’aujourd’hui les ombres, ou même les égrégores créés, qui peuvent s’attacher à vous, sont souvent des choses que vous créez vous-mêmes, que vous appelez vous-mêmes. Un corps d’émotion trop développé, trop fort, trop puissant, est un appel à des énergies de venir, j’allais dire, prendre possession de cette énergie, un petit peu dévorer cette énergie, mais aujourd’hui ces énergies ne restent pas très longtemps, dès que le corps d’énergie reprend un petit peu sa place, dès que cette émotion se dissipe, ces énergies ne peuvent pas agir, ne peuvent plus agir aussi fortement qu’auparavant. Vous pouvez m’appeler si vraiment, dans quelques cas, vous considérez qu’elles s’attachent un peu trop à vous, mais ces cas restent assez rares. Aujourd’hui vous créez vous-mêmes pas mal d’ombre, encore une fois par habitude, par inertie, par peur, la peur est le véritable ennemi, la peur et le doute empêchent l’amour, empêchent l’union. Ce n’est pas facile dans l’être humain, nous voyons bien qu’il existe dans chaque être humain une dose de peur, une dose d’amour, les deux cohabitent, pas à 50/50 heureusement. Il ne se passerait rien, quand je dis il ne se passerait rien c’est : l’univers saurait faire dans cet état neutre, non duel. C’est presque un état d’acceptation quand c’est à égalité, parce que la peur je sais que je l’ai créée, c’est moi, l’amour je sais que je l’ai créé, c’est moi, les deux c’est moi. Je peux juste choisir une vision par contre, je choisis la vision de la peur, ou la vision de l’amour. La vision que ce qui se passe est parfait pour moi, m’aide dans l’expérience, dans la visibilité, à comprendre un peu mieux qui je suis vraiment, ou la vision de la peur. Le problème avec la vision de la peur c’est qu’elle va décider à votre place de qui vous êtes, elle va vous juger, elle va vous condamner, et elle va vous montrer qui vous n’êtes pas, et vous pouvez accepter cette vision. Voyez le processus dans lequel vous êtes entrés, voyez ce processus d’évolution, il est rapide, j’allais presque dire que toutes les prophéties voient le jour actuellement, cela va de plus en plus vite. La vision des corps d’énergies va devenir pour vous de plus en plus simple, mais laissez-vous un peu enseigner par votre part supérieure, de la manière dont elle décidera de vous enseigner. Encore une fois le fait de nous entendre n’est pas la forme la plus haute d’enseignement, pas du tout. La sagesse, j’allais dire, est la forme la plus haute d’enseignement, c’est-à-dire cette entrée intérieure, cette entrée dans la compassion, cette entrée dans l’acceptation. C’est une parole forte et puissante en vous, en votre corps, que celle-là, parce que c’est la possibilité de recevoir des informations plus hautes encore, plus simples, j’allais dire, parce que ce ne seront pas des informations de mental j’allais dire, qui vous obligeront à comprendre ou à savoir, ce sera des obligations d’être, qui vont vous apparaître, j’ai bien dit des obligations d’être. Il y a quelque chose qui s’imposera à vous, la paix s’impose à vous dans cet état compassionnel, dans cet état d’acceptation. Alors l’énergie descend, alors l’énergie informe, et encore une fois vous saurez que vous avez su, ou vous serez dans cette connaissance totale et complète.

Chers humains, globalement le phénomène ici qui est en train d’avancer vers vous, ce phénomène d’ascension, il pourrait prendre de multiples formes, et vous avez entendu multiples versions de cela. Il n’y en a pas une qui est vraie, il n’y en a pas une qui est fausse, chacun d’entre vous vivra la version qu’il accepte en son cœur et en son corps, il n’y a pas une version des choses. Cela aussi c’est une limite qui vous a souvent été inversée, inversée c’est le bon terme. C’est une logique qui dit : il y en a forcément un qui a raison, mais cela c’est la logique de l’égo, de l’égo classique ou de l’égo spirituel.

Encore une fois la question ici est, en se centrant : qu’est-ce que j’ai accepté comme hypothèse d’évolution en moi ? Quelle expérience est-ce que je me propose ? D’entendre la voix de la mère, de voir une planète arriver, de voir d’autres personnes arriver venir me défendre, ou de ME positionner comme vainqueur de mon existence, moi-même, j’allais presque dire seul, mais dans la conscience et la connaissance de qui je suis vraiment ? Cela reste des choix là encore, il n’y a pas de bon et il n’y a pas de mauvais choix. Si, il existe un mauvais choix : ne pas faire de choix j’allais dire, ou laisser les autres choisir à votre place ce qui est encore pire, mais vous pouvez très bien choisir de ne pas choisir, cela reste un choix. Voyez tout est possible, tout est possible. Vous vivez, j’insiste, à l’ère des miracles, votre monde évolue vite. Pour qu’il évolue, il est nécessaire aussi qu’il revienne à certaines valeurs, à une certaine simplicité, donc effectivement vous risquez de voir tout ce qui aura complexifié votre vie, un petit peu chamboulé. Vous verrez, vous vivrez et vous verrez.

Ici, nous Anges,  Archanges,  Etres de lumière sommes là, pour soutenir ce processus d’ascension, pour soutenir ce processus de connaissance en vous, ce processus qui vous invite à recevoir l’énergie, et je voudrais vous remercier parce que nous ne pourrions faire cela sans déjà, effectivement votre acceptation, sans déjà une part Divine à l’intérieur de vous, qui s’exprime fortement.

Je vous laisse avec un autre Etre de lumière, merci à vous pour ce moment d’écoute et de partage.

 

Le sens de notre existence , Marie 8 juillet 2017

St Brieuc  8 Juillet 2017 – Channeling de Marie (retranscris par Michèle Grebois)

 

QUEL EST LE SENS DE L’EXISTENCE ?

 

Nous marquons ce moment dans le saut de l’existence, bonjour à tous. Je suis Maître Marie, et c’est moi, qui vais entre-guillemets m’exposer à vous.

 

La question évoquée toute à l’heure est effectivement celle à laquelle nous tenons à répondre aujourd’hui. C’est la première fois que nous le faisons à travers Sylvain, qui croit savoir, comme vous, le sens de l’existence, mais je vais vous le verbaliser un peu différemment, il est temps vraiment, et nous insistons depuis quelques mois, de vous faire passer dans un mode plus adulte, plus conscient, plus conscient de votre conscience. Ce n’est pas la première fois. On répète cette leçon tous les 25 000 ans à peu près.

