Canalisation de Michael, Toulouse le 8 mai 2016

Bonjour, en ce Dimanche, j’aimerai vous faire un cadeau.

Voici un enregistrement d’une canalisation de Michael que j’ai effectuée à Toulouse il y a peu. Je vous rappelle que si vous pouvez avoir une salle pas chère pour y mettre jusqu’à 50 personnes, on peut envisager un déplacement pour un satsang et cercle de sagesse et conférence et canalisation. Pour cela, si vous pensez pouvoir réunir un peu de monde avec une salle, n’hésitez pas à écrire à ma charmante collaboratrice etamie Sophie à sylvain.accompagnements@gmail.com

Merci encore de votre confiance

https://www.youtube.com/watch?v=vH0b2wIJXx8

Michael 10 Mai 2016

Voici le long texte de retranscription de la canalisation de Michael du 10 mai 2016

Channeling du 10 mai 2016

Michael

Chers Maîtres de lumière, bonjour.

Je suis venu aujourd’hui, je suis Michael, pour vous exprimer ce qu’est l’ombre, ou les plans de l’ombre dans un couple. J’ai déjà exprimé, j’ai déjà expliqué, à quel point la majorité des ombres sont votre propre création, sont un égrégore que vous avez créé autour de vous-mêmes. Même si les plans, que vous continuez à appeler inférieurs, poursuivent leur travail d’évolution forcée, et je m’attelle à les séparer de votre plan pour que votre conscience soit pure, que vos informations soient justes, les leurs le sont aussi, parfois, mais surtout que les informations que vous recevez ne vous desservent pas, ne desservent pas la conscience, ne desservent pas le plan de retour à l’innocence qui est autour de vous, même si ce plan est en construction semble-t-il permanente.

Vous avez inventé beaucoup de jeux d’ombre dans vos comportements.
J’interviens aujourd’hui pour vous parler de jeux d’ombre : l’orgueil. C’est cette phase, cette émotion, cette particularité humaine qui vous invite à rester plantés sur vos positions, qui vous invite à croire que vous êtes supérieurs à un autre de vos frères, à une autre de vos sœurs, qui vous invite à croire que vous possédez la vérité, vous, et pas lui ou pas elle.
Cet orgueil-là est une porte d’entrée d’autres forces. C’est une porte d’entrée pour des énergies qui vont continuer à vous renforcer dans vos croyances. C’est une porte d’entrée pour des énergies qui vont continuer à vous faire croire que vous êtes ce que vous n’êtes pas, parce qu’elles vont vous épuiser ces forces-là. Elles vont pénétrer en vous, elles vont vous informer, elles vont vous laisser croire que vous avez raison, elles vont vous montrer des choses que vous allez interpréter comme ayant raison, mais vous vous serez trompés, vous aurez été trompés par vous-mêmes, par votre propre force d’ombre, par les propres plans, parce que vous serez restés dans le mental, parce que vous serez restés dans une expérience de tête, et non dans une expérience de forme dans une expérience vraie, véritable, celle de la confrontation de votre réalité.
Lâchez prise sur le fait d’avoir raison ou tort, d’ailleurs. Lâcher prise sur le fait d’être du bon ou du mauvais côté. Laissez-nous cela, laissez-nous ces idées. Comprenez à quel point vous perdez du temps dans la conscience, vous perdez du temps sur votre propre évolution, à laisser entrer en vous une vérité plus grande, plus forte, celle que tout est possible, celle qu’il n’est pas d’expérience qui soit juste, et d’autres expériences qui soient injustes, et que c’est bien votre rapport à l’expérience qui détermine sa justesse et la justice, que c’est bien une énergie que vous mettez avec cette expérience qui est juste ou non.
Si vous agissez avec colère, vous continuerez à renforcer un égrégore de séparation. Si vous avancez dans le sens du guerrier de lumière, celle d’établir une justice, non celle de l’égo, mais une justice Divine, c’est-à-dire celle qui dit : je te reconnais comme souffrant, je t’aime, et voici ma parole, voici mon exercice envers toi. Ces mots-là ne plaident pas. Ces mots-là seront votre vérité. Ils ne nécessiteront pas de réponse, ils seront l’alignement de votre pensée et de vos actes. Quand vous agissez envers vos frères, envers vos sœurs, dans le sens d’une attaque, vous ne recevrez qu’une autre attaque en réponse, c’est la loi d’équilibre qui veut ça. Quand vous agirez envers vos frères dans le ressenti, dans ce que vous avez ressenti, dans ce qui est autour de vous, pour peu que vous y mettiez une réserve : voici ce que je ressens, voici ce qu’il me semble déduire de tout cela… alors votre relation de couple sera harmonieuse, alors votre relation entre frères entre sœurs sera harmonieuse.
Nous comprenons, particulièrement dans les énergies que vous traversez actuellement, vos perturbations diverses, multiples, elles ne vont pas cesser instantanément. Nous comprenons même que pour certaines d’entre-elles vous n’aurez pas le choix que de les traverser, sachez-le. Mais nous savons que, implanter la maîtrise en soi, utiliser ces propres enseignements Divins, utiliser cette connaissance qui vous traverse, cela implique plus de silence que de mots.
Cela implique plus de conscience que d’inconscience, c’est-à-dire que, d’agir sans comprendre les conséquences exactes de ce qui est dit ou de ce qui est fait.
Alors, oui, j’inviterai l’homme souvent à ne pas exercer sa parole comme un acte de défense, parce qu’il n’y a rien à défendre. Rien à défendre qu’une identité,qu’une forme, qu’un corps. J’inviterai l’homme à une parole impeccable, j’inviterai l’homme à une parole qui soit sa propre vérité mais énoncée comme étant sa propre vérité : Voici ma vérité, voici ma conscience, voici ce qui me traverse… voilà qui je suis, voilà ce que j’évoque.

