Le sens de notre existence , Marie 8 juillet 2017

St Brieuc  8 Juillet 2017 – Channeling de Marie (retranscris par Michèle Grebois)

 

QUEL EST LE SENS DE L’EXISTENCE ?

 

Nous marquons ce moment dans le saut de l’existence, bonjour à tous. Je suis Maître Marie, et c’est moi, qui vais entre-guillemets m’exposer à vous.

 

La question évoquée toute à l’heure est effectivement celle à laquelle nous tenons à répondre aujourd’hui. C’est la première fois que nous le faisons à travers Sylvain, qui croit savoir, comme vous, le sens de l’existence, mais je vais vous le verbaliser un peu différemment, il est temps vraiment, et nous insistons depuis quelques mois, de vous faire passer dans un mode plus adulte, plus conscient, plus conscient de votre conscience. Ce n’est pas la première fois. On répète cette leçon tous les 25 000 ans à peu près.

Alors souvent vous vous posez cette question : à quoi je sers, à quoi cela sert de vivre ? Ma réponse est : à rien, en temps qu’humain. Vous voyez j’ai complété ma phrase : à rien, en tant qu’humain. C’est-à-dire que, imaginer entre guillemets,  laisser une trace à tout jamais sur la terre, c’est imaginer que la terre va être là tout le temps. Tout est impermanent dans votre monde, même votre galaxie qui va encore durer 3 ou 4 milliards d’années… je sais humainement cela vous laisse un peu de marge, de même votre galaxie va s’évaporer, va disparaître à un moment, de son existence.

Donc vous laissez des traces oui, mais vous laissez des traces temporaires dans votre temps et dans votre espace.

Je vais demander à Sylvain de se lever quand même, vous voyez à quel point nous obéissons. Là aussi c’est une première, je vais dessiner.

