Lady Nada le 10 Mai 2016

Je suis Lady Nada

Je suis heureuse d’être parmi vous ce soir, parce que je sais que vous avez besoin de moi.
Je sens cela, dans ce mois si particulier, dans cet échange si particulier que nous avons actuellement .
Je sais, pertinemment, complètement, intensément, vibratoirement, à quel point parfois l’amour entre les êtres peut être difficile, à quel point cette notion de fraternité, cette notion d’amour humain, cette notion d’amour inconditionnel humain – pour employer un terme plus acceptable – qu’amour inconditionnel seul, c’est un mot dont vous n’êtes point capable dans la matérialité.
Ces rapports sont difficiles, sont souvent sournois et parfois avant de créer une relation vous devez détruire des parts de vous-mêmes, avant que la relation vienne elle-même les détruire.

Ce que je veux dire par là c’est que la relation homme-femme, homme-homme, femme-femme, peu importe, la relation entre plusieurs êtres implique le travail sur soi, implique le travail et le champ de la conscience, pas le champ de l’inconscience, bien le champ de la conscience, de l’arrivée dans la conscience de tout ces jeux, de tous ces espaces faux, illusoires, dans la vibration, qui vous sont apportés.

Alors, je l’ai évoqué cette après-midi avec Sylvain pour d’autres cas, mais il me paraît si important de ne pas se fier à l’illusion du non dialogue. Il me paraît si important, avec mes anges, avec tout l’entourage qui est le mien, de vous dire ceci :
Ne vivez jamais une relation saine entre vous, sans valider vos croyances, sans valider ce que vous imaginez de ce que l’autre pense, de ce que l’autre est, de ce que l’autre a besoin, de ce que l’autre a exprimé, en interprétant. Faites reformuler, redemandez, soyez dans la liberté des étoiles comme je dis toujours, c’est-à-dire celle de considérer que la parole de l’autre c’est juste pour lui-même.
Ne prenez pas tout ce qui vous est dit ou non dit comme étant quelque chose qui vous touche personnellement. Comprenez que c’est l’espace, le corps de souffrance dirait certains, qui exprime ici quelque chose, dans sa réponse ou sa non réponse. Ce corps de souffrance ne mérite pas de stratégie, il mérite la compassion, il mérite l’aide, il mérite l’assistance, il mérite la présence et non l’absence.

Vous êtes des êtres particuliers, votre incarnation terrestre vous permet de magnifiques et magiques relations.Vous cherchez toujours à embellir la relation, en espérant qu’elle va rester la même, qu’elle ne changera pas.
Avez-vous déjà réussi à empêcher un arbre de faire ses fruits ? Avez-vous déjà réussi à semer une graine, à l’arroser et à empêcher qu’elle pousse ? À part en la déterrant ! Avez-vous déjà empêcher un oiseau de chanter ? Qu’avez-vous donc fait si vous avez fait cela, à part contrarier la nature véritable de votre être, la nature pleinement vivante et consciente de votre être .

Une relation changera toujours, une relation de couple évoluera toujours. Alors elle évoluera vers la nécessité de régulièrement reposer sur la table ce qu’est la relation pour vous.
Vu de notre côté, cette relation c’est celle de flammes ou d’énergies qui s’assemblent, pour grandir, pour comprendre, pour évoluer, pour faire cette moitié de chemin dans l’existence entre le cœur et la conscience, lui permettant cette alchimie merveilleuse et la réalisation de cet être appelé le couple et qui est, en vérité, une énergie commune au niveau de la Source, dans la compréhension et dans l’amour. Donc l’amour, pour nous, c’est cette liaison entre les êtres, pas entre deux êtres seulement, entre les êtres, entre tous les êtres, que vous êtes.

La conscience Divine, en vous souvent, vous invite à vous taire, comme vient de le dire Maître Saint Germain. La conscience Divine vous invite à éviter le conflit. Elle vous invite, non pas à éviter un combat, mais à installer la paix en vous avant de répondre. La part de vous qui cherche à justifier, qui cherche à dire c’est vrai, c’est faux, c’est existant, c’est non existant, cette part-là vous pouvez l’écouter, mais est-ce qu’elle vous a déjà fait du bien ? Est-ce qu’on se sent mieux après un combat ou est-ce qu’on se sent fatigué ?

