samuel10

Archange Samuel le 5 6 2018

Channeling du 5 juin 2018

Je suis Samuel.

Je suis heureux d’être en votre présence aujourd’hui, maintenant. Je remercie Marie de vous avoir aidés à préparer mon écoute. Mon rôle, un de mes rôles en tant qu’archange, est de vous libérer de vos peurs, de vos angoisses, du stress que vous portez sur vous. Bien sûr Lady Kuan Yin et d’autres êtres aussi forts que ceux-là peuvent aussi vous y aider, mais en tant qu’archange je peux vous aider à accéder à la conscience qu’aucune de vos peurs n’est fondée sur autre chose que la conservation du corps et de ce que vous avez. Aucune de vos peurs n’est attachée à autre chose qu’à un désir.

Alors pour que vous n’ayez plus peur vous pouvez m’appeler, et moi je vous montrerai que vos désirs ne sont pas réels. Ils n’appartiennent qu’au monde de la matière, ils n’appartiennent pas à qui vous êtes, à ce que vous êtes ici et maintenant.

Ils n’appartiennent encore une fois qu’au passé et au futur. Vos peurs ne servent pas la Source, elles vous empêchent de recevoir cette Source, elles vous font fonctionner avec votre batterie personnelle, de plus en plus épuisée ou épuisable parfois.

Quittez ces peurs, elles vous semblent réelles bien sûr, sans doute parfois le sont-elles, mais le sont-elles à chaque instant ? Sans doute pas. Vous empêchent-elles d’être la Divinité incarnée ? Jamais, à aucun moment. Ces peurs vous empêchent-elles de faire certains choix ? Peut-être. Tous les choix ? Jamais. Car vous êtes encore libres de discuter avec vos anges, avec vos guides, car vous êtes encore libres de recevoir l’enseignement de la grande source du Très Haut.

Je suis à vos côtés pour dissiper les énergies de peur, et par la puissance du feu sacré qui m’habite, de ce feu blanc, cette énergie blanche qui purifie, nettoie, permettez-moi de vous bénir, permettez-moi de poser sur vous, dans ce moment si particulier, l’énergie qui est la mienne, sur chacun d’entre vous. Acceptez la paix, confiez-moi tous vos poids, toutes vos peines, toutes vos angoisses, libérez-les, acceptez de les libérer. Ne les gardez pas, elles ne vous servent pas, elles ne trouveront pas de solution. Elles vous empêcheront, au contraire, d’être créatifs, d’être l’immense créateur que vous êtes. Lâchez prise un peu de tout cela. Permettez-moi d’embrasser ces énergies, de les dissoudre, d’allumer la mèche qui les fera disparaitre dans un petit peu de temps pour vous. Cela est, dans l’énergie.

Voilà pourquoi dans ces moments de canalisation, de plus en plus, dans beaucoup d’endroits, nous voudrons vous apporter nos énergies, nous voudrons que vous en fassiez l’expérience. Cela ne fonctionnera pas avec tous, car il s’agit vraiment d’être présents, d’accepter la présence de l’ange à ses côtés, de l’archange me concernant,  et plus vous accepterez notre présence  à vos côtés, plus vous comprendrez comment nous pouvons collaborez avec vous, plus vous comprendrez ce que nous pouvons faire pour vous, en vous parfois, allais-je dire. Soyez en paix ce mois-ci, soyez en paix dans les énergies que vous traversez.

Laissez les apparences se dissoudre, laissez les caractères s’exprimer, sans les arrêter, sans les juger, sans les condamner, laissez faire. Ce sont les dernières… on va dire les derniers espoirs d’un être intérieur qui cherche à défendre une structure qui ne pourra bientôt plus exister.

Certaines structures de l’égo vont s’effondrer dans les années qui viennent. Ce sont les structures qui vous amènent à vous croire seuls et responsables de tout, de vous, et de beaucoup de choses.

Vous n’êtes pas en charge de tout cela, nous le sommes tous, nous portons tous une partie de l’énergie du poids Divin, j’allais dire. Mais un jour vous comprendrez que tout cela est une illusion, et que vous avez donné plus de poids à l’illusion, que l’illusion n’a de poids.

Cette illusion, elle peut être prise légèrement, embrassée, révélée comme l’expérience qu’elle est, et pas autre chose. Alors vous pourrez, encore une fois, traverser en ce moment des énergies qui vous montrent des familles complexes, des parents qui semblent ignorer l’amour que vous portez, pour eux, pour vous, pour le monde. Et en même temps vous êtes arrivés à un moment, à une période si particulière où, si chacun d’entre vous travaille pour le monde, travaille pour guérir ce monde de lui-même parfois, vous, êtres humains, vous avez ce pouvoir-là. Nous ne pouvons que vous inciter à utiliser votre énergie pour cela.

Nous vous soutenons dans l’énergie. Nous conseillerons, nous vous inviterons à trouver les systèmes, les méthodes qui vous permettront, un à un, d’éclairer votre chemin, car quand vous serez suffisamment le monde s’éclairera de lui-même. Ce n’est pas Dieu qui cherche à assombrir, ce n’est pas l’Unité qui cherche à assombrir, c’est l’être humain qui cherche cela pour se donner une valeur, pour rester dans un esprit où il existera des puissants et des misérables.

Dans tous ces misérables il y a parfois plus d’amour, tellement d’amour, profondément enfoui, à partager, à vivre. Cette force-là, cet amour-là vous rejoint. Chacun d’entre eux prie pour la planète, prie pour vous, alors si ce soir quelqu’un m’entend et se croit supérieur, laissez-moi lui dire que s’il l’est, c’est parce qu’il reçoit l’amour d’un tas d’être qu’il pense inférieur, et qu’il accepte cet amour, qu’il accepte de le rendre, car celui-là sera très très grand aussi.

Béni soit celui qui vient au nom de cette tendresse évoquée par Marie, de cet amour évoqué par les êtres et les maîtres d’ascension, en devenir que vous êtes d’ailleurs. Merci d’avoir accepté l’énergie en vous, merci d’avoir accepté ma présence. Merci d’avoir accepté l’expérience de ce moment. Le message de ce soir vous invitait à la tendresse, vous invitait à ne pas générer de niveau inférieur ou supérieur autrement que pour une compréhension intellectuelle, car dans la réalité il n’y en a pas.

Quand vous verrez qu’il n’y en a pas, alors vous verrez chacun de ces niveaux, vous serez à même d’agir en conscience avec ces niveaux pour avancer pas à pas vers ce que vous êtes, vers cette incarnation de la Divinité et de l’amour puissante que représente l’expérience dans cette dimension que vous traversez.

Merci de votre écoute.

index-rosaire-de-marie_8327_image023

Marie le 5 juin 2018

Channeling du 5 juin 2018 retranscris par Michèle Grébois

 

Bonsoir à tous, mes frères, mes sœurs, mes enfants, je suis Marie.

Je viens évoquer avec vous ce soir tous les avantages que peuvent avoir la tendresse dans votre environnement.

 

J’utiliserai sciemment ce mot, consciemment, pour exprimer ce que peut représenter l’amour de ce qui est. La tendresse, lorsque j’évoque ce mot-là, il évoque quelque chose qui embrasse, qui enlace, qui rassure, qui encourage aussi. C’est ce que je vous invite à faire avec tous vos frères et toutes vos sœurs, parce que bien évidemment vous êtes aujourd’hui dans ces temps, dans un champ de conscience particulier, un champ de conscience profond, un champ de conscience qui vous mène à votre propre Divinité.

 

Certains d’entre vous sont en train de changer de guidance, de recevoir des nouveaux êtres de lumière, de recevoir d’autres types d’énergie.

Bien sûr pour ces nouvelles énergies, voilà des siècles presque que nous en parlons de ces nouvelles énergies, mais elles sont bel et bien là aujourd’hui, et vous vivez ces énergies, ces nouvelles énergies de guérison où il n’est nul besoin de se déplacer, ces nouvelles énergies de contact avec les guides, où chacun d’entre vous va pouvoir maintenant avoir accès à sa propre guidance, pour peu qu’il accepte de reconnaître que ses pensées puissent être totalement guidées.

Chacun d’entre vous peut recevoir aujourd’hui la présence de son ange, de ses anges, pour peu que vous acceptiez leur présence et j’insiste, en communiquant avec vous ce soir, sur ce que j’entends par accepter la présence de l’ange, accepter la présence du guide, accepter la présence de sa propre Divinité, en tendresse, dans ce mot clef.

 

Accepteriez-vous de répondre aux ordres de quelqu’un ? C’est une véritable question que cette rigueur, que cette ordonnance particulière. Souvent humainement vous me répondriez non. Et si je vous en parle ce soir, c’est pour vous dire que, quand vous vous adressez aux anges et aux guides sous la forme d’une injonction , ils entendent et agissent, mais ils ne peuvent vous répondre dans cette injonction, ils ne peuvent répondre à vos paroles. Pourquoi, parce que vous n’avez établi la liaison que dans un sens, de vous vers eux, lorsque vous êtes dans le commandement.

 

Lorsque vous prononcez ces mots, par le Christ, dans le Christ, par ma Divinité, par ma divine présence I AM, en mon nom divin, ou ce type de phrase qui font appel à votre plus grande énergie, donc un appel réel et puissant dans la prière aux guides. Lorsque vous faites cela, placez-vous à l’égal de ceux que vous appelez, pas au-dessus j’allais dire, pas dans l’idée que vous allez être obéis, mais dans l’idée que votre demande va être acceptée par un de vos frères, une de vos sœurs, quelque part dans l’énergie, dans l’ordre, dans une certaine tendresse, et c’est cela qui distingue cet ordre-là d’une sorte d’association avec votre ange, d’une collaboration, il n’y a pas vraiment de hiérarchie.

Vous avez déterminé une hiérarchie angélique à 9 niveaux, il en manque encore mais ce n’est pas grave, mais ces 9 niveaux ne sont pas une hiérarchie mais des fonctions différentes.

Toutes ces fonctions collaborent les unes avec les autres. Certains archanges peuvent travailler avec d’autres catégories, d’autres hiérarchies d’anges, en les commandant mais pas sous forme d’ordres. Commander, passer une commande, ce n’est pas ordonner, en fait,  parce que tout cela est soumis à l’approbation de votre propre Divinité dans un premier temps, à laquelle vous faites appel, mais aussi à l’ordre supérieur, au Maître, au Père, à Dieu, à la Source, à l’Origine.

 

En vérité quand vous demandez avec tendresse, convaincus d’avoir avec vous  de grands collaborateurs, alors quand vous direz : en mon nom Divin, je demande que la paix s’installe en moi à chaque seconde, à chaque instant, alors vous verrez que vous serez servis, vous serez servis par vos frères, par vos sœurs. Souvent ils vont se nommer serviteurs, quand vous les entendrez en conscience. Nous sommes là pour vous servir diront-ils, oui, mais le service n’est pas l’ordre et la tendresse est la règle.

 

A ceux qui préjugent de leur capacité à commander aux anges, il sera donné, mais ils ne recevront pas en fait un nom de réponse angélique, non que les anges ne veuillent pas, mais parce que si vous décidez de vous placer au-dessus d’une fréquence, vous ne pouvez pas recevoir entre guillemet d’une fréquence inférieure. Donc ce que je vous explique c’est que ces anges, ces guides, qui sont à vos côtés sont vos collaborateurs, vos frères, vos sœurs.

C’est important, parce que beaucoup d’entre vous vous pouvez maintenant les entendre, si vous le vouliez, mais vous avez les deux excès, l’excès de croire que vous êtes inférieurs aux anges, ou l’excès de croire que vous êtes supérieurs aux anges. Point du tout, vous êtes ceux qui ancrent Dieu dans la matière, voilà votre fonction : ancrer la Divinité dans la matière.

Il n’y a pas vraiment de mission elle est déjà accomplie celle-là, cet ancrage dans la matière. Ce que vous appelez mission n’est qu’un moyen de rendre joyeux ce passage, il s’agira alors d’une autre fonction, de découvrir ces capacités qui sont en vous, qui vous permettraient de vivre dans la joie, cela nous pourrions l’appeler mission. Mais dans le plan Divin, ce qui est prévu avant toute chose, c’est votre présence ici, maintenant, dans l’amour, dans la tendresse pour votre prochain, pour votre frère, pour votre sœur, et pour toutes les hiérarchies.

 

Vous ne pouvez exigez d’une entité négative qu’elle s’en aille, ou d’une entité positive qu’elle vienne à vous si vous n’êtes pas un minimum associés en compassion avec cette énergie.

Alors bien sûr, à ces entités qui en ce moment semblent coller à vous désespérément, il s’agira de commander avec fermeté de partir, cela vous sera expliqué à un autre moment, mais pas de niveler, pas d’imaginer que vous êtes plus hauts qu’elle. Vous vibrez à une cadence différente, vous avez une fonction différente, c’est pareil pour les anges, c’est bien d’eux ce soir dont je souhaite parler dans la tendresse. Voyez comme je répète ce mot, vraiment pour qu’il s’ancre en vous, pour ne pas utiliser le mot amour que vous avez défini de manière totalement différente.