Votre corps humain, le voilà (pose un trait vertical sur le papier), voyez comme je dessine bien. La vérité de l’énergie qui vous traverse est celle d’un tore, celle d’une énergie qui correspond à tous les plans. Ce qui ne vous a jamais été représenté, c’est le fait qu’ici, vous êtes dans ce que j’appellerais le plan supérieur, et vous l’êtes dès que vous utilisez vos trois centres d’énergies supérieures, que vous appelez encore chakra. Chakra c’est une énergie, une roue, il y a d’autres centres d’énergies plus subtiles, et en dessous de votre corps, sous vos pieds se trouve – et là vous vous attendez à ce que je vous dise le plan inférieur ? Non – en dessous de vos pieds se trouve le plan supérieur aussi. (Quelqu’un dit : Télos ?). Pas des cités intérieures. Le plan supérieur aussi, parce que vous êtes toujours recyclés de plan supérieur. Il est vrai par contre que vous communiquez avec des plans parallèles à vous. Eux parfois vous les appellerez plan inférieur ou plan supérieur. Pourquoi est-ce que je vous dessine cela ? L’énergie de la vie, l’énergie de la conscience Divine qui passe à travers vous c’est tout simplement une énergie qui est là pour vous montrer qui vous n’êtes pas. La pensée de Dieu, du Père comme l’avait appelé mon fils, la pensée de Dieu  est : qui ne suis-je pas ? Lorsque vous pensez tout savoir sur ce que vous êtes, la vraie question c’est qu’une fois qu’on arrive à se définir avec JE SUIS, comment peut-on savoir qui nous sommes ? En définissant qui nous ne sommes pas, ce que nous ne sommes pas. Est-ce que je suis ce que je ne suis pas ? Ouh… Ca y est, là les maux de têtes commencent, dans le corps. La pensée unique de Dieu, la pensée, qu’un livre que j’ai écrit avec mon fils qui s’appelle le Cours en miracle, la pensée évoquée ici est : qui est-ce que je serais si je n’étais pas qui je suis ? La pensée de Dieu : qui serais-je si je n’étais pas qui je suis ? Cette pensée vous a créé dans ce plan, cette pensée a crée les Univers, les Omnivers, des dimensions, des espaces, en tout cas, a créé surtout, que, uniquement des espaces de séparation, que des espaces de séparation, voilà ce qui a été créé par Dieu, des espaces de séparations. Parce que ce que vous appelez Dieu, ce que j’appelle encore plus précisément moi la Source, pour parler différemment, parce que vraiment elle nous nourrit, elle nous infuse de son énergie en permanence et qu’en fait nous n’avons jamais été séparés, et bien cette subtilité a créé des plans de séparation. Alors cette pensée de Dieu, de l’Univers, qui dit : qui est-ce que je serais si je n’étais pas qui je suis, cette pensée a duré un milliardième de vos secondes, et depuis c’est fini Dieu est à nouveau lui-même, sauf que, de dimensions en dimensions, le temps et l’espace est différent. Ce milliardième de seconde va, au niveau de votre plan, durer 14 – 15 billiards d’années, le temps que vous nous rejoignez, et vous n’êtes qu’à  la troisième  billiardième année, voyez comme il reste un peu de temps, j’insiste sur le mot temps. Alors vous êtes une entité séparée, dans des corps qui semblent être séparés, dans des lieux qui semblent séparés, dans des espaces qui semblent séparés, et dans cette histoire quelle est la source qui a au départ prononcé cela ? Bien sûr l’énergie Divine, bien sûr un point de lumière, mais ce point de lumière en vérité il est partout. Parce que lorsque la Source dit : qui est-ce que je serais si je n’étais pas qui je suis ? Elle ne peut pas être ce qu’elle n’est pas… je ne sais pas si vous me suivez, je suis en train de parler dans un phénomène en 4 dimensions. Comment Dieu peut-il avoir conscience de ce qu’il n’est pas ? Le seul moyen c’est de se faire croire qui il n’est pas, mais en vérité Dieu, étant le créateur, ne peut pas. C’est pour cela que dans le Cours en miracle nous avons appelé cela la pensée folle, cela s’appelle comme cela dans ce cours, nous l’avons appelé la pensée folle parce que si, là, vous imaginez deux de vos personnages en disant que vous n’êtes pas ces personnages, vous les avez quand même créés, donc vous avez conscience d’eux, et dès que vous avez conscience d’eux vous n’êtes pas séparés, vous avez conscience d’eux. Vous n’êtes pas votre voisin, vous le voyez tout de même, pouvez-vous considérer que votre voisin n’existe pas ? C’est pour cela que cette pensée est folle,  c’est pour cela que je sais que je pouvais  un peu vous faire mal à la tête aujourd’hui, nous savons cela. Dans cette idée énergétique, ce qui s’est passé dans les plans, c’est que, plus on descend dans les plans, plus on descend dans les dimensions, et moins vous avez connaissance de l’image Divine, moins vous avez connaissance de l’image de Dieu lui-même. C’est à dire que ce pauvre petit plan supérieur dans lequel je suis, j’insiste, ce pauvre petit plan supérieur dans lequel je suis et que vous pensez être la merveille des merveilles, mais finalement n’est rien du tout par rapport à ce que je connais moi, aujourd’hui, dans ce plan supérieur. C’est tellement rien. Imaginez que vous êtes tout est si réducteur de ce que vous pouvez être et faire.

Alors pourquoi faire cela ? Souvenez-vous, la pensée de Dieu a duré un milliardième de ses secondes à lui, et j’utilise bien là une échelle qui est la vôtre, pas la sienne, parce que le temps lui-même est un aspect dimensionnel. La vérité, c’est que vous, dans la séparation, vous avez à l’intérieur un programme très profondément inscrit, qui est le programme inverse de ce qu’a prononcé la Source. La Source a prononcé : qui est-ce que je serais si je n’étais pas qui je suis ? Mais vous, vous avez le programme : qui ne serais-je pas si je suis qui je suis… ouh… compliqué n’est-ce pas ? Donc ici vous créez une séparation dans la séparation. En fait, vous êtes Dieu ayant recréé la même erreur, la même erreur de séparation, et en fait ce que vous créez recrée la même erreur, tout le temps, en fait vous créez une erreur. C’est pour cela qu’au début je vous ai dit : à quoi vous servez humainement ? A rien. A rien parce qu’en fait vous répétez sans cesse la même erreur. En plus, ce qui est assez drôle vous concernant vous – je veux parler de la terre, il existe tellement de terre, tellement d’espace –  c’est que vous oscillez sans cesse entre un monde Divin, un monde physique, un monde Divin un monde physique. Vous avez créé une loi qui s’appelle le karma, c’est vous humain qui avez créé cette loi, et qui avez dit, puisque je ne suis pas qui je suis, je ne pourrai donc jamais rejoindre qui je suis.  Félicitation ! Bien voilà, lorsque vous arrivez dans le plan supérieur, vous arrivez avec l’impression d’avoir une dette. Alors bien sûr, souvenez-vous, il est évident que lorsque vous arriverez, votre partie Divine vous demandera : comment as-tu aimé ? Et c’est vrai, vous pouvez croire que le sens de la vie c’est d’aimer, et c’est vrai que c’est aimer le sens de la vie, c’est vraiment l’amour, c’est se sentir uni. Mais généralement quand il vous pose cette question, au lieu de parler d’union, vous ce que vous vous mettez à vivre c’est une roue karmique. C’est à dire, qu’instantanément quand votre esprit Divin vous pose cette question, vous mettez en place un système où vous revisitez votre vie et vous finissez par mettre certaines choses de votre vie dans une case bien, et certaines choses de votre vie dans une case mal. Vous finissez par voir certains aspects de votre vie comme étant des aspects Divins et d’autres qui ne seraient pas des aspects Divins. Cela veut dire que vous entrez dans une définition de ce qui est Divin ou de ce qui ne l’est pas. Et c’est un réflexe de vous représenter votre vie avec l’aspect dimensionnel qui est le nôtre, c’est-à-dire l’aspect de vous dire qu’à chaque fois que vous avez une pensée, vous êtes capables d’en retrouver tous les impacts, dans tous les plans, dans toutes les dimensions, sur toutes les personnes que vous avez touchées, c’est-à-dire que chacune de vos pensées impacte tout le monde, et que, quand vous vivez ce que nous appelons et vous appelez aussi la « revue de vie », de notre côté, après cette question du : comment as-tu aimé, et bien vous arrivez à voir que vous n’êtes séparés de rien, vous êtes dans la conscience supérieure, vous n’êtes séparés de rien, mais vous arrivez à vous dire que vous avez fait du mal à votre frère et à votre sœur, et là intervient le vrai sens de la vie. Le vrai sens de la vie c’est comprendre que vous n’avez jamais été séparé du créateur, c’est comprendre que vous êtes le créateur de tous les plans, dont le nôtre.

J’entends votre complexité. Mais vous n’êtes plus des enfants, j’insiste, vous n’êtes plus des enfants. Donc comme vous avez créé notre plan, vous freinez aussi notre plan dans son évolution. Ne vous inquiétez pas, nous n’allons pas vous larguer comme du lest, ce n’est pas le sujet, au contraire nous sommes un plan qui sait que nous avons tout le temps du monde, pour avancer avec vous. Quand je dis que vous nous freinez, c’est-à dire que, pour réussir à garder cette expérience de séparation sur terre, et que pour que vos molécules ne se séparent pas, vous oscillez sans cesse de notre monde à votre monde. C’est-à-dire qu’à cet instant où je vous parle, une part de vous est constamment en train d’osciller entre le monde Divin, on va l’appeler comme cela dans un premier temps, et votre monde physique. S’il n’y avait pas cette oscillation en permanence, votre corps disparaîtrait ou brûlerait. C’est déjà arrivé, il peut brûler, parce qu’il se crée, à ce moment-là, une auto-combustion comme vous l’appelez, spontanée, parce que vos molécules seraient incapables de… comment vous dites, vous… plus que la cohésion, la rapidité avec laquelle les molécules agissent entre elles, ne serait pas juste. Vous savez que votre Univers est régi par certaines constantes, et que une de ces constantes c’est la vitesse d’un électron autour de son noyau, et ces électrons, je parle en électrons, en fait nous on préfèrerait parler d’information, mais la vitesse de cette information ne serait plus stable, si vous n’oscilliez plus entre les deux mondes, cela peut arriver. Généralement cela arrive à des gens qui n’ont plus leur émetteur-récepteur en route, une déconnexion dans le cerveau. Donc là pour vous parler, et faire cette parenthèse avec ce que vous appelez le phénomène des combustions spontanées, il s’agit de gens qui font ce que vous appelez un accident vasculaire et cérébral et qui déconnectent la partie de leur cerveau qui leur permet de garder la conscience du Divin en eux. Une fois que cette conscience est déconnectée vous brûlez. Cette arme est malheureusement connue de vos gouvernements. Ce que je veux dire par là c’est qu’ils savent très bien que, s’ils irradient la bonne zone du cerveau, vous disparaissez quasiment instantanément. Vous me direz qu’une balle est plus rapide, mais quand c’est fait par un téléphone portable c’est plus simple. Peu importe, Sylvain est en train de me dire : tu ne vas pas t’y mettre, mais ce n’est pas grave.

Donc en fait le sens de votre existence, je viens de le dire, c’est de comprendre que vous n’avez jamais été séparés de Dieu. Alors comprendre, ce mot impliquerait un mental,  c’est-à-dire intégrer dans le mental, mais ce n’est pas cela l’idée. Vous êtes sans cesse en communication avec des plans d’existence parallèles séparés de Dieu, je ne vais qu’à peine l’évoquer parce que ce n’est pas  le sujet du jour, voyez, ce n’est pas le sujet maintenant du jour. Les plans parallèles cherchent de l’énergie, mais ces plans parallèles n’arrivent pas, comme vous, à tirer leur énergie des plans Divins. Vous vous y arrivez, eux n’y arrivent pas, donc ils utilisent un autre sens pour obtenir de l’énergie, donc ce plan notamment que vous appelez « bas astral » ou « différent », n’est pas un plan différent du vôtre, ce sont des gens tout à fait évolués, vous avez imaginé des démons avec des pinces, avec des pattes, mais la plupart d’entre eux ont des énergies tout à fait, j’allais dire,  plutôt bienveillante, je vais dire cela comme ça, plutôt bienveillante, évidemment vu de votre côté ce n’est pas le cas. Ces énergies en fait, elles savent que si elles communiquent avec vous elles vont vous tirer de l’énergie, une énergie qui vaut cent mille repas pour eux, en fait cela a été évoqué toute à l’heure, c’est la même énergie que celle qui voudrait comprendre d’autres plans, d’autres énergies, d’autres incarnations, c’est la même énergie qui vous est prise, pourquoi ? parce que vous êtes en fait une énergie atomique, j’allais dire, permanente, recyclant l’énergie Divine à l’intérieur de vous, dans l’argile de ce corps, comme le dit Sylah effectivement, mais en permanence vous avez cela, et cela c’est relativement unique, j’insiste, cela c’est relativement unique, parce que le mode, j’allais dire conventionnel en troisième dimension de prise d’énergie, c’est justement ce mode qu’utilise votre propre plan, c’est-à-dire capturer les énergies dans les plans différents, mais pas dans les plans supérieurs.

Pourquoi est-ce que j’ai placé les plans supérieurs sous votre pied,  parce que vous faites souvent la même erreur, pour retrouver la divinité vous avez  tendance mentalement  à vous diriger vers le haut, vous avez tendance mentalement à vouloir diriger votre pensée vers des pensées que vous appelez « plus élevées », mais si vous vous élevez vous allez aller dans le cosmos, dans l’univers dans les omnivers, dans des mondes parallèles. La distance est longue n’est-ce pas ? Allez à l’intérieur de vous, allez dans vos racines intérieures, ou allez dans les racines du sol, contactez les cristaux de la planète et vous serez alors informés de votre Divinité beaucoup plus rapidement qu’en utilisant les systèmes vibratoires qui vont très haut. Alors, quand je parle de système vibratoire, voyez comme j’évoque beaucoup de chose aujourd’hui, votre corps vibre à une certaine fréquence et vous pouvez le faire vibrer à une fréquence ou la cohésion des atomes reste stable, je vous rassure, mais plus grande et qui vous permet en fait d’élargir ce champ d’énergie encore plus dans les plans supérieurs, plus vous faites cela et moins vous avez besoin de nourriture terrestre et quand je parle de nourriture terrestre, je vais vous parler de la nourriture que vous avalez mais aussi de celle que vous absorbez en générant des contacts discordant avec vos frères et sœurs. Plus vous augmentez en énergie et moins vous avez besoin de nourriture, vous aurez remarqué que vos corps actuellement réclament moins de nourriture, même si vous ne le faites pas, mais vos corps aujourd’hui réclament moins de nourriture qu’auparavant. Vous l’écoutez ou vous ne l’écoutez pas ce corps. Ce n’est pas très grave non plus, ce n’est qu’un corps… oui j’en avais un aussi, j’en ai transporté un aussi, plusieurs…

Et bien le sens de la vie c’est de comprendre que vous êtes cette énergie. Comment fait-on pour comprendre que l’on est cette énergie ? Et bien on le sait quand on se nourrit de la bonne nourriture, on le sait quand on se nourrit de l’énergie Divine. Alors vous pouvez continuer vos repas entre guillemets habituels, mais vous ne pourrez pas, vous ne pourrez plus, de moins en moins, vous empêcher j’allais dire d’être connectés à l’énergie Divine en conscience. Une méthode a été évoquée avec Sylvain cette semaine, je vais les laisser exprimer cela toute à l’heure.

Le sens de l’existence est donc d’être connecté à l’énergie. Pourquoi ? Pour quitter la roue du karma, pour quitter cette nécessité, ce besoin que vous avez, j’allais dire, ce réflexe que vous avez de vous réincarner sans cesse dans des corps humains et sur ce plan subtil. « Je vais retourner et je vais regarder cet aspect-là, je vais essayer de m’améliorer… je vais retourner et je vais regarder cet aspect-là et je vais essayer de m’améliorer… je vais retourner, je vais regarder cet aspect-là et je vais essayer de m’améliorer…. Combien vous pensez avoir de vies dans cette pièce ? La majorité d’entre vous n’en a pas vécu 3 ou 4, mais 22 ou 23 000. Vous avez tout fait, vous avez tout vécu, vous avez tout vu, vous avez tout lu, et je ne parle même pas de ce temps présent parce que vous pouvez vous incarner dans le futur, et parfois certains d’entre vous font appel à un de leur corps du futur pour connaître l’information. Encore une fois ne vous prenez pas trop la tête avec cette histoire-là, c’est quand même relativement exact, certains vont voir les annales akashiques et certains vont contacter les corps du futur, des corps qui existeront, pour avoir l’information. Dès qu’on a accès au plan supérieur c’est facile, ce n’est pas très difficile, puisque tout est connecté dans ce plan-là.

Alors si je vous ai dessiné l’énergie qui circule en vous et si je vous dis que le sens de la vie c’est de retrouver cette énergie, c’est pour que vous quittiez la roue du bien et du mal, et je ne suis pas en train de dire que si vous étiez tous terroristes, cela serait parfait, ce n’est pas cela que je suis en train de dire.  Ce que je suis en train de dire c’est, vous vous souvenez de parole qu’on prête à mon fils, je l’appelle encore mon fils, et devinez pourquoi, une mère ne se sépare pas, jamais… « je ne suis pas digne de te recevoir, mais dis seulement une parole et je serai guéri » Vous connaissez cette histoire-là, c’est prononcé dans d’autres mots, dans d’autres textes religieux. Que vienne à moi l’énergie du Divin alors je comprendrai qui je suis, c’est dit différemment mais ce sont les mêmes mots. Le «dit seulement une parole », signifie quoi, signifie « je veux recevoir l’énergie Divine, parce que quand je recevrai l’énergie Divine, les premiers mots, effectivement prononcés par l’énergie Divine c’est je t’aime, et les premiers mots que vous dites quand vous entendez cela c’est : non, je ne comprends pas ce n’est pas possible, tu ne peux pas m’aimer, tu ne me connais pas, ou : si tu me connaissais vraiment tu ne m’aimerais pas. C’est vrai, c’est ce que vous prononcez comme mots, même quand vous recevez cet amour inconditionnel en arrivant. Vous vous dites : il n’a pas dû voir le film parce que quand il va le voir avec moi, j’aime autant vous dire que non, il y a un truc qui ne colle pas. C’est ce que nous avons appelé : la pensée d’indignité. Mais si ces mots, les premiers que vous entendrez en canalisation, sont souvent « je t’aime », c’est juste pour vous dire STOP, il ne se passe rien. Vous êtes dans un cycle, dans une roue karmique inutile, et vous persistez à reproduire la même erreur. Plus vous arriverez à être en contact avec les plans subtils et plus vous arriverez à être en contact avec Dieu, c’est pour cela – ça y est Sylvain tu recolles les morceaux –  c’est pour cela que nous avons donné à Sylvain, et que nous donnerons à d’autres personnes sur terre, 18 pour être exact, une technique équivalente à celle qu’il appelle le bliss, qu’on a appelé le bliss à travers lui, c’est tout simplement parce que cela va vous permettre de vous reconnecter à vos dons. Lorsque vous allez utiliser ces dons, ces énergies, tous ces dons dont on parle, cette clairvoyance, cette claire-audience, cette capacité de recevoir les énergies, cette capacité d’émettre les énergies… je sais qu’humainement vous allez vous dire : génial je suis devenu  guérisseur, je vais ouvrir une boutique, mais ce n’est pas le sujet. Le sujet c’est de vous dire, qu’à chaque fois que vous utilisez ces capacités qui sont en vous, qui sont très subtiles et qui ne  seront pas forcément super massives, c’est-à-dire qui ne seront pas forcément tout le temps présentes, pas forcément tout le temps disponibles, mais de temps en temps, selon le besoin, en fait ces techniques elles vous obligent à être connectés en conscience avec l’autre monde, et plus vous allez être connectés avec ce monde , c’est là le seul but de mon schéma c’est de vous dire que, plus vous allez être connectés et plus les plans supérieurs vont finir par se rapprocher à l’intérieur de votre corps et s’unir. Ce plan qui est en bas qui est le plan supérieur, ce plan qui est en haut qui est le plan supérieur, vont s’unir à l’intérieur de vous, lorsque cela sera fait pour une majorité d’humains, ce fameux nombre évoqué toute à l’heure, vous quitterez définitivement le monde de la troisième dimension. Ce qui impliquera de définitivement, effectivement, quitter son corps physique, parce que ce corps physique ne peut résister qu’à cette dimension, et pas à la dimension qui suit. Alors pas de panique, je ne suis pas en train de parler d’extinction des dinosaures vous concernant, cela a déjà été évoqué. C’est parce que, quand vous aurez atteint cet état, vous serez capable de quitter votre corps en conscience, c’est vous qui choisirez, c’est vous qui choisirez de quitter votre corps, ce n’est pas le corps qui va vous quitter. Déjà quand vous serez dans ces énergies, vous comprendrez que vous ne pouvez pas être malade, c’est encore créer une séparation et c’est une séparation avec quoi, encore une fois avec la roue du karma. « Je n’ai pas été bon sur cet endroit-là donc je dois le payer, je dois l’équilibrer, et si je ne le fais pas dans le physique, l’intensité du corps va le faire ». C’est effectivement ce qui se passe. Voyez-vous le sens de la vie ? S’apercevoir que je suis Dieu, si je devais simplifier en quelques mots, s’apercevoir que je suis déjà le Dieu que je veux devenir, et que je le suis déjà, c’est cela le sens de la vie.

Alors après, intervient une question que nous entendons souvent : quelle est ma mission ? S’apercevoir que vous êtes Dieu, dansant dans l’argile de ce corps, et capable de créer les circonstances qui lui sont nécessaires ou d’intégrer les circonstances dans lesquelles il comprend qu’il ne fait qu’un. C’est-à-dire que c’est vous qui choisissez de diriger le véhicule, c’est ce que nous appelons, c’est ce que vous appelez : la loi de manifestation ou d’attraction, bien qu’il existe beaucoup d’autres mots, ou de comprendre que de toute façon vous êtes dirigés par une force Divine très puissante, capable de vous amener au meilleur endroit et le plus rapidement possible, pour peu que vous soyez connectés et pour peu que vous considériez que cette force vous veut du bien, et pas votre équilibre, parce que quand vous commencez à dire à l’énergie, à l’esprit : je serai digne de te recevoir quand… quand je mangerai divinement ? Quand je ne mangerai que de la lumière, quand je serai plus gentil avec mon mari, avec ma femme avec le voisin, quand on n’aura plus les mêmes hommes politiques, quand je me serai battu contre le nucléaire ? La liste peut être infinie de choses qui finalement séparent. A chaque fois que vous essayez de rectifier quelque chose, vous êtes encore en train de vouloir séparer, de considérer qu’il y a du bien et qu’il y a du mal. Donc je vous invite, à ce qui a été fait dans d’autres enseignements un peu plus anciens sur le point 0, à vous remettre dans une énergie qui soit neutre, en vous disant : « ok il s’est passé des choses avant », mais vous savez il existe une force dans cet univers, forte et puissante, qui a été évoquée sous le nom de pardon. La force du pardon c’est d’être au point 0, c’est de vous dire : quoiqu’il se soit passé auparavant, là, ici et maintenant, je décide autrement, je décide différemment, je décide d’incarner la partie la plus Divine de moi-même, c’est une décision. « Oui mais comment on fait ? » Je viens de le dire : je décide d’incarner la partie la plus Divine de moi-même. « Oui mais comment on va le voir ? » Je décide d’incarner la partie la plus Divine de moi-même. Cette question qui pose le comment, pourquoi…  ce personnage c’est celui qui veut encore obéir à cette roue karmique, à cette règle qui pour vous est une loi, mais qui pour nous ne l’est pas, et j’insiste, pour nous ne l’est pas. Donc : dis seulement une parole et je serai guéri, ici la question c’est cette parole qui vous guérit, c’est cette parole d’amour quand vous recevrez l’énergie Divine de votre guide qui vous dit je t’aime. Parce qu’en vous disant je t’aime, cela veut dire je t’aime, dans la même phrase cela veut dire : je t’aime, je t’ai pardonné, ne t’inquiète pas tout va bien, je suis avec toi, avançons ensemble maintenant. Magnifique promesse n’est-ce pas ? Mais c’est plus qu’une promesse.

La deuxième question qu’on vous pose au moment de votre mort c’est : comment as-tu aidé ton prochain, comment as-tu aidé ton prochain. Là encore, cela a éveillé chez vous le sens d’une mission, où si vous n’aidez pas 3 000 personnes dans votre vie, vous n’arrivez à rien. Mais comment as-tu aidé ton prochain à se connecter à lui-même ? A se connecter à la conscience ? C’est cela la véritable question. La question de la connexion à la conscience Divine.