Alors souvent vous vous posez cette question : à quoi je sers, à quoi cela sert de vivre ? Ma réponse est : à rien, en temps qu’humain. Vous voyez j’ai complété ma phrase : à rien, en tant qu’humain. C’est-à-dire que, imaginer entre guillemets,  laisser une trace à tout jamais sur la terre, c’est imaginer que la terre va être là tout le temps. Tout est impermanent dans votre monde, même votre galaxie qui va encore durer 3 ou 4 milliards d’années… je sais humainement cela vous laisse un peu de marge, de même votre galaxie va s’évaporer, va disparaître à un moment, de son existence.

Donc vous laissez des traces oui, mais vous laissez des traces temporaires dans votre temps et dans votre espace.

Je vais demander à Sylvain de se lever quand même, vous voyez à quel point nous obéissons. Là aussi c’est une première, je vais dessiner.

Votre corps humain, le voilà (pose un trait vertical sur le papier), voyez comme je dessine bien. La vérité de l’énergie qui vous traverse est celle d’un tore, celle d’une énergie qui correspond à tous les plans. Ce qui ne vous a jamais été représenté, c’est le fait qu’ici, vous êtes dans ce que j’appellerais le plan supérieur, et vous l’êtes dès que vous utilisez vos trois centres d’énergies supérieures, que vous appelez encore chakra. Chakra c’est une énergie, une roue, il y a d’autres centres d’énergies plus subtiles, et en dessous de votre corps, sous vos pieds se trouve – et là vous vous attendez à ce que je vous dise le plan inférieur ? Non – en dessous de vos pieds se trouve le plan supérieur aussi. (Quelqu’un dit : Télos ?). Pas des cités intérieures. Le plan supérieur aussi, parce que vous êtes toujours recyclés de plan supérieur. Il est vrai par contre que vous communiquez avec des plans parallèles à vous. Eux parfois vous les appellerez plan inférieur ou plan supérieur. Pourquoi est-ce que je vous dessine cela ? L’énergie de la vie, l’énergie de la conscience Divine qui passe à travers vous c’est tout simplement une énergie qui est là pour vous montrer qui vous n’êtes pas. La pensée de Dieu, du Père comme l’avait appelé mon fils, la pensée de Dieu  est : qui ne suis-je pas ? Lorsque vous pensez tout savoir sur ce que vous êtes, la vraie question c’est qu’une fois qu’on arrive à se définir avec JE SUIS, comment peut-on savoir qui nous sommes ? En définissant qui nous ne sommes pas, ce que nous ne sommes pas. Est-ce que je suis ce que je ne suis pas ? Ouh… Ca y est, là les maux de têtes commencent, dans le corps. La pensée unique de Dieu, la pensée, qu’un livre que j’ai écrit avec mon fils qui s’appelle le Cours en miracle, la pensée évoquée ici est : qui est-ce que je serais si je n’étais pas qui je suis ? La pensée de Dieu : qui serais-je si je n’étais pas qui je suis ? Cette pensée vous a créé dans ce plan, cette pensée a crée les Univers, les Omnivers, des dimensions, des espaces, en tout cas, a créé surtout, que, uniquement des espaces de séparation, que des espaces de séparation, voilà ce qui a été créé par Dieu, des espaces de séparations. Parce que ce que vous appelez Dieu, ce que j’appelle encore plus précisément moi la Source, pour parler différemment, parce que vraiment elle nous nourrit, elle nous infuse de son énergie en permanence et qu’en fait nous n’avons jamais été séparés, et bien cette subtilité a créé des plans de séparation. Alors cette pensée de Dieu, de l’Univers, qui dit : qui est-ce que je serais si je n’étais pas qui je suis, cette pensée a duré un milliardième de vos secondes, et depuis c’est fini Dieu est à nouveau lui-même, sauf que, de dimensions en dimensions, le temps et l’espace est différent. Ce milliardième de seconde va, au niveau de votre plan, durer 14 – 15 billiards d’années, le temps que vous nous rejoignez, et vous n’êtes qu’à  la troisième  billiardième année, voyez comme il reste un peu de temps, j’insiste sur le mot temps. Alors vous êtes une entité séparée, dans des corps qui semblent être séparés, dans des lieux qui semblent séparés, dans des espaces qui semblent séparés, et dans cette histoire quelle est la source qui a au départ prononcé cela ? Bien sûr l’énergie Divine, bien sûr un point de lumière, mais ce point de lumière en vérité il est partout. Parce que lorsque la Source dit : qui est-ce que je serais si je n’étais pas qui je suis ? Elle ne peut pas être ce qu’elle n’est pas… je ne sais pas si vous me suivez, je suis en train de parler dans un phénomène en 4 dimensions. Comment Dieu peut-il avoir conscience de ce qu’il n’est pas ? Le seul moyen c’est de se faire croire qui il n’est pas, mais en vérité Dieu, étant le créateur, ne peut pas. C’est pour cela que dans le Cours en miracle nous avons appelé cela la pensée folle, cela s’appelle comme cela dans ce cours, nous l’avons appelé la pensée folle parce que si, là, vous imaginez deux de vos personnages en disant que vous n’êtes pas ces personnages, vous les avez quand même créés, donc vous avez conscience d’eux, et dès que vous avez conscience d’eux vous n’êtes pas séparés, vous avez conscience d’eux. Vous n’êtes pas votre voisin, vous le voyez tout de même, pouvez-vous considérer que votre voisin n’existe pas ? C’est pour cela que cette pensée est folle,  c’est pour cela que je sais que je pouvais  un peu vous faire mal à la tête aujourd’hui, nous savons cela. Dans cette idée énergétique, ce qui s’est passé dans les plans, c’est que, plus on descend dans les plans, plus on descend dans les dimensions, et moins vous avez connaissance de l’image Divine, moins vous avez connaissance de l’image de Dieu lui-même. C’est à dire que ce pauvre petit plan supérieur dans lequel je suis, j’insiste, ce pauvre petit plan supérieur dans lequel je suis et que vous pensez être la merveille des merveilles, mais finalement n’est rien du tout par rapport à ce que je connais moi, aujourd’hui, dans ce plan supérieur. C’est tellement rien. Imaginez que vous êtes tout est si réducteur de ce que vous pouvez être et faire.