Parfois observer l’autre, reconnaître ses blessures, reconnaître qu’il a été blessé par des choses qui ont été dites ou des choses qui ont été non-dites, est important aussi. Mais pardonner l’existence, c’est-à-dire revenir sans cesse sur ce lien d’amour qui est le vôtre, revenir sans cesse sur la liaison, sur l’unité que vous êtes, voilà ici la notion de guérison alors qui apparaît, la notion de guérison de la relation puisque c’est une notion de communication et d’échange, d’énergie.
Cet échange est plus fort et puissant souvent entre deux êtres, qui se font un câlin, qui s’embrassent comme vous le dites, qui se prennent dans leurs bras, que dans une relation sexuelle où souvent vous ne mettez ici que des besoins primaires au lieu d’y mettre le couple, au lieu d’y mettre l’existence de ce que vous êtes à deux, une certaine harmonie ou même de la joie, simplement.
Cette relation sacrée du couple, cette relation existentielle, elle implique la fusion avec l’amour.
L’amour écoute et ne juge pas.
L’amour discute mais ne tranche pas.
L’amour négocie mais ne juge pas.

Dès qu’il y aura un jugement dans un couple, de quelque chose qui est bien ou de quelque chose qui est mal, alors c’est quelque chose que vous devez travailler sans doute à deux, mais qui n’appartient pas à un ou à l’autre, mais qui appartient aux deux, puisque c’est vous-mêmes, à deux, qui projetez cela. Et en projetant cela à deux, c’est donc que vous avez, à deux, ce problème à résoudre.
Ainsi effectivement, cette notion « c’est ton problème » est fausse. Vous percevez un problème chez quelqu’un d’autre que vous, que votre compagne, que votre compagnon, votre frère, votre sœur, votre famille proche. Le travail, il est des deux côtés. Quelque chose a été réveillé en vous, quelque chose à été réveillé en l’autre, et ces corps de souffrances, ces mémoires qui viennent vous envahir, qui viennent perturber la connaissance réelle de votre être, la vérité de la paix en vous, cela mérite votre attention, cela mérite votre travail.

Alors le travail est souvent un travail de lâcher prise, et d’offrande à la conscience divine de ce qui se passe. Demandez-nous, demandez à votre univers, demandez à Dieu, demandez à la Source, de vous montrer ce qui est réellement derrière tout cela. Cessez d’imaginer que quelqu’un vous veut du mal, ou vous veut du bien d’ailleurs. Soyez neutre dans cette observation.

Il est difficile, et j’entends ce que me dit Sylvain, mais qui aussi résonne avec beaucoup de personnes ici présentes, il est difficile de comprendre ce que signifie : soyez neutre dans la relation.
Cela signifierait-il que je n’aurai pas d’avis ? Non, cela ne signifie pas du tout que vous n’avez pas d’avis, ça ne signifie pas du tout cela. Cela signifie que vous devez dissoudre petit-à-petit les jugements au profit de l’acceptation des besoins de l’autre, parce que quand chacun des deux est épanoui dans son domaine, dans ce qu’il aime, dans le fait d’être reconnu, il n’y a plus de combat. Même si ce qui est reconnu chez l’un n’est pas reconnu chez l’autre. Même si les besoins de l’un ne sont pas les besoins de l’autre. Soyons définitivement clairs sur ce sujet, il n’est rien qui mérite, vraiment, toute l’attention que vous lui portez aujourd’hui souvent dans un couple.
L’importance temporelle de vos questions, de vos questionnements, de vos disputes, est si faible qu’elle ne dépasse souvent pas la semaine. Si vous preniez plus de recul sur chacun de vos cycles, sur chacune de vos semaines, de vos mois, de vos années, puisque c’est ainsi que vous les appelez, vous verriez à quel point vous avez multiplié l’énergie à mettre pour régler un problème, au lieu d’y voir une occasion de jouer à vous reconnaître en tant que Dieu, à nouveau, encore et encore.