 

Lorsque vous êtes en tendresse avec un ange, il vous répond, instantanément et puissamment en conscience à l’intérieur de vous, avec la même tendresse, avec la même énergie, avec le même amour, avec la même science supérieure, car ces anges savent tout de vous, savent tout sur vous, mais ils ne peuvent pas tout pour vous. C’est bien vous qui êtes dans la réalité, mais ils peuvent vous conduire, vous aider et vous guider vers votre plus grande réalisation, pour peu que vous acceptiez, de temps en temps vous-même, d’écouter leur commandement qui ne sont pas des ordres, mais des interprétations on va dire de ce que pourrait être votre réalité, si vous suiviez leurs conseils.

A aucun moment vous n’êtes tenus d’écouter leurs conseils, à aucun ils ne sont tenus d’écouter les vôtres. Tout le monde est libre dans ces hiérarchies, tout le monde est vraiment libre. Seul le plan Divin se déroule et parfois vous entendrez des archanges ou d’autres énergies, comme des vertus, des chérubins, vous parler d’ordres Divins, de commandements Divins, de la Source. Là il s’agira vraiment de comprendre que, si ici, c’est obéi, c’est parce que cela ne doit pas être compris, cela fait partie d’un plan qui vise à l’amour de tout le monde.

 

Aucun archange ne doute qu’un commandement Divin ne sert l’amour, lui-même. L’amour est toujours servi par les commandements Divins, toujours. Alors ici il y a une sorte d’obéissance à la volonté Divine, voyez je jongle volontairement avec les mots pour que chacun trouve ici son environnement, sa place, son vocabulaire. Ce n’est pas évident, vous êtes beaucoup à entendre ce message, et à ne pas avoir la même culture quant à cette soumission, ce surrender qui est demandé parfois dans le travail spirituel. Il s’agit de comprendre que vous servez un Dieu qui est bon, qui est amour, qui est compassion. Savoir que vous servez un père bon en compassion ne vous rend pas esclave à aucun moment, vous devenez son fils et il devient le Père. Bien sûr cela vous rappelle beaucoup de choses quand vous devenez le fils et lui le Père, ou le Très Haut, comme l’avait appelé Sananda, à travers cette vie de Jésus, comme l’ont appelé d’autres à travers d’autres existences. Servir le Très Haut, comme les anges vous servent, au même niveau.

 

Comprenez cette collaboration, comprenez-la différemment dans votre conscience, non encore une fois comme une hiérarchie mais imaginez qu’il s’agit ici d’un métier. Quand vous voulez fabriquer une maison, faire une œuvre, vous avez un plan, ce plan c’est le plan Divin, il appartient à l’esprit supérieur, au Très Haut, à la Source. Mais vous allez avoir à l’intérieur, un maçon, un menuisier, un charpentier, un électricien, un plombier. Chacun de ces métiers est-il vraiment supérieur à l’autre ? En aucun cas, s’ils n’étaient pas là votre maison ne serait pas complète. Il en est de même de l’œuvre universelle.

 

Chacun d’entre vous à sa mission. Encore une fois, votre mission principale est d’apporter l’amour, la Divinité, Dieu dans la matière, à travers vous. Plus vous êtes en amour, plus vous êtes en tendresse, et plus vous laissez couler à l’intérieur de vous cette énergie puissante et profonde que la Source vous offre, car plus serez amour, plus vous recevrez, plus vous recevrez cette énergie. Cela ne signifie pas que les épreuves sont arrêtées, et pour certains elles sont même parfois plus grandes, parce que la force intérieure est plus grande, parce que l’énergie est plus grande, mais c’est encore ici une demande pour attirer encore plus d’amour, encore plus de tendresse, encore plus d’acceptation dans le moment présent, pour traverser ce champ d’expérience, pour laisser l’énergie couler à travers vous, pour laisser le plan Divin couler à travers vous, pour devenir alors le témoin du plan Divin, car quand vous servez le Père, quand vous servez la Source, vous ne pouvez qu’être admiratifs du service que vous donnez. Vous ne pouvez être qu’admiratifs de ce qui se passe à travers vous, et vous dire que vous servez ici le maître le plus bon qui soit, quand vous faites avec amour tout ce que vous faites, quand vous parlez dans cette puissance-là, dans cette ouverture-là, dans cette égalité-là entre vos frères et vos sœurs.

 

Vous êtes dans cette période où si je parle de cela c’est que ce n’est pas évident du tout, dans la matière, actuellement de vivre cela. Vous êtes dans un mois de transition, dans un mois de transformation, la clef sera dans les regroupements, la clef sera dans l’énergie, le rassemblement, la compassion, la charité entre vous. La terre se modifie, elle se transforme, l’énergie y est en augmentation permanente, la vôtre aussi, et l’univers entend cette vibration comme un appel à venir à vous. Il est temps que celui qui représente Dieu, soit capable dans sa conscience, de le laisser émerger, de laisser une nouvelle part de vous apparaître, une part Divine, une part de médium on va dire, comprendre que vous faites partie du plan Divin, que vous en êtes aussi, en partie l’artisan, l’acteur conscient.

 

Ce n’est pas facile d’être l’acteur conscient, je le sais, je sais cela si fortement, j’ai souffert tellement de cela, j’ai perdu tant de chose pour comprendre cela, pour accepter de me dire que le corps dans lequel je vivais n’était qu’un corps, mais que je servais une cause universelle, immortelle, puissante et entière dans l’amour, qui ne jugeait pas, qui ne condamnait pas. C’est l’humain qui condamnait, c’est l’humain qui jugeait, le Divin n’est pas un juge, il est un observateur qui sans cesse  essaye de faire émerger l’amour de toutes les situations  créées par les humains eux-mêmes parfois, dans votre planète, dans votre plan.

 

Alors dans ces nouvelles énergies, j’allais presque vous dire que de nouveaux types d’amour vont arriver, cela prendra sens. Une nouvelle religion universelle va voir le jour, il ne s’agira pas ici de suivre des prêtres, de suivre un dogme, de suivre quoi que ce soit. C’est une sorte de religion personnelle, votre corps deviendra l’église et le temple de cette religion d’amour universel. Chacun d’entre vous peut trouver sa place dans cet espace intérieur.

 

Quand vous cesserez de vous croire ou de vous prendre pour ce que vous n’êtes pas,  ni l’un ni l’autre,  ni supérieurs ni inférieurs, bien sûr certains pourront aider d’autres à comprendre, mais le plus faible d’entre vous enseignera l’amour de manière plus efficace que le plus intelligent d’entre vous, et le plus intelligent d’entre vous permettra au plus faible dans l’amour de vivre dans la densité de la matière, dans cette énergie, de manière efficace là aussi et brillante.

 

Cet équilibre-là, profond, il est important. C’est l’humilité à laquelle vous êtes rappelés aujourd’hui, la place de l’humain, l’humain avec l’humain, l’humain avec la planète qui pourrait vous rappeler à l’humilité, et qui pourtant se contient encore aujourd’hui un petit peu.

L’humilité face au fait de recevoir des énergie extra galactiques, l’humilité aussi face au fait de percevoir l’invisible, face à ces montées vibratoires. Les clefs pour percevoir l’invisible sont de ne pas considérer de niveaux, de ne pas considérer de jugement, j’allais dire, un côté supérieur un côté inférieur.

 

Encore une fois je ne doute pas une seconde que vous continuerez à juger sur cette planète, mais entendez vos jugements comme un outil, une méthode, un moyen pour agir sur cette planète, mais ne vous arrêtez pas à ces jugements. Remettez-les en cause de temps en temps, remettez-vous en cause régulièrement en vous posant cette question : suis-je toujours dans l’amour ? Suis-je toujours à mon plus haut degré d’amour ? Cela ne signifie pas non plus de tout accepter, le plus haut degré d’amour. Si un homme, pour en sauver un autre, doit en combattre dix dans l’énergie, qu’il le fasse, car c’est une plus grande preuve d’amour que ces dix qui veulent le battre. L’amour est là aussi, dans cette question Divine d’être accompagnés par Dieu dans tout ce que vous faites, de vous demander si cet accompagnement est présent dans votre œuvre. Suis-je accompagné de ma Divinité quand je fais ceci, suis-je accompagné de ma Divinité quand je fais cela ?

 

Votre Divinité vous suit partout, mais va-t-elle vous accompagner, va-t-elle mettre de l’énergie dans une œuvre qui n’est pas une œuvre d’amour ?

 

Non. Alors ceux qui réussissent dans des œuvres qui ne sont pas amour prennent leur énergie ailleurs, pas de leur Divinité, mais d’autres êtres humains. Ils utilisent d’autres moyens, d’autres moyens dans la conquête du pouvoir à travers diverses manipulations énergétiques, diverses manipulations de l’égo, pour recevoir l’énergie d’autres personnes. Ces jeux-là vont finir par cesser aussi, parce qu’ils vont être de plus en plus compris, parce que votre population globale est de plus en plus consciente de cela, consciente de tous ces jeux de pouvoir à travers vous. Il ne s’agira nullement de faire une guerre, il ne s’agira nullement de s’opposer à qui ou quoi que ce soit, mais d’agir en conscience, d’être le modèle de ce que vous voulez être et devenir petit à petit. Ne vous jugez pas. Pour certains le chemin est long, pour d’autres il sera très court. Acceptez d’être faibles si vous vous savez accompagnés de l’être et de l’énergie la plus forte qui soit. Laissez agir à travers vous, avec vous, alors vous ressentirez à nouveau une grande force, une grande joie, une grande vitalité, cessez de croire que seuls vous pourrez agir. Les plus puissants de ce monde dans l’énergie sont connectés avec les énergies de tous les plans, sont reliés à ces énergies, ils ne s’en séparent pas pour agir seuls.

 

Les anges sans les archanges ne sont rien, les archanges sans les anges ne sont rien, les vertus sans les anges et archanges ne sont rien. Chacune de ces hiérarchies est dépendante l’une de l’autre. Comme je l’ai exprimé toute à l’heure à travers divers métiers qui construisent votre maison, chacun de ces métiers est dépendant de l’autre et dans l’amour de l’autre, alors il est servi en collaboration. Entendre l’ange c’est accepter d’entendre un être qui va vous demander plus de paix, plus de recul, plus de calme pour vous permettre d’arrêter les jeux de pouvoir, pour vous permettre de recevoir l’information directement à l’intérieur de vous, de la part de la Source elle-même, pour vous permettre de recevoir cette tendresse Divine que le Père vous porte à chaque instant, cet amour Divin, cet amour puissant, cet amour puissant, si fort qu’aucun mot ne pourrait jamais le décrire, tellement non jugeant que vous en êtes perturbés à vie généralement.

 

Cette source de lumière et d’amour, ce point de lumière et d’amour, que vous souhaitez tant connecter, il est à l’intérieur de vous. Cessez de vous demander qui sont vos guides, qui sont vos maîtres, qui sont vos anges. Comprenez que vous êtes le guide, vous êtes le maître, vous êtes l’ange, parce que vous faites partie de cette communauté, vous serez le guide de quelqu’un,  le maître de quelqu’un, l’ange de quelqu’un, toujours, et ceux qui vous guident sont à même niveau.

 

Ce que je veux exprimer par là c’est que les noms, les énergies nommées ne comptent pas tant parfois, j’insiste sur parfois, que l’énergie de connexion avec eux. Vous sentir entourés du monde angélique, savoir qu’ils sont là, les laisser ici et maintenant poser leurs mains sur vos épaules pour que vous puissiez sentir cette énergie, recevoir cette énergie, c’est déjà un pas. Ressentez cela. Avez-vous vraiment besoin de nommer ce qui est en train de se passer là, maintenant, dans cette écoute ? Cela ne se nomme pas, cela se vit, et se contact-là il se vit.

 

Alors bien sûr vous pouvez discuter, et c’est plus à titre d’échange que souvent les anges vont se nommer à vos côtés, mais si vous les appelez mes anges ils vont comprendre, ils vont entendre. Ces énergies angéliques vont de plus en plus vous aider parce que vous êtes en train de quitter la matière dans la densité énergétique, vous êtes en train de vibrer de plus en plus dans des fréquences Divines, quelque chose semble s’accrocher en vous à la matière et en même temps il est temps de passer à quelque chose de plus éthéré, dans la matière aussi. Ce parcours-là, les anges le connaissent très bien. Ils vivent déjà dans un espace éthéré, déjà dans un espace de lumière, déjà dans cet espace d’échange.

Alors ils vont vous aider, ils vont vous donner quelques conseils, puissants, simples. Ils sont toujours simples les conseils. Lorsque vous écoutez des techniques ou des choses qui sont trop compliquées ou qui demande trop longtemps pour être apprises, c’est que souvent ces techniques vous mènent dans le chemin du mental. Ce chemin fonctionne, ce chemin peut même vous permettre d’atteindre la Divinité, bien sûr. Mais les clefs elles restent simples, elles ne passent pas par l’égo, les clefs que sont le non-jugement, le moment présent, l’amour, des clefs très simples, toujours répétées par vos plus grands maîtres en permanence, non-jugement, amour, moment présent, c’est toujours les mêmes clefs. Si c’était si simple cela se saurait, mais cela se sait.

Des livres entiers sont écrits sur ces sujets, alors vous les lisez intellectuellement, cela danse en vous et vous sentez qu’il existe là-dedans une certaine profondeur, mais vous n’acceptez pas de le vivre car cela ne semble pas coller avec le monde réel, de plus en plus rapide. Il ne s’agit pas d’être rapide, il s’agit d’être tendre avec soi, avec l’autre, avec les autres. Vous êtes préparés à recevoir des énergies et des informations immenses pour ceux dont le corps sera prêt à accepter, à recevoir ces énergies dans le moment présent.

 

Nous sommes en train de diffuser à divers canaux de ce monde des énergies vous permettant de poser l’ici et maintenant, des énergies vous permettant de poser l’amour, des énergies vous permettant de poser le non-jugement, de manière bien physique parfois. Ces apprentissages ils traversent votre corps, vous les avez déjà, ils ne sont que répétés. Alors écoutez-vous parfois, posez-vous, acceptez de vous arrêter dix minutes, s’il vous plait, acceptez cela, acceptez de vous poser dans l’énergie ici et maintenant. Posez vos valises, faites cet exercice avec moi : posez à votre gauche les valises du passé, c’est ce que vous étiez, c’est ce qui est lourd, c’est ce que vous voulez réparer, c’est ce que vous voulez comprendre, c’est ce que vous jugez comme étant bon ou pas bon peu importe, posez cette valise, posez-la, vous la récupérerez plus tard.

Posez à votre droite la valise de l’avenir, la valise du futur, la valise de ces peurs que vous avez par rapport à ce futur. Posez-les, mes enfants, vous n’en n’avez pas besoin, maintenant, posez-les, ne cherchez pas à répondre à toutes vos questions, posez-vous là, maintenant. Que reste-t-il quand toutes ces valises sont posées ? Un corps, un espace, vous pouvez encore sentir quelques pensées qui s’échappent vers une valise ou l’autre valise, mais il existe là, ici, là maintenant, un espace de paix intérieur, un endroit où tout est stable, un endroit qui n’a besoin de rien, un endroit qui a juste besoin de votre présence. Parce que quand vous n’avez plus ces valises du passé ni cette valise du futur, vous pouvez vous poser dans une respiration plus calme, consciemment, ou prenez le temps d’être dans cette conscience de la respiration, et en approfondissant celle-ci vous pouvez recontacter ce qui est là, ce qui est présent.

 

Ecoutez ce qui vous est dit maintenant, écoutez ce que vous recevez maintenant, ressentez ce message, cette tendresse, ces mots des guides, maintenant en vous, écoutez cela, écoutez cette énergie pendant que vous respirez calmement dans ce moment si précieux, dans cet instant si précieux, dans cette expérience si précieuse. Ecoutez cela, acceptez les mots, acceptez l’énergie, vous êtes dignes de cet amour. Voyez comme votre corps parfois, votre conscience n’aime pas le silence, elle recherche l’information mais chut, acceptez le silence, il contient plus de mots que jamais.

 

Avec notre canal et d’autres canaux nous pourrons vous montrer la direction à observer, mais vous devrez voir par vous-mêmes, nous guiderons, mais vous devrez accepter de recevoir cette énergie, cette guidance qui vous traverse, là maintenant, pour retrouver ce qui est bon pour vous. Bénis soyez-vous car je vous laisse entre les mains de l’archange Samuel.

sanat

Discours de Sanat Kumara 8 Mai 2018

Channeling du 8 mai 2018, retranscription de Michèle Grébois, dessin de Marianne Lemarchand

Sanat Kumara

Voici quelques temps que je ne m’étais pas exprimé, je suis Sanat Kumara.

Je vais aujourd’hui vous parler de dualité, je vais vous parler de ce monde duel qui est le vôtre et de tous, j’allais dire, les aspects guerriers qu’il est nécessaire, utile, possible, de modifier maintenant dans vos champs d’énergie, pour vous permettre de quitter un petit peu, peut-être parfois temporairement, le monde de la dualité. Alors le monde de la dualité c’est bien sûr le monde physique, le monde de la matière, de l’esprit, du corps, et cette énergie dispensée ici dans le corps, dans la matière, et bien cette énergie elle est polarisée. Vous avez l’habitude pour vos charges électriques de parler de charges positives, et de charges négatives. Vous reconnaissez bien sûr dans mes paroles des symboles que vous comprenez, le Tao, celui que vous appelez le Yin Yang, le bien, le mal, le principe masculin, le principe féminin, l’ombre et la lumière, la peur et l’amour, ce dont nous allons parler ce soir finalement.

 

Et bien ce monde de la dualité, il est créé pour séparer. Alors il a été créé pour séparer, c’est-à-dire vous l’avez créé, nous l’avons créé tous ensemble pour vivre une expérience duelle, c’est-à-dire une expérience où nous devrons, dans l’énergie, et par le nombre de vies qui est nécessaire, bien comprendre que nous devons éclairer de la Divinité. Je dis nous, parce que je m’inclue à votre expérience, nous ne sommes pas séparés, ni vous ni moi, à aucun moment. Donc nous devons éclairer l’expérience dite positive et éclairer l’expérience dite négative.

Ces deux expériences sont à éclairer, et je devrais dire, on devrait apporter notre lumière, et nous sommes présents en tant que Dieu sur ce monde, en incarnation. Quand je dis nous je m’inclue dans cette race humaine, parce que j’ai aussi actuellement une incarnation humaine, même si je m’adresse par un canal, j’ai tout de même décidé de revivre une incarnation humaine et voyez mon esprit est déjà ailleurs, c’est possible.

 

Alors dans cet esprit, l’être Divin que vous êtes, le Dieu que vous êtes, l’énergie primordiale que vous êtes, peut apporter la lumière, l’énergie primordiale, l’énergie de la Source, à tout ce que cette énergie voit, conçoit ou croit, et en fait vous apportez de l’énergie à ce monde non densifié à la base, un monde non dense, et cette énergie va venir densifier, va venir, je vais utiliser vos mots, rendre réelle l’expérience irréelle. Parce qu’effectivement cette expérience de la vie dans la monde de la dualité, c’est en fait une projection de votre conscience, une projection, comment pourrais-je dire cela…, un éclat de votre conscience, une portion infime de votre conscience supérieure j’entends, incarnée dans la matière.

 

Alors quand vous venez éclairer l’expérience dans ce monde de la dualité, vous venez aussi la vivre, en fait vous vivez ce que vous éclairez, vous vivez ce que vous projetez, vous vivez donc dans une illusion que vous créez vous-mêmes, et vous êtes pris, j’allais dire, à votre propre piège, à vos propres victoires et à vos propres échecs, dans le monde de la dualité.

Je vais poursuivre mon discours, vous allez comprendre qu’il n’y a pas d’échec.

 

Il ne peut y avoir d’échec de la part de la lumière, cela n’est pas possible. Ici, vous êtes venus donc densifier la matière, la rendre vraie, rendre l’expérience réelle aux yeux de l’esprit en 3 dimensions, aux yeux de l’esprit incarné dans ce corps, dans vos corps. Et donc forcément, pris dans ce piège, vous ne vous apercevez même plus à quel point vous êtes créateurs. Le fait de créer la matière, l’énergie de densifier le décor qui est par exemple autour de moi ici, ou de créer votre existence par le simple fait de vous imaginer existants, c’est devenu tellement simple pour vous que vous croyez, vous avez fini par faire une croyance intérieure, que tout cela c’est vrai. Et pire que cela : n’est vrai que tout cela, n’est vrai que ce que je vois, que ce que je perçois, que ce que je touche, que ce que finalement et en vérité j’expérimente à travers mes 5 sens, mais ces 5 sens ne sont que les éléments vous permettant de goûter à votre propre création.

 

Vous savez, vous êtes persuadés que votre vue vous montre la réalité, en vérité votre vue ne fait que traduire une énergie en couleurs, en expériences, en dimensions, mais c’est une traduction. La réalité c’est que vous recevez uniquement des signaux à l’intérieur de vos cortex, et que ces signaux sont traduits en formes, en matières, en expériences de la 3D.

Je dis cela parce que vous verrez bientôt, d’ici quelques années, votre technologie évoluer suffisamment pour provoquer, devant vous et dans votre tête uniquement, la vision de choses qui n’existent pas, c’est-à-dire qui ne sont pas réelles. On vous placera, vous le verrez pour certains, des capteurs, on peut appeler cela comme ça, et ces capteurs vont générer une image dans votre cerveau. Ce sera juste des signaux électriques, cela va devenir de plus en plus simple, et vous allez vivre dans ces univers. Vous savez, certains connaissent déjà les réalités dites virtuelles et vous avez l’impression réellement d’être dans ces décors qui sont projetés par des gens qui programment l’expérience. Mais la réalité c’est : vous avez été très très fins, vous êtes ces gens qui programmez l’expérience réelle de vivre l’expérience de gens qui regardent un programme. Vous avez fait une double encapsulation de ce que vous êtes réellement. Cet univers il est aussi virtuel que celui de vos jeux vidéos, il parait simplement plus réel à vos yeux parce que la définition en est très très claire, parce que le mouvement rapide continue à générer une image fixe. Mais quand votre technologie en arrivera là, que sera vraiment la réalité ? Celle de vos 5 sens, mais vos 5 sens on leur joue des tours assez facilement.

 

Je vous invite vraiment à vous voir comme le programmateur de l’expérience maintenant. Parce que quitter le monde de la dualité, c’est aussi considérer que la partie en vous qui opère un jugement, à travers des croyances, et bien c’est aussi une sorte de sens quelque part, c’est un sens qui vous trompe : cela c’est bien, cela ce n’est pas bien, mais tout cela est à l’intérieur de vous, bloqué comme une perception, une perception qui vous semble vraie, mais une perception qui engendre la douleur, la souffrance, la séparation, puisse qu’en fait toute douleur nait de deux éléments : le désir et la souffrance. Pourquoi je dis que le désir entraine la douleur, tout simplement parce que le fait de ne pas avoir ce que vous désirez entraine chez vous la souffrance. Alors qu’en réalité vous pourriez choisir la facette opposée, et vous réjouir de ce que vous avez, au lieu de souffrir de vos désirs. C’est un choix de vision bien sûr.

Et j’insiste voyez, pourquoi ici le mot choix de vision devient intéressant, parce que vous reprogrammez votre matrice intérieure, votre programme intérieur, votre structure intérieure, pour recevoir de nouveaux messages, différents, plus légers. Le désir entraine la souffrance, quand vous cessez de désirer vous ne souffrez plus. Et l’autre expérience qui apporte la souffrance c’est la séparation. Le fait de me sentir séparé de mon frère, de ma sœur, ou des éléments extérieurs, m’apporte la souffrance, parce que je détiens en moi l’information de l’unité. Vous détenez tous en vous l’information de l’unité que vous êtes, de cette structure unique, énergétique, vibrante, que vous êtes dans le noyau de la Source, mais vous ne vivez pas cette expérience, vous ne vivez pas l’expérience d’être scindés dans un tout.

Quelque chose à l’intérieur de vous semble, entre les mémoires du corps qui savent cela et la réalité, s’opposer. Ainsi lorsque vous êtes séparés, vous quittez une autre notion qui s’appelle l’amour. L’amour c’est ne pas être séparés. Quand vous aimez, quand vous êtes en amour avec quelque chose ou avec quelqu’un, c’est que vous vous unissez avec cette personne, avec cette situation, avec cet environnement, avec l’expérience. C’est bien une expérience d’union, pas physique, mais une union, j’allais dire, psychologique, avec l’expérience, avec l’objet, avec le lieu, voilà ce qu’est l’amour.

 

A l’opposé de l’amour, vous le savez, dans l’autre jugement, il y a la peur, et la peur c’est aussi un désir, le désir de conserver, de conserver ce que vous pensez être acquis et donc de ne pas laisser l’impermanence, la fluidité, de ne pas laisser les choses être ce qu’elles sont. Vous voyez nous commençons à entrer dans la non-dualité, accepter ce qui est tel que c’est, mais vous allez voir en quoi cela est puissant, dans le changement de vision, parce que lorsque vous avez peur vous êtes encore dans la séparation, ou dans le non désir, je m’explique. Vous avez peur de mourir, parce que vous désirez vivre et que vous apportez beaucoup  de  désirs  à cette vie, même illusoire.

 

Vous avez peur de perdre un être cher, parce que vous le désirez, parce qu’il y a une espèce de possession qui s’est mise en route et vous allez être dépossédés de cela, comprenez bien cela, parce que dans l’énergie et dans la structure vous vous êtes trop assimilés à cette personne, vous ne vous êtes pas associés, vous vous êtes assimilés. Cela veut dire que vous ne lui avez plus laissé son propre degré de liberté, et donc si il s’en va ou si elle s‘en va cela va être terrible et vous avez peur de le perdre, mais peur de perdre quoi ? Pas la personne en réalité, mais l’énergie, le sentiment et l’amour que vous aviez mis ici,  parce que vous pensez encore qu’au-delà de la forme cet amour ne peut coexister.

 

Il existe encore, il coexiste encore, c’est-à-dire il existe dans les deux sens, dans les deux énergies, dans les deux espaces, même séparés par celui que vous appelez la mort. La peur de manquer d’argent, c’est une peur courante celle-là, en fait c’est celle de ne pas pouvoir assouvir vos désirs, même si vous avez désigné pour cela l’argent comme étant le seul vecteur, ce qui est une erreur aussi.

 

Donc voyez, toutes ces peurs derrière toutes les peurs, il y a un désir, le désir de garder la vie, le désir de garder la foi, le désir de garder l’expérience, le désir de garder son mari, le désir de garder sa maison, le désir de garder sa santé. Je ne suis pas en train de vous dire que tout cela est négatif, je ne peux pas employer de terme duel à mon tour. Ce que je suis en train de dire c’est : cette vision-là entraîne bien la souffrance. Ce désir de conserver tous ces acquis, pour vous, entraîne votre souffrance.

 

Alors il ne s’agit pas de se positionner dans l’état d’esprit de dire : ok je peux tout perdre, allez-y ! Ce n’est pas cela ici que demande la source, la Source elle demande déjà d’être dans la gratitude de ce que vous avez. La gratitude c’est une force d’union, c’est aussi une force d’amour, pas dans la crainte de ce que vous risquez de perdre ou que vous n’avez pas, mais dans la joie de ce que vous avez aujourd’hui, là maintenant. Parce que conserver ce que vous avez, conserver cette joie c’est avant tout, l’apprécier, donner de l’énergie aussi à cela, et ne pas considérer que c’est un acquis, il n’y a pas d’acquis.

 

Il n’y a qu’une règle : l’impermanence. Donc comme tout est impermanent vous vous devez, dans cette existence, cela fait partie des règles du jeu, de répéter sans cesse vos croyances positives et négatives. C’est ce que vous faites machinalement.

 

Mais pourquoi dans les croyances  positives ne positionnez-vous pas le remerciement pour ce que vous avez,  pour l’être qui est à vos côtés, pour cet instant, pour la présence Divine, pour la présence de Dieu en vous aussi ? Le remerciement n’est fait que dans des cas extrêmes. J’observais toute à l’heure, donc Sanat Kumara, quelqu’un à qui on disait qu’il était guéri d‘une maladie très très grave pour vous. Vous savez tout de suite évidemment cette personne s’est réfugiée auprès de son docteur en disant, merci, merci, merci docteur.

 

Vous voyez que le remerciement là est opéré, mais il faut que vous soyez au bord du gouffre pour remercier pour ce que vous avez. Ce que je ne vous dis pas c’est que le docteur ne lui a pas dit non plus, le docteur n’avait rien fait. Nous avons agi à travers lui, à travers sa conscience, à travers le cercle de prières que vous avez créé pour l’aider à guérir, cette personne. Peu importe qu’elle nous remercie nous ou pas, nous n’en sommes pas là, mais j’observais cette expérience de remerciement, de remerciement  pour ce qu’elle avait encore : la vie, la force, la force de voir. Mais pourquoi attendre la fin, pourquoi attendre de perdre quelque chose pour remercier de cette présence, parce que ce remerciement, cette force de gratitude, elle vient signifier à votre énergie supérieure, en dehors de l’illusion, que l’illusion que vous vivez on la garde comme cela.

 

Tout ce que vous remerciez peut être conservé de la même manière, tout ce que vous ne remerciez pas, là où la force de gratitude n’est pas, cela veut dire que tout peut s’envoler, tout peut s’en aller, tout peut disparaître, cela n’a pas vraiment d’importance pour vous. Mais vous voyez combien finalement cela en a. Mais vous faut-il le perdre pour en prendre conscience ? Alors là cela devient intéressant dans la non-dualité, puisque la non-dualité c’est aussi un exercice qui va vous pousser à dire merci pour les expériences négatives, que vous avez jugé négatives, mais de les remercier, de comprendre que ces énergies n’ont qu’une seule vocation , ces expériences n’ont qu’une seule vocation : vous aider à encore plus implanter l’énergie Divine dans la matière, qui est quand même une des bases, un des fondement de votre existence.

 

Alors remercier une expérience négative c’est avant tout être conscient que vous la percevez négative et vous avez le droit de vous tourner vers votre Divinité en disant :  je perçois cette expérience négative, et en même temps savoir qu’elle m’apporte le plus grand bien, savoir qu’elle m’apporte sur un plateau une expérience qui va me permettre de m’élever dans ma Divinité.

 

Alors je vous entends, et j’entends certains d’entre vous : en quoi perdre tout mon argent, perdre mon travail, perdre ma femme, viendrait m’aider dans ma Divinité ? Mais est-ce que vous avez associé la définition de ce que vous étiez à votre argent, à votre femme, à votre travail ? Si oui, vous vous êtes perdus. Avez-vous remercié ce travail ? En fait vous vous y êtes associés, vous avez considéré cela encore une fois comme un acquis. Quelle est l’expérience ici ? L’appréciation. La divinisation de la matière dans son expérience réelle vous amène à quoi ? Elle vous amène à la joie de vivre une sorte de remerciement permanent pour tout ce qui est. La joie c’est votre état naturel. Merci pour ce décor, merci pour cette maison, merci pour ce qui m’entoure, merci pour cet air, merci… alors évidemment vous n’allez pas répéter merci toute la journée, ce n’est pas ici l’expérience que je vous propose. La gratitude elle se produit effectivement par ce sentiment de joie.

 

Le fait d’être joyeux c’est déjà un remerciement et c’est déjà perçu comme un remerciement. Lorsqu’on vous offre un cadeau et que vous êtes joyeux, cette joie c’est déjà merci. C’est déjà cela de poser la joie. Donc vous voyez comme la joie, comme le sourire, est déjà une validation de l’expérience, et l’acquittement d’une expérience que vous jugez positive, et quand vous observerez les expériences négatives, peut-être avec cette même joie : ah, ce challenge que l’on m’apporte cela m’a fait vibrer, cela m’a fait bouger, je n’ai pas encore compris à quoi cela servait, mais bon sang Seigneur je ne doute pas une seconde que tout cela m’apporte mon plus grand bien, merci. Pourquoi perdre l’argent pour le retrouver, les pertes ne sont pas permanentes, si vous ne le retrouvez pas c’est que vous vous jugez indignes, ou que vous avez déterminé d’une condition comme un travail ou je ne sais quoi pour récupérer de l’argent, parce que vous avez décidé de ce que devait être  votre valeur, de ce que ou quoi devait vous l’apporter. Le travail ici c’est de ne pas s’associer à un morceau de l’expérience, mais à toute l’expérience. Vous n’êtes pas que le travail, vous n’êtes pas que votre relation familiale, vous n’êtes pas que vos émotions, que vos pensées, que votre corps.

 

A chaque fois que vous vous associez à un seul de ces éléments, c’est lui qui va vous lâcher, parce que quand il vous lâche, vous allez vous rattraper aux autres expériences.  Quand votre corps vous lâche, quand vous êtes malades, souvent un de vos premiers réflexes c’est de dire : mais quand je vais aller mieux, je vais aller dans la nature, je vais sortir, je vais changer mes habitudes.

 

Donc vous allez, regardez, commencer à vous associer à ce qui est autour. Vous n’êtes pas tout le temps en train de prier pour que : je vais conserver mon corps et rester là, non, pour vous dire vraiment ou commencer à percevoir à travers cette maladie, cette expérience, que l’environnement compte aussi, que vos proches, que tout ce que vous avez rejeté un petit peu de votre expérience comptent aussi, parce que c’est ce à quoi vous allez vous accrocher de la manière la plus tenace, qui peut vous lâcher à un moment ou à un autre, si ce n’est pas remercié à sa juste valeur aussi, mais comme le reste, parce que, dans cette dualité, quand l’expérience est vécue totalement, elle doit être changée, modifiée. Tout bouge, tout est impermanence.

 

C’est une autre règle de l’univers. Donc dans cette dualité, vous êtes venus apprendre à aimer, à bénir, à apporter de la lumière à ce que vous aimez, je n’aime pas ce mot qui signifie amour, et amour vous n’avez pas la bonne définition de l’association. L’amour vous l’avez associé à ce qui est bien, et la haine ou la peur à ce qui n’est pas bien, mais ce n’est pas grave, je vais quand même dire à ce que vous aimez et à ce que vous n’aimez pas. Vous êtes venus aussi vous associer à ces expériences négatives, en disant elles vont vous parler à un moment ou à un autre, elles vont forcer votre corps, votre esprit, votre âme, à modifier ses comportements, à modifier son énergie, pour embrasser encore plus l’expérience, le temps qui sera nécessaire pour vous. Mais ne croyez pas être seuls ou avoir été abandonnés à ces moments-là, ce n’est pas du tout cela, au contraire. Vos guides ne sont jamais autant présents que dans l’épreuve de vous apporter la réalité de votre Divinité, et de vous apporter la réalité de ce qui est à diviniser en vous, à éclairer en vous.

 

Alors, beaucoup qui ont suffisamment de recul par rapport à l’expérience – pour avoir du recul par rapport à l’expérience il faut que ce soit une ex-périence, dans le passé – comprennent que cette expérience du passé finit par vous dire : finalement cela m’a apporté ceci, cela m’a apporté cela, cela m’a permis de reconnaitre les vraies valeurs, de reconnaitre mon vrai chemin, de reconnaitre la paix, de reconnaitre la simplicité, de reconnaitre quoi là-dedans, de reconnaitre la Divinité là-dedans , de reconnaitre l’amour là-dedans, de reconnaitre que je pouvais m’associer,  que je n’avais pas à juger parce qu’en fait ce sont mes jugements qui m’ont fait du mal.

 

Je juge quoi ? Qu’il faut que je gagne autant pour être heureux, qu’il faut que je sois avec telle personne pour être heureux, que je possède telle dernière invention pour être heureux ? Mais en fait, quand tout cela vous quitte vous finissez par vous apercevoir qu’être heureux c’est un état souhaité à l’intérieur, c’est une proposition que vous avez acceptée, un état d’être qui ne dépend pas de l’extérieur, qui dépend de votre volonté d’être joyeux ou pas. Avez-vous déjà remarqué ce trait du corps qui finalement, ce corps vous connait plus que vous-mêmes parfois, qui fait que, poussés dans vos retranchements, poussés dans une grande colère, ou poussés dans une situation complètement extrême, d’un seul coup sans savoir pourquoi, vous avez un fou-rire ? Alors vous dites c’est nerveux, c’est complètement inapproprié, mais vous souriez car quelque chose à l’intérieur de vous se dit : mais c’est tellement gros que cela ne peut être qu’une illusion quoi ! C’est tellement gros tout cela ! Alors après ce rire et ce sourire vous finissez par le réintellectualiser et par vous dire : allez, on laisse tomber, on verra bien ce qui se passe, qui peut vous permettre d’ouvrir un autre espace, au lieu d’imaginer ce qui vas se passer, de laisser ce qui va se passer réellement arriver, et de ne pas commencer à préjuger l’expérience avant même qu’elle n’arrive. Donc le jugement c’est aussi quelque chose qui s’opère dans le passé et dans le futur, pas seulement dans le présent, et en fait quand vous opérez un jugement sur le futur – cela va être bien ou cela va être pas bien – en fait vous êtes déjà en train de jouer le rôle de la dualité et de ne pas dire merci à l’expérience qui arrive.

 

En ne lui disant pas merci, si elle est bonne elle ne va pas rester, si elle est mauvaise peut-être qu’elle ne va pas rester non plus, mais vous ne pourrez pas rendre permanent quelque chose que vous n’aurez pas accepté dans un état neutre, cela c’est important ce que je viens de dire : vous ne pourrez pas garder permanent quelque chose que vous n’aurez pas accepté dans un état neutre. C’est-à-dire dans un état de : ce n’est pas ce que je voulais, mais on me l’a offert, et c’est là, et je dis merci. Cela, ça va devenir vraiment dans votre structure, dans l’impermanence, et cela va rester. Donc vous le voyez les jugements du passé vont retenir vos énergies du corps dans le passé et peuvent créer des maladies qui servent aussi à vous rappeler à quel point vous avez laissé ces choses dans le passé, mais qu’il n’était pas nécessaire d’y laisser votre énergie. Y laisser votre énergie c’est quand vous retournez dans la dualité, dans le monde du : j’aurais dû faire ceci, j’aurais dû faire cela. Non l’expérience et le joueur sont déjà écrits, tout à été réalisé parfaitement, selon un scripte Divin absolument parfait.

 

Pas un mot, pas une phrase, pas une virgule qui n’ait été exactement à sa bonne place, pour vous aider à être ce que vous êtes aujourd’hui, pas que en négatif, pour vous, pour vous aider à être ce personnage, cette structure intérieure, pour vous aider dans cette ouverture il fallait parfois un peu de pression, un peu d’oppression, ce choix parfois de quitter l’homme que vous aimez, j’ai bien dit de quitter l’homme que vous aimez, parce que vous vous êtes aperçu que l’aimer n’est pas une raison suffisante pour s’associer avec quelqu’un, et qu’aimer c’est naturel chez vous, aimer tout le monde c’est quelque chose de naturel.

 

Ce n’est pas quelque chose où vous commencez à décider : lui j’ai le droit de l’aimer, lui je n’ai pas le droit de l’aimer. Ce n’est pas une question de droit cela, c’est une question d’énergie. Quand vous êtes joyeux, quand vous êtes dans la joie, encore une fois, dans cet état qu’est la joie qui est un état non-duel d’accord, mais vous appréciez tout ce qui est autour de vous, et tout le monde, et même le pire de votre ennemi, quand vous êtes dans la joie et que vous le regardez, vous laissez passer, il ne s’est rien passer, il ne vous touche plus, il ne vous affecte plus. Donc la joie, le sourire, la gaité, c’est une des clefs qui vous permet de quitter cette dualité, j’ai encore dit temporairement, parce que vous êtes venus vivre cette dualité quand même, elle n’est pas niée ou niable dans l’énergie. Mais c’est important d’exercer la joie, d’exercer le bonheur, et d’avoir une vision positive pour utiliser un de vos termes de l’existence.

 

Qu’est-ce que signifie une version  positive peut être non duelle de l’existence ? Je m’unis à tout et à tout le monde, ce que j’ai chacun le mérite, ce que je n’ai pas chacun le mérite. Ce que je veux dire par là c’est : je cesse de décider à la place des autres moi-même ce qui serait bon ou mauvais pour eux. Cela aussi vous ne pouvez le faire que quand vous êtes dans un espace déjà en paix avec vous-mêmes, sinon vous apportez une tempête à une tempête. L’être Divin auquel vous êtes reliés, lui effectivement est en capacité de décider avec vous, en conscience ou hors conscience, dans des champs de voyage astral, ou dans des champs conscients, par méditation, par d’autres exercices, par l’instauration de la paix en vous, par des instaurations de ce samadhi, cette expérience fantastique de liaison et de fusion, peut vous apporter des réponses sur ce qui serait entre guillemets, serait, bon dans l’apparence pour vous. Lui le sait, lui le peut, lui connait le chemin le plus court et parfait pour vous amener dans votre réalité parfaite, dans un autre moment présent où tout est parfait pour vous.

 

Mais vous-mêmes vous ne le pouvez pas, parce que vous n’avez qu’une vue partielle des possibles, vous n’avez qu’une vue partielle des possibles pour vous, et une vue encore plus partielle des possibles pour un autre que vous. Donc vous pouvez inciter chacun à la joie, vous ne vous tromperez jamais, vous pourrez inciter chacun à l’amour, vous ne vous tromperez jamais. Parce que tout cela ça permet d’établir cette connexion dont je vous parle, avec celui ou celle qui sait, avec vous, être en capacité de vous guider dans l’expérience, à travers cette dualité, dans l’expérience qui est la plus fantastique, la plus haute de vous-mêmes, dans votre plus haut aspect vibratoire. C’est cela aujourd’hui qui est le possible des moins que vous êtes en train de parcourir là, c’est de vous proposer en fait de juger le moins possible, d’être le moins possible dans le jugement de votre prochain. C’est une proposition que l’on vous fait.

 

Mais quand vous cessez de juger, quand vous laissez simplement les personnes, les situations être ce qu’elles sont, et travaillez, j’allais dire, objectivement sur ces expériences, alors vous allez rentrer en communication intuitive avec votre esprit supérieur. Il est très très près de vous aujourd’hui. Votre puissance première, votre Divine présence I AM, certains l’appellent ainsi, comme mon ami Saint-Germain, cette énergie elle est en communication avec vous lorsque vous cessez de vouloir prendre la main totalement sur la situation. Nous revenons sans doute ici sur des éléments appelés lâcher prise, en tout cas un état de paix ou un état stable, stable. A l’intérieur de vous la transformation elle s’opère dans un état stable, c’est-à-dire ne pas entrer dans les sables mouvants de la peur, ou dans le vent des angoisses, une certaine stabilité, un silence qui laisse place à autre chose qu’à une pensée compulsive passant sans cesse d’un jugement à l’autre : est-ce que cela c’est bien, est-ce que cela c’est pas bien, est-ce que je dois choisir telle situation ou telle autre situation, oh je vous en pris mes guides, guidez-moi. Mais qu’est-ce que c’est que cette question ?

 

C’est encore imaginer qu’un choix est meilleur qu’un autre, c’est encore entrer dans le monde de la dualité. Nous n’y rentrerons pas, nous vous aiderons à comprendre que, quel que soit votre choix, vous ne pouvez pas vous tromper. Encore une fois une grande partie du scénario est écrite. Vous ne pouvez pas vous tromper. Vous allez toujours vers votre plus grande lumière, soyez-en persuadés, si vous êtes persuadés de l’inverse vous finirez par voir ce pourquoi vous avez fait ce choix. Donc restez persuadés que, quel que soit le choix que vous allez faire, le grand régulateur, le grand ordonnateur, le grand GPS Divin vous l’appelez comme vous voulez, va vous rediriger dans votre bonne direction. Mais quelle est cette bonne direction ?

Elle a été énoncée des dizaines de fois, je ne fais aujourd’hui que répéter quelques fois quelle est cette bonne direction :  la paix, l’amour, la joie. Ce sont les clefs de la non-dualité, la paix, quoi qu’il se passe je choisis la paix. Ok il y a cette situation, j’ai à la régler, je ne la nie pas, mais je n’ai pas à la régler dans un état émotionnel instable. Je ne suis pas mes émotions, donc tant que je ressens trop d’émotions, je ne suis pas en capacité d’être en paix, donc pas en capacité de communiquer avec l’énergie qui en moi va m’aider à vivre l’expérience de la manière la plus agréable qui soit. Agréable, désagréable, c’est encore un jugement, mais en tout cas ici c’est vrai, de la manière la plus agréable qui soit.

 

En quittant la pensée compulsive, en quittant les émotions compulsives, je vais pouvoir me poser, prendre suffisamment de recul pour me dire : mais que se passe-t-il en réalité ? Est-ce que moi l’esprit Divin je dois accorder de l’énergie à cela ? Est-ce que je dois accorder de l’énergie à cette guerre ? Est-ce que je dois accorder de l’énergie à ces peurs ? Est-ce que je dois accorder de l’énergie à ces angoisses ? Toutes les guerres, quelles qu’elles soient, tout ce que vous combattez, tout ce pourquoi vous dites : vous devez prier pour ceci, vous devez prier pour cela… on ne peut pas prier pour l’arrêt d’une guerre, on prie pour la paix tout court. Vous ne pouvez pas prier pour l’arrêt de quelque chose qui est censé ne plus exister, vous ne pouvez pas créer quelque chose dont vous ne voulez plus l’existence. Créer l’arrêt de la guerre, vous allez l’aider mais vous allez perpétrer la guerre.

Alors que quand vous désirez la paix, quand vous désirez le meilleur traitement qui soit pour l’homme, pour les animaux, pour la nature, vous cessez d’apporter de l’énergie à ce mot-là. Et si en plus vous continuez, et ce qui est vrai, à être persuadés que l’univers, l’énergie, veut le plus grand bien à tout cela, voudrait annuler chacune des pensées erronées que vous avez eues à l’intérieur de vous, qui vous ont fait croire que vous deviez être séparés. La séparation elle crée aussi des guerres bien sûr, la séparation elle crée aussi des souffrances animales.

Tant que vous vous sentirez séparés de l’animal et que vous considérerez que ce règne est inférieur à vous, vous continuerez à exercer sur eux une souffrance inutile. Mais il en est de même pour un tas d’autres exemples. Cette paix, dans tous les règnes dans tous les espaces et dans tous les temps, elle va être nécessaire aussi pour supprimer les peurs. Les peurs, la peur, je l’ai dit toute à l’heure, cette peur est souvent derrière le masque d’un besoin, le masque d’un désir, mais cette peur elle est aussi générée par les circonstances qui sont autour de vous, par des lois, etc… Il ne vous est pas demandé de les combattre, mais, encore une fois, les combattre c’est les renforcer, mais d’imaginer, en vous, que l’univers, et c’est ce qu’il fait déjà,  est en train d’apporter la civilisation la plus parfaite qui soit. Mais souvent avant qu’une civilisation ne soit parfaite, encore une fois, il faut qu’elle vibre et qu’elle vive quelques expériences paroxystiques, c’est-à-dire un peu au bord du gouffre, et c’est souvent dans l’expérience humaine, dans l’expérience de la densité, dans l’expérience de la matière et de la dualité, ce moment où vous êtes au bord du gouffre qui vous fait vous révéler.

Combien d ‘entre vous ce sont révélés par des maladies, par des cancers, par des dépressions, par des deuils, par des angoisses très très fortes ? Combien d’entre vous ont dû passer par là pour, à un moment shifter, passer à autre chose, se positionner un petit peu, j’allais dire, au-dessus de cette vision et cesser d’accorder de l’énergie à la vision inférieure qui leur faisait croire qu’ils n’étaient rien, qu’ils ne pouvaient rien, qu’il étaient condamnés ? Il vous a fallu passer à travers cela, et vous apercevoir que vous n’étiez pas cela, accepter l’expérience comme étant celle qui vous fait grandir, pour être ce que vous êtes aujourd’hui. Tant que vous repoussez l’expérience, vous retardez votre éveil en fait, l’éveil ici, dans le sens de reconnaitre que tout est déjà là, voir cette part de lumière et pas seulement vous concentrer sur l’ombre, même si la part de lumière parfois peut vous sembler très très fine, quasiment inexistante, c’est quand même sur elle qu’il faut se concentrer, mais pas par peur, mais par la joie de la voir : il y a cette lumière, et moi je la vois, et c’est elle que je vois, c’est cette lumière que je vois, oui il y a de l’ombre autour, oui il y a des choses à changer, mais l’impermanence est un cycle.

 

Mon corps changera,  l’énergie changera, mon environnement changera, mais je prends tout cela en moi et je l’accepte, et si je l’accepte en moi, la preuve que je l’accepte en moi, c’est que je vais l’accepter chez les autres moi-même, je vais  l’accepter dans toutes les expériences. Donc si je refuse à quelqu’un d’autre quelque chose que j’accepte en moi, c’est que je me suis menti à moi-même.

Je me suis fais croire que moi j’avais cette vision, mais je ne l’accorde pas à l’autre, au prochain. Moi je peux guérir, toi tu ne le peux pas. Ah bon ? Vous révélez à vous-mêmes que vous portez un masque, vous faites semblant de regarder cette lumière en fait, mais juste semblant. Vos actes envers les autres doivent correspondre réellement à cette lumière que vous pensez émaner. Tant que vous jugez votre prochain, encore une fois, vous êtes encore dans un jugement de vous-mêmes. Tant que vous ne vous autorisez pas tout, tout, vous ne vous autorisez pas le miracle. Je ne suis pas ici en train de dire qu’il faut être totalement libertaire avec tout, tout le monde, et toutes les situations. Bien sûr certaines choses dans la matière, dans la densité, sont très dures à vivre et sans doute totalement inutiles en termes d’expériences, bien que tout soit utilisé par l’énergie, donc inutile est un terme ici qui correspond vraiment à votre énergie. Ce que je suis venu dire c’est que, plus je vais être dans l’acceptation, plus je vais accepter l’autre en tant que moi-même, plus je vais faire à celui que j’appelle l’autre la même chose que j’aimerais qu’on me fasse, et plus je vais acquérir l’énergie que je donne à l’autre. Parce que quand je la donne à l’autre, c’est comme si je la validais à l’intérieur de moi. Quand je lui accorde un peu de ma richesse, même le minimum que je peux, à celui qui manque d’argent, c’est à moi que j’offre de l’argent.

 

Quand j’accorde de l’amour à celui qui manque un peu d’amour, mais c’est à moi que j’offre de l’amour. Quand j’offre le logis et le couvert, à quelqu’un qui semble ne pas pouvoir ce soir y avoir droit, c’est à moi que j’offre le logis et le couvert, dans la maison Divine, intérieure. Il n’y a pas d’autre. Quitter la dualité c’est aussi donc quitter ce monde de la séparation pour revenir dans l’amour véritable,  mais faites-le selon l’élan de votre cœur, quand vous le sentez, quand vous ne le sentez pas, mais si vous voulez un miracle pour vous, il n’y a pas d’autre terme, si vous désirez le miracle pour vous, j’allais dire, soyez le petit miracle pour les autres. Vibrez, montrez, et remerciez l’expérience. Ne vous remerciez pas en croyant recevoir une récompense, ce serait encore faux ici. Je ne comprends pas, je t’ai offert ceci, tu ne me dis pas merci ?

 

Ce n’est pas à lui de dire merci, ce n’est pas à elle de dire merci, ce n’est pas à cette situation de vous remercier j’allais dire, c’est à vous de remercier pour avoir l’occasion de la vivre, dans le plus grand amour qui soit, dans la plus grande sagesse, sans rien attendre. Car quand vous n’attendrez rien vous serez en connexion avec celui qui peut tout. Parce que n’attendre rien c’est quitter le monde des désirs, quitter le monde des désirs c’est laisser celui qui sait vraiment ce que vous voulez vous le donner. Laissez cette ouverture à l’intérieur de vous et quittez cette dualité qui est l’expérience de la 3ème dimension.

Mais vous voyez on peut quitter parfois un petit peu cette expérience en retournant dans la paix, dans des axes de  non-désirs, dans des actes de paix et d’amour pour son prochain, de paix, de joie et d’amour. Souvenez-vous, c’est ce que vous voulez vraiment, la paix, la joie, l’amour, la liberté. Offrez cette paix, cette joie, cet amour et cette liberté aux situations, aux personnes, aux animaux, à la vie elle-même, et vous en vivrez  les échos, et n’attendez rien de cet esprit de cette matière, elle est illusion. Ce que vous recevrez, vous le recevrez au centuple de votre propre Divinité, qui aura compris que l’acte que vous faites, vous le faites toujours pour vous-mêmes, parce qu’il n’y a pas d’autre, il n’y a que vous, projetés dans les sentiments, dans les émotions du jeu de ce plan. Je vous invite à tranquillement recevoir ce message, à en comprendre les quelques clefs, à les appliquer, à les vivre, parce que quand vous les vivrez vous cesserez de croire que vous êtes en train de survivre. N’acceptez pas tout.

 

Soyez qui vous êtes. Vous pouvez quitter les gens et les aimer tout de même, vous pouvez quitter des situations et les aimer tout de même, mais il ne s’agit pas de haïr pour changer. Haïr la situation ne la fera jamais changer, l’aimer, l’accepter un minima, vous aidera. Je n’ai pas prononcé le mot pardon, je sais à quel point il est peut être difficile parfois pour vous, et je le comprends, je le conçois, je vis cela aussi, mais je voulais laisser ce soir ce message.

 

Moi Sanat Kumara, je bénis maintenant, chacune des présences qui entend, écoute, lis ce message. Comprenez que nous sommes unis, comprenez que nous allons présenter ce que nous sommes à chacun d’entre vous, dans l’énergie, dans la paix, dans la joie et dans l’amour. C’est donc cette paix, cette joie et cet amour, que je tenais à vous diffuser, ici, maintenant. Merci à vous.

Nouvelle Inscription à la mailing list requise

Bonsoir à tous, la loi européenne RGPD qui va remplacer la loi “informatique et liberté” m’oblige a re-créer de zero ma mailing list pour prouver votre accord à recevoir des mails de ma part et en plus vérifier votre mail.

Si vous désirez être ou rester dans ma mailing list (un mail par semaine) , le lien est ci dessous.

Je précise que si vous êtes inscrits à l’ancienne mailing list, vous ne recevrez plus de courrier de ma part d’ici juin ou juillet sans être inscrit à la nouvelle liste .

Désolé de cette aspect légale

N’hésitez pas à me rejoindre

https://wp.me/P6Xrr5-r8

 

par lui

Sylah, le 3 avril 2018, Par LUI , Avec LUI, En Lui….. trois étape d’ ascension ?

Channeling du 3 Avril 2018, retranscris par Michèle Grébois

Bonsoir à tous, je suis Sylah, l’énergie entre guillemets,  l’âme diraient certains, l’être supérieur de Sylvain, peu importe. Je viens ici en tant qu’enseignant c’est ma fonction, une de mes fonctions premières, et effectivement je vais répondre à la demande d’enseignement autour de cela, de : par lui, avec lui et en lui.

Alors qui est ce lui, et bien ce lui, nous parlons ici de votre Divinité reliée à la Source, de votre esprit supérieur relié à la Source, peu importe le nom que vous donnez à cette Source.

 

Mais voyons cette première étape : PAR LUI

Voici donc que c’est bien PAR LUI, par cette Source, par ce lien que vous avez à la Source, par ces racines que vous avez avec cette terre, c’est bien par cela que toute chose arrive en votre monde, pas uniquement par vos pensées, seules, par un ensemble de pensées connectées à un monde qui détermine en co-création ses propres limites, donc quand tout arrive par lui, cela signifierait, dans une certaine opposition, que ces choses n’arrivent pas par vous, mais bien par lui, et par lui, seul, par cette énergie, par cette transcendance, par cette Divinité, seule. Mais vous, vous n’êtes pas seuls. Ce n’est pas votre volonté qui est faite tout le temps, parce que vous êtes dans un monde de co­-création. Ainsi, lorsque vous désirez quelque chose, si cette chose n’apparait pas, même malgré votre libre arbitre, c’est bien qu’autre chose est venu contrarier cela, cet aspect de co-création, le fait que vous soyez tous ensemble sur cette planète à vivre cette expérience, et finalement à envoyer en pensée, en énergie, vos demandes à l’unité, à la Source. Toutes ces demandes sont entre guillemets compilées et dans cette énergie, par cette énergie, l’action se produit devant vous. Vous êtes reliés à cette Divinité, mais sur cette terre vous vous sentez séparés de cette Divinité, donc c’est dans cette première étape, par lui, que les choses arrivent, par cette unité, par cette Divinité. C’est important de, non pas intellectualiser cela, mais je dirais de conceptualiser ou de comprendre, c’est-à-dire  de ne pas trop s’attacher non plus à ce que je suis en train de dire, à juste essayer d’en faire une sorte de chose légère dans votre tête, pas quelque chose de lourd. Retenez ceci : c’est donc par lui, par cette énergie qui vous traverse, c’est par cette énergie qui vous traverse que tout autour de vous se manifeste, et se présente à vous, en tenant compte de vos pensées, mais pas uniquement en tenant compte de vos pensées, en tenant compte aussi des pensées des autres vous-mêmes, et même je dirais de ce que vous, vous pensez des autres vous-mêmes, parce que là aussi existe une clef. Les limites que vous offrez à d’autres personnes, sont les limites que vous vous offrez aussi, ce que vous pensez que l’un peut faire et l’autre ne peut pas faire, vous vous offrez vous aussi les mêmes possibilités. Tout cela est pris en compte et donc par cette unité, par cette énergie qui vous traverse, tout arrive, dans la forme. C’est la première étape déjà cette compréhension. C’est souvent là de se dire : ok je reconnais que c’est ma Divinité qui crée cela. Alors après malheureusement arrivent les blâmes envers la Divinité : oui mais pourquoi un Dieu bon aurait-il permis ceci, pourquoi un Dieu bon aurait-il permis cela ? Pourquoi un Dieu bon… mais, je vais vous arrêter immédiatement à : Dieu bon. Qui vous a dit que Dieu était bon ? Parce que cela signifierait que Dieu pourrait-être mauvais ? Mais bon et mauvais, c’est bien un aspect de la dualité, c’est bien un aspect de votre monde, ce n’est pas un aspect du sien, ce n’est pas un aspect Divin le bon ou le mauvais. C’est un jugement de l’homme, en l’homme, dans cette expérience humaine, dans ce monde duel. Mais ce qui a créé votre expérience est dans un monde non duel.

 

Je vais ce soir synthétiser plusieurs enseignements et réutiliser les mêmes exemples que j’ai fournis à Sylvain régulièrement. Si vous vivez ce monde, comme un parc d’attraction, et que vous dites quand une vague un manège, un grand huit, commence à vous retourner l’estomac, est-ce que vous dites : pourquoi un créateur bon aurait-il créé un manège qui me donne tellement mal au ventre ? Donc vous impliqueriez celui qui a fabriqué le manège et pas celui qui est rentré dans le manège. Vous voyez ce que je veux dire ? Vous faites la même chose en considérant : un Dieu bon n’aurait jamais fait cela. Mais c’est quand même vous qui avez décidé de rentrer dans ce manège, qui avez décidé de rentrer dans cette vie, en en connaissant les méandres et les circonvolutions, la plupart du temps. Vous étiez tout à fait conscients, avant d’aborder ce monde, de ce qui allait s’y produire et c’est en conscience que vous le vivez. J’allais presque dire : en conscience de votre inconscience.

Mais quelque part, ce n’est pas Dieu, un Dieu bon ou un Dieu mauvais, qui accepterait une chose ou une autre, votre Divinité ne fait que ce que vous demandez à l’univers, que ce que vous envoyez en écho. Alors toute à l’heure vous vous êtes aperçus j’ai parlé d’un univers de co-création. C’est-à-dire que tant que vous verrez que vous n’avez pas respecté les étapes suivantes : avec, et en, tant que vous faites cela, alors vous êtes dans le monde où vous co-créez tous ensemble, par planète. C’est-à-dire que des énergies d’autres planètes n’influencent pas, autant que vous le croyez, cette énergie planétaire.

Il y a des influences, mais elles sont finalement et pour le moment, et j’insiste là-dessus, assez légères. Mais plus vous accordez du pouvoir aux autres, plus vous vous sentez indignes de choisir, et plus c’est cet univers-là qui viendra poser vos limites, ce qui est possible, ce qui ne l’est pas, ce qui tient du miracle ou ce qui est acceptable. Mais vous savez, si des êtres vivant il y a 200 ans vous voyaient aujourd’hui, tout ce que vous faites serait miracle. Ne serait-ce que de vous voir sur un écran plat, ah mon dieu, comme si une toile vous avait emprisonnés. Je ne confonds pas miracle et technologie ici, je suis juste en train de dire qu’il s’agit d’un point de vue dans l’espace et dans le temps le miracle, de considérer qu’à un moment quelque chose est simple et possible et qu’à un autre moment c’est impossible. Non que la technologie elle ne soit développée, mais que la conscience humaine elle-même nécessite un certain développement, et en fait pour le moment, pour être clair, vous êtes limités à la somme des consciences humaines, à la somme des acceptables dans la conscience humaine. Est-ce que vous vous êtes aperçus que lorsqu’un homme sur votre planète a réussi à courir le 100 mètres en moins de 10 secondes, c’est devenu non pas la règle, mais très classique, après. Et ce n’était pas une question de technologie, ce n’était pas une question de chaussures, c’était aussi une question de croyance, une amélioration des croyances. Si vous regardez dans l’histoire de vos technologies, vous vous apercevrez  qu’à une certaine époque, lorsque vous faisiez des expériences avec des véhicules qui dépassaient le 50 km/h, ce qui était à l’intérieur mourait, vérifiez.

 

Mais aujourd’hui vous ne mourez pas dans vos voitures, enfin pas tous. Soyons clairs, il y a des croyances, il y a des technologies, mais en fait votre mental est aussi un monde de croyances et de technologies, technologies énergétiques. Donc tant que vous êtes dans le : par lui, comprenez que c’est bien cette énergie-là qui compile toutes ces énergies que vous êtes, et vous les renvoie dans le monde de la matière. C’est un moyen de créer. Mais je suis venu aujourd’hui vous expliquer quels sont les pas suivants de la conscience.

 

Le pas suivant c’est : AVEC LUI. Par lui, je comprends que c’est par cette Divinité que tout se crée, donc je comprends que je suis un émetteur d’une demande, et un récepteur de la somme des demandes quelque part, d’une somme d’énergie, qui n’accepte d’ailleurs dans ce corps que ce qui est possible pour cette énergie. Alors avec lui est l’étape suivante, puisqu’avec lui cela consiste à dire : voici que maintenant je voyage avec ma Divinité. Là c’est difficile de vous faire comprendre cela, effectivement Sylvain tu as reçu cette anecdote  présentée par l’Archange Raphael, que je représente ici. Souvent lorsque vous voulez quelque chose dans votre vie (nous allons appeler cette chose un poisson) vous désiriez, vous désirez et vous allez désirer pêcher des poissons. Alors vous demandez à Dieu : et bien Dieu envoie-moi des poissons. Alors déjà, il faut savoir que Dieu ne vous enverra pas de poissons. C’est comme si vous demandiez à Dieu de l’argent et que les billets tombaient du ciel. Non. Dieu va vous envoyer 2 cannes à pêche. En fait il va vous envoyer les moyens d’accéder à votre poisson. Mais vous voyez je viens de le dire, cette énergie Divine que je continue à appeler Dieu mais que vous appelez comme vous voulez, va vous envoyer 2 cannes à pêche. Alors vous partez avec vos 2 cannes à pêche au bord de l’eau que vous avez désirée, et puis vous pêchez comme cela, avec vos 2 cannes à pêche. Et là vous commencez déjà à vous demander pourquoi finalement il m’en a donner toujours un petit plus que ce que j’ai demandé, en bien ou en mal d’ailleurs, et pourquoi est-ce qu’il m’en a envoyé toujours un petit peu plus, qu’est-ce que je fais avec mes 2 cannes à pêche, parce que soit cela ne mord pas sur les 2, soit cela a tendance à mordre sur les 2 et je suis un peu embêté dans les 2 cas. Ce que vous n’avez pas compris c’est que Dieu voulait venir à la pêche avec vous. C’est cela qui s’est passé quand il vous a tendu 2 cannes à pêche. Comprenez ici le sens de l’énergie qui vous est envoyée. Jamais il ne vous a demandé, été demandé, jamais, de vivre une expérience sur cette terre, seuls, cela c’est vous qui l’avez décidé. Décidé par rapport à quoi, décidé parce que depuis quelques années, depuis quelques temps et par éducation, vous vous êtes déconnectés du monde de l’invisible, vous ne vous fiez qu’à ce qui est visible. Alors en vous fiant à ce qui est visible, vous vous êtes fiés à votre éducation, et en vous fiant à votre éducation vous avez compris que dans le corps il y avait un programme où il était écrit, à peu près et autour des 21 ans de votre existence : tu dois quitter ton père et ta mère, dans l’énergie en tout cas, se séparer de leur bon vouloir, se séparer de leur volonté. Ils ne sont pas là pour faire tout à ta place, ou/et avec toi, ils sont là pour t’accompagner, mais vous quittez cette énergie du père et de la mère et vous faites tout pour agir seul, sans père, sans mère. C’est souvent d’ailleurs des situations que vous recréez dans votre couple, vous recherchez l’autre père, l’autre mère, et parfois les 2 dans la même personne.

C’est un autre sujet que nous aborderons sans doute une autre fois, que ce sujet du couple. Mais vous n’avez pas compris que lorsque vous quittez votre père et votre mère physiques, après que vous ayez été programmés dans l’incarnation pour vivre ensuite ce que vous avez demandé à vivre, tout cela fait partie d’un plan bien plus vaste donc, et déjà écrit en partie, dans des modèles particuliers, et bien vous n’avez pas compris que vous quittez votre père/mère terrestre, pour retrouver un père/mère différent. La Terre-mère, cette terre qui vous porte, elle est l’énergie qui vous nourrit en son sein, c’est elle qui vous nourrit en énergie de vie, en énergie du sol, et ce Père-céleste d’en haut, qui vient, lui, bénir ce que vous êtes, apporter lui aussi son énergie et apporter lui aussi sa contribution. Vous voici avec un nouveau père, et une nouvelle mère, le Père-céleste, la Terre-mère, et il est important de prendre soin et de la Terre-mère, et du Père-céleste, et cela aussi pourrait faire partie d’une autre conversation que nous pourrions avoir.

Cette Terre-mère elle désire vous accompagner, tout le temps. Comment être accompagnés de la Terre–mère ? Reconnaissez-la partout, la Terre-mère se présente dans chaque arbre, dans chaque fleur, dans chaque élément naturel qui compose votre décor, la Terre-mère se cache à l’intérieur, le programme de cette Terre-mère se cache à l’intérieur. Le simple fait de marcher par terre pied-nu vous connecte à cette Terre-mère, et vous envoie son énergie, vous fait prendre conscience de son énergie. Cela aussi c’est un petit peu oublié, tout est fait dans votre monde pour vous déconnecter de la terre, pour vous déconnecter un peu de la nature. Vous appelez cela le confort parfois même, mais ce n’est pas le confort cela, c’est se mettre dans une boîte, c’est vraiment confortable d’être dans une boîte trop serrée j’allais dire ? Non, la nature elle est vaste, elle est ouverte, pas offerte à tous dans certains de vos pays, ce que j’entends bien, mais en tout cas vous avez toujours un coin de nature qui vous est attribué. C’est une évidence. C’est une évidence. Cette Terre-mère donc vous offre son énergie, et elle désire vous accompagner. C’est celle qui vous accompagne le plus facilement, mais vous avez oubliez celui qui vous a tendu les 2 cannes à pêche dans mon histoire : le Père-céleste. Pourquoi ce Père désirait-il vous accompagner ? C’est parce que il a conscience que vous êtes un être limité dans cette forme, limité à quoi : 90 ans d’expérience, par rapport à une infinitude d’expériences de la part du Père-céleste, puisqu’il vit toutes les expériences en même temps. Donc en fait si ce Père-céleste veut vous accompagner, c’est pour pouvoir faire des choses avec vous et pour vous, parce qu’il vous sait encore, je dirais, jeunes et un peu immatures dans cette énergie de réception.

 

Après vous pourrez maturer en étant avec lui, plus vous êtes avec lui, vous allez voir c’est l’étape suivante,  EN LUI, et plus vous allez comprendre le sens de toutes les énergies, de toutes les expériences. Comprendre, par expérience, pas intellectuellement, ce qui est. Le traverser réellement cet espace de connaissance et de conscience. Mais avec lui vous obtenez toute force, c’est pourquoi il vous a été dit par le Christ mais aussi par d’autres enseignants : par moi-même je ne suis rien, mais avec le Père je peux tout. Comprenez cela, intégrez cela en vous : par moi-même je ne suis rien. Je sais que lorsque je prononce ces mots beaucoup d’égos se heurtent à ces mots. Ils disent : mais bon sang, par moi-même, et pourtant j’ai tout fait dans ma vie, j’ai tout créé. Non, par lui, c’est bien lui qui a tout fait, à travers vous, n’oubliez pas ce par lui, cette étape-là. C’est par lui que la vie vous traverse et que vos bras ont pu manipuler tout ce que vous désiriez. Sans cette énergie de vie qui vient de lui vous n’aurez rien fait. Vous avez simplement, par votre regard et par vos sens, observez ce qui se passait  à travers vous, drôle de conscience. Méditez là-dessus, mais c’est bien cela qui s’est passé. Ce qui s’est passé, s’est passé à travers vous, à travers ce que vous êtes vraiment, pas par ce à quoi vous êtes associés, ce corps, mais bien par l’énergie qui vous a traversés, par lui.

 

Alors AVEC LUI, cela veut dire quoi ? Plus vous allez considérer être accompagnés de l’énergie dans votre quotidien, plus vous allez inviter la Divinité à vous rejoindre dans vos malheurs comme dans vos bonheurs, et plus cela va lui donner une occasion à lui, ce Père-céleste, d’induire en vous des énergies, de vous faire comprendre des choses. Comprenez bien, reprenons notre histoire de pêche, vous voulez un poisson mais vous ne savez pas vraiment pêcher. Vous allez, avec vos 2 cannes à pêche, à la pêche. Le Père-céleste en prend une, vous en prenez une, vous voyez qu’il prend du poisson. Mais que va faire un père quand il voit que son fils n’a pas de poisson ? Il va lui apprendre à pêcher du poisson, il va lui expliquer comment on fait, il va lui donner une autre vision parce qu’il est avec lui, et qu’il voit bien que le fils n’arrive pas à se débrouiller, parce que quand le fils saura se débrouiller le père ne dira rien. Ce Père-céleste et cette Terre-mère sont tellement, un milliard de fois, moins invasifs que l’ont pu être votre père et votre mère physiques ou qu’ils ne peuvent l’être dans l’inconscience, ou/et dans la conscience. Ce Père-là ne fait que vous aider à changer de vision, à vous aider à voir les choses autrement, à modifier par vous-mêmes,  il ne va pas le faire à votre place, il va vous montrer comment faire. Souvenez-vous, il vous a donné une canne à pêche, il ne vous a pas donné le poisson. Donc il va vous apprendre à pêcher, pas dans le sens négatif, mais il va vous apprendre à trouver des solutions, à savoir comment attirer à vous l’énergie que vous voulez, à savoir comment la recevoir, à savoir  être patients, pour reprendre cette allégorie. Si vous allez à la pêche et que vous bougez sans cesse cette canne à pêche, vous n’aurez pas forcément de poisson, sauf si le poisson est un poisson qui aime l’agitation, mais cela dépend vraiment de ce que vous avez mis au bout, j’allais dire, pour être cohérent, mais il y a peu de chance qu’en bougeant comme cela  vous obteniez de grands résultats. Vous savez que cela nécessite un peu de patience, et de l’observation, qu’est-ce qui va bouger pour que moi je réagisse.

 

Mais regardez, si vous ne savez pas pêcher vous n’aurez même pas idée qu’il va falloir regarder le bouchon. A quoi sert le bouchon, il y a bien un bouchon là-bas mais à quoi il sert, à quoi il sert ce truc qui flotte sur l’eau et qui de temps en temps semble descendre comme cela par à-coup ? Si vous n’avez jamais été à la pêche et si personne ne vous l’a dit vous ne comprenez pas que cela signifie que quelque chose tire à l’hameçon et que quelque part ce bouchon  c’est l’indice qui vous dit : ah il est temps de tirer cette canne et de pêcher, d’avoir ton poisson, de trouver les indices. Mais voilà ce que fait le Père, il va vous apprendre, regarde, comment régler cette ligne, comment régler votre énergie, comment recevoir l’énergie, comment appréhender l’énergie. Comment est-ce qu’il vous le dit ? Par expériences, des petites expériences, mais qu’il vous donnera, très très simples, parce que c’est un grand éducateur que ce Père-céleste, il ne va pas vous donner d’expériences fulgurantes, très très lourdes, comme certains les demandent parfois. Non, il va y aller tout doucement, et vous allez vivre des expériences et vous dire : ah tiens il m’est arrivé un truc, j’ai eu une vision, dans quel contexte est-ce que j’étais pour ce truc, cette vision ? Et je vais reprendre cela à l’intérieur de moi dans l’énergie et je vais finir par comprendre quel est mon fonctionnement, je dis mon, vous comprenez bien que je parle du corps là de chacun d’entre vous, parce que c’est la réflexion que vous vous faites.

 

Mais cela serait encore mieux d’ailleurs si vous vous disiez : quel est notre fonctionnement. Parce que s’associer au Père c’est aussi être capable de prononcer un ON ou un NOUS, à la place de dire JE. Comprenez cette énergie : je vais à la pêche, on va à la pêche, je vais à la fête ou on va à la fête, est-ce qu’elle est toujours plus joyeuse tout seul, ou accompagné cette fête ? C’est quoi une fête tout seul ? Quand vous apprendrez à dire On avance ensemble, ON souffre ensemble, avec toi Père je souffre, je t’offre même cette souffrance, comme un véritable cadeau, parce que pour un être non duel ressentir cette souffrance n’est pas souffrir mais comprendre à quoi elle sert. Lui offrir cette souffrance, souffrir, ce souffre qui transforme, si vous offrez cette souffrance au Père, lui tout de suite va vous dire : mais moi j’ai compris immédiatement que cela signifiait qu’il y avait cela à changer, parce qu’en l’offrant à cette énergie du Père lui sait directement traduire cette énergie qui vous traverse, que vous appelez souffrance, alors que vous vous utilisez encore votre cerveau rationnel pour cela, pour essayer de comprendre, de donner une expérience, un but, etc… De deux choses  l’une, soit elle va vous dire et vous aller comprendre par expérience qu’il faut lâcher cette souffrance, pas chercher à savoir d’où elle vient à quoi elle sert, mais la lâcher et il y  a des techniques pour s’aider, laisser cette souffrance vous abandonner finalement, l’autoriser à vous abandonner pour être clair, ou y trouver un sens avec lui si vraiment c’est ce à quoi vous tenez, mais lui le trouvera tout seul si vous lui offrez cette souffrance, il ne va pas souffrir.

 

Dieu ne souffre pas, Dieu observe, et en réalité comme vous êtes Dieu vous allez rapidement qu’en vérité vous ne souffrez pas, vous observez la souffrance. C’est déjà un autre point de vue. Quand vous dites cela : oui mais j’ai mal, ce JE encore une fois n’est pas ce que vous êtes, c’est ce à quoi vous vous êtes associés, mais cela n’est pas ce que vous êtes. Vous n’êtes pas ce corps, vous n’êtes pas vos pensées, vous n’êtes pas vos émotions. Vous êtes l’observateur de tout cela, vous êtes intégrés à tout cela, vous n’êtes ni un de ces éléments, ni tous ces éléments. Vous êtes là où est placée votre conscience, vous êtes là où est placé le niveau de conscience, l’association de consciences. C’est assez complexe. Pour simplifier je vais dire que vous êtes tout, mais tout, vu depuis un point de vue, c’est pourquoi je parle d’observateur de tout cela. Alors quand vous faites avec lui, vous dépassez l’expérience. Par lui, vous comprenez que c’est lui qui vous la donne, mais ne le blâmez pas encore une fois, c’est votre responsabilité. Avec lui, vous vivez cette expérience et là vous comprenez que c’est notre responsabilité, celles des guides que nous sommes, des guides qui vous accompagnent, des anges qui vous accompagnent, et de vous en même temps.

 

Pourquoi pensez-vous que des anges vous aient été donnés ? Uniquement pour vous observer ? Ou pour vivre l’expérience avec vous, vous donner des indices, des indications, vous aider dans le jeu quelque part, être une sorte de voix intérieure que vous appelez la pensée, même la réflexion parfois vient d’eux. Voilà ce que sont ces guides, voilà ce que sont ces anges, pas simplement des gens qui vous empêchent d’aller éclater votre corps n’importe où, n’importe quand, mais aussi des aides qui vous soufflent des réponses, pour peu que vous vous sentiez accompagnés d’eux, pour peu que vous leur accordiez un petit peu de bonne volonté à vous accompagner, à comprendre que vous l’êtes de toute façon.

Que vous fassiez appel à eux ou non, ils sont avec vous. Ils sont là prêts à vous aider, prêts à vous aimer, aimer dans le sens de vous accepter tels que vous êtes, entièrement, et à vous montrer d’autres visions.

 

Voilà comment on peut aller vers ce ON, vers ce NOUS, vers ce AVEC  LUI, avec cette unité, avec Dieu ou avec ses représentants, et cette vie est différente. Parce qu’à ce moment-là vous vouez votre vie. Vous allez comprendre que ce Père-céleste ne voulant que votre plus grand bien, vous allez vouloir vous-mêmes vous en apercevoir, vous allez vous en apercevoir, mais vous allez vouloir lui offrir tout, toute votre vie vous allez vouloir lui offrir, vous allez vouloir vous donner à cette Divinité que vous êtes. Ce n’est pas dire vous donner à ce Dieu parce qu’aujourd’hui cette phrase-là est très malheureusement détournée, mais vous allez vouloir tout vivre avec lui, vos joies comme vos malheurs, quand vous allez comprendre que lui les prend comme une observation et vous aide à ne voir cela que comme une observation, comme un passage, comme une aventure, comme une traversée. Lui, voit les choses comme étant toutes possibles, il est la Divinité à travers vous, donc il sait que tout est possible, mais quand vous le faites avec lui : par moi-même je ne suis rien puisque je suis dans l’univers co-créateur, mais avec lui qui peut tout, soyez convaincus qu’il aide et qu’il guérit. Parce que c’est ce qu’est cette Divinité, il aide et il guérit. C’est cet enseignement que nous avons donné à vos grands guérisseurs. L’énergie aide et guérit. Guérir… gai, rire, apporter de la joie en fait, pas enlever la souffrance, mais vous apporter de la joie à comprendre ce qui se passe, parce que cela va être joyeux quand vous allez enfin vous apercevoir que vous êtes vraiment dans  un manège et que vous allez arrêter de prendre ce jeu au sérieux, et de vous dire : ouah, j’observe, cela monte, cela descend, j’observe ces mouvements à l’intérieur de moi, mais ce ne sont plus que des mouvements, je ne m’associe plus à ces mouvements de pensées, je ne m’associe plus à ce drame que je me joue, je ne m’associe plus à ces peurs, je les observe, et je comprends que tout cela c’est subi comme un manège, mais que cela va s’arrêter et que je peux changer de manège quand je veux, puisque le constructeur, le créateur est là, avec moi.

 

Et plus je m’associe avec ce avec moi, plus je fais les choses avec lui, et plus je vais aller vers EN LUI, c’est-à-dire m’apercevoir à quel point j’ai toujours été relié à ce Père, à quel point finalement il  a toujours été là, même quand je ne l’ai pas invité, je vais commencer à m’apercevoir qu’il était là, qu’il observait et qu’il aimait, qu’il s’unissait à moi, qu’il s’unissait à l’expérience, mais qu’il respectait mon choix de ne pas me faire accompagner par lui-même, il a respecté mon choix de ne pas avoir de vision. Encore une fois il ne va pas vous donner en mots la vision, il va vous aider à avoir vous-mêmes la vision de ce qui est juste et de ce qui est vrai. Il ne va pas vous donner la réponse tout de suite, il ne va pas vous donner la réponse, il va vous donner tous les éléments qui vont vous amener à votre réponse. N’est-il pas ici, j’allais dire, le coach ultime ? Celui qui vous révèle à vous-mêmes, celui qui vous révèle qu’il est vous et que vous êtes lui, mais dans le corps, dans l’expérience, pas dans des mots, pas dans des phrases, mais bien dans le cœur même de la matière, dans le cœur même de l’expérience, c’est en le vivant qu’on le comprend. Et vivre cette conscience d’être en lui, c’est sans doute cela que vous appelez l’éveil. Mais cela ne change rien à l’expérience, cela change la vision de l’expérience, pas l’expérience elle-même, elle continue à être vécue, mais elle est vécue sous un angle de visionnaire, de celui qui voit, mais qui ne s’associe plus à ce qu’il voit. Je cesse de m’associer à mes peurs, je cesse de m’associer à mes pensées, je cesse de m’associer à mes émotions, ce JE dont je parle ici c’est ce JE SUIS en fait, c’est cette présence Divine que je suis devenu en lui, prés – en – ce, prés en cela, prés en ça, pris en ça, présence, et donc cette présence elle devient JE SUIS, JE SUIS tout court, parce que vous arrêtez de vous définir avec quelque chose, voilà ce qui se passe quand on est en lui, quand on vit cette expérience que vous souhaitez tous, mais que vous vivez tous finalement, d’éveil. C’est cette compréhension ultime que vous êtes déjà en lui et qu’il est déjà là et que cette invitation elle devient permanente : plus vous êtes AVEC et plus vous êtes EN. Plus vous l’invitez dans votre vie et plus il va, j’allais dire, finir par comprendre qu’il n’a pas besoin que vous l’invitiez pour être là, il sera là. Il est le Père, il est là, il est près. N’oubliez pas la Terre-mère, cette Terre-mère elle continuera à vous nourrir de cette énergie et elle fera en sorte qu’à chaque fois que le Père vous donne un message, le Père-céleste, vous receviez suffisamment d’énergie pour intégrer tout cela dans chacune de vos cellules, pas simplement dans votre cerveau, pas simplement dans votre conscience, mais dans bien chacune de vos cellules, chacun de vos temps, chacun de vos espaces, chacun de vos possibles.

 

Alors voici ce qu’est cet enseignement : par lui, je reçois mon expérience, avec lui je peux en avoir une autre vision,  en lui tout est possible, tout est possible en tant qu’observateur conscient. Ici cet enseignement vous aidera à comprendre que lorsque vous offrez à cette toute puissance votre énergie, vous vivez alors l’unité et tout vous est permis. Et vous comprenez cette phrase liturgique chrétienne qui a été perdue dans  le temps et dans l’espace, et qui vous est répétée sans que vous ne compreniez vraiment ce que signifie ces mots, mais reprenons cette phrase de cette religion, mais elle existe dans d’autres religion : par lui, avec lui, en lui, à toi le Père tout puissant dans l’unité (nous ne faisons qu’un) du saint esprit, toute gloire, toute possibilité pour toujours, parce que en lui je me reconnais immortel, immortel, infini, je dépasse ces limites parce que quand je vis avec lui, un des premiers messages qu’il vous donnera ce Père-céleste c’est : tu ne peux pas mourir, tu ne meurs jamais. Vous voyez comment toutes les expériences se transforment. Tu ne peux manquer de rien, que dans l’apparence. Je comprends ce que vous allez me dire quand vous allez me dire je manque de ceci, je manque de cela, mais c’est une apparence, car en vérité quand tu reviendras dans la maison du Père, c’est-à-dire que quand nous quitterons ces corps, en conscience, quand moi Sylah je prendrai Sylvain avec moi pour l’apporter dans cette énergie de ce monde supérieur que vous appelez l’au-delà, tous les besoins seront assouvis, la conscience d’être immortel sera une évidence, mais ce n’est pas l’expérience terrestre cela, c’est une expérience après, mais le comprendre finalement cela doit vous aider tout de même, cela devrait vous aider à relativiser votre expérience sur terre, votre petite expérience de 80-90 ans, à la voir autrement, il ne s’agit pas d’y échapper attention. Pourquoi, parce que vous avez désiré faire le chemin inverse : je suis en toi, je fais des choses avec toi, je fais des choses par toi, et là vous obtenez un autre enseignement puisse que si vous faites les choses par lui, alors sa volonté est faite. C’est ce que vous avez désiré aussi, vous avez désiré vivre le chemin dans les 2 sens en fait, votre incarnation c’est le sens que vous appelez vous la dévolution, ce n’est pas vrai, et dans l’autre sens cela serait le sens de l’évolution vous voyez, ce par lui, avec lui et en lui, au lieu du en lui, avec lui, et par lui.

 

Eh bien, désirer vivre cette expérience dans l’unité, c’est vous offrir cette occasion de comprendre que, même dans la matière, même dans l’expérience, même dans ce qui semble être créé et manifesté, même dans cet endroit, je peux l’appeler là, dans le moindre atome, dans la moindre particule, dans le moindre instant, dans la moindre de mes pensées, et surtout dans chacun de mes silences, je peux amener la Divinité, la Terre-mère et le Père-céleste avec moi, pour me connaitre en tant qu’âme Divine, pour me reconnaitre en tant que faisant partie de lui. Mais pour cela d’abord, il va être un petit peu, j’allais dire, un Père adoptif, un nouvel ami, cette âme qui va vous accompagner. Mais petit à petit, plus cette âme va vous accompagner, plus vous allez comprendre qu’en vérité il est votre véritable Père, qu’en vérité il est votre véritable famille, qu’il est ce que vous êtes quelque part, vous comprendrez ce lien qui vous unit fortement à cette énergie Divine, à cette toute puissance que vous êtes.

 

Vous comprendrez que c’est lui la véritable Source de l’énergie de vie qui vous traverse, que vous devez votre corps à vos parents physiques et cela est une énergie qui nécessite honneur et amour, mais que la vie qui vous traverse en vérité vous ne la devez pas à vos parents. Vous leur devez ce corps, vous leur devez l’expérience, c’est déjà beaucoup de vous permettre de vivre cette expérience, croyez-moi. Mais la vie elle-même, vous la devez à Dieu, vous la devez à votre unité, je n’aime pas parler de Dieu c’est même réducteur par rapport à ce qu’est cette énergie, vous la devez à cette Source, à cette omni Source. Le sens devoir, impliquerait de rembourser. Il n’y a pas de remboursement à faire ici, c’est de comprendre un peu de quoi vous êtes l’émanation et en quoi vous êtes. Alors voici comment avancer clairement, lorsque vous comprendrez que par lui, par cette énergie, toute chose peut être vécue et est vécue, et que c’est bien lui, cette énergie qui manifeste votre monde, alors vous passerez à l’étape suivante : ON, NOUS, pour être AVEC LUI, et plus vous serez avec lui, plus vous comprendrez qu’il est déjà en vous et qu’il l’a toujours été. Alors toute votre expérience se modifiera. Sans doute vous ai-je donné ici cette recette que vous appelez l’ascension, mais elle est difficile cette recette parce qu’elle implique à un moment de lui laisser le pouvoir, j’allais dire, de bien comprendre qu’en fait c’est lui qui peut tout, c’est bien par lui que tout arrive. C’est bien déjà d’accepter la première étape, ok j’admets que c’est par lui que tout arrive et il ne me condamne à rien, il n’a rien voulu. C’est bien cet ensemble d’expérience que nous vivons qui veut quelque chose, ce n’est pas ce Père-céleste, il ne veut rien, il n’exige rien de moi, il m’accompagne, voyez c’est différent, il m’accompagne dans mon cheminement unique, dans ce UN que nous sommes, dans cette expérience, dans cet espace, dans ce temps, il est celui qui m’accompagne, mais c’est bien nous qui établissons le scénario, nous tous, et quand je dis nous je parle de toutes les âmes Divines que nous sommes, associées à tous les corps que vous êtes. Tous ensemble cela est créé, c’est tellement multi-niveaux, multi-compréhensions.

 

Ce n’est pas évident, je comprends, pour celui qui veut comprendre, justement, d’appréhender un tel niveau de conscience, et c’est simplifié par ces mots : par lui, avec lui, puis en lui, eh bien je modifie tout dans l’énergie, je modifie toutes les expériences et cela, cela se vit dans la matière, et cela s’apprend, parfois, cela se vit en se disant : ok partout où j’ai un problème maintenant je vais dire, non pas me débarrasser du  problème en disant vas-y, à toi, cela fonctionne si vous comprenez qu’il vous aime et que vous lui partagez, pas lui donnez tout le problème, mais que vous lui partagez le problème, c’est dans cette énergie qu’il faut dire :  à toi, en tant que partage, pas en tant que je me débarrasse du problème. Dieu a créé donc que Dieu s’en occupe. Oui cela vous pouvez le comprendre quand vous êtes associés, avec lui, mais pas séparés de lui donc pas quand vous lui confiez toute la patate comme vous dites, la patate chaude, quand vous lui confiez seulement sa part, ces fameux 50 % comme nous l’avons souvent évoqué avec vous. Aide-toi, le ciel t’aidera, on pourrait compléter en disant : confie quand même une partie au ciel, sinon il ne t’aidera pas. Si tu restes dans le aide-toi, tu vas être seul, et c’est souvent votre problème, je l’ai évoqué au début : imaginer que vous êtes seuls pour résoudre un problème. Vous ne l’êtes jamais et vous ne le serez jamais.

Merci à vous d’avoir entendu cette histoire qui est la vôtre, relisez-la, comprenez-la, intégrez-la, si vous le désirez, parce que c’est une source ici d’une multitude de joie et d’une multitude de compréhension, que de vous sentir réellement accompagnés.

 

—-

Vous pouvez reproduire ce texte et en donner
copie aux conditions suivantes:
-qu’il ne soit pas coupé
-qu’il n’y ait aucune modification de contenu
-que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com/
-conférences: http://sylvaindidelot.com/conferences/

 

Mise en place Cercle de Prières international

Bonjour à tous, un bien grand jour que ce jour car je vous parle officiellement du nouveau cercle de prières que nous mettons en route avec les dessins reçus par les guides et infographiés. Nous avons tous notre plein potentiel de guérison personnel pour notre santé ou les situations que nous traversons mais ce cercle vient soutenir le travail.

Le cercle s’ouvre au monde entier , à chaque règnes de ce monde. Voici la vidéo d’explication et quelques liens. N’hesitez pas à faire vos commentaires, à diffuser, à me donner votre mesures énergétiques des dessins…vos questions… bref, avançons dans cette oeuvre.

https://youtu.be/PfZln8g30NU

Les Videos (sans sons)

Une vidéo avec le dessin émetteur :
https://youtu.be/gJhDTI_THQQ
Placez votre énergie, vos soins ou bonnes pensées au centre du premier cercle

ET, une vidéo Récepteur
Placez mentalement votre demande dans le triangle et recevez l’énergie le temps que vous le désirez

https://youtu.be/bXhlURjhiM4

ATTENTION: Ce cercle de prières est une aide dans l’énergie de soutien , Aucune promesse n’est faite quant aux résultats.

En AUCUN CAS ce cercle ne doit se substituer à une consultation médicale ou un traitement en cours.

Il sagit bien ici d’un Complément énergétique dont nous espérons le meilleur pour vous.