Alors pourquoi faire cela ? Souvenez-vous, la pensée de Dieu a duré un milliardième de ses secondes à lui, et j’utilise bien là une échelle qui est la vôtre, pas la sienne, parce que le temps lui-même est un aspect dimensionnel. La vérité, c’est que vous, dans la séparation, vous avez à l’intérieur un programme très profondément inscrit, qui est le programme inverse de ce qu’a prononcé la Source. La Source a prononcé : qui est-ce que je serais si je n’étais pas qui je suis ? Mais vous, vous avez le programme : qui ne serais-je pas si je suis qui je suis… ouh… compliqué n’est-ce pas ? Donc ici vous créez une séparation dans la séparation. En fait, vous êtes Dieu ayant recréé la même erreur, la même erreur de séparation, et en fait ce que vous créez recrée la même erreur, tout le temps, en fait vous créez une erreur. C’est pour cela qu’au début je vous ai dit : à quoi vous servez humainement ? A rien. A rien parce qu’en fait vous répétez sans cesse la même erreur. En plus, ce qui est assez drôle vous concernant vous – je veux parler de la terre, il existe tellement de terre, tellement d’espace –  c’est que vous oscillez sans cesse entre un monde Divin, un monde physique, un monde Divin un monde physique. Vous avez créé une loi qui s’appelle le karma, c’est vous humain qui avez créé cette loi, et qui avez dit, puisque je ne suis pas qui je suis, je ne pourrai donc jamais rejoindre qui je suis.  Félicitation ! Bien voilà, lorsque vous arrivez dans le plan supérieur, vous arrivez avec l’impression d’avoir une dette. Alors bien sûr, souvenez-vous, il est évident que lorsque vous arriverez, votre partie Divine vous demandera : comment as-tu aimé ? Et c’est vrai, vous pouvez croire que le sens de la vie c’est d’aimer, et c’est vrai que c’est aimer le sens de la vie, c’est vraiment l’amour, c’est se sentir uni. Mais généralement quand il vous pose cette question, au lieu de parler d’union, vous ce que vous vous mettez à vivre c’est une roue karmique. C’est à dire, qu’instantanément quand votre esprit Divin vous pose cette question, vous mettez en place un système où vous revisitez votre vie et vous finissez par mettre certaines choses de votre vie dans une case bien, et certaines choses de votre vie dans une case mal. Vous finissez par voir certains aspects de votre vie comme étant des aspects Divins et d’autres qui ne seraient pas des aspects Divins. Cela veut dire que vous entrez dans une définition de ce qui est Divin ou de ce qui ne l’est pas. Et c’est un réflexe de vous représenter votre vie avec l’aspect dimensionnel qui est le nôtre, c’est-à-dire l’aspect de vous dire qu’à chaque fois que vous avez une pensée, vous êtes capables d’en retrouver tous les impacts, dans tous les plans, dans toutes les dimensions, sur toutes les personnes que vous avez touchées, c’est-à-dire que chacune de vos pensées impacte tout le monde, et que, quand vous vivez ce que nous appelons et vous appelez aussi la « revue de vie », de notre côté, après cette question du : comment as-tu aimé, et bien vous arrivez à voir que vous n’êtes séparés de rien, vous êtes dans la conscience supérieure, vous n’êtes séparés de rien, mais vous arrivez à vous dire que vous avez fait du mal à votre frère et à votre sœur, et là intervient le vrai sens de la vie. Le vrai sens de la vie c’est comprendre que vous n’avez jamais été séparé du créateur, c’est comprendre que vous êtes le créateur de tous les plans, dont le nôtre.

J’entends votre complexité. Mais vous n’êtes plus des enfants, j’insiste, vous n’êtes plus des enfants. Donc comme vous avez créé notre plan, vous freinez aussi notre plan dans son évolution. Ne vous inquiétez pas, nous n’allons pas vous larguer comme du lest, ce n’est pas le sujet, au contraire nous sommes un plan qui sait que nous avons tout le temps du monde, pour avancer avec vous. Quand je dis que vous nous freinez, c’est-à dire que, pour réussir à garder cette expérience de séparation sur terre, et que pour que vos molécules ne se séparent pas, vous oscillez sans cesse de notre monde à votre monde. C’est-à-dire qu’à cet instant où je vous parle, une part de vous est constamment en train d’osciller entre le monde Divin, on va l’appeler comme cela dans un premier temps, et votre monde physique. S’il n’y avait pas cette oscillation en permanence, votre corps disparaîtrait ou brûlerait. C’est déjà arrivé, il peut brûler, parce qu’il se crée, à ce moment-là, une auto-combustion comme vous l’appelez, spontanée, parce que vos molécules seraient incapables de… comment vous dites, vous… plus que la cohésion, la rapidité avec laquelle les molécules agissent entre elles, ne serait pas juste. Vous savez que votre Univers est régi par certaines constantes, et que une de ces constantes c’est la vitesse d’un électron autour de son noyau, et ces électrons, je parle en électrons, en fait nous on préfèrerait parler d’information, mais la vitesse de cette information ne serait plus stable, si vous n’oscilliez plus entre les deux mondes, cela peut arriver. Généralement cela arrive à des gens qui n’ont plus leur émetteur-récepteur en route, une déconnexion dans le cerveau. Donc là pour vous parler, et faire cette parenthèse avec ce que vous appelez le phénomène des combustions spontanées, il s’agit de gens qui font ce que vous appelez un accident vasculaire et cérébral et qui déconnectent la partie de leur cerveau qui leur permet de garder la conscience du Divin en eux. Une fois que cette conscience est déconnectée vous brûlez. Cette arme est malheureusement connue de vos gouvernements. Ce que je veux dire par là c’est qu’ils savent très bien que, s’ils irradient la bonne zone du cerveau, vous disparaissez quasiment instantanément. Vous me direz qu’une balle est plus rapide, mais quand c’est fait par un téléphone portable c’est plus simple. Peu importe, Sylvain est en train de me dire : tu ne vas pas t’y mettre, mais ce n’est pas grave.

Donc en fait le sens de votre existence, je viens de le dire, c’est de comprendre que vous n’avez jamais été séparés de Dieu. Alors comprendre, ce mot impliquerait un mental,  c’est-à-dire intégrer dans le mental, mais ce n’est pas cela l’idée. Vous êtes sans cesse en communication avec des plans d’existence parallèles séparés de Dieu, je ne vais qu’à peine l’évoquer parce que ce n’est pas  le sujet du jour, voyez, ce n’est pas le sujet maintenant du jour. Les plans parallèles cherchent de l’énergie, mais ces plans parallèles n’arrivent pas, comme vous, à tirer leur énergie des plans Divins. Vous vous y arrivez, eux n’y arrivent pas, donc ils utilisent un autre sens pour obtenir de l’énergie, donc ce plan notamment que vous appelez « bas astral » ou « différent », n’est pas un plan différent du vôtre, ce sont des gens tout à fait évolués, vous avez imaginé des démons avec des pinces, avec des pattes, mais la plupart d’entre eux ont des énergies tout à fait, j’allais dire,  plutôt bienveillante, je vais dire cela comme ça, plutôt bienveillante, évidemment vu de votre côté ce n’est pas le cas. Ces énergies en fait, elles savent que si elles communiquent avec vous elles vont vous tirer de l’énergie, une énergie qui vaut cent mille repas pour eux, en fait cela a été évoqué toute à l’heure, c’est la même énergie que celle qui voudrait comprendre d’autres plans, d’autres énergies, d’autres incarnations, c’est la même énergie qui vous est prise, pourquoi ? parce que vous êtes en fait une énergie atomique, j’allais dire, permanente, recyclant l’énergie Divine à l’intérieur de vous, dans l’argile de ce corps, comme le dit Sylah effectivement, mais en permanence vous avez cela, et cela c’est relativement unique, j’insiste, cela c’est relativement unique, parce que le mode, j’allais dire conventionnel en troisième dimension de prise d’énergie, c’est justement ce mode qu’utilise votre propre plan, c’est-à-dire capturer les énergies dans les plans différents, mais pas dans les plans supérieurs.

Pourquoi est-ce que j’ai placé les plans supérieurs sous votre pied,  parce que vous faites souvent la même erreur, pour retrouver la divinité vous avez  tendance mentalement  à vous diriger vers le haut, vous avez tendance mentalement à vouloir diriger votre pensée vers des pensées que vous appelez « plus élevées », mais si vous vous élevez vous allez aller dans le cosmos, dans l’univers dans les omnivers, dans des mondes parallèles. La distance est longue n’est-ce pas ? Allez à l’intérieur de vous, allez dans vos racines intérieures, ou allez dans les racines du sol, contactez les cristaux de la planète et vous serez alors informés de votre Divinité beaucoup plus rapidement qu’en utilisant les systèmes vibratoires qui vont très haut. Alors, quand je parle de système vibratoire, voyez comme j’évoque beaucoup de chose aujourd’hui, votre corps vibre à une certaine fréquence et vous pouvez le faire vibrer à une fréquence ou la cohésion des atomes reste stable, je vous rassure, mais plus grande et qui vous permet en fait d’élargir ce champ d’énergie encore plus dans les plans supérieurs, plus vous faites cela et moins vous avez besoin de nourriture terrestre et quand je parle de nourriture terrestre, je vais vous parler de la nourriture que vous avalez mais aussi de celle que vous absorbez en générant des contacts discordant avec vos frères et sœurs. Plus vous augmentez en énergie et moins vous avez besoin de nourriture, vous aurez remarqué que vos corps actuellement réclament moins de nourriture, même si vous ne le faites pas, mais vos corps aujourd’hui réclament moins de nourriture qu’auparavant. Vous l’écoutez ou vous ne l’écoutez pas ce corps. Ce n’est pas très grave non plus, ce n’est qu’un corps… oui j’en avais un aussi, j’en ai transporté un aussi, plusieurs…

Et bien le sens de la vie c’est de comprendre que vous êtes cette énergie. Comment fait-on pour comprendre que l’on est cette énergie ? Et bien on le sait quand on se nourrit de la bonne nourriture, on le sait quand on se nourrit de l’énergie Divine. Alors vous pouvez continuer vos repas entre guillemets habituels, mais vous ne pourrez pas, vous ne pourrez plus, de moins en moins, vous empêcher j’allais dire d’être connectés à l’énergie Divine en conscience. Une méthode a été évoquée avec Sylvain cette semaine, je vais les laisser exprimer cela toute à l’heure.

Le sens de l’existence est donc d’être connecté à l’énergie. Pourquoi ? Pour quitter la roue du karma, pour quitter cette nécessité, ce besoin que vous avez, j’allais dire, ce réflexe que vous avez de vous réincarner sans cesse dans des corps humains et sur ce plan subtil. « Je vais retourner et je vais regarder cet aspect-là, je vais essayer de m’améliorer… je vais retourner et je vais regarder cet aspect-là et je vais essayer de m’améliorer… je vais retourner, je vais regarder cet aspect-là et je vais essayer de m’améliorer…. Combien vous pensez avoir de vies dans cette pièce ? La majorité d’entre vous n’en a pas vécu 3 ou 4, mais 22 ou 23 000. Vous avez tout fait, vous avez tout vécu, vous avez tout vu, vous avez tout lu, et je ne parle même pas de ce temps présent parce que vous pouvez vous incarner dans le futur, et parfois certains d’entre vous font appel à un de leur corps du futur pour connaître l’information. Encore une fois ne vous prenez pas trop la tête avec cette histoire-là, c’est quand même relativement exact, certains vont voir les annales akashiques et certains vont contacter les corps du futur, des corps qui existeront, pour avoir l’information. Dès qu’on a accès au plan supérieur c’est facile, ce n’est pas très difficile, puisque tout est connecté dans ce plan-là.

Alors si je vous ai dessiné l’énergie qui circule en vous et si je vous dis que le sens de la vie c’est de retrouver cette énergie, c’est pour que vous quittiez la roue du bien et du mal, et je ne suis pas en train de dire que si vous étiez tous terroristes, cela serait parfait, ce n’est pas cela que je suis en train de dire.  Ce que je suis en train de dire c’est, vous vous souvenez de parole qu’on prête à mon fils, je l’appelle encore mon fils, et devinez pourquoi, une mère ne se sépare pas, jamais… « je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri » Vous connaissez cette histoire-là, c’est prononcé dans d’autres mots, dans d’autres textes religieux. Que vienne à moi l’énergie du Divin alors je comprendrai qui je suis, c’est dit différemment mais ce sont les mêmes mots. Le «dit seulement une parole », signifie quoi, signifie « je veux recevoir l’énergie Divine, parce que quand je recevrai l’énergie Divine, les premiers mots, effectivement prononcés par l’énergie Divine c’est je t’aime, et les premiers mots que vous dites quand vous entendez cela c’est : non, je ne comprends pas ce n’est pas possible, tu ne peux pas m’aimer, tu ne me connais pas, ou : si tu me connaissais vraiment tu ne m’aimerais pas. C’est vrai, c’est ce que vous prononcez comme mots, même quand vous recevez cet amour inconditionnel en arrivant. Vous vous dites : il n’a pas dû voir le film parce que quand il va le voir avec moi, j’aime autant vous dire que non, il y a un truc qui ne colle pas. C’est ce que nous avons appelé : la pensée d’indignité. Mais si ces mots, les premiers que vous entendrez en canalisation, sont souvent « je t’aime », c’est juste pour vous dire STOP, il ne se passe rien. Vous êtes dans un cycle, dans une roue karmique inutile, et vous persistez à reproduire la même erreur. Plus vous arriverez à être en contact avec les plans subtils et plus vous arriverez à être en contact avec Dieu, c’est pour cela – ça y est Sylvain tu recolles les morceaux –  c’est pour cela que nous avons donné à Sylvain, et que nous donnerons à d’autres personnes sur terre, 18 pour être exact, une technique équivalente à celle qu’il appelle le bliss, qu’on a appelé le bliss à travers lui, c’est tout simplement parce que cela va vous permettre de vous reconnecter à vos dons. Lorsque vous allez utiliser ces dons, ces énergies, tous ces dons dont on parle, cette clairvoyance, cette claire-audience, cette capacité de recevoir les énergies, cette capacité d’émettre les énergies… je sais qu’humainement vous allez vous dire : génial je suis devenu  guérisseur, je vais ouvrir une boutique, mais ce n’est pas le sujet. Le sujet c’est de vous dire, qu’à chaque fois que vous utilisez ces capacités qui sont en vous, qui sont très subtiles et qui ne  seront pas forcément super massives, c’est-à-dire qui ne seront pas forcément tout le temps présentes, pas forcément tout le temps disponibles, mais de temps en temps, selon le besoin, en fait ces techniques elles vous obligent à être connectés en conscience avec l’autre monde, et plus vous allez être connectés avec ce monde , c’est là le seul but de mon schéma c’est de vous dire que, plus vous allez être connectés et plus les plans supérieurs vont finir par se rapprocher à l’intérieur de votre corps et s’unir. Ce plan qui est en bas qui est le plan supérieur, ce plan qui est en haut qui est le plan supérieur, vont s’unir à l’intérieur de vous, lorsque cela sera fait pour une majorité d’humains, ce fameux nombre évoqué toute à l’heure, vous quitterez définitivement le monde de la troisième dimension. Ce qui impliquera de définitivement, effectivement, quitter son corps physique, parce que ce corps physique ne peut résister qu’à cette dimension, et pas à la dimension qui suit. Alors pas de panique, je ne suis pas en train de parler d’extinction des dinosaures vous concernant, cela a déjà été évoqué. C’est parce que, quand vous aurez atteint cet état, vous serez capable de quitter votre corps en conscience, c’est vous qui choisirez, c’est vous qui choisirez de quitter votre corps, ce n’est pas le corps qui va vous quitter. Déjà quand vous serez dans ces énergies, vous comprendrez que vous ne pouvez pas être malade, c’est encore créer une séparation et c’est une séparation avec quoi, encore une fois avec la roue du karma. « Je n’ai pas été bon sur cet endroit-là donc je dois le payer, je dois l’équilibrer, et si je ne le fais pas dans le physique, l’intensité du corps va le faire ». C’est effectivement ce qui se passe. Voyez-vous le sens de la vie ? S’apercevoir que je suis Dieu, si je devais simplifier en quelques mots, s’apercevoir que je suis déjà le Dieu que je veux devenir, et que je le suis déjà, c’est cela le sens de la vie.

Alors après, intervient une question que nous entendons souvent : quelle est ma mission ? S’apercevoir que vous êtes Dieu, dansant dans l’argile de ce corps, et capable de créer les circonstances qui lui sont nécessaires ou d’intégrer les circonstances dans lesquelles il comprend qu’il ne fait qu’un. C’est-à-dire que c’est vous qui choisissez de diriger le véhicule, c’est ce que nous appelons, c’est ce que vous appelez : la loi de manifestation ou d’attraction, bien qu’il existe beaucoup d’autres mots, ou de comprendre que de toute façon vous êtes dirigés par une force Divine très puissante, capable de vous amener au meilleur endroit et le plus rapidement possible, pour peu que vous soyez connectés et pour peu que vous considériez que cette force vous veut du bien, et pas votre équilibre, parce que quand vous commencez à dire à l’énergie, à l’esprit : je serai digne de te recevoir quand… quand je mangerai divinement ? Quand je ne mangerai que de la lumière, quand je serai plus gentil avec mon mari, avec ma femme avec le voisin, quand on n’aura plus les mêmes hommes politiques, quand je me serai battu contre le nucléaire ? La liste peut être infinie de choses qui finalement séparent. A chaque fois que vous essayez de rectifier quelque chose, vous êtes encore en train de vouloir séparer, de considérer qu’il y a du bien et qu’il y a du mal. Donc je vous invite, à ce qui a été fait dans d’autres enseignements un peu plus anciens sur le point 0, à vous remettre dans une énergie qui soit neutre, en vous disant : « ok il s’est passé des choses avant », mais vous savez il existe une force dans cet univers, forte et puissante, qui a été évoquée sous le nom de pardon. La force du pardon c’est d’être au point 0, c’est de vous dire : quoiqu’il se soit passé auparavant, là, ici et maintenant, je décide autrement, je décide différemment, je décide d’incarner la partie la plus Divine de moi-même, c’est une décision. « Oui mais comment on fait ? » Je viens de le dire : je décide d’incarner la partie la plus Divine de moi-même. « Oui mais comment on va le voir ? » Je décide d’incarner la partie la plus Divine de moi-même. Cette question qui pose le comment, pourquoi…  ce personnage c’est celui qui veut encore obéir à cette roue karmique, à cette règle qui pour vous est une loi, mais qui pour nous ne l’est pas, et j’insiste, pour nous ne l’est pas. Donc : dis seulement une parole et je serai guéri, ici la question c’est cette parole qui vous guérit, c’est cette parole d’amour quand vous recevrez l’énergie Divine de votre guide qui vous dit je t’aime. Parce qu’en vous disant je t’aime, cela veut dire je t’aime, dans la même phrase cela veut dire : je t’aime, je t’ai pardonné, ne t’inquiète pas tout va bien, je suis avec toi, avançons ensemble maintenant. Magnifique promesse n’est-ce pas ? Mais c’est plus qu’une promesse.

La deuxième question qu’on vous pose au moment de votre mort c’est : comment as-tu aidé ton prochain, comment as-tu aidé ton prochain. Là encore, cela a éveillé chez vous le sens d’une mission, où si vous n’aidez pas 3 000 personnes dans votre vie, vous n’arrivez à rien. Mais comment as-tu aidé ton prochain à se connecter à lui-même ? A se connecter à la conscience ? C’est cela la véritable question. La question de la connexion à la conscience Divine.

 

bouddha 8 aout 2017

Channeling 8 Août 2017

Bonsoir à tous,

Je suis l’énergie et la source de l’être appelé Siddhârta Gautama Bouddha,

Je voudrais évoquer avec vous ce soir, ce que peut être la paix en soi. Alors c’est quelque chose que j’ai très souvent évoqué, bien sûr, c’est un enseignement que j’ai donné tellement de fois, tellement souvent, mais la paix en soi c’est un état de calme, un état de vacuité, où vous pouvez laisser autre chose apparaître.

Alors quand est-ce que la paix est nécessaire ? Evidemment l’opposé de la paix, en fait, sont des facteurs de peur, de colère, de non-amour. Ils peuvent exister, ils ont leur place en votre monde. J’ai moi-même découvert la souffrance que vous vivez dans ce monde parfois. Alors dans ces moments-là, dans ces énergies, il peut vous sembler très difficile de faire un shift et un écart, un écart dans votre pensée pour revenir à l’état de paix.