Je suis Lady Nada et l’amour je sais ce que c’est .
J’effectue ce travail d’amour, de rappel des consciences à leur propre Divinité, de rappels de tous les aspects Divins à leur propre Divinité par l’amour, par l’amour par l’acceptation de toutes les phases de ce que vous êtes. Je peux vous révéler à vous-mêmes, je peux effectuer votre ascension, je peux effectuer votre rapprochement avec l’être ou les être aimés, mais , souvent quand vous effectuez ce genre de demande, la vraie question est : êtes-vous prêts à recevoir l’autre ? Etes-vous prêts à recevoir son énergie ? Etes-vous prêts à recevoir sa différence, cet éclat différent de vous ? Vous attendiez-vous à vous voir vous-mêmes ? Vous attendiez-vous à voir ce complément si parfait de vous-mêmes que tout aurait été fantastique et merveilleux ? Le mouvement de la vie cesserait immédiatement ! Il n’est pas question ici, sur ce plan que vous traversez, d’obtenir le non mouvement, d’obtenir la paix à l’extérieur, cette paix elle est en vous, elle existe déjà en vous.
Alors ce sera une paix observatrice, des événements extérieurs, qui eux sont dans le mouvement par nature, par la nature-même de ce monde duel dans laquelle vous êtes, mais cette nature duelle n’est pas votre réalité vraie. Cette nature duelle n’est pas le sens de votre conscience, n’est pas la profondeur d’âme, n’est pas l’aspect Divin de vous-mêmes. Celui-ci observe et ne juge pas. Celui-ci n’est pas là pour comprendre ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas.

Alors quand il m’a été demandé de parler du couple et de ce que pouvait être un couple Divin, je dirai que c’est avant tout deux êtres, indépendants, unis au Tout, unis dans le couple. Ce n’est pas paradoxal, ce n’est pas un contre-sens que de dire que chacun des Maîtres doit être son propre Maître.
Alors, souvent dans les couples quand vous cessez de disputer quelque chose, vous trouvez d’autres choses pour vous disputer. Vous trouvez d’autres combats à mener parce que la nature est en mouvement. Vous vous reproduisez alors, ou vous utilisez des transitions.
Votre enfant, ou un animal deviendra alors l’objet des discussions, l’objet des disputes, l’objet des désaccords. Il est l’essence-même de votre union cet enfant, ne lui présentez pas de désaccords. Il est comme le contrat que vous avez signé tous les deux.
Quand je dis cela cela ne signifie pas que les couples ne doivent pas se séparer, cela signifie que l’enfant n’a pas à connaître l’écart et la discussion et la dualité. Il est le représentant de la paix entre vous, il est le représentant de votre conscience dans l’union. Sauf à quelques cas particuliers, il est plus que vous. Il est l’espace du Maître en vous. Il est l’espace libre, prêt à être rempli et infusé de l’amour le plus grand qui soit, afin de le répandre encore mieux dans l’univers et le ramener ici à la Source, comme chacun d’entre vous fait cela aujourd’hui, de mieux en mieux, de plus en plus rapidement et simplement.
Les enfant n’ont pas besoin de vos disputes, ils n’ont pas besoin de disputes non plus avec eux-mêmes, mais ils ont besoin de règles, car la maîtrise passe par la règle, quelle qu’elle soit.

Vous savez, souvent on m’a demandé : Lady Nada toi qui est l’amour, comment dois-je élever mon enfant, quelle règle dois-je lui donner ? Vous décidez des règles. Elles doivent exister, elles doivent lui laisser suffisamment de liberté, et pourtant lui offrir quand même ce cadre protecteur des règles, afin de pouvoir le mener à avoir envie, déjà de les enfreindre, mais vous savez qu’il le fera tout seul, mais à avoir envie de se connaître dans cet espace qui est, au début, très petit.
Dans cet espace de règles petit, l’enfant va être obligé de se centrer sur lui-même, va être obligé de se centrer et de rentrer en lui, à l’intérieur, parce que l’extérieur ne lui sera pas autorisé dans un premier temps.
Plus l’enfant sera redirigé vers son intérieur, recentré sur sa capacité créatrice, sa capacité imaginaire, sa capacité de connexion à l’univers et aux choses qui l’entourent, de manière proche et plus constante, plus il va s’ouvrir à ses propres capacités d’aller plus loin, de connaître plus de choses, de définir de nouveaux possibles. Alors le cadre pourra s’ouvrir.