L’humanité a besoin de gens qui s’éveillent à exprimer leurs émotions sans émotion, qui les invitent à considérer ce jeu d’émotion dans le sens d’éléments qui sont à interpréter, interprétables mais qui ne sont pas ce que vous êtes. Ne vous laissez pas envahir par des émotions fortes, par des émotions négatives, par des émotions qui vous contraignent à l’intérieur de vous-mêmes. Laissez-vous envahir par des émotions qui vous détendent, qui vous font vous élargir, même si cette émotion est colère, peu importe ! Si vous sentez que cela libère votre énergie, libérez-le ! Mais ne restez jamais dans cet état. Ne persévérez pas quelques jours dans cet état, cela ne doit être que des états ponctuels, que des moments qui vont laisser place à l’impermanence, qui vont laisser place à la force de vie, au changement. Aucune idée n’est immuable, aucune vérité n’est acceptable comme vérité absolue, mais seulement comme une vérité relative au monde, à la conscience, à l’esprit, ou au moment où vous énoncez cette vérité, ou au moment où elle est vécue.

J’aimerais être celui qui évoque la relation animale, la relation à vos animaux. Je sais à quel point vous différenciez la notion d’animal domestique, de la notion alimentaire de certains animaux.
J’aimerais évoquer à quel point chacun des animaux de ce plan, mérite votre respect quelque soit son destin. Qu’il soit destiné à votre alimentation ou qu’il soit destiné à être votre compagnon, je vous invite au plus grand respect, et à la mesure des actes sacrificiels que ce règne a accepté envers vous. Je vous invite vraiment à honorer ce peuple, à honorer ce règne animal, à honorer aussi le règne végétal, qui lui aussi a fait ce même sacrifice envers l’être, envers le règne humain.
Le règne minéral nécessite votre attention aussi, parce qu’il sera pour vous un grand enseignant.
Mais aujourd’hui vraiment, dans l’aspect animal, celui que j’évoque, je voudrais vraiment vous dire à quel point ce règne sait ce qu’il se passe. Ce règne sait qu’il donne souvent sa vie pour vous. Offririez-vous votre vie à quelqu’un d’autre ? Pour qu’il survive ? Vous pensez que ces animaux le font en inconscience, vous vous trompez. Nous les informons, ils sont informés de leur destin. Deviennent-ils fous parce qu’ils savent qu’ils vont mourir ? Cela peut arriver mais, dans la majorité des cas, ce n’est pas le cas. Ils vivent le moment présent, ils acceptent cela, ils acceptent cette idée car ils connaissent plus de la temporalité que vous, et c’est ce qui fait que ces êtres ont l’air de vivre totalement et complètement dans le moment présent. Ils ne dessinent pas d’équation de ce que peut être le futur, mais vraiment incluent dans leur énergie le maximum de puissance naturelle pour pouvoir emporter avec eux, au-delà de leur corps, cette puissance et cette énergie naturelle, qui les traverse.
Alors n’abusez pas en quantité, de ce règne sacrificiel, animal et végétal.
Sachez apporter de la lumière, sachez bénir votre propre alimentation, parce que c’est aussi une relation à vous-mêmes. Vous êtes, dans le corps, une partie de ce qui est absorbé par ce corps, par cette conscience que vous jugez.

J’ai laissé sur terre beaucoup d’indices de ma présence. J’en laisse passer, ici et maintenant, auprès de vous, auprès de chacun de vous. J’en laisse passer, ici et maintenant, pour que vous compreniez à quel point je suis présent à vos côtés.

Je poursuis mon discours en vous parlant de votre relation à vos animaux domestiques, domestiqués ou domesticables. Agissez, là aussi, en conscience. Veillez à leur propre bien, même si vous n’êtes pas leur propre bien, veillez à ce qu’ils soient respectés aussi, veillez à ce qu’ils soient menés à bon port en tout cas.
Mais ne maltraitez pas le monde animal, ne maltraitez pas vos animaux domestiques, parce que vous déchargez là, une énergie qui est une énergie vitale pour vous.
Je vais être très clair, chers Maîtres, vous perdez des années de vie en faisant cela, des années de vie en faisant cela. C’est votre échange, c’est votre choix et nous n’avons pas de jugement, mais souvenez-vous de ceci : l’amour doit répondre à l’amour. L’amour doit répondre à l’amour.
Le règne animal, auprès de vous, a une fonction de purification, a une fonction d’échange de l’énergie.
Alors je sais que vous pensez à vos chats, à vos chiens, à Dieu seul sait quel animal, mais voyez ici je parle aussi des fourmis, je parle des insectes. Je ne suis pas en train de vous dire de ne tuer aucun insecte, aucune fourmi, puisque rien qu’en marchant vous faites déjà cela, non je suis en train de vous dire de respecter ces règnes .
C’est important dans ces moments de transition que nous effectuons actuellement, dans ces moments vibratoires où nous implantons l’énergie cristal sur cette planète, c’est important que tous les règnes soient centrés sur l’envie d’évolution, sur la poursuite de cette évolution. Si le règne animal décidait demain, dans notre plan, de cesser son évolution, de disparaître de cette planète, si trop d’espèces donc pour vous, vu de votre côté, disparaissaient, le déséquilibre serait tel que vous seriez condamnés encore à des milliers d’incarnations sur votre plan avant de nous rejoindre à nouveau.
Quand je dis condamnés, vous ne seriez pas jugés, c’est vous-mêmes, c’est vous-mêmes en tant que règne, en tant qu’énergie commune, terrienne, unitaire. Vous vivriez alors un événement aussi important que celui qu’a pu être la cassure de la grille magnétique, celle qui vous a séparés pendant des milliers d’années, celle que Kryeon a refait pour vous apporter la lumière, pour vous apporter la connaissance de votre liaison entre les êtres, de votre communication entre les êtres, entre les plans.

Alors j’entends souvent des prières de beaucoup d’entre-vous aller vers la terre, aller vers son évolution, aller vers l’évolution du règne humain. Je vous invite à adjoindre les animaux, les plantes, les minéraux à vos prières. Je vous invite, puisque VOUS êtes les Dieux créateurs de ce plan Divin, de multiplications des énergies, d’accroissement des énergies, je vous invite vraiment à prier pour ces règnes aussi, parce qu’une seule pensée d’être humain est aussi puissante que des dizaines de pensées animales envers tous les règnes. Parce que l’animal, encore une fois, est un règne sacrificiel souvent.
Ces animaux, ce règne, par le Grand Cerf, par le Grand Chien qui les représente – parce qu’il est plusieurs êtres Divins ici qui représentent ce règne animal : les loups, les chiens, les aigles, les ours, ils ont des représentants ce règne – ils vous aiment profondément, et si vous n’avez pas plongé aujourd’hui dans le chaos, n’oubliez jamais que c’est grâce à eux, que c’est grâce à EUX, j’insiste.

Le règne végétal a failli vous quitter. Le règne minéral n’avait pas d’hésitation à vous quitter, mais c’est dû à sa durée de vie. Les autres règnes sont en amour, sont en conscience reliés à vous, plus que vous à eux. Vous êtes aimés des règnes de votre plan.

Alors je voudrais terminer ce soir cette assemblée, ce moment où nous avons parlé des relations, pour donc vous rappeler que, dans votre relation de couple, c’est l’expression des énergies qui vous traversent sans jugement qui est la clef. L’expression des énergies qui vous traversent sans jugement, qui est la clef. Il en est de même pour les relations entre frères et sœurs. Pour ce qui est de vos enfants, Lady Nada l’a exprimé. Merci de leur accorder cet espace de création, cet espace vibratoire, cet espace d’évolution car ils sont aussi les Maîtres en devenir de ce plan, les Maîtres en action de ce plan, les Maîtres en idée de ce plan. Ils vont guérir la planète que vous croyez malade. Parce que vous leur aurez laissé cet espace cela se fera très vite, maintenant.
Et puis soyez conscients des autres règnes, dans l’unité.

Je suis Michael, je vous défendrai des plans d’ombre aussi que vous traversez, comme nous l’avons évoqué toute à l’heure, je vous défendrai de vos propres excès, pour peu que vous pensiez à m’appeler. Si vous vous sentez agressés ou si vous vous sentez agressifs, appelez-moi.

Laissez Saint Germain transmuter la relation de la flamme violette, et laissez-moi porter sur vous le manteau bleu de la conscience aussi, de la conscience que ce qui est en vous se réveille, quand vous agissez de telle manière. Vous n’êtes pas jugés encore une fois, de notre plan. Nous savons que vous êtes des élèves apprenant, nous savons et je sais aussi que vous êtes des Maîtres déjà arrivés à destination. Je sais, c’est paradoxal, c’est compliqué pour vous, c’est difficile. Mais parce que je suis Michael, je peux vous dire que toutes les Puissances Divines sont à vos côtés, et que nous ne cesserons de vous remercier toujours de cela.

Acceptez la joie en vous, c’est votre état naturel, laissez-la vous diffuser. Un sourire n’est jamais négatif, il est ce que vous êtes. Il est ce que vous êtes, naturellement. La joie, elle est ce que vous êtes naturellement. Laissez exploser cette joie, laissez exploser cette fraternité entre vous.

Nous vous aimons profondément, je vous aime profondément, et je vous souhaite de trouver une paix forte, puissante, en vous, afin que tous les aspects relationnels qui vous appartiennent soient éclairés de la conscience Divine que vous êtes déjà.

Merci à vous,
maintenant.

Photo de Sylvain Didelot.

Lady Nada 10 Mai 2016

Lady Nada le 10 Mai 2016

Je suis Lady Nada

Je suis heureuse d’être parmi vous ce soir, parce que je sais que vous avez besoin de moi.
Je sens cela, dans ce mois si particulier, dans cet échange si particulier que nous avons actuellement .
Je sais, pertinemment, complètement, intensément, vibratoirement, à quel point parfois l’amour entre les êtres peut être difficile, à quel point cette notion de fraternité, cette notion d’amour humain, cette notion d’amour inconditionnel humain – pour employer un terme plus acceptable – qu’amour inconditionnel seul, c’est un mot dont vous n’êtes point capable dans la matérialité.
Ces rapports sont difficiles, sont souvent sournois et parfois avant de créer une relation vous devez détruire des parts de vous-mêmes, avant que la relation vienne elle-même les détruire.

Ce que je veux dire par là c’est que la relation homme-femme, homme-homme, femme-femme, peu importe, la relation entre plusieurs êtres implique le travail sur soi, implique le travail et le champ de la conscience, pas le champ de l’inconscience, bien le champ de la conscience, de l’arrivée dans la conscience de tout ces jeux, de tous ces espaces faux, illusoires, dans la vibration, qui vous sont apportés.

Alors, je l’ai évoqué cette après-midi avec Sylvain pour d’autres cas, mais il me paraît si important de ne pas se fier à l’illusion du non dialogue. Il me paraît si important, avec mes anges, avec tout l’entourage qui est le mien, de vous dire ceci :
Ne vivez jamais une relation saine entre vous, sans valider vos croyances, sans valider ce que vous imaginez de ce que l’autre pense, de ce que l’autre est, de ce que l’autre a besoin, de ce que l’autre a exprimé, en interprétant. Faites reformuler, redemandez, soyez dans la liberté des étoiles comme je dis toujours, c’est-à-dire celle de considérer que la parole de l’autre c’est juste pour lui-même.
Ne prenez pas tout ce qui vous est dit ou non dit comme étant quelque chose qui vous touche personnellement. Comprenez que c’est l’espace, le corps de souffrance dirait certains, qui exprime ici quelque chose, dans sa réponse ou sa non réponse. Ce corps de souffrance ne mérite pas de stratégie, il mérite la compassion, il mérite l’aide, il mérite l’assistance, il mérite la présence et non l’absence.

Vous êtes des êtres particuliers, votre incarnation terrestre vous permet de magnifiques et magiques relations.Vous cherchez toujours à embellir la relation, en espérant qu’elle va rester la même, qu’elle ne changera pas.
Avez-vous déjà réussi à empêcher un arbre de faire ses fruits ? Avez-vous déjà réussi à semer une graine, à l’arroser et à empêcher qu’elle pousse ? À part en la déterrant ! Avez-vous déjà empêcher un oiseau de chanter ? Qu’avez-vous donc fait si vous avez fait cela, à part contrarier la nature véritable de votre être, la nature pleinement vivante et consciente de votre être .

Une relation changera toujours, une relation de couple évoluera toujours. Alors elle évoluera vers la nécessité de régulièrement reposer sur la table ce qu’est la relation pour vous.
Vu de notre côté, cette relation c’est celle de flammes ou d’énergies qui s’assemblent, pour grandir, pour comprendre, pour évoluer, pour faire cette moitié de chemin dans l’existence entre le cœur et la conscience, lui permettant cette alchimie merveilleuse et la réalisation de cet être appelé le couple et qui est, en vérité, une énergie commune au niveau de la Source, dans la compréhension et dans l’amour. Donc l’amour, pour nous, c’est cette liaison entre les êtres, pas entre deux êtres seulement, entre les êtres, entre tous les êtres, que vous êtes.

La conscience Divine, en vous souvent, vous invite à vous taire, comme vient de le dire Maître Saint Germain. La conscience Divine vous invite à éviter le conflit. Elle vous invite, non pas à éviter un combat, mais à installer la paix en vous avant de répondre. La part de vous qui cherche à justifier, qui cherche à dire c’est vrai, c’est faux, c’est existant, c’est non existant, cette part-là vous pouvez l’écouter, mais est-ce qu’elle vous a déjà fait du bien ? Est-ce qu’on se sent mieux après un combat ou est-ce qu’on se sent fatigué ?

Parfois observer l’autre, reconnaître ses blessures, reconnaître qu’il a été blessé par des choses qui ont été dites ou des choses qui ont été non-dites, est important aussi. Mais pardonner l’existence, c’est-à-dire revenir sans cesse sur ce lien d’amour qui est le vôtre, revenir sans cesse sur la liaison, sur l’unité que vous êtes, voilà ici la notion de guérison alors qui apparaît, la notion de guérison de la relation puisque c’est une notion de communication et d’échange, d’énergie.
Cet échange est plus fort et puissant souvent entre deux êtres, qui se font un câlin, qui s’embrassent comme vous le dites, qui se prennent dans leurs bras, que dans une relation sexuelle où souvent vous ne mettez ici que des besoins primaires au lieu d’y mettre le couple, au lieu d’y mettre l’existence de ce que vous êtes à deux, une certaine harmonie ou même de la joie, simplement.
Cette relation sacrée du couple, cette relation existentielle, elle implique la fusion avec l’amour.
L’amour écoute et ne juge pas.
L’amour discute mais ne tranche pas.
L’amour négocie mais ne juge pas.

Dès qu’il y aura un jugement dans un couple, de quelque chose qui est bien ou de quelque chose qui est mal, alors c’est quelque chose que vous devez travailler sans doute à deux, mais qui n’appartient pas à un ou à l’autre, mais qui appartient aux deux, puisque c’est vous-mêmes, à deux, qui projetez cela. Et en projetant cela à deux, c’est donc que vous avez, à deux, ce problème à résoudre.
Ainsi effectivement, cette notion « c’est ton problème » est fausse. Vous percevez un problème chez quelqu’un d’autre que vous, que votre compagne, que votre compagnon, votre frère, votre sœur, votre famille proche. Le travail, il est des deux côtés. Quelque chose a été réveillé en vous, quelque chose à été réveillé en l’autre, et ces corps de souffrances, ces mémoires qui viennent vous envahir, qui viennent perturber la connaissance réelle de votre être, la vérité de la paix en vous, cela mérite votre attention, cela mérite votre travail.

Alors le travail est souvent un travail de lâcher prise, et d’offrande à la conscience divine de ce qui se passe. Demandez-nous, demandez à votre univers, demandez à Dieu, demandez à la Source, de vous montrer ce qui est réellement derrière tout cela. Cessez d’imaginer que quelqu’un vous veut du mal, ou vous veut du bien d’ailleurs. Soyez neutre dans cette observation.

Il est difficile, et j’entends ce que me dit Sylvain, mais qui aussi résonne avec beaucoup de personnes ici présentes, il est difficile de comprendre ce que signifie : soyez neutre dans la relation.
Cela signifierait-il que je n’aurai pas d’avis ? Non, cela ne signifie pas du tout que vous n’avez pas d’avis, ça ne signifie pas du tout cela. Cela signifie que vous devez dissoudre petit-à-petit les jugements au profit de l’acceptation des besoins de l’autre, parce que quand chacun des deux est épanoui dans son domaine, dans ce qu’il aime, dans le fait d’être reconnu, il n’y a plus de combat. Même si ce qui est reconnu chez l’un n’est pas reconnu chez l’autre. Même si les besoins de l’un ne sont pas les besoins de l’autre. Soyons définitivement clairs sur ce sujet, il n’est rien qui mérite, vraiment, toute l’attention que vous lui portez aujourd’hui souvent dans un couple.
L’importance temporelle de vos questions, de vos questionnements, de vos disputes, est si faible qu’elle ne dépasse souvent pas la semaine. Si vous preniez plus de recul sur chacun de vos cycles, sur chacune de vos semaines, de vos mois, de vos années, puisque c’est ainsi que vous les appelez, vous verriez à quel point vous avez multiplié l’énergie à mettre pour régler un problème, au lieu d’y voir une occasion de jouer à vous reconnaître en tant que Dieu, à nouveau, encore et encore.

Je suis Lady Nada et l’amour je sais ce que c’est .
J’effectue ce travail d’amour, de rappel des consciences à leur propre Divinité, de rappels de tous les aspects Divins à leur propre Divinité par l’amour, par l’amour par l’acceptation de toutes les phases de ce que vous êtes. Je peux vous révéler à vous-mêmes, je peux effectuer votre ascension, je peux effectuer votre rapprochement avec l’être ou les être aimés, mais , souvent quand vous effectuez ce genre de demande, la vraie question est : êtes-vous prêts à recevoir l’autre ? Etes-vous prêts à recevoir son énergie ? Etes-vous prêts à recevoir sa différence, cet éclat différent de vous ? Vous attendiez-vous à vous voir vous-mêmes ? Vous attendiez-vous à voir ce complément si parfait de vous-mêmes que tout aurait été fantastique et merveilleux ? Le mouvement de la vie cesserait immédiatement ! Il n’est pas question ici, sur ce plan que vous traversez, d’obtenir le non mouvement, d’obtenir la paix à l’extérieur, cette paix elle est en vous, elle existe déjà en vous.
Alors ce sera une paix observatrice, des événements extérieurs, qui eux sont dans le mouvement par nature, par la nature-même de ce monde duel dans laquelle vous êtes, mais cette nature duelle n’est pas votre réalité vraie. Cette nature duelle n’est pas le sens de votre conscience, n’est pas la profondeur d’âme, n’est pas l’aspect Divin de vous-mêmes. Celui-ci observe et ne juge pas. Celui-ci n’est pas là pour comprendre ce qui est vrai de ce qui ne l’est pas.

Alors quand il m’a été demandé de parler du couple et de ce que pouvait être un couple Divin, je dirai que c’est avant tout deux êtres, indépendants, unis au Tout, unis dans le couple. Ce n’est pas paradoxal, ce n’est pas un contre-sens que de dire que chacun des Maîtres doit être son propre Maître.
Alors, souvent dans les couples quand vous cessez de disputer quelque chose, vous trouvez d’autres choses pour vous disputer. Vous trouvez d’autres combats à mener parce que la nature est en mouvement. Vous vous reproduisez alors, ou vous utilisez des transitions.
Votre enfant, ou un animal deviendra alors l’objet des discussions, l’objet des disputes, l’objet des désaccords. Il est l’essence-même de votre union cet enfant, ne lui présentez pas de désaccords. Il est comme le contrat que vous avez signé tous les deux.
Quand je dis cela cela ne signifie pas que les couples ne doivent pas se séparer, cela signifie que l’enfant n’a pas à connaître l’écart et la discussion et la dualité. Il est le représentant de la paix entre vous, il est le représentant de votre conscience dans l’union. Sauf à quelques cas particuliers, il est plus que vous. Il est l’espace du Maître en vous. Il est l’espace libre, prêt à être rempli et infusé de l’amour le plus grand qui soit, afin de le répandre encore mieux dans l’univers et le ramener ici à la Source, comme chacun d’entre vous fait cela aujourd’hui, de mieux en mieux, de plus en plus rapidement et simplement.
Les enfant n’ont pas besoin de vos disputes, ils n’ont pas besoin de disputes non plus avec eux-mêmes, mais ils ont besoin de règles, car la maîtrise passe par la règle, quelle qu’elle soit.

Vous savez, souvent on m’a demandé : Lady Nada toi qui est l’amour, comment dois-je élever mon enfant, quelle règle dois-je lui donner ? Vous décidez des règles. Elles doivent exister, elles doivent lui laisser suffisamment de liberté, et pourtant lui offrir quand même ce cadre protecteur des règles, afin de pouvoir le mener à avoir envie, déjà de les enfreindre, mais vous savez qu’il le fera tout seul, mais à avoir envie de se connaître dans cet espace qui est, au début, très petit.
Dans cet espace de règles petit, l’enfant va être obligé de se centrer sur lui-même, va être obligé de se centrer et de rentrer en lui, à l’intérieur, parce que l’extérieur ne lui sera pas autorisé dans un premier temps.
Plus l’enfant sera redirigé vers son intérieur, recentré sur sa capacité créatrice, sa capacité imaginaire, sa capacité de connexion à l’univers et aux choses qui l’entourent, de manière proche et plus constante, plus il va s’ouvrir à ses propres capacités d’aller plus loin, de connaître plus de choses, de définir de nouveaux possibles. Alors le cadre pourra s’ouvrir.

Souvent à partir de l’âge de 7 ans le cadre peut se libérer et s’ouvrir.
Ces règles d’intransigeance avant cet âge sont les vôtres, choisissez-les, mais j’insiste : laissez de l’espace à l’enfant, laissez-le exprimer ses émotions, ne réprimez pas ses colères, ne réprimez pas ses victoires, ne réprimez pas son être, laissez-le agir et être ce qu’il est déjà, puisque toutes ses mémoires cumulées d’autres vies sont à l’intérieur de lui, pour lui préciser sa nouvelle expérience non pour lui révéler ses anciennes identités, mais vraiment pour le faire accéder au champ de conscience suivant, dans le temps où il a décidé de s’incarner, dans l’espace où il a décidé de s’incarner.

Il est l’éclat de votre être, il est l’éclat de votre couple. Vous déchirer pour lui c’est vous déchirer pour vous, c’est faire face à votre propre peur, à vos propres angoisses ou à votre propre désir de séparation. Laissez les enfants tranquilles, ils sont la paix. La guerre c’est vous, chers adultes, c’est vous qui décidez de transformer des limites de pensées en limites de territoires, physiques, psychologiques. Les enfants offrent spontanément, si c’est ce système qui leur est présenté.
L’abandon à la paix est quelque chose de très simple pour un bébé. Lorsqu’il s’arrête de pleurer, il est dans cet état de paix, il peut retourner à la joie rapidement, ce que ne peut pas faire l’adulte.

Alors dans la relation familiale, dans un couple, où il ya des enfants, des frères, des sœurs, ou même dans une famille d’âmes qui se réuniraient, laissez de l’espace, soyez dans l’écoute.

Lorsque vous comprendrez qu’il n’existe pas de vraie vérité absolue sur ce monde, lorsque vous verrez que tout est possible et que les théories ne peuvent pas se contredire, que tout est vrai dans un espace, que tout est vrai dans une conscience, que tout est vrai dans un système de pensée, dans une part de Dieu – parce que que Dieu accepte tout – alors non seulement vous serez en paix, parce que vous saurez que tout cela est possible, mais en plus vous aurez compris que vous pouvez changer votre propre système de conscience, votre propre système de croyance, votre propre création de ce monde.

Mes amours, chers frères et sœurs de lumière, je vous envoie le plus grand amour qui soit, et je bénis votre présence sur ce plan ici et maintenant, je bénis votre présence sur cette terre ici et maintenant, et je vous invite vraiment à poursuivre cet élan d’amour, cet élan de pardon entre vous, afin que nous puissions encore progresser plus vite, dans l’accélération consciente de votre Divinité vers vous-mêmes, et de vous vers votre Divinité.
Ce rapprochement nous l’effectuons ici. Il a été rendu plus difficile par des pensées de guerre, par des pensées de domination, dont vous n’avez même pas eues conscience, mais c’est là. Et j’ai cette foi en l’humanité, en la représentation incarnée que vous êtes de la Divinité, cette foi suffisante, pour vous dire que vous allez vers cette victoire.

Mon émotion est grande et forte, parce que cette victoire est attendue depuis si longtemps, parce que les moments que vous allez vivre, dans les années à venir, sont attendus depuis si longtemps, même ici, même ici. Même ici où vos vies ne durent pas si longtemps, le cumul de vos vies nous a fait peine, parce que nous savons la douleur qui est la vôtre dans ce monde duel et c’est pourquoi nous exprimons que vous devez laisser l’amour et l’espace.
Vous devez laisser de nouvelles informations s’intégrer en vous, être comprises de votre être, être comprises de ce plan d’existence.
Beaucoup de plans planétaires sont actuellement en parallèle de votre régénération, de votre retour nous dirons pour simplifier.

Les forces à l’œuvre sont les forces de l’amour.
Quant aux forces de l’ombre je les confie à Michael qui maintenant va vous parler.

.
.
.
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
– qu’il ne soit pas coupé
– qu’il n’y ait aucune modification de contenu
– que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com

Photo de Sylvain Didelot.

St Germain 10 mai 2016

Channeling du 10 mai 2016

Saint Germain

C’est bien moi, Maître Saint Germain qui intervient ce soir à tes côtés, à vos côtés, pour intervenir.
Je suis Maître Saint Germain et je ne serai ce soir que l’introducteur du sujet.
Nous voulons vous parler de relations familiales, de relations entre les êtres.

Alors la famille c’est souvent le cercle familial proche, le père, la mère, l’enfant. L’enfant que vous êtes encore et que vous restez toujours. Mais c’est aussi vos frères et sœurs de cette planète.
En vérité vous êtes 7 milliards, 7 milliards de frères et sœurs, 7 milliards d’êtres, reliés par l’amour immense de la fraternité réelle qui est la vôtre sur ce monde.

Mes camarades vont bien sûr évoquer chacune des relations, je dirai normale, ou particulière, qui existe. J’aimerais de manière plus générale vous dire qu’ une relation entre des êtres peut être purifiée de ma flamme violette. J’aimerais exprimer à quel point vous pourriez dissoudre, faire évoluer l’énergie entre deux êtres qui semblent ne pas être d’accord, qui semblent se disputer alors qu’ils sont frères et sœurs. J’aimerais vous dire à quel point nous pouvons intervenir pour vous montrer la réalité existante du mode miroir, du mode d’échange qui existe dans la relation familiale .

Vos frères, vos sœurs, ne font que vous montrer vos propres peurs, vos propres désirs, vos propres angoisses, les projeter sur eux et venir ensuite les blâmer n’est pas opportun. Il est opportun de laisser l’énergie circuler, de la comprendre avant de l’exprimer.

En vérité quand je dis cela, je sais que vous ne le pouvez pas. Vous ne le pouvez pas humainement dans le mode de la densité, dans le mode de la dualité, parce que vous êtes dans cette énergie de réaction, de transcendance, vous voulez tout de suite que les choses évoluent rapidement, changent. Vous voulez mettre au point, de l’extérieur, ce qui finalement demande un travail intérieur long et profond, et vous ne le pouvez pas parce que votre égo aime la discussion, l’argumentaire.

Votre égo adore avoir raison dans les relations familiales. C’est souvent le cas entre les parents et les enfants.

Votre enfant vous regarde et vous dit : je ne suis pas d’accord, et vous adulte vous venez le regarder et lui dire : tu n’es qu’un enfant, le rabaissant à son corps, le rabaissant à l’existence et non à l’essence de ce qu’il EST.

Beaucoup élevant un enfant, désormais, seront porteurs d’une nouvelle énergie, d’une énergie puissante, forte, d’une puissance d’amour telle qu’elle échappe même à la densité.

Dans cette puissance d’amour ils vont vous exprimer des choses que vous ne comprendrez pas, que vous n’accepterez pas. Ils vont vous expliquer à quel point les choses n’ont pas d’importance, et souvent les parents vont continuer à dire à leurs enfants, ou à leurs petits enfants : tu n’y connais rien de la vie, tu es si petit. Cet enfant a peut-être pas mal de vies d’avance, sachez les écouter.

S’il vous prend l’envie de les remettre à leurs places, comme vous l’évoquez régulièrement, alors dites-leur : je vais réfléchir à ce que tu évoques, mais pour l’instant je te demande ceci, ou je te demande cela, fais-le, s’il te plaît.
Soyez dans cette compréhension-là, soyez dans le message qu’il a été entendu, qu’il a été perçu dans son rapport à l’existence avec vous.

De même, vos frères et sœurs, quand ils s’expriment, laissez-les prendre leur espace. Nulle conversation ne devrait être arrêtée, nulle discussion ne devrait être coupée. Mais vous remplacez l’écoute par le raisonnement. Alors vous interrompez, alors vous voulez faire cesser, alors que parfois l’écoute suffit, qu’il n’est pas besoin d’argumentaire, et là je suis plutôt dans la relation homme-femme, et je vais laisser Lady Nada, évoquer cela avec vous, maintenant.

La suite lundi, bon week end à tous….
.
.
.
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
– qu’il ne soit pas coupé
– qu’il n’y ait aucune modification de contenu
– que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com

Photo de Sylvain Didelot.

Sylvain et Sylah 4 mai 2016

« J’irais mieux quand je me serai débarrassé de mon EGO »

Cette phrase je l’entends souvent. J’y réponds assez souvent par « oui, tu iras mieux car tu seras mort ! » . La réponse est volontairement choquante car, ce que j’essaie d’exprimer c’est que l’ EGO, le « personnage » qu’il soit un ego mental ou spirituel sera TOUJOURS là, même après votre mort parfois. Les gens qui font des expériences de mort imminente ne se sentent pas le « tout » tout de suite même s’il en ont la conscience. Ils gardent leur individualité, leurs émotions et sentiments de l’autre coté, ils gardent l’histoire de l’individu incarné qu’ils étaient au début.

Dès lors, l’ EGO n’est pas attaché à la « matière », il est une énergie présente en nous. Et en même temps, tous les enseignements spirituels visent et parlent de son contrôle ou de sa suppression !. J’avoue que je pense que c’est oublier que tout ce que Dieu à créé est parfait dans le Plan divin, si la divinité nous avait voulu sans ego, nous n’en aurions pas.

Revenons très loin en arrière…. Nous étions des êtres oscillants sans cesse du monde de la forme au sans formes (c’était il y a TRES longtemps). Nous nous sommes petit à petit entichés de ces corps physiques que nous avons fait évoluer et que nous trouvions si pratiques car d’un corps « animal » ou « humain » à un autre, nous pouvions vivre des expériences fabuleuses sur cette planète où le nouveau manège appelé « libre arbitre » venait d’ouvrir parce que nous venions de nous demander QUI nous serions si nous n’étions pas ces Dieux immortels (petite idée folle !).

Tout cela est une caricature bien sûr..quoi que…..
Pour que nous ayons plus de sensations, c’était « mieux » de rester dans le corps… Effectivement, imaginez que vous sautiez dans le vide et qu’une fois le corps détruit, vous sortez de celui ci et vous en changez super facilement et en conscience alors, vous n’auriez pas « peur »… de rien d’ailleurs car vous sauriez que vous n’êtes pas le corps. Alors, comme dans un manège à sensations, vous voulez oublier que vous ne risquez rien et à chaque virage de la vie , vous vous faites croire que vous allez mourir… vous avez même inventé des cris pour vivre ces sensations….

Ça reste assez imparfait comme expérience quand on y est pas 100% inclus … un peu comme si vous aviez des lunettes de réalités virtuelles sur le nez et que vous ayez l’impression d’être dans le jeu tout en sachant très bien que vous êtes confortablement dans un canapé.

Alors, en bons Dieux que nous sommes, nous avons coupé « temporairement » le lien qui unit le sans forme à la forme et nous voilà nous identifiant à la forme mais comme nous étions « à fond » dans cette expérience, nous avons créé quelque chose qui « protège » notre corps pour éviter que nous le détruisions…comme avant !… alors l’ « EGO » fut au début cette voix qui nous a dit dans notre tête « ne saute pas ! » , « ne touche pas à cela  » etc.. pour protéger le corps et c’est toujours sa fonction première mais, coupés de notre divinité, nous avons aussi été coupés de la conscience que cette divinité nous nourrissait de son énergie d’Amour et de connaissances alors.. nous avons commencé à nous nourrir pour que le corps sur-vive mais il nous manquait une nourriture énergétique et une protection pour le « mental », une énergie. Alors, l’ego, qui a ici un peu abusé de son pouvoir, à décidé de prendre de l’énergie aux autres règnes et autres « humains », il inventa les « jeux de l’ego », les jeux de pouvoir, vous savez, victimes, bourreaux, sauveurs, tout cela….. pratique, ces jeux nourrissaient le corps et l’énergie de la matière.

Nous voici, après ce grand raccourci à notre époque où on entend plein de mal sur cet ego qui n’a été pourtant qu’un enfant jouant le rôle qu’il croyait être le bon. Alors, ce que nous demandent les ouvertures spirituelles du moment ce n’est pas de tuer l’ego, nous avons encore besoin de protéger ce corps sinon, effectivement nous sommes morts même si l’ego protège aussi le corps astral etc….. Non, ce qui nous est demandé, et qui n’engage que moi dans mes réflexions, c’est de maîtriser les jeux de pouvoir de l’ego, comprendre que, dans les énergies du moment, nous n’avons plus besoin de piquer de l’énergie à l « autre ». Que l’on peut à nouveau se connecter en conscience à notre divinité ou aux divinités pour recevoir cette substance essentielle de l’amour et de l « information » qui nous constitue…. détruire l’ego devient ici la maîtrise des jeux de pouvoir en se connaissant bien soit même pour surprendre de plus en plus l’ego dans ses jeux, le regarder, se regarder en face et se dire « je n’ai plus besoin de cela » et alors laisser place à la Paix, au calme en SOI pour s’apercevoir que nous sommes abreuvés de la Source elle même.

Vous voyez donc ici que l’ EGO est utile, il est notre personnage mais les blessures que ce personnage s’impose à lui même et impose aux autres, ces blessures là, sont inutiles, il n’y a rien à « prendre » et tout à partager.

Sylvain et Sylah
.
.
.
.
.
.
.
Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
– qu’il ne soit pas coupé
– qu’il n’y ait aucune modification de contenu
– que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com

Photo de Sylvain Didelot.

Sylvain 2 mai 2016

« Toutes les expériences commencent par une pensée »

Bonjour à tous,

Pas facile d’utiliser le mental pour comprendre le mental car on utilise pas ce qui précède la pensée mais la pensée elle même.
Nous vivons dans le monde de la pensée et ce sont bien elles, ces pensées qui vont déterminer comment je vais percevoir le monde.

Je dis percevoir car je vois des aveugles qui vivent dans le même monde que nous et ils ont toujours un sourire accroché sur le visage. On s’attache souvent à la vision autour de nous, on expérimente une pensée par une expérience et on regarde souvent comment les autres « nous même » vivent la même expérience. Si ils font la tête, une pensée vient nous dire qu’ils ont raison et qu’il doit y avoir un truc « grave ». L’aveugle est celui qui perçoit l’expérience pour ce qu’elle et par pour ces conséquences qui ne sont pas encore là. Les « handicapés » vivent bien plus dans le moment présent que chacun d’entre nous et c’est ce qui fait des « valides » les vrais blessés de la Vie.

On s’accroche à tellement de choses qui n’ont pas d’importance qu’on finit par en oublier le gout des bonnes choses du moment présent et on attend notre vieil âge pour se dire qu’on aurait du être plus présent, plus vivant !

La pensée nous amène à une expérience, mais le choix de vision, ma manière d’ « interpréter » ma pensée m’appartient. Le moment présent et la Paix sont des clefs de la réussite en ce monde car lorsque je commence à trop me focaliser dans le futur, je laisse la « morosité » ambiante prendre le dessus sur moi. Hé bien oui, si je ne « pense » pas dans le moment présent, je laisse aux autres moi même décider de ce que va être mon moment présent pendant que j’échafaude des plans sur un futur non présent ou des regrets d’un passé révolu.

Et si je changeais mes pensées, je ne « suis pas » malade mais je suis l’être traversant l’expérience de la pensée de maladie en observateur. Je ne « suis pas » triste mais l’être qui traverse la mélancolie comme une douce vague qui ne me submergera que si je ne me laisse pas porter et que je résiste.

Alors, alors, je lâche mes pensées, je les laissent pour ce qu’elles sont, des propositions divines auxquelles je peux dire non ou oui. Je vais bien sûr faire face à mes croyances avec ce choix mais alors au moins, je pourrais voir ces croyances et laisser l’expérience de ces croyances faire leur chemin en moi alors, je vais grandir, alors je vais apprendre. Je vais peut être même « comprendre » qui sait, je vais peut être comprendre que « toute expérience commence par une pensée ».







Vous pouvez reproduire ce texte et en donner copie aux conditions suivantes :
– qu’il ne soit pas coupé
– qu’il n’y ait aucune modification de contenu
– que vous fassiez référence à mon site http://sylvaindidelot.com

Photo de Sylvain Didelot.