En fait, l’état de paix c’est l’état originel, c’est celui qui est présent déjà en vous, c’est tout ce qui est au-dessus, qui est une des couches surajoutée. Alors des couches mentales, des couches émotionnelles, des couches astrales parfois, beaucoup de couches n’est-ce pas traversent votre corps, traversent votre cœur, et je comprends tout ce que chacun d’entre vous traverse, mais j’insiste aussi sur le mot traverse.

Quand vous traversez la route dans votre  monde, vous ne vous arrêtez pas en plein milieu, vous avancez, parce que vous arrêter c’est le meilleur moyen qu’il vous arrive quelque chose. Mais c’est pareil aussi avec votre mental. L’état de paix ce n’est pas un état d’arrêt, c’est un état de cheminement même, vers cette paix, c’est l’autre bord de la rive, l’autre bord de la route. D’un côté un état assez guerrier, de l’autre côté un état de guerre, entre les deux qu’est-ce qui se passe ? Eh bien, il se peut qu’il ne se passe rien en fait, il se peut que spontanément des êtres accèdent à l’état de paix juste en se disant : « il n’y a rien, il ne se passe rien », c’est-à-dire en reconnaissant l’illusion de ce monde. Vous savez reconnaître l’illusion de ce monde, vous avez parfois appelé cela l’éveil, parce qu’une fois qu’on est éveillé rien ne vous touche, tout est paix, pas de tremblement, tout va bien.

Mais quand vous émettez des scénarios, quand vous êtes dans l’énergie  de vous dire : « celui-ci, celle-là, cette situation, cet évènement, provoque en moi une douleur que je dois traverser, à laquelle je dois répondre », alors bien évidemment cela c’est ce qui se positionne dans le mental, et c’est ce qui se positionne dans l’expérience. Alors soit vous voyez ceci comme un grand obstacle et vous décidez de le contourner, soit vous décidez de foncer dans cet obstacle. Mais je dois avouer que l’état de paix nécessite parfois de contourner, de ne pas vouloir absolument vous occuper de tout, de ne pas vouloir absolument gérer tout.

Il est question ici de collaboration entre les humains, entre les mondes. L’être humain s’oppose souvent à lui-même à lui seul. Cette opposition à lui seul ne lui permet pas de rencontrer l’être intérieur, de rencontrer l’être qui est déjà en paix, parce que en voulant agir seul dans ce monde, vous continuez à reproduire l’illusion de la séparation, vous continuez à reproduire un chemin inutile. Oh l’énergie de paix et d’amour n’est jamais bien loin. La toute puissance de Dieu, comme vous l’appelez, est présente à vos côtés à chaque instant.

 

Comment y faire appel pour être en paix ? Dégagez-moi tous ces corps, j’allais dire. En terme astral c’est la suppression, on va dire, des trous d’énergies, des manques d’énergies que vous pouvez avoir dans ce corps-là. Alors appelez la lumière, faites un nettoyage, faites appel aux éléments, faites appel aux éléments. Faites appel à votre Guide, demandez-lui de nettoyer ce plan-là,  ce plan astral, ce plan de lumière autour de vous.

Ensuite vient le corps émotionnel, alors celui-là est une grande tempête, une grande tornade. On n’arrête pas une tornade, mais on sait que lorsque l’on est au centre de la tornade il ne se passe rien. Donc restez au centre, quand je dis restez au centre cela veut dire :  tout bouge autour de vous, tout vous fait peur, mais restez-là : « ok, j’observe, c’est là, voilà ce qui se passe, voilà ce qui est, mais suivre vraiment tout ce qui est en train de tourner là, est-ce que c’est ce que je suis, ou est-ce que c’est ce que j’observe ? Suis-je ce que j’observe » ? En partie, oui, mais physiquement non, dans l’expérience, non, dans l’énergie vous êtes unis au tout,  donc vous êtes autant la tempête que le calme. Calmer votre émotionnel c’est comprendre que vous n’êtes pas cette émotion-là.

Pour ne pas l’être, dégagez-la, sortez-la de votre corps, de votre cœur, pleurez, riez, chantez, tapez, faites tout ce que vous voulez. Ce corps émotionnel il va aussi répondre à des fréquences vibratoires. Alors ici, il s’agira de calmer une émotion par une émotion et ce que je veux dire par là c’est, vos musiques, la musique en elle-même, est un excellent instrument de calme, de positionnement dans l’énergie, de rapport à l’unité. Vous êtes capables à travers de douces symphonies, ou à travers toutes musiques qui vibrent avec vous, de calmer la vision terrifiante de la tornade et de l’observer avec ce casque-là, cette musique, et de vous apercevoir, quand vous écoutez de la musique, que parfois vous êtes réellement, plus dans l’écoute de cette musique que dans la réalité projetée, visible par vos yeux, dans l’apparence.

Constater que vous êtes en paix, écouter de la musique, libérer vos émotions, c’est très important, très important.

Alors ensuite il y a le corps mental. Ce corps mental lui, il a une fâcheuse tendance effectivement à ne pas lâcher, à ne pas lâcher tant qu’il considère avoir raison. Bien sûr, cela peut être assez difficile de s’avouer avoir tort n’est-ce pas, pour un être mental, cela peut être assez compliqué de demander pardon n’est-ce pas, quand on est un être mental, cela peut être compliqué d’imaginer qu’on a tort et que l’autre a raison. La réalité vous le savez, la réalité Divine est bien plus subtile que cela.

Chacun d’entre vous vit dans sa propre raison. Dans une même situation, chacun possède son point de vue, son imaginaire, son instantané, son idéal. Alors ici chacun à raison. Voilà un point de vue. Si j’observe ma propre main, vous voyez la face interne et vous me direz : « je vois la face interne »,  mais moi je vous dirai que je ne vois que la face externe. Qui a raison ? Qui a raison ? L’angle.  Donc ici calmer le jeu du mental quand il n’est pas en paix, c’est juste dire : «  ok tout est juste, tout est juste ».

Alors bien sûr, votre mental  joue énormément, justement, pour poursuivre ce jeu de mot, justement avec la justice, et il va vous dire ce n’est pas juste, il y a cela d’un côté et cela de l’autre, ce n’est pas normal. En vieillissant, vous remarquerez à quel point le corps mental s’assouplit, à quel point l’idée pour ce corps d’avoir raison ou tort disparaît au profit de : « comment je me sens », de quelque chose qui est entre le mental et l’émotionnel quelque part : « comment je me sens, qu’est-ce que je vibre, comment je résonne, qu’est-ce que je veux vivre, qu’est-ce que je veux résonner ? Il veut avoir raison ? Qu’il ait raison. Il veut avoir tort ? Qu’il ait tort ». Mais vous lâcherez de plus en plus ce mental-là, comprenant que la réalité du corps physique est importante aussi, comprenant que la famille est importante, comprenant que les êtres qui vous sont chers à vos côtés, vos hommes, vos femmes, vos enfants, tout cela mérite votre pleine et entière présence, non dans la bataille mais dans la collaboration.

Acceptez l’idée du moment présent aussi pour être en paix, on ne peut pas accéder à la paix obsédés dans un passé, à l’idée de vouloir le rectifier, ou obsédés dans un futur à l’idée de vouloir le rectifier lui aussi. Vous pouvez agir, là, ici, maintenant, sur ce que vous ressentez, si vous êtes dans ce corps sentimental, si vous êtes dans ce que certains ont appelé le corps de souffrance, libérez l’énergie, libérez la peur, libérez  la colère, lâchez cela, bougez.

 

Le mouvement du corps induit un mouvement des émotions, c’est tellement évident. Mais là aussi, paradoxalement, ici ce n’est pas la personne âgée, dans son corps mental réduit, qui est le guide, mais cela va être l’enfant, ce bébé dans son corps physique qui va se mettre à bouger, à crier, à pleurer et à s’arrêter. Il vit ce qui est traversé.

 

Depuis le début j’évoque avec vous la paix, c’est parce que c’est dans cet espace-là que se trouvent les informations les plus pertinentes qui soient pour vous, c’est dans cet espace-là, dans cet espace de paix, dans cette espace de conscience ouverte que se trouve le contact avec votre propre Divinité, avec vos propres protections, avec votre propre amour, j’allais dire.

Je vais laisser Maître Sananda évoquer ce qui peut être fait, dans cet espace, pour bientôt.

 

Merci.

 

sananda

Sananda, vote « humain » du 11 aout

Channeling du 8 Août 2017 (Retranscris par Michèle Grébois)

Sylvain, je vous confie ici ce channeling, je pense que le « vote » évoqué par Sananda se déroulera entre le 11 et le 21 Août (entre une pluie de météorites et une éclipse)

Chers enfants de Lumière et d’Amour, je suis Sananda,

Je voudrais évoquer avec vous une date, proche, celle du 11 août, très marquée, très posée celle-là. C’est une date importante qui correspond à l’arrivée d’un évènement stellaire, ne vous inquiétez pas, de faible intensité, mais elle correspond aussi à un vote planétaire. Les Elohim, ces êtres de lumière et d’amour, vont venir recueillir les pensées de l’humanité. En fait, vous votez votre futur. L’humanité toute entière, la conscience humaine toute entière, en tout cas humanoïde connectée à la terre, émet sans cesse des pensées. Ces pensées créent sans cesse, bien sûr, d’une manière compulsive, cela a été évoqué par mon ami, mais ces pensées servent aussi à préparer le futur de cette humanité.

Je vous invite, dans la date du 11 Août, à prendre le temps d’aller en paix, d’aller dans l’espace le plus profond dans votre cœur, dans votre tête, peu importe où, mais dans cet espace, dans un espace sacré, chez vous, où vous pourrez demander aux Elohim ce que vous voulez pour ce monde. Ceux qui ne feront pas cela en conscience évidemment le vivront de manière complètement différente, ce sera évoqué complètement différemment. Le vote aura lieu de toute façon, mais ce sera l’état de pensées dans lequel vous serez ce jour-là, unitairement sur la planète, qui va décider un petit peu de ce qui va se passer pour cette planète. Alors poursuit-elle son ascension, est ce que vous aurez décidé d’amplifier en vous la paix, d’amplifier en vous la liberté, ou d’amplifier la guerre, d’amplifier, j’allais dire, le surmenage industriel ? Je ne sais, pas, je ne suis pas venu vous donner un choix qui serait correct. Le seul choix correct c’est de se rapprocher de sa nature Divine et de voir ce qui vous parle, ce qui vous correspond, mais ce serait tout de même, avouons-le, dommage ce jour-là d’être particulièrement en colère. Cela arrive régulièrement, très régulièrement sur votre planète, ce survol par ces êtres, pour voir un petit peu ce qu’attend l’humanité, ce à quoi elle est prête, ce à quoi même elle n’est pas prête d’ailleurs.

Alors vous allez dans la conscience recevoir cette énergie Divine en vous, et soit dans un espace de paix, qui serait une sorte j’allais dire d’isoloir mental, ou soit en vous endormant, vous allez envoyer l’énergie de la planète, celle que vous désirez voir sur cette planète. Alors soyez en paix, totalement en paix, totalement en conscience de ce qu’est la paix, bien sûr.

J’aimerais que vous ne condamniez pas trop vite vos frères et sœurs. Je vais vous expliquer ce que je veux dire par là. Je ressens sur la planète à quel point des vents contraires, des énergies séparées, sont en train de s’unir presque contre des peuples. Ce que je suis en train de dire, c’est que de nouvelles guerres de territoires commencent à être mises en place,  certaines sont très psychologiques ces guerres, très industrielles, mais d’autres sont réelles, bien réelles. Vouloir absolument ce que l’autre a, ou vouloir lui retirer, c’est agir sur soi. En voulant retirer du pouvoir à quelqu’un, vous vous retirez votre propre pouvoir. La manière dont vous agissez avec autrui, c’est souvent la manière dont vous agissez avec vous-mêmes.

Donc j’invite l’humanité à accomplir ma phrase, je veux dire : agissez envers les autres comme vous aimeriez qu’on agisse avec vous. Alors ce n’est pas toujours facile, ce n’est pas toujours simple, surtout quand on est bloqué, comme l’évoquait Siddhârta, dans le mental, dans ce cyclone, dans ces émotions. Mais voilà il est venu le temps de la maîtrise des émotions.

Aujourd’hui, l’amour, la paix, peuvent s’installer, et sans vouloir en faire la propagande il est bien évident que, oui, j’irai en ce sens, dans le sens de l’amour et de la paix. Pourquoi faire la guerre, pourquoi vouloir détruire des peuples, vouloir détruire des personnes ? Où est l’amour de son prochain ici, où est la volonté de respecter l’humanité, de lui apporter le plus grand bien, de respecter chaque croyance, chaque affirmation, vous savez ces dogmes que vous prêchez souvent de tolérance ? La tolérance elle est toujours à double sens, c’est quelque chose qui s‘installe dans une énergie, dans un groupe, dans des peuples. Vous l’aurez compris, ce mois est tout de même un petit peu particulier dans l’énergie, il vous ramène à la lumière, il vous ramène à la conscience de la paix, de ce qui est juste, de ce qui est bon. Alors par bonté, par amour, dans la paix, et bien tout cela ça commence par vous.

Commencez par vous, si vous n’êtes pas en capacité de ressentir la bonté, l’amour, la paix, vous ne pourrez pas la diffuser. Comment est-ce qu’on introduit l’amour et la paix en soi ? Bien sûr il y a des techniques, vous adorez les techniques, mais ce n’est pas le sens ici de la technique, ici le sens est de vous dire : « voyons, voyons, voyons, qu’est-ce qui va se passer si je suis en paix » ? Je voudrais que vous sachiez que, cette phrase-là, vous vous l’envoyez à vous-mêmes souvent, « la vacuité n’a aucun intérêt, ou j’adorerais vivre le vide »,  mais vous ne le vivez jamais en tant qu’Occidental, ou rarement, et vous posez cette question.  Vous êtes parfois dans l’idée que ce qui semble immobile, et mort, ne bouge pas, inerte, ne sert à rien. Vous vous trompez aussi. Voyez comme dans mes silences l’unité peut s’exprimer. Alors souvent vous attendez des mots de notre part, souvent vous attendez des phrases très précises sur ce qui va vous arriver, sur : avez-vous raison de faire ceci, avez-vous raison de faire cela. Moi je vais vous inviter à redevenir humain, j’allais dire, mais à vous dire que ce qui demande s’il a raison, n’est pas ce à quoi nous répondons le plus souvent.

C’est évidemment le corps mental qui s’occupe de savoir s’il a raison d’agir de cette manière ou d’une autre manière, c’est ce corps mental, c’est cet égo, ce personnage, un de ces personnages qui s’exprime. Alors bien sûr on peut vous répondre. Vous avez toujours raison de vouloir la paix, vous avez toujours raison de vouloir l’amour, vous avez toujours raison de vouloir votre propre gloire, ce que je veux dire par là c’est d’expérimenter les plus hauts états de vous-mêmes, mais vous avez toujours raison aussi de le vouloir pour votre frère, pour votre sœur, pour celui qui ne s’est pas exprimé, pour celui que vous pensez être le bourreau, lui aussi mérite tout cela. Et pour être en accord dans sa conscience avec cette paix, il faut l’offrir à tous. « Tant que moi je suis en paix tout va bien ». Ce moi qui s’exprime génère une telle dualité en disant cela, que sa paix va être bien temporaire. Il ne peut pas en être autrement.

Saluons dans l’instant présent, la victoire de la lumière dans ce monde. Vous savez, il y a quelques années, un de ces votes que j’ai évoqué au début a eu lieu, il a eu lieu dans les années 2012, autour de 2012, vous le savez, et ce vote il était pour savoir si l’humanité devait vivre son ascension,  son changement de temps, son changement d’espace, ou si cette humanité était condamnée à s’autodétruire. C’est drôle de constater qu’aujourd’hui vous avez passé ce cap, certains pensent encore que l’humanité s’autodétruit.

Ce n’est pas tout-à-fait faux dans l’énergie bien sûr, mais c’est évidemment faux de manière planétaire. Il est vrai que votre planète contient beaucoup d’énergies, beaucoup j’allais dire, de colère, en tout cas d’énergie rouge…  je ne sais pas comment vous exprimez cela, mais en gros cela bouge, cela fluctue dans votre plan. Je ne suis pas en train de parler de tremblement de terre, même si vous allez, comme toujours, j’allais dire, en avoir.

Ce que je veux dire par là c’est que cette colère de la terre, c’est une colère saine, ce que je veux dire par là c’est… ce qu’elle ressent c’est : ah bon sang, pourquoi ne s’éveillent-ils pas, à ma présence ? Donc ici le cri du cœur que je vous propose c’est celui de la planète à elle-même qui vous demande de l’aimer, de la protéger, de la préserver, mais aussi de vous aimer, de vous protéger, de vous préserver. Tout est lié. La paix en soi c’est la paix dans le monde, la fin en soi c’est la fin dans le monde, la colère en soi, c’est la colère dans le monde.

N’essayez pas de travailler sur le monde. Restez sur sa représentation, qui est le corps, qui est l’espace du mental. Encore une fois, toute votre vie, toujours, vous aurez des épreuves. Croyez-vous que je n’en ai pas eues ? Mais petit à petit, avec l’augmentation de la vibration planétaire, vous allez pouvoir venir voir s’installer, dans votre plan, des états de paix plus naturels, des états de joie plus naturels. Vous n’allez plus vous surexciter pour rien, j’allais dire. Ces corps d’énergie, ces corps de souffrance, peuvent être libérés, pas libérés… pas comment dire… libérés de leur rôle, devrais-je dire. Vous n’allez pas faire disparaître des corps énergétiques autour de vous. Pour les libérer de leur rôle, pour revenir un peu à la véritable énergie de ce que vous êtes, quand vous sentez que votre corps de souffrance, c’est-à-dire quand votre mental accélère les choses, utilisez un souffle pour vous libérer.

Ce souffle est le suivant (bruit de souffle par la bouche, puissant, un peu long), vous connaissez ce bruit, ce bruit libératoire, c’est celui du vent dans les arbres, c’est celui des vagues sur la plage. Reproduisez en vous ce bruit des vagues, reproduisez en vous cette énergie qui contient toutes les énergies. Je ris… j’entends certaines de vos pensées, certaines personnes dirent : qui fait le bruit des mouettes ?… merci de cette blague.

Cette respiration vous amènera à détendre le corps, à libérer l’énergie, parce que vous avez deux moyens de concentrer votre énergie créatrice, soit laisser votre cœur émettre toutes les énergies qui vous traversent, toutes les formes positives ou négatives, mais à ce moment-là lui va les envoyer comme des vœux à l’Univers, soit d’utiliser votre souffle (bruit par la bouche) avec la pensée qui vous stresse, qui vous angoisse, parce que là vous ne l’envoyez pas à l’Univers, vous l’envoyez encore à votre terre-mère, qui recyclera cette énergie-là aussi. Alors, évidemment que j’ai entendu vos paroles quand vous dites : « mais la terre-mère en a déjà assez, vous m’avez dit qu’elle était en colère, vous avez exprimé à quel point finalement elle était peut-être un peu perturbé », mais elle sait parfaitement recycler ces énergies, elle saura quoi en faire, ce n’est rien pour elle. Elle ne va pas pouvoir, j’allais dire, par contre patienter longtemps que l’être humain s’éveille à ce genre de pratique, à ce genre de notion dans la paix intérieure, à ce genre de contact avec lui-même.

Alors, c’est fabuleux d’imaginer à quel point votre souffle est déjà Divin, à quel point à travers la respiration vous pouvez trouver force, courage, ténacité. Ce qui a été évoqué aujourd’hui est autour de la paix, autour de la conscience, autour de ce vote galactique. J’aimerais vous laisser, cela va vous paraître étrange, mais tant pis, avec un Commandant de la Flotte Galactique, avec un de vos frères galactiques, je pense que son discours sera intéressant pour vous.