Souvent à partir de l’âge de 7 ans le cadre peut se libérer et s’ouvrir.
Ces règles d’intransigeance avant cet âge sont les vôtres, choisissez-les, mais j’insiste : laissez de l’espace à l’enfant, laissez-le exprimer ses émotions, ne réprimez pas ses colères, ne réprimez pas ses victoires, ne réprimez pas son être, laissez-le agir et être ce qu’il est déjà, puisque toutes ses mémoires cumulées d’autres vies sont à l’intérieur de lui, pour lui préciser sa nouvelle expérience non pour lui révéler ses anciennes identités, mais vraiment pour le faire accéder au champ de conscience suivant, dans le temps où il a décidé de s’incarner, dans l’espace où il a décidé de s’incarner.

Il est l’éclat de votre être, il est l’éclat de votre couple. Vous déchirer pour lui c’est vous déchirer pour vous, c’est faire face à votre propre peur, à vos propres angoisses ou à votre propre désir de séparation. Laissez les enfants tranquilles, ils sont la paix. La guerre c’est vous, chers adultes, c’est vous qui décidez de transformer des limites de pensées en limites de territoires, physiques, psychologiques. Les enfants offrent spontanément, si c’est ce système qui leur est présenté.
L’abandon à la paix est quelque chose de très simple pour un bébé. Lorsqu’il s’arrête de pleurer, il est dans cet état de paix, il peut retourner à la joie rapidement, ce que ne peut pas faire l’adulte.

Alors dans la relation familiale, dans un couple, où il ya des enfants, des frères, des sœurs, ou même dans une famille d’âmes qui se réuniraient, laissez de l’espace, soyez dans l’écoute.

Lorsque vous comprendrez qu’il n’existe pas de vraie vérité absolue sur ce monde, lorsque vous verrez que tout est possible et que les théories ne peuvent pas se contredire, que tout est vrai dans un espace, que tout est vrai dans une conscience, que tout est vrai dans un système de pensée, dans une part de Dieu – parce que que Dieu accepte tout – alors non seulement vous serez en paix, parce que vous saurez que tout cela est possible, mais en plus vous aurez compris que vous pouvez changer votre propre système de conscience, votre propre système de croyance, votre propre création de ce monde.

Mes amours, chers frères et sœurs de lumière, je vous envoie le plus grand amour qui soit, et je bénis votre présence sur ce plan ici et maintenant, je bénis votre présence sur cette terre ici et maintenant, et je vous invite vraiment à poursuivre cet élan d’amour, cet élan de pardon entre vous, afin que nous puissions encore progresser plus vite, dans l’accélération consciente de votre Divinité vers vous-mêmes, et de vous vers votre Divinité.
Ce rapprochement nous l’effectuons ici. Il a été rendu plus difficile par des pensées de guerre, par des pensées de domination, dont vous n’avez même pas eues conscience, mais c’est là. Et j’ai cette foi en l’humanité, en la représentation incarnée que vous êtes de la Divinité, cette foi suffisante, pour vous dire que vous allez vers cette victoire.

Mon émotion est grande et forte, parce que cette victoire est attendue depuis si longtemps, parce que les moments que vous allez vivre, dans les années à venir, sont attendus depuis si longtemps, même ici, même ici. Même ici où vos vies ne durent pas si longtemps, le cumul de vos vies nous a fait peine, parce que nous savons la douleur qui est la vôtre dans ce monde duel et c’est pourquoi nous exprimons que vous devez laisser l’amour et l’espace.
Vous devez laisser de nouvelles informations s’intégrer en vous, être comprises de votre être, être comprises de ce plan d’existence.
Beaucoup de plans planétaires sont actuellement en parallèle de votre régénération, de votre retour nous dirons pour simplifier.

Les forces à l’œuvre sont les forces de l’amour.
Quant aux forces de l’ombre je les confie à Michael qui maintenant va vous parler.

.
.
.
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
– qu’il ne soit pas coupé
– qu’il n’y ait aucune modification de contenu
– que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com

Photo de Sylvain Didelot.
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *